Canon G3X test review vue de face

Gabarit

Avec le G3 X, Canon complète sa gamme de compacts experts, comportant actuellement le G1 X Mark II (capteur 1,5"), à son sommet, et le G7 X (capteur 1") comme modèle de poche. Le G3 X apporte donc la plage focale importante qui manque aux deux autres boîtiers. De fait, il vient se frotter aux RX10 et RX10 Mark II de Sony, ainsi qu'au FZ1000 de Panasonic qui dispose également de longs zooms optiques. Nous ne manquerons donc pas de le confronter au Sony RX10 Mk II dès que celui-ci sera disponible.

  Canon G3 X Sony RX10 Mark II Panasonic FZ1000
Largeur 123 mm 129 mm 137 mm
Hauteur 77 mm 88 mm 99 mm
Profondeur 105 mm 102 mm 131 mm
Poids 733 g 813 g 831 g
Capteur 1", 20 Mpx 1", 20 Mpx 1", 20 Mpx
Zoom
24-600 mm
f/2,8-5,6
24-200 mm
f/2,8
25-400 mm
f/2,8-4

Globalement, le G3 X de Canon est plus compact que ses concurrents tout en proposant la plus grande plage focale : une belle performance. Il convient toutefois de préciser que son optique est également la moins lumineuse des trois. Difficile de désigner un vainqueur dans ce domaine : certains apprécieront l'ouverture constante f/2,8 du Sony et se contenteront de l'équivalent 200 mm, d'autres au contraire choisiront le G3 X pour son télé à 600 mm malgré l'ouverture à f/5,6.

L'ouverture de l'optique est par ailleurs assez glissante et le G3 X n'ouvre "plus qu'à" f/4 à 50 mm (eq. 24x36) ; l'ouverture f/5,6 (la plus lumineuse en télé) est atteinte à 163 mm.

Focale (eq. 24x36) 24 mm 27 mm 37 mm 52 mm 63 mm 92 mm 163 mm
Ouverture f/2,8 f/3,2 f/3,5 f/4 f/4,5 f/5 f/5,6

Le G3 X est donc un boîtier compact au regard du zoom proposé et il est appréciable d'avoir sur soi un 600 mm f/5,6 sans pour autant lester son sac à dos d'une optique de plusieurs kilos. Le G3 X tient facilement dans un petit sac photo d'épaule (et même dans un grand sac à main).

Le boîtier est en alliage de magnésium. Canon précise que les commandes disposent de protection afin d'assurer le même niveau de résistance à la poussière et aux éclaboussures qu'un EOS 70D.

Ergonomie

Dans leur recherche de compacité, les ingénieurs Canon n'ont pas pour autant sacrifié la prise en main. Le G3 X est agréable à utiliser, sa poignée, confortable et bien dessinée, et le revêtement, plaisant au toucher. La bonne préhension générale est renforcée par la présence d'une cale pour le pouce à l'arrière, sous le correcteur d'exposition.

L'avant du boîtier est relativement sobre. Vous noterez la présence d'une lampe LED d'assistance pour la mise au point, ainsi que les deux entrées micro au-dessus de l'optique.

L'optique comporte également deux commandes personnalisables dans les menus de l'appareil :
- une touche pour la mise au point manuelle,
- un bouton pour dézoomer rapidement et retrouver rapidement un sujet.


Canon G3X test review vue de côté

Sur le côté gauche, vous trouverez un levier permettant la sortie du flash escamotable.

Le dessus de l'appareil est assez sobre également. Sur l'épaule gauche : le flash. Au centre : la griffe porte-accessoire. Sur l'épaule droite : un barillet pour le choix du mode d'exposition (PSAM, vidéo, filtres créatifs, modes scènes...), la touche de mise sous tension, le correcteur d'exposition, la commande pour l'enregistrement des vidéos et une molette de réglage. Cette dernière est un peu petite, mais au final se manipule facilement et présente un mouvement agréable. Elle n'est malheureusement pas cliquable (pour valider rapidement une option, par exemple).

Canon G3X test review vue de dessus

Sur la poignée, vous trouverez le déclencheur et autour, le levier de zoom. Car non, l'impressionnante bague autour du fût de l'optique ne permet pas d'actionner le zoom ! Voilà qui est bien déroutant. Vous pouvez l'associer à la mise au point, l'ouverture, le temps d'obturation ou la sensibilité ISO, mais pas au zoom — choix d'autant plus étrange qu'il s'agit d'un zoom électrique.

Une fois déployé, le zoom double pratiquement la profondeur de l'appareil. Si l'objectif semble bien construit (peu de jeu dans les éléments une fois étendu), vous noterez de petites vibrations dans le fût lorsqu'il est au repos. Cela peut sembler inquiétant, mais ce bruit est apparemment normal.

Test Canon G3X zoom

Le dos du boîtier est assez riche : vous y trouverez la commande pour activer la liaison Wi-Fi, une touche "S" personnalisable (22 fonctions disponibles), une pour la mémorisation de l'exposition et une autre pour choix de la zone autofocus. En dessous, vous trouverez une seconde molette de réglage (roue codeuse avec bouton de validation central) faisant aussi office de trèfle de sélection (ISO, mode macro, motorisation, flash...).

Canon G3X test review dos

Visée

Nous l'avons vu, le G3 X ne propose pas de viseur électronique ou optique intégré, contrairement à ses deux concurrents les RX10 Mark II et FZ1000.

Vous pouvez lui adjoindre un viseur électronique vendu en option (EVF-DC1, 349 €), à fixer sur la griffe porte-accessoire qui dispose d'un connecteur de communication. Orientable, ce viseur affiche 2 360 000 points. Une fois installé, vous ne pouvez évidemment plus utiliser un flash cobra ou un autre accessoire.

Écran LCD

Au dos de l'appareil, vous trouverez un bel écran LCD de 8 cm tactile affichant 1 620 000 points (ratio 3:2 probablement en 900 x 600 px) et monté sur une double charnière. L'écran LCD s'incline d'environ 45° vers le bas et 180° vers le haut, ce qui facilite grandement les autoportraits en mode selfie, entre autres. La charnière semble assez solide, mais le câble est très (trop) apparent.

Test Canon G3X écran LCD orientable

L'écran pivote aisément, même s'il manquera à l'ensemble la solidité d'une rotule. Attention, l'écran, très brillant, est pratiquement inutilisable en plein soleil (comme la plupart des écrans LCD d'appareils photo actuels). Cela fait d'autant plus regretter l'absence de viseur électronique intégré. Tactile, il se manipule avec aisance : les menus réagissent au quart de tour et il est possible d'utiliser deux doigts pour zoomer dans une image.

Menus et interface

Le G3 X reprend l'interface graphique des compacts experts de la marque et ne "pioche" malheureusement pas assez dans les menus et l'interface des reflex EOS. Cela apporterait plus de cohérence dans les différentes gammes. Ainsi, vous ne retrouverez pas les styles d'images pourtant si pratiques proposés sur les reflex de la marque.

Mais ne boudons pas notre plaisir, car les menus et l'interface graphique du G3 X sont simples à appréhender, ce qui est déjà un bon point. Un regret ? L'absence d'aide contextuelle pour expliciter certaines entrées du menu pas forcément évidentes pour le béotien.

Canon G3X test review menus
Un exemple des menus du Canon G3 X.

Test Canon G3X personnalisation interface
Différentes commandes sont personnalisables.

Canon G3X menu Q
La touche Q permet d'accéder à un menu rapide pour régler à l'écran, différents paramètres.

À la prise de vue, il est possible d'afficher une grille d'aide à la composition, ainsi qu'un histogramme d'exposition. Dans les options, vous sélectionnez la mise en évidence d'un niveau électronique (mais sur un seul axe).

Flash

Le G3 X dispose d'un flash escamotable et "orientable", du moins manuellement (ce n'est pas réellement prévu). Il peut se synchroniser jusqu'au 1/2 000 s (obturateur électronique), déclencher sur le 1er ou le 2nd rideau et dispose d'un correcteur de puissance sur ± 2 IL. Concernant sa puissance, la fiche technique indique 6,8 m au grand-angle (pas d'indication de sensibilité ISO) et 3,1 m au télé.

Canon G3X test review flash

Autonomie, mémoire

Le G3 X utilise une batterie Li-Ion de 6,8 Wh (7,4 V pour 920 mAh).  Avec une charge de batterie et sans utiliser la fonction Wi-Fi, nous avons pu déclencher un peu moins de 250 fois. Le compact est livré avec un chargeur externe. Il est regrettable que le boîtier ne dispose pas d'une prise micro-USB pour faciliter la recharge de la batterie avec ce format désormais universel.
Leica Q test review batterie
Au niveau des supports mémoire, le G3 X prend en charge les cartes SD, SDHC et SDCX. La notice indique la prise en charge des dernières normes de transfert UHS-I, mais pas UHS-II. Dommage.

Connectique

Le compact à long zoom est plus bien fourni avec :
  • - une sortie casque (3,5 mm),
  • - une entrée micro stéréo (3,5 mm),
  • - une sortie USB A/V,
  • - une sortie HDMI non compressée,
  • - une prise télécommande filaire,
  • - une puce Wi-Fi (NFC).
Canon G3X test review connexions

Côté Wi-Fi, Canon propose la nouvelle application Camera Connect, qui a le bonheur de pouvoir piloter à la fois les reflex et les compacts de la marque (auparavant, vous deviez avoir une application par gamme de produits). L'interface n'évolue guère, mais Camera Connect propose l'essentiel avec un retour sur écran.

Test G3X connexion Wi-Fi application

Vous pouvez vous connecter au compact soit directement (le boîtier crée alors le réseau), soit par l'intermédiaire d'un réseau local auquel sont reliés le smartphone (ou tablette) et le boîtier.

Vous pouvez dès lors :
  • - transférer vos images vers un autre appareil Wi-Fi,
  • - piloter à distance le G3 X à partir d'un smartphone,
  • - piloter à distance le G3 X à partir d'un ordinateur,
  • - imprimer en Wi-Fi,
  • - envoyer les images sur un service Web,
  • - envoyer les images sur un appareil compatible DNLA.

La fonctionnalité la plus intéressante est bien sûr le pilotage distant sans fil à partir d'un smartphone. Camera Connect permet de déclencher à distance et de modifier quelques paramètres (vitesse, ISO, ouverture...) tout en affichant l'image de la visée directe. Bon point, il est possible de choisir la zone AF en là sélectionnant directement sur l'écran du téléphone. On est toutefois encore assez loin de l'exhaustivité de la version "ordinateur", qui peut afficher un histogramme d'exposition ou les styles d'images, mais gageons que les prochaines mises à jour viendront enrichir cette première version.

En mode lecture, il est possible de zoomer dans les images, de noter les images et de les transférer sur le smartphone, mais en petite définition JPG uniquement (1 920 x 1 280 px) et il est impossible de faire une sauvegarde des fichiers bruts.

L'envoi direct d'images sur des réseaux sociaux ou sites web nécessite un premier paramétrage par ordinateur pour saisir les identifiants et les mots de passe via le service de Canon, Image Gateway. C'est plutôt fastidieux. Il est sans doute préférable de passer par EOS Remote pour transférer vos images vers Facebook, le smartphone permettant d'annoter vos images beaucoup plus facilement.

Réactivité

Les chronos du G3 X sont dans une bonne moyenne. Le temps de démarrage est sans surprise un peu long, car il faut attendre que le zoom amorce son déploiement avant de pouvoir prendre un cliché. La mise au point est de bon aloi avec 0,2 s au grand-angle et un bon 0,3 s au télé. En basse lumière, le compact est un peu plus hésitant, mais rien de catastrophique.

C'est plutôt au niveau de la motorisation que Canon reste encore en retrait par rapport à la concurrence. En RAW, il faut patienter pas loin d'une seconde et demie avant de pouvoir déclencher de nouveau !
La cadence rafale est de 6 i/s sans suivi autofocus (JPEG uniquement) et "tombe" à 3 i/s avec la mise au point continu ; en RAW, elle peine à atteindre 1 i/s. Le G3 X n'est clairement pas destiné à la photographie sportive et sera plus à l'aise dans le paysage ou le portrait.

Logiciel

Le Canon G3 X est livré l'EOS Digital Solution Disk Software qui comprend :
  • - Digital Photo Professional 4,
  • - Map Utility,
  • - Camera Window.

Bon point, Canon livre une solution complète et efficace pour le traitement des fichiers Raw (Digital Photo Professional). Outre les options classiques de développement, le logiciel offre également le traitement des aberrations chromatiques et des distorsions optiques.

Canon G3X test review logiciel DPP 4
Canon DPP4.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation