Sony A7S II : les meilleures offres

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO. Le Sony Alpha 7S II est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 100 ISO et une ouverture de f/5,6. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (ARW). Le boîtier est configuré par défaut, notamment pour ce qui est de rédaction du bruit électronique.

Les JPEG

Dans la gamme Sony Alpha, l'A7S premier du nom est le moins défini avec "seulement" 12 Mpx. Les autres A7 II offrent 24 Mpx et l'A7R II, 36 Mpx. Toutefois, de tous ces modèles, seul l'A7R II dispose d'un capteur Exmor R rétroéclairé (BSI : Back Side Illuminated). Dommage que Sony n'ait pas profité de cette évolution pour apporter cette technologie, qui offre un surcroît de sensibilité, au capteur de 12 Mpx de l'A7S II.

La plage de sensibilité est identique à celle du précédent modèle, à savoir 50-409 600 ISO. Une sensibilité record, donc, mais avec des photodiodes loin des standards actuels. Ainsi, avec un côté de 8,5 µm, la collecte de lumière est réalisée sur une surface de collecte 5 fois supérieure à celle d'un APS-C de 24 Mpx et 3,6x supérieure à celle d'un Sony A7R II !

Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) test review taille de capteur
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Et ces "grosses" photodiodes montrent leur avantage dès la première tranche de sensibilité ISO, entre 50 et 3 200 ISO : le moutonnement est presque imperceptible, les couleurs denses, les détails nombreux. Il n'y a rien à redire, c'est extrêmement efficace. Les premiers artéfacts sont visibles, avec beaucoup d'attention, à 6 400 ISO sur écran et à 100%. On est en mode pixel peeper : autant dire que les dégradations sont minimes et c'est vraiment impressionnant.

Un premier cap est franchi à 12 800 ISO (oui oui, 12 800 ISO). Le moutonnement est (enfin) visible sur les aplats colorés et les plus fins détails sont moins précis. Même à 25 600 ISO, le bruit de chrominance est bien contenu et seul le bruit de luminance (moutonnement) vient dégrader les images. Les JPEG sont facilement exploitables jusqu'à 25 600 ISO, ce qui est déjà une belle performance, mais vous noterez une baisse importante de la dynamique (les zones sombres deviennent bouchées). Les couleurs conservent leur éclat, ce qui est appréciable.

Logiquement, les dégradations s'amplifient avec la montée en sensibilité. Les images deviennent plus contrastées avec moins de détails dans les ombres et les fins détails sont dilués dans le moutonnement désormais vraiment visible. À 102 400 ISO, l'image est encore plus "enterrée", les hautes lumières moins précises et la granulation un peu plus grossière. On touche aux limites des fichiers JPEG.

Pour les sensibilités supérieures et sans post-traitement (passage en noir & blanc par exemple), il sera plus sage de travailler en RAW afin de bénéficier du savoir-faire des éditeurs de logiciel. Mais là encore, il n'y a guère de magie et au-delà de 102 400 ISO, l'exploitation des images devient complexe.

Sony A7S II : Réduction du bruit standard 50-400 ISO
Sony A7S II : Réduction du bruit standard 800-409600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (50-100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600-51200-102400-204800-409600 ISO)


Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Sony A7S II à quelques boîtiers emblématiques actuels, tels le Nikon D4S (24x36 à 16 Mpx), le Canon 1DX (24x36 à 18 Mpx) et le Nikon D810 (24x36 à 36 Mpx). Pour l'occasion, nous avons choisi de grimper en sensibilité et de passer de 6 400 ISO à 12 800 ISO afin de "stresser" un peu plus les boîtiers.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 12 800 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Les grands capteurs peu pixelisés montrent clairement leur avantage sur la profusion de pixels. Ainsi, les images à 12 / 16 / 18 Mpx sont moins bruitées. Le match se joue donc entre l'A7S II et les deux reflex sportifs (Nikon D4S et Canon 1DX), l'1DX se montrant comme un dangereux concurrent. Le Nikon D810 est légèrement distancé.

Oscilloscope

Passons certaines images de l'A7S II de Sony sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les résultats sont vraiment excellents jusqu'à 3 200 ISO, et la dégradation est bien visible à 51 200 ISO. Les images sont assez facilement exploitables jusqu'à 12 800 ISO, voire 25 600 ISO, mais la granulation est déjà très présente dans les aplats denses. Au-delà, le bruit vient consteller nos zones de gros avec un moutonnement nettement perceptible qui dilue les plus fins détails.

Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit électronique sur gris 100 ISO
Sony A7S II – 100 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit gamme gris graphique 100 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit électronique sur gris 1600 ISO
Sony A7S II – 3 200 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit gamme gris 6400 ISO
Sony A7S II – 12 800 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit gamme gris 12800 ISO
Sony A7S II – 51 200 ISO
Sony Alpha 7S 2 (A7S 2) test review bruit gamme gris graphique 12800 ISO

Les fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour une des séries des pixels verts.

On note deux paliers. Le premier se situe à 25 600 ISO et le second, à 102 400 ISO. Comme avec l'A7R II, on observe également un recul du bruit électronique, ici à 3 200 ISO (à 800 ISO pour l'A7R II), ce qui est assez étonnant.

Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) bruit électronique fichiers bruts ARW

Sony A7S II : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation