Le Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III est un objectif pour appareil à capteur Micro 4/3. Il revient à un équivalent 28-300 mm en utilisant un coefficient de conversion de 2x. Il dispose d'une ouverture de diaphragme variable tout ce qui a de plus standard : f/3,5 en position grand-angle et f/5,8 en position téléobjectif. La formule optique intègre un verre à faible dispersion ainsi que trois éléments asphériques. L'optique dispose d'une système de stabilisation VC et d'un diaphragme circulaire.

Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III

Caractéristiques

Monture : Micro 4/3
Format couvert : Micro 4/3
Plage focale : 14-150 mm
Équivalent 24x36 sur capteur Micro 4/3 : 28-300 mm
Ouverture maximale : f/3,5-5,8
Ouverture minimale : f/22
Distance de mise au point : 0,5 m
Nombre de lamelles du diaphragme : 7
Construction : 17 lentilles réparties en 13 groupes
Éléments spécifiques : 1 verre à faible dispersion, 3 éléments asphériques
Échelle des distances : Non
Rapport de reproduction : 0,26x
Motorisation : Oui
Stabilisation : Oui
Dimensions : 63,5 x 80,4 mm
Diamètre filtre : 52 mm
Poids : 285 g
Pare-soleil : Non
Étui souple : Non

Prise en main

Ce 14-150 mm est très compact et très léger. Avec un poids de moins de 300 grammes, il saura se faire oublier lors de longues ballades, appareil en main. Le design est assez discret avec une finition presque totalement noire. Seule la base et argentée. L'objectif dispose d'une baïonnette en métal et d'un bouton qui permet de le verrouiller en position 14 mm pendant le transport. La qualité de construction est correcte.

Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III

La bague de zoom prend presque toute la place sur l'objectif. Elle est donc très large et très agréable à utiliser : une course modérée à la fluidité parfaite est nécessaire pour passer rapidement de 14 à 150 mm. La bague de mise au point manuelle est, par contre, très décevante : en plus de ne disposer d'aucun repère, elle est beaucoup trop étroite et trop fluide, elle manque donc de précision.

Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III

Test labo

Nous avons testé le 10,5 mm avec un Olympus OM-D E-M1 et son capteur micro 4/3 de 16 Mpx (3,7 µm de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un OM-D E-M1 de 16 Mpx) et la taille de son capteur (micro 4/3 pour l'E-M1). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'E-M1 dispose d'une définition de 4640 x 3472 pixels. Chaque pixel mesure donc 3,7 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Nous sommes toujours méfiants avec ce genre d'objectifs. En général, plus la plage focale d'un zoom est importante, plus la qualité optique s'en ressent. Bonne surprise avec ce zoom : la qualité optique est bonne compte tenu de l'étendue de la plage focale et de l'ouverture maximale glissante. Les images disposent d'un bon piqué et l'objectif a un comportement homogène en fonction de l'ouverture et de la focale sélectionnée. On observe cependant un léger manque d'homogénéité entre le centre et les bords. L'objectif procure le meilleur de lui même autour de f/8.




> Téléchargez les fichiers originaux




Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Monté sur un appareil équipé d'un capteur au format micro 4/3 (Olympus et Panasonic), ce 14-150 mm se transforme en un 28-300 mm. Une telle plage de focale est extrêmement polyvalente et permet d'assurer presque tous les types de sujets !





> Téléchargez les fichiers originaux

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont bien visibles mais restent raisonnables. On les ressent principalement aux focales intermédiaires. Elles pourront se traiter assez facilement en post-production.





> Téléchargez les fichiers originaux

Vignetage


Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage se ressent principalement aux plus grandes ouvertures mais reste limité aux coins les plus extrêmes des images. Il devient totalement négligeable à toutes les focales dès f/8. Pour ceux qui veulent s'en débarrasser, il se traitera de manière très simple en post-production – tout comme les distorsions.





> Téléchargez les fichiers originaux

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Bien entendu, avec un objectif disposant d'une ouverture glissante peu lumineuse (f/3,5-5,8) associé à un appareil équipé d'un capteur micro 4/3, il ne faut pas s'attendre à des effets de profondeur de champ très marqués. Pour maximiser vos chances, préférer tant que possible une longue focale, une distance de mise au point courte et un écart important entre votre sujet et son arrière plan.





> Téléchargez les fichiers originaux

Galerie terrain

Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/5.8
Sensibilité : 1600 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/10.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 31 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/640 s, ouverture : f/10.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/5.8
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/1600 s, ouverture : f/11.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/800 s, ouverture : f/9.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/500 s, ouverture : f/9.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/1000 s, ouverture : f/10.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/1000 s, ouverture : f/10.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 150 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/400 s, ouverture : f/9.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 20 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw
Marque : OLYMPUS IMAGING CORP.
Modèle : E-M1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 41 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III
Télécharger le fichier raw

Verdict

Tamron 14-150 mm f/3,5-5,8 Di III

Au final ce 14-150 mm est une bonne surprise malgré une fiche technique un peu décevante : une ouverture glissante peu lumineuse (f/3,5-5,8) et une absence de stabilisation optique. Même si de nombreux appareils micro 4/3 sont stabilisés au niveau du capteur, ce n'est pas le cas de tous !

Ce 14-150 mm est vraiment une optique a tout faire, parfaite pour voyager léger sans faire de compromis sur la polyvalence. Du paysage à la photo aérienne (avec un peu de recadrage), en passant par le portrait, il sait tout faire. La qualité optique est assez bonne et n'a rien à envier a ses camarades équivalents dans le monde du reflex. Les images sont bien détaillées du centre jusqu'aux bords et ce jusqu'à f/11 (sauf sur les coins les plus extrêmes). Le vignetage est faible et contenu, les distorsions relativement discrètes. On note cependant la présence d'aberrations chromatiques assez visibles aux plus larges focales.

À l'usage, cet objectif est agréable et sait se faire oublier. Sa compacité et son poids réduits sont des avantages indéniables. Cependant, force est de constater que son utilisation se cantonnera principalement à l'extérieur et dans de bonnes conditions lumineuses.À moins de pousser les ISO ou d'opter pour le flash, l'ouverture maximale glissante manque de luminosité pour pratiquer la photographie de nuit ou en intérieur.

Points forts

Points faibles

Poids et compacité

Ouverture maximale glissante peu lumineuse

Polyvalence (équivalent 28-300 mm)

Pas de stabilisation optique

Qualité optique

Bague de mise au point peu précise

Faible vignetage

Aberrations chormatiques aux plus larges focales

Distorsions discrètes

 


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation