Le Fujifilm X-T10 a la lourde tâche de remplacer à la fois le X-E2 et le X-M1, sortis il y a déjà deux ans et restés pour l'heure sans successeurs. Inspiré par le boîtier porte-étendard de la gamme, le X-T10 reprend une grande partie des caractéristiques techniques du Fujifilm X-T1 et propose même un flash intégré et un nouvel autofocus avec suivi 3D du sujet. Cette dernière avancée technologique est désormais également disponible pour le X-T1, depuis la mise à jour de firmware 4.00.

En dépit de son positionnement plutôt amateur, le X-T10 propose une fiche technique alléchante : capteur APS-C X-Trans CMOS II de 16Mpix, dépourvu de filtre passe-bas et à la sensibilité maximale de 51 200 ISO. La rafale est capable de monter à 8 images par seconde, le viseur électronique OLED affiche 2 360 000 points et l'écran arrière orientable propose 940 000 points pour une diagonale de 3 pouces (7,6 cm). Enfin, la vidéo permet de filmer en HDTV 1080p à 24, 25, 30, 50 et 60 images par seconde, tout en contrôlant l'exposition manuellement.

Particularité de ce X-T10, son nouveau système d'autofocus à corrélation de phase compte 49 collimateurs, extensibles à 77 zones en mode Wide/Tracking et permet une mise au point plus rapide que n'importe quel appareil Fujifilm.

À la prise en main, le X-T10 étonne : sa silhouette rappelle fortement celle du X-T1 tout en proposant une construction allégée. En effet, la tropicalisation reste l'apanage du grand frère mais le châssis en aluminium inspire confiance et la ligne générale du boîtier a de quoi séduire. Fuji prend donc le parti de conserver une apparence néo-rétro très proche de celle de ses Fujica des années 70 et c'est à première vue réussi !

Pour mettre à l'épreuve du terrain notre X-T10 de test, nous avons profité d'une invitation à un mariage à La Rochelle. Notre configuration était celle d'un double kit puisque nous avions à notre disposition le X-T10 accompagné de son 16-50 mm f/3,5-5,6 et du télé-zoom 50-230 mm f/4,5-6,7, les deux optiques étant stabilisées.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/2400 s, ouverture : f/6.7
Sensibilité : 1000 ISO
Focale : 230 mm, décalage expo : 0 IL


Le X-T10 dispose d'un mode tout automatique qu'il suffit d'activer par l'intermédiaire d'un levier situé sur l'épaule droite du boitier et accoudé à la couronne des vitesses. Cette option étant disponible dans tous les modes de prise de vue, nous l'avons activée à la volée pour voir comment le boîtier allait capter cet instant décisif. Avec pertinence, l'appareil est monté assez haut en sensibilité de façon à conserver un temps de pose cohérent malgré la bonne luminosité de la scène. L'autofocus a immédiatement reconnu les visages et fait le point sur eux. Cela nous permet de constater par la même occasion que, sans être exceptionnel, le Fujinon 50-230 mm fait plutôt bien son travail — même à la plus longue focale — avec un piqué honorable au centre et surtout un bokeh agréable à l'arrière.

Marque : 
Modèle :
Vitesse : 1/180 s, ouverture : f/5.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 67.1 mm, décalage expo : 0.33 IL

Télécharger le fichier raw


Le mode Velvia du Fuji X-T10 reprend les couleurs vives de la pellicule du même nom qui a fait le bonheur des amateurs d'argentique dans les années 90. Avec une teinte légèrement rouge même en plein jour il nous semblait opportun de permuter sur cette simulation pour photographier les ongles et le sac de notre modèle. À 70 mm, le télé-zoom offre ici aussi un piqué surprenant du centre aux bords de l'image, avec toutefois une certaine mollesse dans les angles. A noter que l'écran orientable du X-T10 s'est avéré pratique pour réaliser ce cliché, mais nous aurions cependant aimé voir enfin apparaître le tactile sur la dalle 3 pouces.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/4500 s, ouverture : f/5.0
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 71.1 mm, décalage expo : 1 IL

Télécharger le fichier raw


Si l'autofocus du X-T10 a su rapidement détecter et faire le point grâce à l'activation du mode détection des visages, le rendu des couleurs est ici un peu terne en mode Astia. Par ailleurs, pour passer rapidement à l'ouverture maximale de f/5 à 70 mm, il a fallu tourner rapidement du pouce la molette située au dos de l'appareil entre la touche AF-L et AE-L... Erreur ! Cette molette cliquable sert aussi à activer une loupe d'assistance à la mise au point. Si on ne fait pas attention, on clique sur la molette à chaque fois qu'on souhaite la tourner, du coup on perd du regard le sujet et on se retrouve avec un zoom dans l'image. Un détail ergonomique agaçant qui arrivera malheureusement aussi souvent à nos collègues de la rédaction. Il eut été appréciable que la molette soit moins souple et le crantage plus ferme.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/14000 s, ouverture : f/5.0
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 53 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


La légère sous-exposition nous permet de conserver des informations dans le ciel tout en gardant des tonalités vives au niveau de la carnation. A 800 ISO, le bruit est quasiment invisible et il n'y pas la moindre dérive chromatique — même dans les ombres. De la même façon, le rendu des détails est excellent et même les plus fins cheveux d'Anouk sont visibles. Si le rendu correctement défini de la dalle OLED du viseur a été un plus pour réaliser cette image — surtout dans la lumière lentement déclinante de cette fin de journée — le dégagement oculaire est trop faible. Avec un grossissement de seulement 0.66x contre 0.77x pour le X-T1, les porteurs de lunettes — dont je fais partie — seront gênés. Mais on comprendra aisément qu'il faut laisser quelques avantages au grand frère et trouver des moyens de réduire les coûts de production pour proposer un prix abordable.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/85 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 12800 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 1.33 IL


En intérieur et dans une pénombre de fête, l'autofocus du X-T10 s'en sort avec les honneurs. Il n'a pas patiné pour faire la mise au point sur les danseurs, alors que — comme l'exposition l'indique — nous ne disposions en réalité que de très peu de lumière. Avec un temps de pose de 1/10 s à main levée, la stabilisation OIS II du Fujinon 16-50 mm fonctionne bien. En revanche le rendu à 12 800 ISO est trop lissé par défaut. Quant est ce que les utilisateurs d'appareils Fujifilm pourront travailler au-delà de 6 400 ISO en RAW ?

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/380 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 48.4 mm, décalage expo : 1.33 IL


Avec une sensibilité encore moins raisonnable de 25 600 ISO, le rendu de la peau apparaît clairement trop lissé. Un effet presque cireux fait son apparition sur les pommettes et les oreilles de notre sujet. C'est d'autant plus dommage que l'on voit encore correctement certains détails comme les cheveux blancs — désolé camarade ! Là encore, un traitement sur un fichier RAW aurait sans doute permis de développer avec plus de précision le JPEG. Soyons néanmoins clément : l'image est encore exploitable à cette sensibilité.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/1600 s, ouverture : f/5.4
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 95.4 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Dans le but de nous faire pardonner notre réflexion sur les cheveux blancs du sujet de la photo précédente, nous la jouons flou hamiltonien et activons le mode Classic Chrome au rendu des couleurs vraiment intéressant. Attention néanmoins, ce rendu ne convient pas à tous les types de sujets et pourra paraître terne dans certaines circonstances — notamment en photographie de paysage. Notez que la compacité du X-T10 et son déclenchement silencieux nous ont permis d'être discret et de ne pas agacer les invités qui avaient besoin d'émerger tranquillement après s'être couchés au petit matin.

Marque : 
Modèle :
Vitesse : 1/350 s, ouverture : f/5.4
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 101.2 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Le bokeh du 50-230 mm à 100 mm est agréable et le mode tout auto offre un rendu colorimétrique appréciable. Là aussi, le mode détection des sujets trouve facilement où faire le point et le piqué est très satisfaisant. Pour un objectif de kit le résultat est très bon ! L'écran orientable s'est là aussi révélé utile mais nous aurions préféré un déclenchement tactile sur l'écran pour encore plus de confort.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/15000 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 21.1 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Pour un objectif de kit, ce petit 16-50 mm f/3.5-5.6 officie avec beaucoup d'aisance en paysage. Le piqué est très bon du centre aux bords de l'image et présente une belle homogénéité à f/8. C'est davantage sa finition avec baïonnette en plastique que nous trouvons indigente mais la construction optique reste dans le haut du panier des optiques de base. Le mode Velvia assure des couleurs vives mais les ombres apparaissent un peu trop contrastées.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/60 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL


Positionné comme un boitier amateur, le X-T10 a la mission de répondre aux besoins du plus grand nombre. S'il doit être capable de satisfaire les plus exigeants de part sa qualité d'image, il doit aussi être à même de procurer une touche de fun aux amateurs ayant décidé de s'équiper d'un X-T10 comme boîtier principal. Si sa qualité d'image compte parmi ce qui se fait de mieux au niveau des capteurs APS-C, son ergonomie présente quelques loups agaçants. En effet, la molette des modes de prise de vue n'est pas très intuitive et les pictogrammes manquent de pédagogie. Pour réaliser cette image, il a ainsi fallu paramétrer l'aspect toy effect et passer longuement par les menus. Alors que sur la plupart des boitiers Fuji il suffit d'aller dans Drive puis de sélectionner le mode ADV et de choisir son filtre, il faut ici sélectionner l'un des modes ADV1 ou ADV2 — sur la molette située sur l'épaule gauche — puis aller dans le deuxième onglet des paramètres du menu pour choisir le réglage des touches et molettes puis celui des touches de fonction. De là, il faut assigner à l'une de ces touches la possibilité d'agir sur les filtres toy camera, miniature, couleurs pop, couleurs partielles, etc. Une fois ceci fait, on découvre que les effets ne sont pas réglables et que le fichier RAW n'est pas conservé. Les manipulations sont fastidieuses et l'ensemble peu intuitif. Dommage.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/2000 s, ouverture : f/3.5
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


En revanche, il nous sera difficile de critiquer la qualité d'image du boîtier, et ce même à 6 400 ISO. Si le grain fait bien son apparition dans les zones les plus sombres, la granulation apparaît très fine avec une touche quasi argentique. La matrice Fuji X-Trans couplée au processeur EXR réalise un travail largement louable en haute sensibilité même s'il sera préférable, selon nous, de couper la réduction de bruit puisqu'elle lisse trop les détails les plus fins. Quant au rendu des couleurs, ici avec la simulation Provia, il assure aux images un caractère chatoyant et un contraste élevé sans apparaître caricatural.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/750 s, ouverture : f/4.7
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 31 mm, décalage expo : 0 IL


Là aussi le mode auto s'en sort particulièrement bien puisque l'autofocus a su détecter le sujet en arrière-plan et s'abstraire de la vitre et des pains au chocolat qui occupent le premier-plan. À 800 IS0, le rendu est excellent et l'optique de kit assure une acutance élevée.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/2000 s, ouverture : f/6.4
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 24.3 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Là encore, l'écran orientable nous aide pour la mise au point et la détection du sujet n'éprouve aucune difficulté. On notera en revanche qu'en mode suivi du sujet et avec l'autofocus continu activé, un incessant pompage à lieu de façon à réaliser la mise au point. Ce qu'il y a d'appréciable, c'est que la plupart du temps le point est effectivement réalisé sur le sujet voulu, mais là où le bât blesse, c'est que ce pompage donne rapidement mal aux yeux.  

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/4000 s, ouverture : f/6.4
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 37.1 mm, décalage expo : 0 IL


Bonne exposition, belles couleurs et piqué impressionnant pour un tel objectif, la combinaison Fuji X-T10 et 16-50 mm a de nombreux atout pour séduire. Dommage que l'ergonomie de l'ensemble manque d'intuitivité en dépit d'une silhouette plus que flatteuse.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/3200 s, ouverture : f/6.4
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL


L'effet miniature est amusant mais il n'est pas possible de régler la zone de netteté alors que les concurrents hybrides d'Olympus et de Panasonic proposent divers réglages et la possibilité de conserver le fichier RAW.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/2400 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL


L'un de nos modes favoris : la surimpression, réminiscence de l'argentique. On ne s'en lasse pas.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/6800 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL


Autre gadget toujours appréciable et qui rempli d'allégresse le cœur des amateurs de paysage : le mode panorama automatique. Il est possible de régler l'angle du mouvement circulaire (120° ou 360°) et la direction. Ce qui permet de sortir, par exemple comme ici, des fichiers de 13Mpx tout à fait exploitables.

Marque : FUJIFILM
Modèle : X-T10
Vitesse : 10/5000 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 37.1 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Encore un dernier test de suivi du sujet avec cette fois un bateau se déplaçant à vitesse modérée vers nous : le point est fait sans hésitation sur le pilote. Bravo donc à Fujifilm mais attention à ce pompage incessant très désagréable à l'oeil. On notera par ailleurs un rendu appréciable des couleurs en JPEG avec cette fois le mode de simulation Astia activé.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation