Ce mois-ci, l'intime était à l'honneur et nous étions très curieux de voir comment vous vous en sortiriez avec cette thématique pour le moins personnelle. L'intime est une sphère du privé, quelque chose qui nous est proche mais dont la matière est "subtile, chargée d’affect et nimbée d’imagination à la fois précaire et précieuse", selon Dominique Baqué.

vos photos nos conseils intime

Travailler sur l'intime est amusant, mais compliqué : comment gérer le passage de la sphère privée à la sphère publique ? Comment faire entrer des milliers d'internautes dans notre salle de bain, sous nos draps, dans notre relation à l'autre ou dans ce que l'on a de caché en nous, dans une bulle personnelle et secrète ?

Pour toutes ces raisons, nous vous remercions tout particulièrement d'avoir accepté de participer à cette thématique : s'il est déjà difficile d'oser soumettre ses photos à la rédaction de Focus, exposer l'intime paraît encore plus compliqué.

Photographier l'intime, c'est aussi avoir en tête les travaux d'Antoine d'Agata, de Nan Goldin ou encore de Francesca Woodman, pour ne citer que les plus connus. Chacun de ces photographes a su faire émerger sa propre vision artistique, et personnelle, de l'intime. Ils ont réussi à créer une passerelle entre leur intime et leur époque, le monde qui les entoure, leurs influences et leur appréhension du réel. Ainsi, travailler sur l'intime ce n'est pas uniquement "raconter sa vie" ou mettre en image les pensées que l'on pourrait coucher par écrit sur un blog ou sa page Facebook. Loin d'une catharsis psychanalytique, la photographie de l'intime à ceci d'intéressant qu'elle nous touche tous. Exposer l'intime, c'est montrer ce qui sommeille en nous, en nous tous, en tant qu'humains.

Encore plus en ces temps d'hyper-communication et de partage immédiat de nos images prises avec un smartphone et aussitôt envoyées sur les réseaux sociaux, nous perdons nos repères. Dans cette société du spectacle que même Debord n'aurait pu envisager aussi paroxystique, où il est si important d'exister, de paraître, de faire et de faire savoir, nous nous retrouvons acculés, non seulement en tant qu'êtres humains, mais aussi en tant que photographes, à envisager une posture du retrait. L'intime peut-il être considéré comme une voie de sortie ? Un retour aux sources du soi, une mise à l'écart pour mieux voir et se recentrer sur ce qui nous compose, nous façonne ? L'intime peut-il être une possibilité de réenchanter le monde, un salut qui émergerait de la poésie des draps plissés ?

Vos photos apportent une part de réponse !

Maylisse Caron

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Maylisse Caron

Un diptyque, ce n'est pas deux images, c'est une image composite. C'est une photo qui prend tout son sens parce que son pendant est là, un peu comme une photo en surimpression ou... un haïku. Les haïkus sont des poèmes japonais très courts, codifiés, qui comportent une césure, mais aussi la notion d'une émotion pour décrire l'évanescence des choses. De cette photo de Maylisse s'échappent un moment de tendresse et une véritable bouffée d'air frais. Nombre de photographes ont besoin de travailler sur l'intime pour exprimer des choses sombres enfouies en eux, mais ici, au contraire, on respire la légèreté dans un moment d'intimité. La délicatesse de cette image nous apaise et c'est avec plaisir que nous cherchons à deviner la nuque du sujet.

Dominique Hanchart (1)

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Dominique Hanchart

L'un des travers de la photographie de l'intime est de vouloir montrer ce qui ne se montre pas ou de tomber dans une certaine forme de vulgarité. Dominique a su éviter cet écueil en opérant un doux traitement sur la paire de jambes de ses mannequins. Le joli contraste entre les noirs et les blancs, les teintes de peau différentes et surtout l'allitération des chaussures ainsi que l'éclairage donnent une douceur intéressante à cette image qui évite l'écueil du voyeurisme. Personnellement, j'aurais simplement davantage joué la carte du contraste et renforcé les écarts de luminosité entre les noirs et les blancs afin aussi de faire totalement disparaître la texture du mur dans le fond.

James techni-artcom studio

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, James techni-artcom studio

C'est un peu le même sentiment que j'ai face à l'image de James. Il a réalisé une séance de photos intimes avec son sujet et a travaillé la présentation high-key. Pour ce faire il a utilisé un Canon 5D Mark II avec un 24-70 mm ouvert à f/2,8 et une vitesse de 1/250 s (800 ISO) en lumière naturelle, une softbox et un réflecteur. L'effet est réussi et nous avons presque l'impression de sortir du lit au petit matin avec Gwen, la modèle. Tout juste pourrions-nous nous interroger sur la pertinence d'un tel décadrage sur la droite, mais les avis divergent. En tout cas la lumière est magnifique, presque irréelle, et le doux contraste noir et blanc donne un intéressant côté éthéré à l'image. Bravo James !

Ulrich

Pour mettre en exergue l'intime, mieux vaut éviter les photos trop plates. C'est ce que l'on se dit lorsque l'on découvre la photo d'Ulrich la première fois.

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Ulrich, image originale

En effet bien que cette image soit subtile et pertinente car bien dans le thème, le traitement manque d'audace. Certes, il n'est pas toujours nécessaire de se lancer dans des expérimentations de retouches qui peuvent vite virer au ridicule, mais il faut faire correspondre le fond et la forme.

Si l'on veut donner un aspect un peu plus glamour à cette image, il peut être intéressant dans un premier temps de jouer avec le contraste. La différence entre les noirs et les blancs sera plus évidente, et on obtiendra un jeu de lumière plus intéressant que l'image initiale. Révéler le début d'une gorge, souligner un bijou, montrer la beauté de son amie même lorsqu'elle travaille sur son ordinateur, c'est porter un regard amoureux qu'il convient de souligner. Alors autant jouer la carte du beau film noir et blanc bien marqué et à l'ancienne. Ajout de grain, renforcement du contraste et très léger filtre dégradé pour assombrir le haut de l'image sont les traitements que j'ai appliqués à l'image.

 Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Ulrich, résultat après retouche

On obtient un côté un peu plus théâtral, presque brutal, qui laisse penser que la séance de travail de nos deux complices n'en restera pas là.

Dominique Hanchart (2)

Montrer sans rien dévoiler pourrait être l'un des crédos des photographes de l'intime et c'est exactement ce qui a aidé de nouveau Dominique à prendre son image. Au sortir d'une séance de shoot photo avec son modèle, il remarque ce piercing.

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Dominique Hanchart, image originale

C'est une image singulière qui frôle l'abstraction. À la rédaction, on aime bien l'approche, mais on se dit que la lecture n'est pas si aisée : si Dominique n'avait pas indiqué dans son email qu'il s'agissait d'un piercing, nous ne l'aurions pas vraiment su. Il peut être intéressant ici de jouer la carte de l'abstraction à fond et de profiter des courbes du corps et de la diagonale de la chaîne.

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Dominique Hanchart, résultat après retouche

Nous accentuons donc simplement les noirs, renforçons les blancs, adoucissons très légèrement la clarté de la peau et... proposons un cadrage carré qui nous semble plus équilibré et plus en phase avec les courbes du corps ici présenté. 

Lionel Ipser

Il était possible de travailler sur une autre forme d'intimité que celle de sa couette ou de son corps.
En effet, quel objet high-tech a autant pénétré notre sphère privée et symbolise le plus notre intimité aujourd'hui que le smartphone ? N'est-on pas perdu, presque mis de côté, lorsque l'on perd ou que l'on se fait voler son téléphone ?

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Lionel Ipser, image originale

Même si la photo ne présente pas à première vue une approche esthétique personnelle suffisamment poussée, nous la publions car nous pensons qu'il est important de mettre en avant son point de vue alternatif et l'originalité de la réponse.

Certes, le cadrage manque de rigueur, le sujet est au centre, l'ensemble reste trop plat et les couleurs de l'image paraissent ternes. De ce fait, si on passe la photo en noir & blanc, on obtient tout de suite quelque chose de plus homogène. Là aussi, j'ajoute très légèrement un peu de grain et un peu de vignetage.

Vos photos nos conseils, juillet 2015, l'intime, Lionel Ipser, résultat après retouche

Au niveau du recadrage, je supprime la trop grande zone au sol qui n'apporte rien. Cependant, pour que la photo soit vraiment forte, il aurait fallu que Lionel accroche le regard de son sujet et se rapproche un peu. Mais ces petites "erreurs" n'effacent pas le propos de l'image. Elle nous permet de souligner qu'il est enrichissant d'ouvrir les yeux sur son environnement lorsqu'une thématique est donnée, et qu'il peut parfois être intéressant d'aborder le sujet par le côté plutôt que frontalement !

Nous remercions et vous félicitons encore une fois tous pour vos participations. Nous vous donnons rendez-vous pour quelques jours pour une thématique très estivale !

> Tous les "Vos photos, nos conseils"

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation