Le paysage est sans doute l'un des genres les plus pratiqués. Qui n'a jamais photographié un paysage pendant ses vacances ou en week-end, pour le garder en souvenir ? Le piège, pour cette discipline, est de se laisser envahir par la beauté du paysage. Si vous ne respectez pas quelques règles simples, vous risquez d'être déçu du résultat à votre retour et vos photographies ne seront pas le reflet de ce que vous avez vu. Le choix de l'objectif et des accessoires est certes primordial pour réussir ses photographies, mais pas seulement !

La composition et le cadrage ont leur importance pour sublimer ou restituer le paysage. Il existe de multiples règles pour vous aider à photographier les paysages. Empruntées au monde de la peinture, ce sont entre autres "la règle des tiers", les lignes et les points de force, la règle du nombre d'or, la gestion des diagonales et bien d'autres.

La théorie voudrait qu'on les applique pour obtenir de magnifiques photographies de paysage... Mais en pratique, sur le terrain nous avons tellement de choses à penser (gestion de la profondeur de champ, vitesse, sensibilité, etc.) que nous oublions facilement règles d'or et autres formules mathématiques ! Voici donc en toute simplicité quelques astuces pour mieux composer ses photographies de paysages.  

Le matériel 

Le premier objectif auquel on pense pour réaliser des photographies de paysage, c'est un grand-angle. En effet, il vous permettra de prendre, selon son angle de champ, un ensemble plus ou moins important de la vue que vous observez. Les zooms de type 17-40 mm, 16-35 mm et 14-24 mm (pour les reflex pleins formats) sont idéaux pour saisir tout type de paysage. Dans les formats de capteur de type APS-C ou Micro 4/3, les objectifs seront des 10-20 mm ou 7-14 mm, par exemple.

L'avantage du zoom est sa polyvalence ; son inconvénient majeur, l'encombrement. Mais pas de panique : si vous n’avez pas ce type de zoom pour débuter, le zoom de base que vous achetez est satisfaisant. Vous pouvez aussi préférer les focales fixes pour leur qualité d'image supérieure ainsi qu'une certaine philosophie de prise de vue (on se déplace plus qu’avec un zoom).

Concernant le boîtier, tous ont des avantages et tous peuvent capturer des paysages facilement. Que ce soit avec un compact ou un reflex, la recherche d'une grande profondeur de champ est favorisée sur des appareils à petit capteur, mais le grand capteur, avec sa grande dynamique, restera toujours un très bon choix pour des photographies optimales.

Je n’en écris pas plus sur le choix du matériel, car le plus important n’est pas là, et il faudrait un livre entier pour en débattre ! Volontairement, je n'aborde donc pas le choix des filtres, des trépieds, etc.

Raw ou jpeg, un choix déterminant

C’est une habitude que vous devez désormais avoir si vous vous intéressez un minimum à la photographie : photographier en fichier RAW.

La particularité du fichier RAW est, entre autres, de vous permettre de revenir en arrière sur certains réglages en post-traitement. Les réglages les plus importants pour restituer l’ambiance de ce que nous voyons sont la balance des blancs et l’exposition. Nous verrons dans la deuxième partie comment les utiliser à bon escient.

Composition : les règles que je m’impose.

Comme évoqué plus haut, vous ne pouvez pas, en photographiant un paysage lors d’un voyage, penser à toutes les règles de composition, sous peine d’assommer votre entourage. Voici donc, à travers des exemples concrets, mes "règles réflexes".

Règle n° 1 : ne pas centrer l'horizon

Première règle facile à appliquer : l’horizon ne doit "jamais" être  au centre de la photographie. Jamais est peut être excessif : vous pouvez bien entendu centrer votre horizon si vous le souhaitez, les règles ne sont pas impérieuses à ce point. Dans certains cas, une photographie peut être harmonieuse avec un horizon centré. Mais en général, mieux vaut l'éviter.

Pour vous aider à la composition, vous pouvez activer le quadrillage dans votre viseur (cela se règle généralement dans le menu) ou utiliser ce même quadrillage en visée directe avec l’écran (en appuyant généralement sur "Disp." ou "Info" selon les appareils photo). L’activation de la fonction quadrillage sera une aide précieuse pour bien cadrer vos paysages.

Dans la photographie ci-dessous, vous pouvez constater que l’horizon n’est pas au centre de la photographie. J’ai volontairement donné la priorité au ciel pour mettre en évidence les nuages. J’ai choisi le mode "Priorité à l’ouverture" en sélectionnant un diaphragme de f/16 pour avoir une grande profondeur de champ.

paysage composition
Reflex plein format avec un objectif de 17-40 mm en position 17 mm. Ouverture  f/16.
Les nuages donnent la force à la photographie.

Autre exemple, même principe : ici, une mise en avant du ciel ; notre regard est aussi attiré par le temple, respectant notre sens de lecture gauche-droite. L’effet "grand-angle" donne de l'ampleur au paysage.
Je préfère pour ma part photographier quand il y a des nuages dans le ciel : à mon sens, cela donne aux photos un impact plus puissant qu’un ciel bleu. D’ailleurs, quand le ciel est bleu, je le minimise en mettant en avant la terre.

paysage composition
Reflex plein format et objectif 17-40 mm. J’ai corrigé la photographie dans le logiciel DxO car le bâtiment était déformé par l’usage du 17 mm ; le cadrage est ainsi dans un ratio proche du 16/9.

paysage composition
Ici, j’ai mis en avant la terre par rapport au ciel.

Règle n° 2 : varier l'orientation

La deuxième règle que je m’impose est de changer de type d'orientation : la position "naturelle" pour photographier un paysage est de tenir son boîtier à l’horizontale, en format dit... "paysage". Pensez également au cadrage vertical (ou "portrait"), cela permet d’avoir un point de vue différent. C’est facile à faire et le résultat est souvent intéressant.

paysage composition
Cadrages horizontal et vertical : deux photographies différentes avec le même point de vue.

Règle n° 3 : jouer des lignes de fuite

La troisième règle est ma préférée, car je joue souvent avec et c’est vraiment devenu un jeu pour moi : trouvez les lignes de fuite. Sur la photographie ci-dessous, la ligne de fuite est matérialisée par le muret en brique. Cela donne à notre regard une piste à suivre. Ainsi, naturellement, vous regardez le mur, la péniche, l’arbre en fleur puis le personnage sur le chemin. Simple à mettre en œuvre, il suffit de mettre une oblique rejoignant l'un des quatre coins de votre photographie et la magie opère.

paysage composition
La ligne de fuite est ici marquée par le muret en brique. 17 mm, f/14, 100 ISO.

Pour la photographie suivante, j’ai utilisé les deux obliques du ponton pour m’aider dans ma composition. Comme ma photographie n’était pas droite, les lignes de fuites ne rejoignaient pas tout à fait les coins. Je l'ai donc recadrée en format 16/9 pour corriger ma prise de vue et renforcer ainsi l'impact de mon image. En bref, il ne faut pas avoir honte de recadrer ses photographies après la prise de vue : les logiciels sont faits pour ça !

paysage composition
Le ponton m’a donné une aide pour recadrer ma photographie ; le format 16/9 est bien adapté au diaporama sur téléviseur.


Règle n° 4 : introduire une présence humaine

Quatrième règle : dans la mesure du possible, essayez de faire quelques photographies avec un ou plusieurs personnages. Il n’est jamais évident de se rendre compte de la grandeur du paysage et l'on perd facilement ses repères. Un personnage permet de resituer l’humain dans son contexte.

paysage composition
Ici, j'ai appliqué deux de mes règles : des lignes de fuite rejoignent les coins inférieurs de la photographie et, au fond, on peut apercevoir quelques badauds qui nous donnent un repère de grandeur dans le paysage.

paysage composition
Les personnages ne représentent ici que quelques points minuscules sur la photographie.
C’est seulement une fois qu’on les aperçoit qu'on prend la mesure de la taille du paysage.

Règle n° 5 : bien choisir l’heure de prise de vue.

Durant un voyage organisé, il n’est pas évident de faire ce que l’on veut ni de choisir l’heure propice à la prise de vue. Néanmoins, vous verrez que la lumière du matin et celle du soir sont les deux plus belles lumières. Vous pouvez bien entendu photographier à midi ou en milieu d’après-midi. La lumière sera tout simplement plus dure et sans relief. L’idéal, si vous photographiez dans ces créneaux horaires, est d’avoir quelques nuages pour appuyer votre composition.

Sur les exemples suivants, les prises de vues ont été faites le soir — le fameux coucher de soleil reste un classique en photographie. Et comme un gamin, je ne me lasse pas du spectacle.

paysage composition
Le soleil couchant et ses tons chauds sont propices à de belles lumières et donc à de bonnes photographies.
Photographie prise au 22 mm, f/11, 400 ISO.


paysage composition
La nuit est presque tombée, le manteau nuageux et son reflet donnent du caractère à la photographie.
Photographie prise à 40 mm, f/11, 1 000 ISO.

Voilà la fin de cette première partie consacrée à la photographie de paysage. Vous avez pu voir mes cinq règles pour mieux composer vos images. Dans la seconde partie, je vous donnerai des astuces pour bien gérer l'exposition, que ce soit à la prise de vue ou après, ainsi que des pistes pour sortir des sentiers battus.

Lire également :
> Tous nos guides pratiques

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation