Quelles sont les nouveautés du Ricoh Pentax K-3 II par rapport au précédent modèle ? Le toit en prisme de la visée optique est un peu plus ramassé. Et pour cause : le flash pop-up disparaît au profit d'un GPS intégré. Un flash pour un GPS ? L'échange peut paraître un peu étonnant, la lumière étant, à notre sens, un élément plus important en photo que les coordonnées de géolocalisation.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, vue de face sans objectif

C'est ainsi et il faudra s'y faire... ou pas. Pour le reste, le K-3 II reprend les lignes du précédent modèle, à savoir un reflex trapu et agréable à prendre en main.

La gamme reflex de Pentax se compose désormais d'un K-3 II, du K-3 qui reste au catalogue, de la série K-S2 avec écran orientable, du K-5 IIs et du K-50, tous étant tropicalisés.

Prise en main

Châssis

Les premiers contacts avec le K-3 II sont rassurants ! En effet, le reflex Pentax est, à l'image des K-10, K-5, K-5 II et K-3, bien construit : les matériaux sont de qualité et le revêtement au niveau de la poignée, agréable. L'ensemble inspire donc confiance et le K-3 II se positionne bien en chef de rang des reflex pour baroudeurs de Pentax.

Le boîtier propose toujours une construction à l'épreuve des intempéries avec un châssis en alliage de magnésium et de nombreux joints de protection contre l'eau et la poussière. C'est un trait commun à tous les boîtiers (hormis le K-S1) et une marque de fabrique depuis des années chez Pentax.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, vue de dessus

Dessus du boîtier

Sur l'épaule gauche, vous trouverez un barillet pour le choix du mode d'exposition. Par défaut, il est verrouillé par un bouton central. Vous pouvez choisir le mode en le maintenant enfoncé. Les ingénieurs japonais ont également eu l'excellente idée de proposer un levier "Lock" qui permet, au choix, de libérer ou non la molette. Voilà qui contentera tout le monde. Bravo.

Le K-3 II propose les traditionnels modes PASM, mais également 2 modes propres à Pentax : le Sv, ou priorité à la sensibilité ISO (le boîtier adaptant le couple ouverture/vitesse en conséquence), et le mode TAv. Ce dernier agit de manière inverse, adaptant la sensibilité ISO automatiquement en fonction du couple ouverture/diaphragme, comme un mode P avec l'ISO Auto en quelque sorte.
Vous trouverez un mode Bulb (B), synchro flash (X), un mode tout automatique (vert) et 3 modes personnalisables U1, U2 et U3.

Au centre est placée la griffe porte-flash.

Sur l'épaule droite, vous trouverez un écran LCD de rappel des principaux réglages de l'appareil. Sur la poignée, le déclencheur est serti d'une couronne pour mettre le reflex sous tension. À l'arrière du déclencheur, 2 commandes pour régler le correcteur d'exposition (-/+ 5 IL) — notez toutefois que l'écran LCD n'affiche que -/+ 3 niveaux... — et la sensibilité ISO. À l'avant de la poignée, une molette de réglage est naturellement présente.

Dos

Le dos du K-3 II n'évolue pratiquement pas.

À gauche du viseur, vous trouverez le bouton lecture, ainsi que la commande pour le choix du mode de mesure d'exposition.

À droite du viseur, la touche rouge permet à la fois de basculer en visée directe sur écran et d'enregistrer les vidéos. Pour rester dans la vidéo, un levier permet de basculer du mode photo au mode vidéo. Un excellent choix qui permet de cadrer correctement en mode photo (3/2) et en vidéo (16/9) avant de lancer l'enregistrement. Plus à droite, vous trouverez une commande AF et AE-L pour effectuer la mise au point et mémoriser l'exposition.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, vue de dos

À droite de l'écran, la touche verte dite "anti-panique" permet de basculer d'une simple pression de n'importe quel mode en mode P. Un trèfle de sélection est toujours présent pour accéder rapidement à la motorisation, ajuster les styles d'image, gérer le flash ou la balance des blancs. En bas, une commande Info permet d'accéder à un écran récapitulatif des paramètres de l'appareil et une autre, aux menus. Enfin, une touche permet de permuter rapidement entre les deux logements de cartes en mode lecture. Cette touche permet également de déplacer le collimateur AF en mode visée sur écran. Elle est toutefois placée un peu trop bas pour être facilement manipulée par le pouce dans l'action.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, vue de côté

Flanc gauche

Le flanc gauche du K-3 II est un second tableau de bord ! Vous trouverez une commande pour enclencher le flash, la prise synchro flash, une commande RAW/Fx personnalisable (RAW, bracketing d'exposition, testeur profondeur de champ optique, testeur de profondeur de champ numérique, stabilisation mécanique et éclairage de l'écran LCD sur le dessus de l'appareil).

Une touche permet de régler rapidement le mode AF (AF-Auto, AF-Simple, AF-Continu) avec la molette avant et le fonctionnement des collimateurs AF avec la molette arrière. Un levier permet enfin de choisir entre mode autofocus et mise au point manuelle. Sachez que dans ce dernier cas et en mode visée sur écran, il est possible d'activer un peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés). Malheureusement, celui-ci ne fonctionne pas pendant l'enregistrement vidéo, où il aurait pourtant été bien utile.

Visée

Viseur optique

Ricoh reconduit le viseur optique du K-3 dans le nouveau modèle. Vous trouverez donc le prisme en toit avec une couverture de champ de 100 % et un grossissement de 0,95x (soit 0,63x en équivalent 24x36, ce qui le place devant le Nikon D7200 ou le 70D de Canon). On est loin d'un viseur 24x36, mais il est suffisamment large pour être confortable et, surtout, il est lumineux.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, viseur optique

Face aux viseurs optiques dont les spécifications techniques stagnent, les viseurs électroniques, eux, gagnent du terrain. Nous avons en tête le viseur du Panasonic GX8 affichant 2 360 000 points et proposant surtout un grossissement de 0,77x (éq. 24x36) ou celui de l'Olympus E-M5 Mark II dont le grossissement, également plus important, atteint 0,74x.

La visée du K-3 II n'est pas obstruée par les collimateurs AF : seul le cadre englobant la zone autofocus est visible. C'est un choix. Personnellement, je préfère voir en permanence la position réelle des différents collimateurs. Il est possible d'activer un niveau électronique (gauche-droite uniquement) qui permet de bien positionner l'appareil. Dans ce cas, c'est le barregraphe du correcteur d'exposition qui est utilisé. Le verre de visée est interchangeable.

Visée sur écran

Le Pentax K-3 II dispose d'un écran LCD de 8,1 cm (ratio de 3:2) affichant 1 037 000 points. L'affichage est donc de 720 x 480 pixels, l'image, au format 3:2 occupant alors la totalité de l'écran. Les informations sont affichées en surimpression.

Malheureusement, l'écran n'est ni tactile ni orientable. Fin 2015, c'est une véritable lacune. Le K-3 peut afficher de nombreuses informations comme un histogramme d'exposition, un niveau électronique sur 2 axes, le peaking de mise au point, plusieurs grilles pour l'aide à la composition ou de fausses couleurs pour la surexposition. Vous pouvez également, avec la puce GPS intégrée, afficher une boussole sur l'écran arrière.

Mise au point, rafale et suivi de sujet

Autofocus visée optique

C'est le module autofocus SAFOX 11 (27 collimateurs dont 25 sont croisés) qui œuvre dans le K-3 II. Les collimateurs sont essentiellement regroupés au centre de la visée et les deux collimateurs extrêmes (droite et gauche), non croisés, sont assez isolés par rapport aux autres.

Module AF Safox 11

C'est surtout la plage de sensibilité qui est impressionnante. En effet, le module AF fonctionne de -3 IL à 18 IL. Dans ce domaine, seul l'EOS 6D soutient la comparaison, mais avec 11 points AF seulement chez Canon et chez Nikon, il faut passer au D7200.

D'un point de vue strictement technique, le SAFOX 11 se positionne assez bien par rapport à ses principaux rivaux que sont l'EOS 70D et le Nikon D7200, avec le plus grand nombre de collimateurs croisés et la sensibilité la plus basse. Pentax précise que les 3 collimateurs centraux sont sensibles jusqu'à f/2,8. Comprenez par là que les barrettes sont plus précises avec les optiques lumineuses jusqu'à f/2,8.

  Pentax K-3 Nikon D7200 Canon 70D
nb collimateurs 27 points dont 25 croisés 51 points dont 15 croisés 19 points croisés
plage de sensibilité -3 à 18 IL -3 à 19 IL -0,5 à 18 IL

Le K-3 II propose les 3 modes autofocus classiques : Simple, Continu et Auto (passage automatique du mode S au mode C. Le SAFOX 11 est désormais épaulé par le capteur RVB (cellule d'exposition) de 86 000 points qui recueille des informations supplémentaires, notamment pour le suivi AF. Le capteur est également sensible jusqu'à -3 IL. Pentax annonce avoir travaillé sur les algorithmes de suivi de sujet.

Une lampe d'assistance verte épaule le module AF en basse lumière. Notez qu'un micro-ajustement de l'autofocus est également disponible. Vous avez la possibilité d'enregistrer les paramètres pour 20 optiques différentes.

La mise au point est plutôt rapide et il est vrai qu'en basse lumière, le K-3 II de Ricoh se montre à l'aise. Rien à redire sur les performances en mode Single. On pourra par contre critiquer le bruit important de la mise au point du 18-55 mm, qui ne dispose pas de motorisation ultrasonique. Ricoh doit absolument étoffer sa gamme d'optique SDM, même en entrée de gamme, car le "vacarme" de la mise au point fait passer le K-3 II pour un véritable dinosaure !

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, motorisation boîtier

Nous avons également mis le mode suivi AF à l'épreuve en réalisant quelques séries d'images en mode rafale rapide (environ 8 i/s) en activant la priorité à la mise au point. Les ingénieurs de Ricoh affirment avoir amélioré les algorithmes de suivi de sujet, mais les informations sont pour le moins laconiques.

Pour notre test, nous avons positionné le reflex au 1/800 s, ISO auto, rafale rapide et suivi de sujet avec priorité à la mise au point. De son côté, David avance d'un pas décidé. Les résultats sont bons et si quelques images manquent un peu de piqué, le suivi de sujet fait parfaitement son travail. Sur ce point, les ingénieurs de Ricoh Pentax ont fait du bon boulot.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, rafale de suivi d'un sujet en mouvement

Autofocus en visée sur écran

Pentax ne donne pas beaucoup de précision sur le module à détection de contraste. Il est toutefois possible de déplacer le collimateur sur environ 80 % du cadre de visée.

Comme tous les modules autofocus par détection de contraste, celui du K-3 II a tendance à beaucoup "pomper" pour trouver la zone de netteté. Sur ce point, aucune amélioration par rapport au précédent modèle et c'est bien dommage. Bien que l'action soit plus rapide qu'avec les précédents reflex de la marque, la mise au point reste assez lente, trop lente pour suivre un sujet en déplacement par exemple.

En mode visée sur écran, le module autofocus propose plusieurs modes : détection des visages, suivi, multizone, spot et sélection manuelle.

Si le suivi de sujet fonctionne correctement, la visée sur écran est encore très lente, trop lente pour être exploité en photo classique. Ricoh a encore de nombreux progrès à réaliser en ce domaine pour se mettre au niveau des reflex concurrents, et a fortiori au niveau des COI.

Mise au point manuelle

Pour la mise au point manuelle, le K-3 II offre plusieurs assistants comme le télémètre (l'appareil se sert du module autofocus pour signifier le point de netteté). En mode visée sur écran, vous pouvez activer le peaking (surlignage de la zone de netteté par des pixels colorés, ici en blanc). Une loupe numérique permet également de grossir par 10 la zone de mise au point.

Autonomie, mémoire

Alimentation

Ricoh annonce environ 720 vues par charge de batterie. De notre côté et après deux jours de test intensifs, 800 déclenchements et 10 minutes de vidéo, la batterie n'avait toujours pas rendu l'âme. L'autonomie du reflex est donc confortable, et paraît même remarquable quand on vient d'essayer un COI dont capacité est parfois de moins de 250 vues !

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, batterie

Derrière la solide trappe à double ouverture (il faut relever un levier et le tourner), vous trouverez une nouvelle batterie Li-Ion de 7,2 V pour 1 860 mAh, soit 14 Wh.

Une poignée d'alimentation tropicalisée (D-BG5) sera également disponible pour augmenter l'autonomie du boîtier et offrir un confort accru pour la photographie en mode portrait.

Cartes mémoire

Le K-3 II dispose de deux emplacements pour cartes SD. Le boîtier est compatible avec toutes les normes actuelles, notamment l'UHS-I qui permet de bénéficier des débits les plus importants actuellement.

Une des deux cartes peut être sélectionnée pour l'enregistrement vidéo. En mode photo, les deux slots fonctionnent par débordement (dès qu'une carte est pleine, l'autre prend la relève), par copie (les images sont immédiatement dupliquées sur les deux cartes, l'une servant alors de sauvegarde en cas de problème) ou en mode sélection (1 carte reçoit les JPEG et l'autre les fichiers bruts).

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, logement cartes mémoire

Connectique

Le Ricoh Pentax K-3 II met à disposition une belle panoplie de connectiques : USB 3.0 s'il vous plaît, Mini-HDMI, alimentation, synchro flash, micro stéréo, casque et télécommande. L'ensemble des connecteurs est protégé derrière une trappe en caoutchouc de bonne facture. Il ne manque plus qu'une puce Wi-Fi pour parfaire l'ensemble.

Ricoh recommande l'utilisation de cartes FLU (il y aura peut-être des offres groupées, la marque reste pour l'instant muette sur ce point) qui intègrent une puce Wi-Fi. Une FluCard Pro 8 Go Class 6 se négocie actuellement 50 € sur Amazon. La documentation indique qu'il est possible alors de transférer les données en mode P2P entre la carte et un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Il est également possible d'envoyer ses images sur les réseaux sociaux via un portail propriétaire en mode infrastructure.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, connecteurs

Bruit au déclenchement

Les déclenchements du K-3 II sont toujours aussi doux et feutrés que ceux des précédents modèles. Sans avoir recours à un quelconque mode silencieux, le reflex de Ricoh est moins bruyant que la plupart des concurrents. Vous pouvez entendre les enregistrements audio en cliquant sur la vignette ci-dessous.

Reflex Ricoh Pentax K-3 2, test review, son déclenchement

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation