Cette année en France, nous avons la chance de pouvoir observer 2 éclipses exceptionnelles : une éclipse de soleil, qui s’est déroulée le 20 mars, et une éclipse totale de Lune, qui aura lieu dans la nuit du 27 au 28 septembre 2015. Qui plus est, la Lune sera particulièrement proche de la Terre : c'est ce qu'on appelle une "super Lune". La première phase débutera à 2h12, l'éclipse deviendra partielle à 3h07 puis totale à 4h11, pour s'achever à 5h23.

Eclipse de Lune
Crédit photo : Loïc Tripier.

Contrairement à une éclipse de soleil, où la Lune passe entre le soleil et la terre, lors d’une éclipse lunaire, c’est la Terre qui passe entre la Lune et le Soleil. Notre satellite passe ainsi dans l’ombre projetée par notre planète. 

L’observation d’une éclipse de lune est facilitée par rapport à une éclipse de soleil : elle est visible depuis le demi-hémisphère plongé dans l’obscurité de la nuit et ne nécessite pas de matériel de protection.

Durant l'éclipse, la Lune est seulement éclairée par les rayons du Soleil qui traversent l’atmosphère terrestre. Comme pour un coucher de soleil, les ondes de lumière bleue sont filtrées par l’atmosphère terrestre, ce qui donne à la lune cette lumière qui varie de l'orange au rouge sang.



Quel matériel pour photographier une éclipse de Lune ?

Pour photographier la Lune, il est préférable d’utiliser une longue focale : un 200 mm au minimum. Quant au maximum, il vaut mieux ne pas dépasser 2 700 mm de focale, sans quoi la lune débordera du cadre. Il est possible de recadrer la photo pour lui donner plus de présence et la durée de l’occultation doit permettre de réaliser suffisamment de clichés afin de produire un assemblage.

Lors d’une éclipse de lune, sa luminosité diminue. Il est donc préférable de choisir une optique avec la plus grande ouverture possible. Le boîtier devra permettre de monter en sensibilité sans faire apparaître trop de bruit. Un trépied est indispensable et l’usage d’une télécommande, recommandé. Il est aussi possible d’utiliser du matériel astronomique (une lunette ou un télescope). Une monture motorisée sera un plus, mais n’est pas indispensable pour photographier une éclipse de lune.

L’éclipse de lune se déroulant la nuit, le photographe devra prévoir de quoi se couvrir, ainsi que des batteries en quantité suffisante et une petite lampe de poche.

The Moon during a Total Eclipse on April 15, 2014. Credit: Tomruen, Wikimedia/Creative Commons

Où se placer pour photographier une éclipse de lune ?

Même s'il est recommandé de s’éloigner de la pollution lumineuse urbaine pour photographier le ciel nocturne (voir notre article "Comment photographier un ciel étoilé"), photographier une éclipse de lune reste possible d'une ville. La principale différence, si la prise de vue est faite en ville, c'est qu'il faudra obligatoirement passer par la case post-traitement afin de réduire l’effet de la pollution lumineuse sur le ciel qui encadre l’éclipse de lune.

Évidemment le photographe choisira préférentiellement un spot dégagé, et sans nuage qui empêcherait d’observer et de photographier l’éclipse.

Quels réglages pour photographier une éclipse de lune ?

Photographier la pleine lune est un acte facile en soi, mais photographier une éclipse de lune impose de flirter avec la sensibilité maximale de son boîtier et d'à ajuster ses réglages tout au long du phénomène.
Comme souvent en cas de faible luminosité, il faut choisir la plus grande ouverture possible.

De la sensibilité et de l’ouverture dépendra la vitesse d’obturation. Il faudra toutefois faire attention à la focale utilisée pour éviter que la lune ne devienne floue avec une vitesse trop faible. On pourra appliquer la formule "600/focale équivalent au 24x36" pour calculer la vitesse en dessous de laquelle la lune sera floue à cause de son mouvement et de celui de la Terre.

Au maximum de l’éclipse, la lune ne sera éclairée que par les rayons du soleil déviés par l’atmosphère terrestre. Dès lors, la luminosité de lune va dépendre de la nébulosité de l’atmosphère terrestre. Si la lumière a beaucoup de nuages et de poussières en suspension à traverser, la lune sera très sombre ; au contraire, si les couches de l’atmosphère en question sont claires, alors le disque lunaire sera plus lumineux.

Fred Espenak, "Monsieur Éclipse" à la NASA, propose d'utiliser le tableau suivant :

Sensibilité Ouverture        
1 600 ISO 2,8 4 5,6 8 11
3 200 ISO 4 5,6 8 11 16
6 400 ISO 5,6 8 11 16 22
 
Phase de la Lune Vitesse        
Pleine Lune       1/8000 s 1/4000 s
Premier contact     1/8000 s 1/4000 s 1/2000 s
ombre 25%   1/8000 s 1/4000 s 1/2000 s 1/1000 s
ombre 50% 1/8000 s 1/4000 s 1/2000 s 1/1000 s 1/500 s
ombre 75% 1/4000 s 1/2000 s 1/1000 s 1/500 s 1/250 s
L4 1/30 s 1/15 s 1/8 s 1/4 s 1/2 s
L3 1/8 s 1/4 s 1/2 s 1 s 2 s
L2 1/2 s 1 s 2 s 4 s 8 s
L1 2 s 4 s 8 s 15 s 30 s
L0 8 s 15 s 30 s 60 s 120 s

Pour l'utiliser, il faut choisir une sensibilité et une ouverture, et trouver dans la seconde partie du tableau la vitesse correspondant à la phase de l’éclipse. Les valeurs comprises entre L4 et L0 correspondent à la luminosité de l’éclipse totale, L4 étant une éclipse particulièrement lumineuse et L0 une éclipse avec une très faible luminosité.

Pour les photographes les moins équipés

Il est aussi possible de photographier l’éclipse lunaire de manière différente, en réalisant par exemple un chapelet d'éclipse (voir un exemple sur le site de Loïc Tripier), présentant les différentes phases du phénomène. Pour cela, vous pouvez faire un assemblage en post-traitement ou des surimpressions directement via le boîtier.

Il est aussi possible de faire un filé d’éclipse en gardant l’obturateur ouvert suffisamment longtemps, et ainsi montrer la course de la lune et l’évolution de sa luminosité.

> Pyrros.fr, le site de Loic Tripier

Lire également :
> Comment photographier la Lune
> Comment photographier une éclipse du Soleil
> Comment photographier un ciel étoilé
> La photo de nuit

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation