Usine Zeiss logo entrée À l'occasion de la présentation de la nouvelle gamme Zeiss Milvus, nous avons rencontré Christophe Casenave, chef produit pour la gamme optique photo, pour lui poser quelques questions.

Nouvelle gamme Zeiss Milvus

Focus Numérique – Depuis plusieurs années Zeiss est très actif sur le marché des compacts à objectifs interchangeables, avec une gamme Touit pour Fujifilm X et Sony APS-C, une gamme Loxia pour Sony E 24x36 et une gamme Batis toujours pour Sony E 24x36. Avec la série Milvus, ce sont 6 nouveaux modèles qui viennent compléter votre offre pour les reflex Canon et Nikon. Comment expliquer ce regain d'activité ?

Christophe Casenave – Il y a de plus en plus de systèmes différents en plus du reflex. Nous avions déjà une petite expérience de sous-traitance avec Sony. Nous avons vu au fil des années le système COI se professionnaliser et nous avons donc porté plus d'intérêt à ces boîtiers. Il était pertinent pour Zeiss de proposer une offre avec notre savoir-faire et notre design.

Zeiss, Christophe Casenave, chef produit optique photoFocus Numérique – Vous adoptez des stratégies différentes selon les gammes. Ainsi, sur les Batis, vous avez intégré un écran Oled sur l'optique pour apporter des informations très précises au photographe. Un système unique pour l'instant. Pour les Milvus, vous revenez aux fondamentaux. Pourquoi ?

Christophe Casenave – La gamme Milvus n'est pas destinée au grand public. Elle va intéresser les photographes à la recherche de l'excellence et d'une autre manière de travailler. Zeiss est une entreprise à taille humaine et nous pouvons proposer à nos clients des optiques singulières, différentes, qui ne sont pas "mainstream". Nous cultivons ainsi notre différence.

Focus Numérique – Avec Otus, vous avez introduit un nouveau design innovant. Une apparence que l'on retrouve avec les Batis, mais également sur les nouveaux Milvus. Il y a donc de moins en moins de différences visuelles entre les séries et, surtout, vous avez abandonné ce "look rétro" auquel certains photographes sont attachés.

Christophe Casenave – Nous avons effectivement la volonté d'harmoniser le design de nos nouvelles optiques. Nous souhaitons que les personnes reconnaissent immédiatement une optique Zeiss, quelle que soit sa gamme. C'est un design unique que personne d'autre ne propose. C'est un principe "unibody" ["monocorps"] ; nous souhaitions une forme épurée, sans aspérité. Zeiss est une entreprise moderne, c'est une image que nous voulons véhiculer. Car si nous n'avons pas d'autofocus, il est aujourd'hui appréciable de faire sa mise au point, de prendre le temps de cadrer et de composer sa photo. C'est un peu le "slow food" de la photo. C'est une autre pratique photographique.

Focus Numérique – Vous avez une expertise dans le monde de la vidéo. Même sur vos optiques photo, vous pensez aux vidéastes en proposant par exemple de débrayer la bague de diaphragme. En vidéo, le format Micro 4/3 est largement employé. Zeiss va-t-il proposer des objectifs pour ces boîtiers ?

Christophe Casenave – Zeiss n'est pas vraiment un spécialiste de la vidéo, mais plutôt du cinéma. C'est un autre monde et dans ce monde, c'est le Super 35 mm qui est roi. Mais Zeiss est l'une des rares maisons à offrir des optiques cinéma 24x36. Nous pensons que les caméras de cinéma vont aller dans cette direction. Car au-delà des définitions 4K voire 8K, les opérateurs de cinéma recherchent toujours plus de dynamique, ce que ne proposent pas les petits capteurs : seuls les capteurs 24x36 peuvent l'offrir.

Zeiss, nouvelle gamme d'optiques Milvus, 2/50M, détailFocus Numérique – Après la 4K, la 8K pointe déjà le bout de ses pixels. Les Milvus sont-ils taillés pour ce format ?

Christophe Casenave – En plein format, il n'y a aucun problème : les Milvus sont capables de résoudre beaucoup plus d'informations. Après, pour le broadcast, il faudra des optiques très performantes sur tout le champ pour que l'opérateur puisse zoomer dans toutes les parties de l'image pour une diffusion en HDTV 1080 ou 4K. C'est déjà beaucoup plus difficile. Il faudra sans doute des optiques spécialisées.

Focus Numérique – Selon toi, quelles sont les plus belles innovations technologiques de ces dernières années ?

Christophe Casenave – Chez Zeiss, l'une de notre plus belle réussite est la gamme Master Anamorphic pour le cinéma. C'est vraiment une série d'optiques d'un très grand niveau qualitatif. Mais ce n'est pas très grand public. Personnellement, je trouve très intéressant tout ce qui se passe autour des compacts à objectifs interchangeables. La visée électronique apporte un certain nombre de nouveautés dans l'utilisation des appareils photo.

Focus Numérique – Il y a très peu d'optiques Zeiss stabilisées. Pourquoi ce choix ?

Christophe Casenave – Notre nouveau 85 mm Batis est stabilisé. Mais nous l'avons déjà évoqué, la stabilisation optique a des coûts. Des coûts sur le prix, mais également sur le contraste. La stabilisation se fait actuellement au détriment de la qualité optique et nous pensons qu'il est préférable de stabiliser le capteur.

Focus Numérique – Vous avez déjà des gammes optiques équipées de systèmes autofocus. Pourquoi ne pas proposer des systèmes débrayables avec la possibilité de faire la mise au point manuellement, une belle qualité de mouvement de la bague et l'utilisation très rapide d'un autofocus ?

Zeiss, Christophe Casenave, chef produit optique photoChristophe Casenave – Il faut bien comprendre que nous visons différents marchés. Le segment COI est un peu plus grand public et ces photographes recherchent la mise au point automatique. Pour le marché des reflex, nous souhaitons vraiment nous différencier. Les reflex deviennent des boîtiers très élitistes ; nous voulons offrir des optiques différentes et nous assumons ce choix.

Focus Numérique – Quelles sont les tendances en optique pour les prochaines années ? Miniaturiser les optiques ? Améliorer la qualité d'image ? Proposer des ouvertures encore plus généreuses ?

Christophe Casenave – Avec les COI, nous avons des boîtiers plus petits, donc je pense que toutes les technologies qui visent à réduire la taille et le poids des optiques sont très intéressantes. Il faut également travailler sur la correction des aberrations chromatiques. Dans ce domaine également, les technologies doivent également progresser, car plus les capteurs seront détaillés, plus ces aberrations seront visibles. Pour améliorer la dynamique, il faudra également essayer de réduire les reflets et les images fantômes.

Focus Numérique – Chez Zeiss, vous semblez apprécier les COI. Peut-on espérer voir un jour un Zeiss Ikon numérique ?

Christophe Casenave – Ah ! Je n'en sais rien. C'est un tout autre domaine !

> Zeiss Milvus : une nouvelle gamme de focales fixes du 25 au 100 mm
> Tous nos tests d'optiques

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation