Après une première partie consacrée aux solutions proposées par les laboratoires pour imprimer vos photos, nous poursuivons notre thématique "Que faire de vos photos ?" en explorant les différentes solutions de partage en ligne. Car si vos plus beaux clichés méritent de prendre matière, les partager en ligne vous permettra d'échanger une grande quantité d'images avec de nombreuses personnes.

Nous avons choisi de diviser les sites et applications en trois catégories, selon les besoins : le partage en privé, les galeries en ligne et les outils de création de sites web. Il nous était bien entendu impossible de vous fournir une liste exhaustive des prestataires existants ; nous nous sommes donc concentrés sur les principaux acteurs du marché, en nous basant sur notre propre expérience ainsi que les commentaires de leurs utilisateurs.

Pour du partage privé

Au retour de vacances, vous avez sans doute envie de partager vos photos avec les personnes qui vous ont accompagné. Mais vous souhaitez avant tout que ce partage reste privé et vous ne voulez pas risquer de voir vos photos apparaître n'importe où.

wetransfer

Ce qu'il vous faut utiliser, c'est un outil de partage de gros fichiers. Vous pouvez décider d'envoyer directement vos photos à une liste de contact en utilisant des services comme WeTransfer, le serveur ftp de Free ou encore le site Hightail, anciennement nommé YouSendIt.

Ces trois prestataires fonctionnent sur le même principe : ils vont stocker vos fichiers pour une période donnée et envoyer un email à votre interlocuteur avec un lien de téléchargement lui permettant d'enregistrer votre envoi sur son disque. Chacun propose une offre gratuite et une autre payante, qui diffèrent par la taille maximale des fichiers, la durée de stockage et la capacité totale de votre compte.

Par exemple, la société hollandaise WeTransfer propose une offre gratuite permettant d'envoyer des fichiers de 2 Go à 20 personnes simultanément, le tout restant accessible 2 semaines sur ses serveurs. L'offre payante, facturée 10 €/mois, permet quant à elle d'envoyer des fichiers jusqu'à 20 Go et de les protéger par un mot de passe, le stockage étant assuré pour une durée illimitée et une capacité totale de 100 Go.

Ce genre de site est très utile pour quelqu'un qui aurait besoin de toutes vos photos ou vidéos, par contre vous ne pourrez pas visualiser le contenu d'un envoi avant téléchargement.

Hightail

Pour permettre à vos clients ou amis de voir vos photos en ligne, il faut utiliser des outils offrant l'affichage des images.

Lightroom web

Si vous êtes utilisateur de Lightroom et abonné au Creative Cloud, vous pouvez par exemple décider de partager des galeries en ligne avec certains de vos contacts, même s'ils ne sont pas équipés dudit logiciel. Ils auront la possibilité de voir en ligne vos photos, d'indiquer s'ils les aiment et d'apposer commentaires : pratique pour recevoir des avis en vue d'une sélection finale. En revanche, cet outil ne permet pas le téléchargement. Vous ne pourrez donc pas envoyer vos fichiers, mais êtes au moins assuré de ne pas les retrouver n'importe où sur la toile.

OneDrive

Pour permettre l'affichage et le téléchargement dans un cadre privé, vous pouvez vous tourner vers des prestataires comme Dropbox, OneDrive ou encore Google Drive. Tous trois fonctionnent sur le même principe : vos photos et vidéos sont stockées dans un espace personnel, sur le serveur de votre prestataire, et accessibles depuis n'importe quel poste de travail ou périphérique mobile via les applications respectives de chaque éditeur.

Dropbox Carousel

Le partage se fait par le biais d'autorisations que vous pouvez allouer à certains de vos contacts. Vous pouvez décider de leur donner accès à vos photos ainsi que leur permettre d'ajouter des fichiers au dossier. Dans ces trois solutions, l'avantage est de pouvoir contrôler l'accès à vos photos tout en permettant à vos contacts de les parcourir et de décider celles qu'ils souhaitent télécharger ou non.

Tous trois proposent des formules gratuites, de 15 Go pour Microsoft OnDrive ou Google Drive, et de 2 Go pour Dropbox, sachant que ce dernier vous offre d'accroître votre capacité de stockage en invitant vos contacts à faire usage de cet outil. Les formules payantes se déclinent en différents forfaits allant jusqu'à 1 To, facturés 7 €/mois pour OneDrive, 9,99 €/mois pour Dropbox et 9,99 $/mois pour Google Drive.

Parmi ces trois prestataires, notons la particularité de Google Drive qui s'inscrit dans l'univers Google et intègre par conséquent des liens vers la plateforme communautaire Google+.

Google Drive

Les galeries en ligne

Si Internet autorise le partage de vos fichiers de manière confidentielle, c'est aussi un formidable outil pour montrer vos photos au plus grand nombre, recevoir des commentaires et éventuellement approcher de potentiels clients.

Nous venons de parler du stockage sur Google Drive qui, en plus d'offrir une sauvegarde sur le Cloud et un partage confidentiel avec des utilisateurs sélectionnés, permet de créer des galeries en ligne sur le réseau social Google+. Présenter son travail de la sorte peut être tentant, comme montrer ses photos sur Facebook, dont le grand nombre d'utilisateurs laisse espérer un fort trafic.

Mais en pratique, ce n'est pas forcément la bonne solution à adopter : soit vous limitez l'affichage de vos images à un cercle restreint d'amis, et ne gagnez donc pas en visibilité, soit vous ouvrez vos photos au plus grand nombre et risquez de perdre totalement le contrôle sur l'usage qui en sera fait.

Facebook

Car avant de déposer vos photos sur la toile, il convient de lire les conditions générales d'utilisation du site. Ainsi, si vous trouvez le courage de vous plonger dans celles de Facebook, vous pourrez y lire que vous cédez : "une licence non exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l'utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation avec Facebook (licence de propriété intellectuelle). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d'autres personnes qui ne l'ont pas supprimé." Autrement dit, vous autorisez Facebook à faire usage de vos photographies...

Pour présenter votre travail à un grand nombre de personnes, il peut être plus judicieux de vous inscrire sur des réseaux spécialisés. Ils amèneront un trafic d'utilisateurs avertis et sont en général plus vigilants sur les conditions d'utilisations. Certains permettent même de proposer vos images à la vente. Nous n'allons pas ici vous en dresser la liste complète, mais nous allons nous intéresser aux plus utilisés et aux mieux faits d'entre eux, à notre avis.

Flickr

Flickr

Parmi les prestataires plébiscités par les photographes, citons évidemment Flickr qui, s'il n'est pas fréquenté que par des professionnels, représente une formidable communauté de plus de cent millions d'abonnés.

La grande force du réseau réside dans ses communautés thématiques, grâce auxquelles vous pouvez soumettre vos créations à des spécialistes du genre. Dans sa version gratuite, le site permet de stocker jusqu'à 1 To de photos et de vidéos. Une version payante à 49,99 $/an permet de supprimer les publicités, tandis que la version Pro, facturée 499 $/an (!) alloue à ses utilisateurs un espace de 2 To.

Le site est également consultable sous la forme d'applications pour iOS ou Android. Les galeries peuvent être privées ou publiques, si bien que les professionnels peuvent s'en servir à la fois pour partager certaines images avec leurs clients et présenter leur travail au plus grand nombre. Notons également la possibilité de soumettre ses images à la Collection Getty en vue d'une commercialisation. Les galeries peuvent être liées à des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, mais il est nécessaire de posséder une adresse Yahoo! pour créer un compte.

Flickr

Enfin, notez que Flickr vous permet d'ajouter des mentions de licence Creative Commons à vos photos. Au moment du chargement, vous pouvez décider d'autoriser les utilisateurs à télécharger vos images dans différents formats et en faire usage selon six règles différentes :

  • - Zero : aucune limite à la diffusion ni à la modification de votre photo ;
  • - BY : votre photo peut être utilisée librement à condition que votre nom apparaisse ;
  • - BY-SA : votre nom doit être indiqué et votre photo peut être modifiée à condition d'être partagée avec les mêmes autorisations ;
  • - BY-NC : vous autorisez l'utilisation de votre photo à condition qu'elle ne fasse pas l'objet d'un usage commercial et demandez que votre nom soit indiqué ;
  • - BY-NC-SA : vous autorisez l'utilisation et la modification de votre photo à condition qu'elle ne fasse pas l'objet d'un usage commercial, qu'elle soit partagée avec les mêmes autorisations et que votre nom soit indiqué ;
  • - BY-NC-ND : vous autorisez le téléchargement de votre photo et demandez que votre crédit soit mentionné, mais interdisez la modification ainsi que l'usage commercial.

Toutefois la communauté de Flickr est tellement vaste qu'il n'est pas évident de sortir du lot. De plus, les dernières mises à jour du site s'accompagnent, d'après de nombreux utilisateurs, de bogues à répétition, d'erreurs d'affichage et de temps de chargements excessifs qui rendent son utilisation agaçante.

500px

500px

Autre réseau social spécialisé dans la photographie, 500px se démarque par une interface élégante et une grande homogénéité dans la qualité des images publiées, ce qui fait défaut à Flickr. Le site possède plusieurs millions d'abonnés, mais son interface longtemps disponible uniquement en anglais l'a fortement tourné vers le marché anglo-saxon. Le site n'est d'ailleurs encore que partiellement traduit en français et mieux vaut avoir quelques notions d'anglais pour s'en sortir.



500px offre la possibilité de créer des galeries privées ou publiques, permet l'attribution de licences Creative Commons aux images et possède une option de commercialisation, le photographe recevant 75 % des sommes perçues par le site pour la vente de fichiers ou de tirages. La gestion des images depuis le logiciel Lightroom est également possible.

L'offre gratuite ne permet qu'un nombre limité à 20 téléchargements par semaine. Mais le site propose des versions payantes à 2 $ et 6 $ par mois, pour un nombre de transferts illimités et, pour la seconde formule, la possibilité de créer des portfolios personnalisés accessibles avec des sous-noms de domaine, du style "vous.500px.com".

smugmug

Smugmug

Solution appréciée des photographes pour son interface et l'élégance de ses galeries, Smugmug ne profite malheureusement ni d'une version française ni d'offre gratuite. Contrairement aux deux solutions précédentes, ce n'est pas non plus une plateforme communautaire permettant d'échanger avec d'autres photographes autour de thématiques communes.

Ceci ne l'empêche pas de s'être forgé une bonne réputation grâce à son offre importante de thèmes personnalisables et son excellente intégration à Lightroom, via un plug-in permettant de créer et de gérer ses galeries et les commentaires des visiteurs.

smugmug

Smugmug autorise le chargement et la présentation des photos et des vidéos, et propose un module de vente des images. Quatre offres sont proposées : la première, à 40 $/an, n'autorise que la vente de tirages via le laboratoire britannique partenaire, tandis que les autres, de 60 $ à 300 $/an, permettent la commercialisation de fichiers numériques, la création de galeries privées et même l'archivage des images grâce à un partenariat avec Amazon.

Votre propre site web

Si les solutions présentées ci-dessus vous permettent pour certaines de personnaliser une galerie que vous pourrez ensuite intégrer à votre site, elles ne se substituent par pour autant à la création de votre propre espace en ligne, avec votre nom de domaine personnalisé, qui vous offrira une meilleure visibilité dans les moteurs de recherche et permettra surtout à de potentiels clients de vous contacter.

Si vous êtes allergique au code informatique et que vous ne souhaitez pas passer des heures à réaliser votre propre site web, sachez qu'il existe de nombreux prestataires spécialisés dans la réalisation de sites pensés pour la photographie. Il faut alors généralement passer par une solution payante, le plus souvent sous la forme d'un abonnement mensuel, au moins pour acquérir un nom de domaine et un espace de stockage réservé sur les serveurs de votre hébergeur.

Recherche Google site web pour photographes

Un rapide tour sur la toile vous montrera combien les prestataires sont nombreux à proposer de tels services.

Nous avions par exemple eu l'occasion, dans un article de 2011, de vous parler de Folieo, société française proposant pour seulement 4 €/mois des sites clé en main particulièrement pensés pour les photographes, avec une attention spéciale portée au référencement naturel. Nous aurions également pu vous parler de Koken, de Piwigo, de Photobucket, de Jingoo, de Photographes.com, de wix
ou encore de Jimdo, mais nous nous sommes concentrés sur les trois noms qui revenaient le plus souvent dans les propos des photographes satisfaits.

Photoshelter

Photoshelter

Photoshelter est l'un des prestataires les plus réputés pour sa richesse fonctionnelle. Il permet la création de sites web pour photographes avec d'élégantes galeries ainsi qu'une partie blog.

Photoshelter propose plusieurs solutions allant de 9,99 $ à 49,99 $ par mois, cette dernière offrant un espace de stockage illimité, un module de e-commerce, la possibilité de créer des galeries privées avec téléchargement de fichiers en haute définition, des liens automatiques vers différents réseaux sociaux et acceptant tout type de fichiers (RAW, PSD ou JPEG par exemple). Votre site est créé en responsive design (ou design adaptatif) pour un affichage élégant sur smartphone comme sur ordinateur, et un plug-in permet la gestion directe des galeries depuis Lightroom.

Zenfolio

Zenfolio

Autre prestataire jouissant d'une bonne réputation sur la toile, Zenfolio propose de créer des sites clé en main avec des pages en anglais, français et allemand, ainsi qu'un blog pour échanger avec vos visiteurs. Les sites répondent aux codes du responsive design et peuvent être alimentés directement depuis des périphériques mobiles grâce aux applications disponibles pour iOS, Android et BlackBerry. Enfin, Zenfolio travaille en partenariat avec sept laboratoires situés dans différentes parties du monde pour proposer de nombreux produits dérivés à partir de vos photos.

La formule Débutant est proposée à 5 €/mois, tandis que la formule Pro, à 20 €/mois, permet de fixer ses propres tarifs de vente, met à disposition des utilisateurs des outils marketing et propose des accès privés pour vos clients.

Photodeck

PhotoDeck

Comment achever ce tour d'horizon sans parler de PhotoDeck, société française créée en 2009 par J-F et Cédric Maion ? Entièrement codés en HTML5, les sites créés par Photodeck s'adaptent à tous les écrans, du smartphone au moniteur Apple Retina, sont accessibles rapidement et s'accompagnent d'un blog permettant d'échanger avec ses visiteurs.

Il est possible de créer des galeries publiques ainsi que des accès privés, soit par mot de passe, soit avec accès personnalisés pour chaque individu. Le téléchargement des images peut s'effectuer à l'unité, ou par lot pour ceux qui disposent d'un accès VIP. Le module de commerce électronique de l'offre Pro laisse libre choix au photographe du tarif et du laboratoire, sans que PhotoDeck s'octroie de commission. Enfin, la visibilité de vote site est assurée par un référencement naturel bien pensé, des outils marketing et des liens vers les principaux réseaux sociaux. Un suivi de fréquentation est également possible.

Une offre Folio dépourvue de e-commerce et d'accès privé est proposée à 12,45 €/mois, tandis que les offres Pro et Studio sont respectivement facturées 24,95 € et 59,95 € par mois.

Google recherche images

2 précautions importantes Avant de conclure

Terminons cet article par deux remarques importantes, avant que vous ne décidiez de partager vos images sur Internet.

La première concerne le stockage de vos images : tous ces sites ne doivent en aucun cas servir d'unique archive pour vos images. Les clients malheureux de Darqroom, site français brusquement fermé il y a 2 ans, vous le confirmeront...

La seconde concerne la protection de vos images : à moins d'appliquer un énorme filigrane qui viendrait dénaturer vos photos, vous ne pourrez empêcher les internautes de faire une copie d'écran ou un clic droit pour récupérer vos photos. Vous êtes donc forcé d'accepter cet état de fait et ne pourrez le cas échéant qu'utiliser les options de recherche d'images similaires de Google et de Bing pour traquer les éventuels voleurs.

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation