Si pour un photographe déjà équipé, le choix d'un nouveau modèle est en partie conditionné par son attirail, le "primo-accédant", lui, n'a aucune contrainte. Libéré de cette astreinte, le choix en est-il plus simple pour autant ? Pas certain. L'arrivée de deux modèles haut de gamme dans le segment des reflex pour néophytes, le Canon 760D et le Nikon D5500, nous permet de vous proposer un nouveau format d'article : le duel. Alors entrons dans l'arène !

Les fiches techniques

Un duel ne serait rien sans la présentation des antagonistes. Pour ce faire, nous opposerons point par point les différents éléments de la fiche technique. Un premier pas pour jauger sur le papier les possibilités des concurrents.

Globalement, les deux boîtiers jouent vraiment au coude à coude ; quand l'un des modèles prend l'avantage dans un domaine, l'autre lui ravit la première place sur un autre point. Il n'est pas simple de départager les deux modèles sur une simple lecture de fiche produit, même si certains aspects peuvent déjà orienter les choix en fonction de ses envies ou de ses besoins — filmer en 50p par exemple.

  Nikon D5500 Canon EOS 760D
Capteur 24,2 Mpx 24,2 Mpx
Taille du capteur 23,5 x 15,6 mm 22,3 x 14,9 mm
Filtre AA non oui
Capteur stabilisé non non
     
Sensibilité 100 - 25 600 ISO 100 - 25 600 ISO
     
Collimateurs 39 19
Dont croisés 9 19
Plage de fonctionnement -1 EV / +19 EV -0,5 EV / +18 EV
Collimateur sur le capteur principal non oui (Hybrid CMOS AF III)
     
Mesure d'expo Capteur RGB 2016 px Capteur 7560 px + IR
Compensation d'expo +/-5 EV +/-5 EV
Mesure spot lié au point AF sélectionné oui non
     
Obturation max. 1/4 000 s 1/4 000 s
     
Rafale max 5 ips (4 ips NEF 14bit) 5 ips
Nb max. JPEG en rafale NC NC
Nb max. RAW en rafale NC NC
     
Viseur pentamiroir pentamiroir
Grossissement 0,82x 0,82x
Couverture 95,00 % 95,00 %
     
Taille écran 3,2" / 8,1 cm 3" / 7,6 cm
Définition écran 1 037 000 points 1 040 000 points
Rotatif oui oui
Tactile oui oui
     
Wi-Fi oui (G) oui (N)
NFC non oui
Bluetooth non non
GPS non non
Intervallomètre oui NC
USB 2.0 2.0
Prise micro oui oui
Sortie HDMI oui oui
Sortie casque non non
     
Flash intégré oui oui
NG 12 12
Synchro flash 1/200 s 1/200 s
     
Format film MPEG4 AVC/H.264 MPEG4 AVC/H.264
Résolution max 1 920 x 1 080 1 920 x 1 080
Cadence 60p/50p/30p/25p/24p 30p/25p/24p
Micro stéréo oui oui
     
Autonomie max 820 photos 440 photos
Poids (nu / batterie) 470 g 565 g
Dimensions Environ 124 x 97 x 70 mm Environ 132 x 101 x 78 mm

La prise en main

C'est un aspect important et que nous ne pouvons faire à votre place : la prise en main. Un reflex doit être agréable à utiliser, or cette sensation est personnelle et dépend beaucoup de la morphologie de vos mains. En un mot : allez essayer les boîtiers. Prenez-les en main, portez-les à l'œil : un boîtier doit vous convenir et en cette matière, vous êtes le seul à pouvoir décider.

Sur les autres points, nous pouvons intervenir et passer en revue ensemble les bonnes et les mauvaises réalisations ou idées.

Ergonomie : avantage Canon 760D

Nikon D5500 vs Canon 760D comparaison vue de dessus

Nikon D5500 : poids plume. Le reflex Nikon D5500 est plus petit et plus léger que le Canon 760D. Pour ceux qui recherchent la compacité à tout prix, c'est un vrai plus. Pour ce faire, la marque a employé sur certaines parties du châssis de la fibre de carbone, un matériau à la fois solide et léger. Pour autant, Nikon n'a pas sacrifié la préhension et a doté son reflex d'une généreuse poignée. Là encore, cet élément reste à l'appréciation des utilisateurs, en fonction de la taille de leurs mains.

L'interface Nikon est assez minimaliste, mais l'essentiel est là pour profiter pleinement de son boîtier sans trop de complications et accéder aux réglages manuels SAM. Bon point, un levier autour du barillet (donc facilement accessible) permet de basculer rapidement en visée écran. Toutefois, vous n'avez pas directement accès à un mode vidéo, le reflex se destinant avant tout à la prise de vue photo.

Certaines commandes sont à notre avis assez mal positionnées. Ainsi, la touche pour la motorisation est placée à l'avant du boîtier et la touche personnalisable Fn est située trop haut à l'avant pour être facilement accessible. Enfin, la touche i permet d'accéder à un menu rapide de paramétrage. Le Nikon D5500 dispose de deux touches paramétrables, l'une physique, l'autre tactile sur l'écran LCD.

L'un des atouts du kit Nikon est la présence d'un zoom 18-55 mm f/3,5-5,6 rétractable qui permet de gagner un peu plus de place.

Canon 760D : plus expert. Le 760D s'inspire de ses aînés et se présente comme un boîtier plus expert, comme en témoignent le barillet de sélection des modes d'exposition doté d'un verrou central et l'écran LCD de rappel sur l'épaule droite. Autre point important, le 760D est équipé de deux molettes de réglage : l'une à l'arrière la poignée et l'autre sous la forme d'une roue codeuse au dos du boîtier. Voilà qui sera plus pratique pour l'utilisation du mode M, par exemple.

Un bouton permet de passer rapidement d'une visée optique à une visée sur écran et le mode vidéo est directement accessible via le levier de mise en route — une fausse bonne idée, puisque souvent, dans le feu de l'action, vous basculerez directement en vidéo plutôt qu'en photo. La touche Q donne accès à un menu rapide de configuration et le trèfle de sélection est paramétré pour les réglages les plus courants : balance des blancs, motorisation, mode autofocus et styles d'image. Sur le reflex Canon, les principales commandes sont regroupées sur le dessus ou au dos de l'appareil.

Nikon D5500 vs Canon 760D comparaison : dos

Viseur optique : égalité

Nikon D5500 : très classique. Classique, le viseur optique du reflex D5500 l'est indéniablement. Il s'agit d'un pentamiroir et non d'un prisme en toit. La couverture est d'environ 95 % et le grossissement, de 0,82x (soit environ 0,54x en équivalent 24x36). La visée est donc assez étroite. Le viseur dispose d'un détecteur de présence qui éteint l'écran à l'approche du visage. Il est possible d'afficher en surimpression des informations, comme une grille d'aide à la composition, mais également le champ de couverture AF ou l'absence de carte mémoire.

Canon 760D : classique également. Le 760D propose également un pentamiroir offrant une couverture de 95 % et un grossissement optique de 0,82x (soit environ 0,51x en équivalent 24x36). En théorie, le viseur Canon est moins spacieux. En pratique, la différence est peu visible. Là encore, un détecteur de présence permet d'éteindre directement l'écran LCD pour faciliter la visée optique et il est possible d'afficher des informations en surimpression. Le 760D bénéficie en outre d'un niveau électronique (1 seul axe...), absent sur le Nikon.

Nikon D5500 vs Canon 760D comparaison : visée optique

Écran LCD et interface : égalité

Nikon D5500 : en grande largeur. Si les deux reflex proposent un écran LCD tactile et orientable (que vous pouvez retourner complètement pour le protéger), celui du Nikon est plus large et plus agréable à utiliser. Il affiche dans un ratio 3:2, les images occupant alors tout l'espace disponible avec des indications en surimpression. Vous pouvez également utiliser 2 doigts pour zoomer dans une image. L'affichage est fluide et l'écran répond bien aux sollicitations. Point très intéressant, l'écran peut également se transformer en pavé tactile pour faciliter le choix du collimateur AF lorsque vous utilisez la visée optique : voilà qui est ingénieux et finalement très pratique.
En visée directe, l'interface Nikon fonctionne bien, mais rien n'a été repensé pour une utilisation tactile. Les menus et l'interface graphique restent identiques à ceux des précédents modèles.

Canon 760D : classique. Le 760D dispose d'un écran LCD de 1 040 000 points dans un ratio 3:2, correspondant donc au format photo. En visée directe, l'image occupe toute la place, les informations venant en surimpression. Vous pouvez utiliser deux doigts pour réaliser un zoom dans une image. Globalement l'interface graphique du 760D est mieux pensée que celle du Nikon D5500 pour une utilisation tactile. Vous avez ainsi la possibilité de régler, via la commande Q, le mode autofocus, la balance des blancs, les styles d'images, le format des photos...

Batterie / autonomie : Nikon D5500 vainqueur haut la main

Nikon D5500 : à l'aise. Le D5500 est équipé d'une batterie Li-Ion de 8,86 Wh (7,2 V et 1 230 mAh). Une batterie somme toute classique qui permet au reflex d'atteindre environ 800 déclenchements, soit une autonomie suffisante pour des applications courantes. Le Nikon ne peut pas se recharger sur une prise micro-USB.

Canon 760D : petites réserves. Le 760D dispose d'une batterie de 7,5 Wh (7,2 V et 1 040 mAh). Malgré la présence d'un écran LCD plus petit et d'un petit écran de rappel, l'autonomie du boîtier est moindre et le reflex peine à dépasser 500 vues. Le Canon ne peut pas se recharger sur une prise micro-USB.

Connectique : avantage Canon

Nikon D5500 : classique et trop sommaire. Le D5500 offre une connectique classique : USB 2.0, une sortie HDMI non compressée (type C), une entrée micro stéréo (mini-jack 3,5 mm), un récepteur de télécommande infrarouge, une puce Wi-Fi. Le protocole de communication se limite au 802.11g (54 Mbits/s) alors que les dernières normes en vigueur permettent d'atteindre 150 Mbits/s (802.11n).
Étonnamment, le reflex Nikon n'est pas équipé d'une puce NFC pour une configuration automatique par contact. De manière assez étonnante aussi, la sortie HDMI est désolidarisée des autres connecteurs, sur l'autre côté du reflex. Le D5500 ne propose pas de sortie casque.
Quant à l'application Wi-Fi proposée par Nikon, elle est très sommaire et ne vous laissera effectuer que peu de paramétrages.

Canon 760D : classique mais efficace. Le 760D propose une connectique également trop classique avec une sortie USB 2.0, une sortie HDMI non compressée (type C), une entrée micro stéréo (mini-jack 3,5 mm), un récepteur de télécommande infrarouge, une puce Wi-Fi (802.11n) / NFC. Le 760D ne propose pas de sortie casque.
L'application télécommande Wi-Fi est limitée, mais offre nettement plus de souplesse et d'options que celle de Nikon.

Autres fonctionnalités : égalité

Nikon D5500 : une belle palette. Le D5500 offre la possibilité d'enregistrer des time-lapses et intègre une belle variété de filtres artistiques. Il offre également d'un mode silencieux, mais qui ne fait que garder le miroir relevé tant que l'obturateur est maintenu enfoncé.

Canon 760D : discret. Le 760D dispose d'un vrai mode silencieux qui réduit, un peu, le bruit au déclenchement. Le reflex dispose également de filtres artistiques.

Qualité des images

Hautes sensibilités : Nikon D5500 en tête

Nikon D5500 : à l'aise jusqu'à 6 400 ISO. Le capteur APS-C de 24 Mpx associé au savoir-faire de Nikon en matière de traitement des données permet au D5500 de grimper facilement jusqu'à 3 200 ISO et de s'aventurer en toute quiétude jusqu'à 6 400 ISO. Le grain est fin, peu coloré, les couleurs encore vives et la dynamique honnête. Le capteur du Nikon semble d'ailleurs également à l'aise avec les images à fort contraste, le Canon ayant rapidement tendance à "brûler" les hautes lumières.

Point important, le capteur du D5500 n'a pas de filtre passe-bas. En théorie, les images devraient être un peu plus précises, un peu plus croustillantes. Avec l'objectif livré en kit (18-55 mm f/3,5-5,6), le gain reste... théorique. Toutefois, avec des optiques plus haut de gamme, il devrait être sensible. Attention, l'absence de filtre passe-bas peut également avoir des effets néfastes, comme l'apparition de moirage. Là encore, nous n'en avons pas noté avec l'optique de kit. Sachez que le moirage peut facilement s'atténuer en post-traitement.

Nous comparons deux images redimensionnées en 60 x 40 cm (180 dpi) afin de comparer des dimensions identiques. Les deux boîtiers ne sont pas équipés des mêmes optiques, il ne faut donc pas attacher d'importance au rendu des détails, mais uniquement à la granulation dans les aplats.


Canon 760D : jusqu'à 3 200 ISO. Le 760D délivre de belles images jusqu'à 1 600 ISO et peut facilement grimper jusqu'à 3 200 ISO. Au-delà, la différence avec le D5500 est nette. Canon n'a pas choisi de supprimer le filtre passe-bas (contrairement au 5Ds R). Aucun risque de moirage, donc.

Parc optique : égalité

Nikon : télézoom polyvalent. Pas facile de départager les deux modèles sur le parc d'optiques disponibles. Mathématiquement, Nikon propose plus de modèles (21 contre 12 au catalogue actuel), mais la marque jaune propose beaucoup de télézooms parfois redondants comme le 18-300 mm, le 18-105 mm, le 18-140 mm ou le 18-200 mm. Toutefois, Nikon vient d'annoncer un 16-85 mm f/2,8-4 aux allures plus expertes.

Canon : dans le format compact. La gamme Canon semble un peu plus cohérente et, surtout, la marque met à jour régulièrement ses optiques avec la nouvelle motorisation STM (STepper Motor) beaucoup plus à l'aise en vidéo. En outre, la marque commence à développer des optiques compactes (pancake) et abordables, à l'image de l'EF-S 24 mm f/2,8 ou de l'EF 40 mm f/2,8 STM. Des optiques "crêpes" totalement absentes du catalogue Nikon pour l'instant.

Vidéo : Canon 760D plus à l'aise en autofocus

Nikon D5500 : en 50p. Le reflex de Nikon offre une variété d'enregistrement plus large que le 760D de Canon. Le D5500 propose notamment l'enregistrement HDTV 1080 en 50p, le standard actuel. Il est possible de filmer dans les modes PASM pour avoir la main sur l'enregistrement vidéo.

Aucun des modèles n'intègre une sortie casque pour vérifier la prise audio.

Canon 760D : tout en souplesse. Impossible d'enregistrer en HDTV 1080 en 50p : il faudra se contenter du 25p. Néanmoins, l'autofocus fonctionne réellement en vidéo tout en silence et en souplesse. Le Canon a sur ce point un avantage indéniable. Comme le Nikon, le 760D ne propose pas de focus peaking pour faciliter la mise au point manuelle, ni de zébras pour caler l'exposition.

Réactivité

Autofocus visée optique : égalité

Nikon D5500 : collimateurs plus nombreux. Sur le papier, le D5500 et ses 39 collimateurs offrent un autofocus plus "musclé", face au 19 du 760D. Pourtant, sur le terrain, la différence est peu sensible. Les deux reflex sont rapides et assez performants en basse lumière. La cadence rafale est d'environ 5 i/s en JPEG. En RAW 14 bits, la rafale reste aux alentours de 5 i/s, mais la mémoire tampon lâche prise après 8 vues.

Canon 760D : plus musclé. Du côté du 760D, les 19 collimateurs sont de type croisé (aussi sensibles horizontalement que verticalement), contre 9 pour le Nikon. Là encore, sur le terrain, les différences sont difficiles à mettre en évidence. Sur nos essais de suivi de sujet en déplacement (personne en train de marcher), les deux reflex ont eu un comportement assez similaire. Le mode rafale atteint également 5 i/s en JPEG/RAW.

Autofocus visée écran : un point pour Canon

Nikon D5500 : à la traîne. Si, en visée optique, les deux reflex sont proches, le D5500 est largement distancé par le 760D en visée sur écran. La détection de contraste sur le capteur et la motorisation "photo" de l'optique donnent des résultats peu convaincants, avec un effet de pompage et beaucoup de bruit.

Canon 760D : "dans l'Hybrid". Depuis 2012 et son EOS M, Canon dispose d'une technologie qui permet d'intégrer des pixels pour un système autofocus à corrélation de phase sur le capteur principal : CMOS Hybrid AF. Le 760D dispose en la matière de la 3e génération, couvrant une grande partie du capteur APS-C. Avec les optiques STM, la mise au point en vidéo et visée écran s'avère souple, silencieuse et rapide.



Récapitulatif

  Nikon D5500 Canon 760D
Prise en main    
Ergonomie   +
Viseur optique =
Écran LCD, interface =
Batterie, autonomie ++  
Connectique   +
Autres fonctionnalités =
Qualité des images    
Hautes sensibilités +  
Parc optique =
Vidéo   + (en autofocus)
Réactivité    
Autofocus visée optique =
Autofocus visée écran   +

Conclusion

Le combat est plutôt serré ; comme souvent, ce qu'un boîtier concède d'un côté, il le récupère sur un autre point et le rapport de force s'équilibre, mais sur différents aspects. 

D'un point de vue purement photographique, le Nikon D5500 (équipé du zoom 18-55 mm f/3,5-5,6G VR II rétractable) est un reflex très compact et léger et doté d'une belle qualité d'image dans les hautes sensibilités. En revanche, l'optique de kit est à peine suffisante pour laisser le capteur APS-C de 24 Mpx pleinement s'exprimer. Il faudra investir dans une nouvelle optique ou un modèle complémentaire.

De son côté, le Canon 760D offre une ergonomie un peu plus experte avec deux molettes de réglages, un gabarit plus généreux et un écran LCD de contrôle. Canon a également mieux intégré l'utilisation de l'écran tactile pour les réglages de l'appareil, de même que la gestion du Wi-Fi, mieux exploité. La gestion du bruit électronique est en retrait par rapport au D5500, mais il sera possible de capturer jusqu'à 3 200 ISO sans la moindre hésitation, ce qui est déjà très intéressant. Le 760D se montre un peu plus polyvalent en offrant également un mode vidéo plus opérationnel (autofocus souple et silencieux). Attention à son autonomie vraiment réduite : il sera sage de s'équiper d'une seconde batterie.

Au final, les deux boîtiers sont d'excellents choix, mais puisqu'il nous faut en choisir un, nous avons une petite préférence pour le 760D de Canon, qui nous semble un peu mieux abouti et plus homogène.

La solution alternative

Le Nikon D5500 nous a séduits par sa compacité et la possibilité de conserver une visée optique. Toutefois, si l'encombrement et le poids sont des critères importants pour vous, nous vous conseillons de jeter un coup d'œil aux COI (compacts à objectifs interchangeables), notamment au Sony A6000 si vous souhaitez conserver un capteur APS-C de 24 Mpx.

L'A6000 est beaucoup plus ramassé que les deux reflex présentés, l'absence de cage reflex permettant de gagner de précieux centimètres. Il dispose d'un viseur certes électronique, mais beaucoup plus spacieux et couvrant 100 % du champ photographié. En outre, il offre un mode rafale à 11 i/s, un mode panoramique par balayage et d'un mode vidéo complet. Une option plus que crédible !

> Test du Canon 760D
> Test du Nikon D5500

Lire également :
> Test du Sony A6000
> Tous les reflex testés

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation