Sony RX10 IItest review recommandé

Hormis son prix nettement en hausse et les modes HFR en vidéo, le Sony Cyber-shot RX10 II ne présente pas de véritables surprises et la 4K était attendue. Elle est heureusement présente. Cette 2e mouture ne s'adressera donc pas aux possesseurs de RX10 qui ne trouveront, dans ce Mark II, qu'une bien piètre évolution. À moins que la vidéo 4K soit une priorité.

Le RX10 II reprend donc les excellentes bases de son aîné : une belle fabrication, un zoom optique 24-200 mm f/2,8, lumineux et polyvalent (et introuvable sur une autre configuration de type objectifs interchangeables), une bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 ISO, un capteur 1" bien défini (20 Mpx), un mode rafale rapide et désormais un mode vidéo 4K épaulé par la possibilité de connecter des micros et d'utiliser un casque.

L'arrivée de la vidéo 4K est accompagnée des modes HFR (Hautes Fréquences) qui permet d'enregistrer jusqu'à 1 000 i/s pour de superbes et impressionnants ralentis. Avec les profils d'images, le S-Log et la sortie HDMI non compressée, le RX10 II est une impressionnante machine à filmer. Un petit caméscope haut de gamme et de poche.

Au final, le Cyber-shot RX10 II séduit assurément, et reçoit un recommandé. Mais nous restons sur notre faim. Le RX10 présentait des lacunes qui n'ont nullement été corrigées sur cette deuxième itération : toujours aucun écran tactile, pas de GPS, un temps de mise sous tension trop long... Avec une hausse plus que conséquente du tarif, nous attendions des évolutions plus marquées.

Points forts

Points faibles

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 / 6 400 ISO

Choix du collimateur AF peu intuitif

Déclenchement totalement silencieux. Possibilité de photographier au 1/32 000 s

Écran LCD non tactile, un peu trop fragile et qui ne peut pas se retourner complètement.

Zoom 24-200 mm f/2,8 de très bonne facture. Stabilisation optique efficace.

Temps de mise sous tension un peu long

Écran LCD inclinable. Viseur électronique spacieux et précis.

Effet de diffraction à partir de f/8

Chargement par micro-USB

Autonomie de la batterie à peine suffisante : environ 400 vues (2 batteries livrées).

Mode panoramique par balayage. Mode HDR convaincant.

Pas de chargeur de batterie livré, pourtant il y a deux batteries.

Connexion griffe accessoire multiformat pour flash, micro XLR, torche...

Pas de GPS intégré

Menus personnalisables. Logiciel Capture One Pro livré en standard.

Format brut propriétaire (.ARW)

Écran LCD de rappel rétroéclairable

Suivi autofocus insuffisant pour de la photo sportive.

Connexion Wi-Fi / NFC pour le pilotage distant et le téléchargement d'applications

Menus parfois mal organisés : pas de menu spécifique à la vidéo.

Mode vidéo complet. Possibilité de filmer en 4K Télé.

Obligation d'utiliser une carte SDXC pour filmer en 4K ou en HFR

Entrée micro / sortie casque pour un contrôle facilité de la captation sonore

 

Modes vidéo HFR (hautes fréquences) intéressants

 

Qualité de fabrication du boîtier. Bague de mise au point très agréable.

 

Filtre ND disponible pour profiter au maximum de l'ouverture f/2,8

 

Bague de diaphragme débrayable (silencieuse)

 


Face à la concurrence

Panasonic FZ1000

Le bridge qui avait détrôné le RX10 il y a un an a aujourd'hui un sérieux concurrent avec notamment (et surtout) la possibilité de filmer en 4K.

En vidéo, le RX10 II prend même désormais l'avantage avec des débits plus importants en AVCHD, des modes HFR et la possibilité d'utiliser des profils d'image et le fameux S-Log de Sony.

En photo, le match reste serré et les deux capteurs délivrent des images assez proches. Un point différencie les deux concurrents : le zoom. D'un côté un zoom à ouverture constant f/2,8, mais limité à 200 mm. De l'autre, une ouverture glissante f/2,8-4 à l'amplitude plus généreuse (25-400 mm). Pas simple de trancher et tout dépend de votre pratique photographique. Le FZ1000 dispose d'un écran complètement articulé et surtout tactile. En outre, et c'est important, il est nettement moins cher !

Canon G3X

Canon a rejoint Sony et Panasonic sur le segment des appareils à long zoom et capteur 1". Toutefois, ce dernier fait l'impasse sur le viseur électronique intégré ce qui pénalise lourdement le boîtier. Oubliez également la vidéo 4K : Canon mise avant tout sur l'impressionnant zoom optique 24-600 mm qui fait du G3X un appareil photo polyvalent. Côté autofocus, les deux boîtiers jouent dans la même cour avec un système à détection de contraste assez performant dans les deux cas.

Mis à part ce zoom et l'écran tactile, le G3X est dominé par le RX10 II : meilleure autonomie, obturation jusqu'au 1/32 000 s, mode vidéo HFR, mode panoramique par balayage, S-Log en vidéo, mode rafale à 14 i/s et 6 i/s avec suivi de sujet...

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation