Si je vous dis Lensbaby, certains d’entre vous auront peut-être le réflexe de me parler d’objectifs à décentrement. Ce qui semblerait logique puisque la marque américaine s’est faite connaître grâce à son Lensbaby Composer, donnant d’étonnants résultats en termes de profondeur de champ.

Un nouveau bébé est aujourd'hui à ajouter à la liste des optiques du constructeur : le Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6. Ce petit objectif avec bague d'ouverture manuelle (et au look rétro façon 50 mm du boîtier reflex de maman) promet de vous séduire grâce à un effet de flou gaussien des plus étonnants.

Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6

Encore une fois, la marque américaine prend le contre-pied de la tendance actuelle. Là ou n’importe quel constructeur lancerait le chant des sirènes de la netteté, Lensbaby tente de redorer le blason du flou « velouté » en en faisant la caractéristique principale de son nouveau produit. Notez que le terme anglais « velvety » est un peu plus vendeur, mais je ne vous apprendrai rien en vous disant que le français n’est pas le summum en terme de langage marketing

Ce flou est d'autant plus marqué à ouverture maximale. En effet, vous pourrez vous réjouir d’un objectif lumineux puisque celui-ci va jusqu'à f/1,6 (un poil plus qu’un vieux 50 mm, wouhou). Le hic étant son prix qui avoisine les 500 €.  

Voici quelques images qui vous donneront autant d'exemples de ce qu'il est possible d'obtenir. Ne vous frottez pas trop les yeux, ça ne changera rien, ça a l’air flou parce que ça l’est vraiment. Effet velvety... C'est noté dans le mode d'emploi.

Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6
Vous noterez avec quel plaisir je vous propose des images de maltraitance humaine prises sur le vif. (Notez qu’ici, je vous présente un cliché à f/1,6, ce qui me fait un peu saigner les mirettes)

Mais rassurez-vous, vous n’obtiendrez ce résultat flagrant qu’à pleine ouverture. Par ailleurs, si l’ouverture de f/1,6 ne sied pas aux scènes de la vie sauvage, les portraits rapprochés ou les photographies macro de fleurs donneront de bons résultats. Car oui, il faut bien le dire, le Velvet 56 possède un mode macro dont le rapport de grandissement de 1:2 est très intéressant. La fiche technique spécifie que la mise au point peut s'effectuer d'une distance de 12,7 cm jusqu'à l'infini. Idéal donc, pour combiner cette option avec l’ouverture maximale et son effet de flou très caractéristique.

Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6

Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6

Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6
Le sujet est bien net, mais enrobé de ce que la marque appelle de façon marketing l’effet
« velvety ». Traduisez « velouté ».

Même si pour l’instant vous vous moquez de ces gens qui ont osé commercialiser une chose pareille, ravalez vos sarcasmes pour un petit moment. J’en conviens, à f/1,6, l’effet de flou pourrait paraître grossier, mais plus vous fermerez le diaph, plus vous obtiendrez des effets intéressants. Avec la pratique, vous constaterez que certains sujets (comme les portraits) se prêtent plus que d’autres à ce flou exagéré, et qu’en fermant le diaph, les paysages se parent d’un bokeh circulaire qui présente, somme toute, un certain charme. Évidemment, je ne vous rappelle pas que ce flou est l’un des principaux arguments de vente de Lensbaby sur cette optique, et que malgré ses travers, elle laissera sans doute place à la créativité et à l’imagination de chacun. Et si apprivoiser le Velvet 56 demande un peu de pratique (dans les faits, je ne vous cache pas avoir peu ouvert à f/1,6), une fois le coup de main pris, vous apprécierez certainement utiliser cet objectif atypique. 

Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6


Lensbaby Velvet 56 mm f/1,6


En bref, le Lensbaby Velvet 56 s’adresse clairement aux photographes que la fantaisie n’effraie pas. Les autres passeront leur chemin.

Même si l’optique possède une bague manuelle de réglage du diaphragme agréable et fluide (allant de f/1,6 à f/16), ainsi qu’un mode macro, l’effet de flou très particulier qu’elle procure pourra en dérouter certains. Malgré tout, pour ceux qui savent jouer avec la lumière, cet effet auréolé saura séduire les portraitistes aventureux. Le prix en revanche pourrait en décourager beaucoup. Le tarif de 500 € reste un peu trop élevé pour une optique aux allures de focale argentique plongée dans un bain de vaseline.

En toute objectivité, la rédaction ne s’affranchira donc pas du détail pécuniaire qui refroidit quelque peu nos ardeurs concernant une recommandation sur cette optique. Nous convenons qu’elle présente un intérêt artistique et qu’à l’instar d’un Petzval ou d’un Composer elle permet d’obtenir des résultats uniques, c’est malgré tout bien cher payé pour un résultat si vaporeux. Pas de recommandation donc pour ce dernier Lensbaby mais une mention spéciale pour le plaisir de shooter des sujets enrobés d’un flou velouté.

Nous remercions Digixo pour nous avoir prêté le produit de test.

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation