L'Olympus E-M10 Mark II à peine arrivé à la rédaction, je décide de partir à Londres afin de le tester sur le terrain. Le temps n'est malheureusement pas au rendez-vous et quand j'arrive, la capitale anglaise fait grise mine. Pas de quoi rebuter un french-testeur. Armé d'un 14-150 mm II, ce nouveau compact à objectif interchangeable compact et léger semble parfait pour découvrir une ville en mode tourisme. Récit.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, vue de face capteur

Gabarit

Pour cette journée londonienne, j'ai choisi de voyager léger et ça tombe bien, l'EM-10 Mark II est un modèle de compacité. Même avec le 14-150 mm II, plusieurs optique (60 mm f/2,8 Macro, 45 mm f/1,8 et 8 mm caps), un chargeur et une batterie supplémentaire, j'ai encore largement de la place dans mon petit sac Thule Perspektiv et l'ensemble se révèle très léger. Je peux facilement transporter un ordinateur portable 13" pour parfaire l'équipement, même si aucun emplacement n'a été prévu pour dans le sac.

Mieux encore, j'ai pu au cours de la journée enfouir les différentes optiques dans les poches de mon blouson pour éviter d'avoir à enlever une bretelle du sac à dos afin d'accéder aux optiques. Certes, l'ensemble pesait un peu au fond des poches, mais cela s'est avéré bien plus pratique.

L'E-M10 II est nettement plus compact que le plus plus compact des reflex Nikon, le D5500 (capteur APS-C). Il reste toutefois aussi encombrant qu'un Sony A6000 équipé, lui, d'un capteur APS-C.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), comparaison taille Nikon D5300
Capture d'écran issue du site Camerasize. (Crédits : Camerasize)

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), comparaison taille Sony A6000
Capture d'écran issue du site Camerasize. (Crédits : Camerasize)

Ergonomie

Contrairement à la série EM-5, l'E-M10/10 II ne bénéficie pas d'une finition à l'épreuve des intempéries. La construction semble solide, mais même si je comprends bien séparation de la gamme au niveau de la résistance à la poussière et à l'humidité, j'aurais apprécié la présence de quelques joints au niveau de la trappe de la batterie, par exemple. Pendant cette journée maussade et pluvieuse, l'EM10 II s’est bien comporté et a parfaitement résisté aux quelques gouttes d'eau, cependant l'appréhension de sortir l'appareil est bien là.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, de 3/4 sans optique

Le revêtement extérieur est un eu trop lisse à mon goût et manque de mordant pour assurer une bonne préhension. Une poignée légèrement plus creusée aurait également apporté un peu plus de confort. Pour une meilleure prise en main, il existe une poignée additionnelle (ECG-3, 65 €), mais malheureusement pas de poignée d'alimentation. Le repose-pouce, à l'arrière, est très agréable et pratique pour bien maintenir l'appareil photo.

Le dessus de l'appareil évolue notablement par rapport à la précédente version, tout en concentrant la majorité des commandes.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, vue de dessus

Sur l'épaule gauche, vous trouverez un levier pour la mise sous tension qui, poussé d'un cran, permet d'éjecter le flash pop-up. Ce placement peut sembler un peu fantaisiste dans un premier temps, mais avec l'habitude, le geste s'avère rapide et pratique.

L'épaule droite est un imposant tableau de bord avec pas moins de 3 molettes et deux commandes ! Impressionnantes de prime abord, ces deux molettes de réglage sont un vrai "plus". Elles sont accompagnées d'un barillet pour le choix des modes d'exposition (PSAM, scènes, filtres artistiques...). De fait, on accède rapidement aux principaux réglages photo en un clin d'œil. Deux commandes personnalisables viennent compléter le tableau. Notez qu'il n'y a pas d'accès direct à la motorisation et qu'il est étrangement impossible d'associer une touche Fn à cette fonctionnalité. Il faudra l'activer via une direction du joypad.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, vue de dos

Le dos est un plus épuré. Au-dessus du cale-pouce se trouve une touche personnalisable Fn1. En dessous, vous retrouverez une configuration classique, à savoir un trèfle de sélection muni d'un bouton de validation centrale ainsi que 4 commandes (Menu, Info, Lecture et Corbeille).

Visée

L'écran LCD tactile de 3 pouces (7,6 cm de diagonale) affiche 1 037 000 points orientable, de 80° vers le haut et 50° vers le bas. Il s'avère pratique pour la visée au-dessus d'un obstacle ou au ras du sol. Pour ma part, je continue à préférer les écrans montés sur rotule qui offrent plus de liberté de mouvement et protègent l'écran. Le tactile autorise la mise au point au doigt directement sur l'écran, et il sera désormais possible de déplacer le collimateur AF au doigt tout en utilisant le viseur. Si l'idée est bonne et déjà proposée par la concurrence (Panasonic, Nikon...), sa mise en œuvre sur l'E-M10 II est un peu plus laborieuse. Le déplacement du collimateur est, par exemple, moins fluide que le Panasonic GX8.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, animation écran LCD

Sans atteindre le confort de celui de l'EM-5 Mark II, le viseur de l'EM-10 Mark II se révèle confortable avec une dalle Oled de 2 360 000 points avec un grossissement de 0,62x (équivalent 24x36). La visée est spacieuse, la plupart du temps fluide et donc très agréable. On est loin des viseurs étriqués de certains reflex récents.

Le viseur électronique évolue notablement, puisqu'une dalle Oled de 2 360 000 points fait son apparition. La couverture de champ est classiquement de 100 %, mais le grossissement atteint 1,23x, soit 0,62x en équivalent 24x36, ce qui est plus confortable que sur la majorité des reflex dans la même gamme de prix (0,55x pour le Nikon D5500 et le Canon 760D, par exemple). L'affichage se montre fluide et précis, même en basse lumière. Comme avec tous les écrans LCD, la visée de l'E-M10 II souffre d'une dynamique un peu faible par rapport à une visée optique, mais globalement cette nouvelle dalle est une réussite. Vous pouvez naturellement afficher de nombreuses informations dans le viseur, comme des grilles d'aide à la visée, un histogramme d'exposition ou un niveau électronique. En outre, la visée est également stabilisée à l'aide du système mécanique.

Menus

Les menus de l'OM-D EM-10 Mark II sont toujours aussi denses, et à mon sens confus. Ce boîtier s'adresse à des photographes certes exigeants, mais pas forcément experts. Passé les premières lignes, les fonctionnalités proposées sont de moins en moins évidentes, la navigation s'avère alambiquée et les contractions, difficiles à comprendre. Après plusieurs années de tests d'appareil Olympus, certaines options me sont encore obscures. Sur ce point et sur l'interface graphique, Olympus doit vraiment travailler à rendre l'utilisation de ses appareils plus intuitive. 

Test Olympus E-M10 Mark II menusTest Olympus E-M10 Mark II menusSans aide contextuelle, à vous de savoir à quoi correspond la "Fonction mode cadran" ou "Tout WB"...

Test Olympus E-M10 Mark II menusTest Olympus E-M10 Mark II menus
Qu'est-ce que l'AF temps réel ? Quelles différences entre Silence, Réduction du bruit ou Anti-Vibration ?

Dans le train, un appareil discret

Sans être bruyant, l'E-M10 II n'est pas un appareil discret par défaut. Toutefois, vous avez la possibilité d'utiliser le premier rideau électronique qui vient minimiser l'impact sonore du déclenchement. Mieux, un obturateur complètement électronique est également disponible. Dans ce mode, l'appareil est totalement silencieux ce qui s'avère un véritable atout pour la photographie de spectacle ou pour capturer des moments en toute discrétion.

À bord de l'Eurostar, en cette heure matinale, le wagon est totalement silencieux et l'utilisation de l'obturateur électronique est de mise. Même s'ils dormaient profondément, mes voisins ne sont pas réveillés au moment de la prise de vue.

Dans Londres, intérieurs et extérieurs

Sorti du train, je choisis de glisser le petit E-M10 Mark II et le 14-150 mm (version II lui aussi) en bandoulière sous mon blouson. Je suis ainsi plus discret et je protège l'appareil de l'eau, car la pluie s'est également invitée à ma virée londonienne. Malgré l'optique équivalente à un 28-300 mm, j'arrive facilement à glisser l'appareil derrière mon bras et, d'un simple glissement, je peux le sortir pour déclencher assez rapidement.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 1600 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : -0.3 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 1250 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
La gare de Saint-Pancras et ses deux belles horloges seront les sujets de mes premiers déclenchements outre-Manche.

Direction l'hôtel pour me débarrasser de mon encombrante valise et partir à la découverte de la ville. La décoration de la chambre est à l'image de la ville : un peu shocking. J'en profite pour réaliser un triptyque de la chambre avec le photoframe. C'est facile à mettre en œuvre et le résultat est plutôt réussi.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, photoframe

En route pour Oxford Circus ensuite et la Tamise. Je profite de Saint-James Park pour tester le petit kit Olympus sur des animaux. Oui, on ne recule devant rien. Le ciel est vraiment bas, l'E-M10 Mark II monte rapidement dans les tours et ne descend pas en dessous de 1 000 ISO. Pour ne pas grimper trop haut, je décide de sous-exposer et de retravailler les images sur ordinateur. Pour la deuxième photo de l’écureuil, j'ai été surpris et je n'ai pas eu le temps de corriger l'exposition. Elle est donc très sombre. Là encore, ce sera l'occasion de retravailler l'image sur ordinateur et de voir le potentiel des fichiers bruts.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 1000 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : -1.7 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/7.1
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 47 mm, décalage expo : -2.3 IL

Télécharger le fichier raw
Les écureuils anglais ne sont pas farouches, mais sont toujours très rapides.

Stabilisation mécanique

Je profite de ce parcours bucolique pour utiliser le 60 mm f/2,8 Macro sur quelques fleurs (je vous le disais, on ne recule devant rien...). Je n'ai pas de trépied et, à main levée avec quelques millimètres de profondeur de champ, la mise au point est plus que délicate. Je mets la stabilisation mécanique à l'épreuve en choisissant une vitesse d'obturation oscillant entre 1/125 et 1/200 s. Si le point est parfois hasardeux, je ne constate pas beaucoup de flou de bougé. La stabilisation mécanique par déplacement du capteur sur 5 axes assure correctement sa mission.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 3200 ISO
Focale : 60 mm, décalage expo : 0 IL

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 60 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 500 ISO
Focale : 60 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw
Avec le 60 mm f/2,8 macro à main levée, la stabilisation mécanique est plus qu'une option : elle est indispensable, ne serait-ce que pour stabiliser la visée.

Mise au point, rafale et suivi de sujet

L'Olympus E-M10 II utilise un module autofocus par détection de contraste baptisé FAST. Sur le terrain, le petit boîtier s'est montré réactif et agréable à utiliser. En mode Single, la recherche du point est rapide et les effets de pompage, peu perceptibles. En basse lumière et de nuit, les choses se compliquent un peu. L'E-M10 II patine plus régulièrement, mais les conditions lumineuses étaient vraiment compliquées. La reconnaissance des visages et des yeux fonctionne très bien et se montre diablement efficace pour réaliser le point sur l’œil d'un sujet.

Pour la mise au point manuelle, vous disposez à la fois d'une loupe et d'un système de focus peaking (là aussi il faudra farfouiller dans le dédale des menus pour l'activer...) qui assistent bien le photographe.

Le mode rafale monte bien à plus de 8 ips avec la mise au point bloquée sur la première image. On évitera donc ce mode pour un sujet se dirigeant vers soi. Avec le suivi de sujet, la cadence "tombe" à 5,5 ips, ce qui reste tout à fait honorable pour ce type de boîtier. Toutefois, si le mode suivi de sujet existe bien, j'ai obtenu de meilleurs résultats avec le mode autofocus continu sur un seul collimateur. Dans cette configuration, le taux de déchet est proche de zéro sur un véhicule qui se déplace en ville.

Olympus OM-D E-M10 Mark 2 (EM-10 2), test review, suivi autofocus

Filtres artistiques

Je poursuis vers la Tamise en passant près de Westminster et de l'incontournable Big Ben. Le ciel est bas et malheureusement très plat. Les photos de ces majestueux monuments mériteront un peu de post-traitement sur ordinateur. J'en profite pour tester quelques filtres artistiques, notamment le mode "dramatique" qui fonctionne toujours bien sur des ciels gris. Ces effets sont souvent un peu forcés et peu naturels, mais les JPEG deviennent immédiatement beaucoup plus captivants.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/6.3
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 100 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw
Avec ou sans filtre artistique, Big Ben a une tout autre allure.

Je m'oriente ensuite vers le London Eye en traversant le Westminster Bridge. Il est difficile de voir d'anciens bus à impériale : la plupart sont désormais récents. Tant pis, je profite du pont et de Westminster pour tenter un petit filé avec le mode de stabilisation approprié.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/40 s, ouverture : f/13.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw
Un petit flou de filé sur le Westminster Bridge.

Sur l'autre rive, mon œil est immédiatement capté par la grande roue. L'un des points intéressants de la visée électronique est la possibilité de visualiser en direct le rendu des images. Dans ce cas, je peux voir immédiatement l'effet "dramatique" sur les cabines de la grande roue. Une autre attraction permet de se balancer à plusieurs dizaines de mètres au-dessus de la ville.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 18 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/6 s, ouverture : f/22.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 56 mm, décalage expo : -1 IL

Télécharger le fichier raw

Quelques effets créatifs sur les attractions du bord de la Tamise.

Tout proche de là, un skatepark me permet de mettre une nouvelle fois à l'épreuve l'autofocus et la rafale. Les conditions lumineuses sont très mauvaises et, pour ne rien arranger, les skateurs évoluent sous abri. J'impose au boîtier un temps d'obturation de 1/640 s pour figer le mouvement. Avec le peu de lumière et l'objectif peu lumineux, l'E-M10 II est obliger de grimper dans les tours (2 000 ISO). En dépit de cet environnement hostile, il s'est plutôt bien comporté. Ce kit de voyage s'avère plus polyvalent que ce que j'imaginais au départ.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/640 s, ouverture : f/4.9
Sensibilité : 20000 ISO
Focale : 29 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Pour ce genre d’exercice, une optique lumineuse est chaudement recommandée.

Je remonte les berges de la Tamise en direction de la cathédrale Saint-Paul. J'abuse du mode "dramatique" pour immortaliser quelques vues des quais. Habituellement, je ne suis pas grand amateur de ce genre de filtre, mais j'avoue qu'ici, il sauve les JPEG d'une belle morosité.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/7.1
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

On frise l'overdose de "dramatique"...

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 640 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL

Il n'y a pas que le mode "dramatique" dans la vie, il y aussi les couleurs vives !

Saint-Paul se prête bien au mode "dramatique", mais je vous épargne la série et malheureusement, il n'est pas possible de photographier à l'intérieur du bâtiment. Je décide donc de pousser un peu plus loin vers "Le Monument". La colonne a été érigée là où a démarré le grand incendie qui a ravagé une grande partie de la ville en 1666. Il est possible de grimper les 311 marches afin d'avoir une belle vue sur la City. Malheureusement, un filet, assez fin, limite les possibilités photographiques.  Le 14-150 mm II d'Olympus délivre de belles images qui fourmillent de détails.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/6.3
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 36 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 60 mm, décalage expo : -0.3 IL

Télécharger le fichier raw

Quelques effets créatifs sur les attractions du bord de la Tamise.

Il est trop tard pour me rendre au Tower Bridge : je me contenterai d'une vue de loin (et en mode "dramatique" !) et je remonte la Tamise en bateau pour retrouver London Eye et partir en direction de Trafalgar Square.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/5.5
Sensibilité : 640 ISO
Focale : 80 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/80 s, ouverture : f/5.3
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 39 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw
Londres regorge de théâtres, et certaines pièces sont jouées depuis plusieurs années. Selon les conditions lumineuses, le rendu des images en haute sensibilité est plus ou moins acceptable. Ici à 6 400 ISO, l'E-M10 II s'en sort plutôt bien.

La nuit tombe — plutôt vite — et je voudrais essayer la fonction "Live Bulb" qui permet de réaliser des poses longues avec une incrémentation en direct des images à l'écran. Malheureusement, je n'ai pas pris de trépied et trouver un socle s'avère plus difficile à trouver que prévu. Bref, mon expérience de Live Bulb ne s'avère pas passionnante, mais la fonctionnalité est vraiment plaisante à mettre en œuvre.

Je retourne sur les bords de la Tamise pour immortaliser quelques vues de Westminster et de quelques ponts. Les lumières sont difficiles, avec de forts éclairages ponctuels et des zones très sombres. L'Olympus E-M10 II n'est pas aidé par l'ouverture glissante du zoom et monte rapidement dans les tours : 16 000, 25 600 ISO, le compteur s'affole et les images en pâtissent. Malgré la sous-exposition d'1/3 IL, le noir du ciel est délavé et empli d'une granulation peu esthétique. Le capteur encaisse mal les forts écarts de luminosité et les détails sont dilués.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/30 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 16000 ISO
Focale : 56 mm, décalage expo : -0.3 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/40 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 36 mm, décalage expo : -0.3 IL

Télécharger le fichier raw

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/50 s, ouverture : f/5.5
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 56 mm, décalage expo : -0.3 IL

Télécharger le fichier raw
6 400 ISO est une limite qu'il conviendra de ne pas dépasser pour garder des images acceptables quand les conditions lumineuses sont vraiment difficiles.
 
Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/50 s, ouverture : f/4.5
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 15 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw
Petit essai de zooming avec le 14-150 mm II.

Marque : OLYMPUS CORPORATION
Modèle : E-M10MarkII
Vitesse : 1/10 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 1600 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : -0.3 IL

Une fois de plus, le mode "dramatique" permet de donner plus de "punch" à certaines images.

Autonomie, mémoire

Après cette journée passée à Londres, la batterie donne des signes de faiblesse et jette l'éponge après 260 déclenchements. Une autonomie non taillée pour partir en week-end l'esprit tranquille, donc. Le chargeur sera l'un de vos précieux compagnons de voyage. Vous pourrez également acheter une seconde batterie (ou poignée ?). L'E-M10 II ne dispose toujours pas d'un port micro-USB qui permettrait de recharger l'appareil à l'aide des chargeurs universels.

Connexion sans fil

L'Olympus E-M10 II intègre une puce Wi-Fi pour assurer une communication sans fil avec une tablette ou un smartphone. Pas de NFC ici, mais un QR Code qu'il suffit de scanner à l'aide de l'application OI.Share : l'ensemble s'appaire en un clin d’œil.

L'application est classique, mais complète. Vous pouvez toujours télécharger les images du boîtier sur le téléphone, mais aussi avoir un contrôle complet sur la prise de vue. Ainsi, vous pouvez agir sur le mode d'exposition (PSAM), la sensibilité ISO et la balance des blancs. Vous pouvez définir la zone de mise au point directement sur l'écran de votre smartphone.

Vous avez aussi le contrôle sur le LiveTime qui permet de créer des effets de lightpainting à distance et d'arrêter l'enregistrement quand bon vous semble. Enfin, vous pouvez marquer vos images avec les données GPS de votre téléphone, l'E-M10 II ne disposant pas de dispositif prévu à cet effet.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation