La double exposition, également appelée exposition multiple ou encore surimpression, consiste à superposer des prises de vues capturées à des instants différents de façon à créer une image unique. Réalisable aussi bien avec un appareil photo argentique que numérique, cette technique permet de réaliser des clichés surprenants et de créer du sens par l'association de deux sujets distincts.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Exercice photo, la double exposition

Le principe

Si la pratique de la double exposition remonte à l'âge d'or de la photographie argentique, un regain d'intérêt pour cette technique a récemment été amorcé par le somptueux générique de la série True Detective et le récent travail de photographes talentueux. En témoigne le portfolio de Louis Dazy, dont nous vous présentions les magnifiques clichés il y a peu.

Exercice photo, la double exposition
© Louis Dazy.

Ce procédé consiste à l'origine à capturer deux prises de vues successives sans avancer le film présent dans un boîtier argentique. Le même négatif est ainsi exposé deux fois pour laisser apparaître deux scènes différentes en surimpression. En suivant la même logique, un nombre important d'expositions successives est en réalité possible.

La double exposition peut être réalisée de différentes manières et à l'aide de divers supports. Les mêmes règles s'appliquent en effet pour les surfaces photosensibles que sont la pellicule argentique et le capteur numérique. Un résultat similaire peut également être accompli en post-traitement grâce au système de calques proposé par les logiciels de retouche tels que Photoshop ou The Gimp. Les contraintes techniques sont alors moindres.

En pratique

Certains appareils argentiques disposent d'un mode dédié permettant de bloquer l'avance du film. Le charme de la création aléatoire opère alors, mais il reste cependant difficile de cadrer les images de façon à obtenir la composition souhaitée. A contrario, les appareils numériques possédant une telle option affichent le premier cliché en surimpression lorsque vous cadrez pour la deuxième fois.

Quel que soit votre support de prédilection, la pratique de cette technique nécessite de garder à l'esprit que chaque déclenchement supplémentaire augmente la quantité de lumière reçue par la surface photosensible. On considère ainsi qu'il convient de sous-exposer chaque vue de 1 IL dans le cas d'une double exposition et de 2 IL dans le cas d'une quadruple exposition. Si chaque situation exige des paramètres de prises de vues différents, cette règle simple vous permettra d'éviter la surexposition.

Exercice photo, la double exposition

N'importe quelle combinaison d'images est possible, mais les photographies les plus saisissantes sont bien souvent celles dont la composition a été mûrement réfléchie dès la prise de vues. Le principe de base reposant sur une association de valeurs positives et négatives, ce sont les zones les plus denses (noires) du premier cliché qui laisseront apparaître les informations contenues dans le second cliché.

Pour conclure

Exercice photo, la double exposition

Les premiers essais étant parfois peu concluants, la pratique de la photographie numérique prend tout son intérêt en vous permettant d'expérimenter à l'envi. Notez que le noir et blanc peut parfois simplifier l'exposition multiple en accentuant l'aspect graphique de l'image.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !

Lire également :
> Les expositions multiples de Louis Dazy
> Laissez libre court à votre créativité avec l'exposition multiple
> Toutes nos astuces photo

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation