Présentation

Nombreux sont les photographes à ne jurer que par les focales fixes et celles qui ouvrent à f/1,4. Après vous avoir proposé un premier duel de 50 mm Canon EF, nous nous penchons sur une deuxième optique incontournable pour la photo de paysage ou le reportage : le 24 mm, même si son maniement n'est pas toujours chose facile au niveau du cadrage.

Pour les canonistes, un choix s'impose entre la version professionnelle série L et la récente version de chez Sigma en gamme Art, soit plus précisément le Canon EF 24 mm f/1,4 L II USM et le Sigma 24 mm f/1,4 Art.





Bien entendu, il existe des alternatives beaucoup plus abordables, mais il faudra faire des compromis sur l'ouverture maximale ou sur l'autofocus. On pense au Canon EF 24 mm f/2,8 IS USM, au Samyang 24 mm f/1,4 (mise au point manuelle) ou également au Zeiss Distagon T* 25 mm f/2 (mise au point manuelle également).

Caractéristiques : Égalité

Côté fiche technique, les deux objectifs se valent. Ils disposent chacun de petits arguments qui ont des avantages et des inconvénients. Le Canon est un peu plus compact et léger, mais la formule optique du Sigma est un peu plus ambitieuse. On note aussi la possibilité de fermer à f/22 sur le Canon, contre seulement f/16 chez Sigma. Bref, sur le plan des caractéristiques : égalité entre les deux !

  Sigma 24 mm f/1,4 Art Canon EF 24 mm f/1,4 L II USM
  Sigma 24 mm f/1,4 Art Canon EF 24 mm f/1,4 L USM
Monture Canon (existe en Nikon en Sigma) Canon
Format couvert 24 x 36 mm 24 x 36 mm
Plage focale 24 mm 24 mm
Équivalent 24x36
sur capteur APS-C
na na
Ouverture maximale f/1,4 f/1,4
Ouverture minimale f/16 f/22
Distance de mise au point 0,25 m 0,25 m
Nombre de lamelles
du diaphragme
9 nc
Construction 15 lentilles en 11 groupes 13 lentilles en 10 groupes
Éléments spécifiques 2 lentilles asphériques, 3 lentilles FLD et 4 lentilles SLD 2 lentilles asphériques, 2 lentilles UD, traitement SWC
Échelle des distances oui oui
Rapport de reproduction 0,19x 0,17x
Motorisation oui HSM oui USM
Stabilisation non non
Dimensions 85 x 90,2 mm 83,5 x 86,9 mm
Diamètre filtre 77 mm 77 mm
Poids 665 g 650 g
Pare-soleil oui oui
Étui souple non oui

Prise en main : Égalité

Pour ce qui est de la prise en main, les deux objectifs jouent au même niveau. Même encombrement, même poids, mêmes fonctions ou presque. La grosse différence ce fait au niveau du design et sur ce point, c'est une question de goût. Les puristes de Canon préfèreront la belle et reconnaissable bague rouge de la série L. Les autres préfèreront le design moderne, sobre et élégant du Sigma gamme Art.

Canon EF 24 mm f/1,4 L II USM

Les deux bagues de mise au point manuelle sont elles aussi similaires et toutes deux proches de la perfection. Course modérée, confort d'usage, fluidité, repères de butée, indicateur de distance de mise au point : tout y est. Ce n'est pas sur ce point que l'on peut les départager.



Au final, égalité de nouveau pour ce qui est de la prise en main.

Tests labo : avantage Sigma

Nous avons testé le 15-30 mm avec un Canon EOS 6D et son capteur 24 x 36 mm de 20 Mpx (6,5 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un 6D de 20 Mpx) et la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le 6D). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 6D dispose d'une définition de 5568 x 3708 pixels. Chaque pixel mesure donc 6,5 µm de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/20 !

Les mesures effectuées en laboratoire parlent d'elles-mêmes. Pas de doute, sur la qualité d'image, en tout cas le piqué, le Sigma est en tête. Les deux objectifs disposent d'un niveau de piqué au centre similaire : il est assez élevé et les détails sont très bien restitués.

La différence se fait au niveau de l'homogénéité entre le centre et les bords et selon l'ouverture choisie. Sur le Canon, on observe un décalage de piqué flagrant entre le centre et les bords des images, surtout aux plus grandes ouvertures. Ce décalage s'amenuise à mesure que l'on ferme le diaphragme, mais il reste bien présent, surtout sur les extrêmes bords de l'image. Le Sigma, lui, est beaucoup plus homogène et dispose d'un comportement similaire quelle que soit l'ouverture choisie.

Résultat des courses : au labo, avantage au Sigma !

Canon EF 24 mm f/1,4 L II USM

Sigma 24 mm f/1,4 Art




> Téléchargez les fichiers originaux




> Téléchargez les fichiers originaux

Test terrain : égalité

Sur le terrain, les deux objectifs se comportent globalement de manière similaire. Le 24 mm est une optique remarquable pour le paysage et le reportage. Cependant, en reportage, il n'est pas très facile à utiliser compte tenu de son grand champ de vision qui nécessite de disposer de très grands sujets ou de beaucoup s'en approcher. Monté sur un reflex équipé d'un capteur APS-C, il devient un équivalent 38 mm (coefficient de conversion de 1,6x).


Sigma 24 mm f/1,4 Art @ f/8.

On note légèrement plus d'aberrations chromatiques sur le Canon que le Sigma, mais des distorsions un peu plus importantes sur le Sigma. Pour ce qui est du vignetage, les deux objectifs se valent.

 
Aberrations chromatiques à f/1,4 : à gauche le Sigma, à droite le Canon.

 
Distorsions : à gauche le Sigma, à droite le Canon.

 
Vignetage à f/1,4 : à gauche le Sigma, à droite le Canon.

Pour ce qui est du bokeh, les deux objectifs disposant de la même ouverture maximale et de la même distance minimale de mise au point, on observe des rendus similaires. Dans les deux cas, ils procurent de beaux effets de profondeur de champ avec un flou d'arrière-plan doux et harmonieux.


Bokeh à f/1,4 : à gauche le Sigma, à droite le Canon.


Sigma 24 mm f/1,4 Art @ f/1,4.

L'absence de stabilisation optique sur les deux modèles ne se fait pas sentir. Sur une large focale de 24 mm, les flous de bougé du photographe sont moins fréquents et la très grande ouverture f/1,4 permet de compenser des temps de pose trop longs dans de faibles conditions lumineuses. Pour ce qui est des performances de l'autofocus, nous n'avons pas remarqué de différences notables entre la motorisation USM de Canon ou HSM de Sigma.


Sigma 24 mm f/1,4 Art @ f/1,4.


Canon EF 24 mm f/1,4 L USM @ f/8.


Sigma 24 mm f/1,4 Art @ f/2,8.


Canon EF 24 mm f/1,4 L USM @ f/1,4.

Vous pouvez télécharger les fichiers originaux (JPEG et RAW) en pleine définition des tests terrain respectifs du Sigma et du Canon.

Au final, sur le terrain, égalité entre ces deux objectifs. Rien ne les différencie réellement : même focale, même ouverture maximale, mêmes fonctions. La seule différence notable se situe au niveau des distorsions, mais elle ne suffit pas à faire passer la version Canon en tête.

Verdict

Force est de constater que c'est Sigma qui remporte ce duel, d'une courte tête. Si l'on prend en compte le prix, sa victoire devient écrasante puisque l'objectif est plus de 40 % moins cher que la série L de chez Canon.



Cependant, dans les deux cas et même pour le Sigma, le tarif est assez élevé et représente un investissement non négligeable. Une alternative intéressante pourrait être la version de chez Samyang, dépourvue d'autofocus, et proposée à un prix beaucoup plus attractif : on le trouve sur la toile aux alentours de 600 €.


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation