couverture Paris Match Marilyn Monroe, anniversaire de sa disparition

C’est un magazine que chacun a un jour tenu entre ses mains. Que ce soit chez le coiffeur, le médecin, le marchand de journaux ou dans votre boîte aux lettres, quel que soit votre âge, vous avez déjà eu l’occasion de feuilleter les pages du célèbre magazine, dont les contributeurs, en majorité dans l’ombre, ont permis d’admirer des clichés souvent uniques.

Mais comment fonctionne cette machinerie si bien huilée ? où sont stockées les milliers d’images qui ont fait l’histoire de Paris Match, et comment choisit-on les clichés du prochain numéro ?

Pour répondre à ces questions, nous avons rencontré Marc Brincourt, rédacteur en chef du service photo et mémoire vive de ces fonds photographiques, ainsi qu’Agnès Vergez, directrice du développement photo.

Pour commencer cette petite enquête, nous démarrons au point de départ de l’aventure photographique de Paris Match : la conférence de rédaction. C’est durant cette étape charnière que sont déterminés les sujets et, par là même, les photographies que le magazine souhaitera utiliser. Pour ce faire, Paris Match a plusieurs cordes à son arc : photographes attitrés, fonds anciens ou encore travail de recherche au cœur des banques d’images Internet. C’est un travail extrêmement chronophage, puisque le service photo, rien que pour les grandes agences d’images, reçoit sur ses machines entre 20 et 25 000 clichés par jour. Un travail de veille incessant,dans le flux continu des images du monde entier. Mais cette manne, malgré tout, ne représente pas tout le travail de recherche pour le magazine.

vue du couloir des archives de Paris Match
Quelque peu austère et relativement petite, la salle abrite pourtant plusieurs millions de clichés parfaitement rangés.

Si Paris Match parvient en effet à se démarquer des autres titres de la presse papier, c’est aussi parce que la rédaction sait retrouver dans ses archives les images qui font mouche. Riche d’un fonds d’environ 15 millions de clichés soigneusement conservés depuis 1949, le journal connaît ses archives mieux que personne. Marc Brincourt me raconte qu’il doit parfois informer les agences d’images de l’existence de certaines photos numérisées et mises à disposition sur les sites. Il souligne l’importance de connaître le contenu de ses fonds et de ne pas se reposer que sur le contenu numérisé, efficace mais faillible.

Nous soulevons alors le délicat problème de la conservation des archives, entités vouées à disparaître ou à être remisées puis oubliées dans des salles où personne ne retournera plus inspecter le contenu.

les casiers contenant les diapositives
Plus loin, des centaines de casiers contenant un nombre incalculable de diapositives.

C’est ce que le responsable des archives photo se refuse à faire : ne plus exploiter une culture photographique et un goût prononcé pour ces rayonnages contenant toute l’histoire photo de Paris Match. Posséder ses propres fonds physiques reste chose rare, puisque vous l’aurez noté, Paris Match est pour le moment le seul magazine dont nous vous proposons la visite.

Bien sûr, il s’agit d’une plus-value inestimable pour la rédaction qui n’hésite pas à aller chercher au fond des rayonnages "LA" photo qui fera la différence. Lorsqu’il aborde la numérisation des fonds physiques, Marc Brincourt déplore un métier sur le déclin. En effet, la totalité de ces banques d’images physiques ne sont souvent pas numérisées, et la mise à disposition de certaines images en ligne, ainsi que les mots-clés qui leur sont attachés, conduisent bien souvent à voir et revoir toujours les mêmes clichés pour un sujet donné

Sur les 15 millions de photos constituant les archives de Paris Match, seules 350 000 (soit 2 % environ) existent pour le moment sous forme numérique.

Pour ces 300 à 350 000 photos, plusieurs solutions de valorisation sont possibles. La première est bien sûr le partage via une banque d’image (Paris Match a choisi de diffuser son contenu sur Getty), la deuxième concerne l’organisation d’expositions (nous vous présentions l'été dernier Les Stars et la Seine, par exemple) et la troisième vise la vente de tirages aux particuliers.

Agnès Vergez, directrice du développement photo, m’explique alors que le but de cette commercialisation des fonds est d'engendrer un cercle vertueux. Les bénéfices des ventes, expositions et achats sur banque d’images devrait permettre de financer plus de numérisations, etc., etc.

Un nouveau plan de numérisation des fonds devrait être mené fin 2015.

une étagère de rangement de clichés dans les archives de Paris Match
Dans ces dossiers, des milliers de tirages papier qui ont fait l'histoire du magazine.

Si le magazine peut se permettre de prendre son temps pour numériser ses fonds, c’est notamment parce qu’il s’est affranchi des problèmes de dégradation de ces fichiers physiques. En effet, Paris Match a grandement investi dans la mise aux normes de son pôle d’archives photographiques. Comme à l’ECPAD, l’hygrométrie (35 %) et la température (16 °C) y sont soigneusement contrôlées.

Ce trésor, précieusement conservé, est également partagé avec le public par le biais des réseaux sociaux et notamment d’Instagram avec le compte officiel de Paris Match. Ces mêmes réseaux sociaux, très riches en images, permettent parfois au magazine, par un cocasse retournement de situation, d’obtenir des clichés que les stars se refusent habituellement à donner à la presse.

L'un des clichés des obsèques de Kennedy, posé vraisemblablement pour un travail en cours.

Et lorsque l’on pénètre dans cette salle climatisée, somme toute pas si grande que ça, on se demande comment 15 millions de clichés peuvent être stockés là-dedans. D’ailleurs, ces archives ne contiennent que les photos de Paris Match. Même si le magazine appartient au groupe Lagardère, chaque publication dispose du fonds qui lui est propre.

À peine le temps de jeter un regard furtif aux casiers de diapositives que les portes du pôle archives se referment déjà.

Vous l’aurez compris, plus que jamais, Paris Match a l’intention de valoriser ses fonds. Restez à l’écoute, car des projets d’exposition et de livres (notamment aux Éditions du Chêne) devraient voir le jour très prochainement.

> Le site de Paris Match
> Paris Match sur Instagram (compte officiel)

À lire également :
> Les Stars et la Seine, quand Paris Match ouvre ses archives
> Tous nos articles Rencontres

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation