Merci à tous ! Vous avez été nombreux à nous avoir envoyé vos images pour répondre au défi lancé par notre nouvelle rubrique "Vos Photos, Nos Conseils" et le moins que l'on puisse dire, c'est que nous sommes ravis de votre niveau !

Vos photos nos conseils

Nous vous rappelons le principe de cette rubrique : nous vous proposons chaque mois une thématique photographique à laquelle vous pourrez répondre en nous envoyant 1 à 2 images. À la fin du mois, nous sélectionnons et publions sur Focus Numérique 4 photos sur lesquelles nous vous donnerons notre avis, qu'il soit bon ou mauvais !

Ce mois-ci la thématique était libre, mais de vos photos se dégagent automatiquement des genres photographiques classiques : le portrait, le paysage, la photo de rue, la macro, les enfants, etc. Il a donc fallu faire des choix, trancher et ce ne fut pas simple. Les photos qui ne sont pas publiées aujourd'hui restent dans notre banque d'images et pourront servir d'exemples pour nos prochains conseils.

Camille R. Tadeusz

Camille R. Tadeusz

Nous étions tous d'accord à la rédaction : la photo passe à côté de quelque chose d'intéressant. Nous sentons que l'image de Camille R. Tadeusz a un potentiel, mais quelque chose ne va pas : le résultat manque d'impact.

L'image a été réalisée avec un Fujifilm X20 et les Exif sont les suivants : 100 ISO,  f/3,6, 1/850 s, 40 mm.

Voici ce que nous écrit son auteure à propos de cette photo : "Elle a été prise le 14 février 2015 à la plage des Sablettes à la Seyne-sur-Mer (Var) pendant une magnifique journée remplie de nuage." Le texte révèle donc une certaine incohérence entre le discours et le résultat. Camille tombe dans un classique problème d'intention, dans ce que d'aucuns appellent au cinéma le "fantasme du réalisateur" où ce dernier pense exprimer clairement une idée, mais le résultat ne met pas suffisamment en lumière le propos.

La photo de Camille présente selon nous deux problèmes. D'une part la composition est un peu trop centrée, avec notamment une ligne d'horizon monotone qui ne guide pas le regard, et d'autre part la photo en elle-même est terne. Le noir et blanc est grisâtre, le ciel manque de contraste et... ce curieux personnage unijambiste ne se dégage pas suffisamment de l'arrière-plan.

Le Fujifilm X20 présente l'avantage d'offrir un mode carré ce qui aurait permis à Camille de poser plus sereinement sa composition dès la prise de vue. De plus, un tour rapide dans Lightroom nous permet de mettre davantage en valeur les nuages et de jouer sur les niveaux pour créer une ambiance plus en phase avec ce lourd ciel hivernal que Camille a voulu rendre.

Camille R. Tadeusz

Pour arriver à ce résultat, nous avons simplement recadré l'image en carré, travaillé globalement sur les contrastes et la luminosité, puis nous avons utilisé le pinceau pour travailler localement. En effet, il apparaissait nécessaire de faire ressortir le personnage et de mettre en valeur le ciel. Pour ce dernier, le filtre gradué a été d'un grand secours. Ensuite, dans le but de donner un peu de cachet à l'image et d'ajouter une touche dramatique, nous avons créé un peu de vignetage et ajouté du grain. Enfin, la photo de Camille présentait une importante distorsion en barillet qu'il nous a fallu aussi corriger avec l'outil "correction de l'objectif" dans Lightroom. Ainsi recadrer et très légèrement travailler l'image présente plus d'impact.

Guillaume Gobeaut et Romain Capgrand

Guillaume Gobeaut

La photo est prise avec un Lumix GM5 et Guillaume Gobeaut nous écrit ceci: "J'ai utilisé un objectif Tilt Shift Lensbaby à ouverture f/5,6. J'aime la puissance du regard que j'ai amplifié avec Photoshop : calque gris neutre => incrustation => densité +/- sur le gris."

Là encore, nous pensons que l'image présente un potentiel intéressant, mais qui n'est pas exploité. D'autant plus qu'en termes d'intensité du regard, nous avons été très agréablement surpris par la photo que Romain Capgrand nous a envoyée et que nous tenions à partager avec vous.

Romain Capgrand

Rien ne détourne notre attention du regard de son modèle : cadrage, contraste, tout y est, et bien que l'approche soit classique, c'est avec plaisir que nous nous perdons dans les pupilles sublimes de cette inconnue.

Sans copier le style de Romain, nous avons voulu donner un coup de fouet à l'image de Guillaume et travailler subtilement sur le regard...



Pierre Bodilis et Jean-Luc Feixa

Les deux dernières images que nous avons sélectionnées flirtent avec le mythe de l'instant décisif. L'une et l'autre, aussi intéressantes soient-elles, présentent le même défaut : celui d'un déclenchement tardif.

Prenons dans un premier temps la photo de Pierre Bodilis : "Il s'agit d'un tunnel de couleur au rez-de-chaussée d'un immeuble de Rotterdam" ; l'image est réalisée avec un Canon 5D Mark II.

Pierre Bodilis

Presque tout est parfaitement composé : lumière, cadrage, sans parler des couleurs presque irréelles du lieu. Pierre a fait le choix d'intégrer un personnage dans sa composition et il a bien fait. En effet, ajouter une présence humaine donne non seulement vie à l'image, mais permet aussi de créer un étagement des plans et une valeur d'échelle.

Néanmoins nous avons un regret : le personnage est bien trop loin dans l'image et n'existe finalement que comme une petite tache sombre qui déséquilibre l'ensemble. Il y avait pourtant matière à créer une image puissante, en plaçant d'abord le sujet à hauteur des deuxièmes et troisièmes poteaux, puis en allongeant le temps de pose. Par exemple, un temps de pose de 1/15 s aurait créé un flou de mouvement qui aurait produit un effet fantomatique sur le sujet, lequel se serait davantage fondu dans ce long couloir énigmatique.

Terminons ce premier tour d'analyse d'image par la photographie de Jean-Luc Feixa.

Jean-Luc Feixa

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Jean-Luc a eu un bon coup d'œil en tentant de composer un cadre dans le cadre. L'idée est bonne, mais malheureusement l'ensemble est rendu caduc par un détail qui casse tout : la superposition des plans.

En effet, cette femme en pleine course vient "taper" dans un vulgaire potelet métallique. Ce dernier et la jambe droite du sujet rentrent en collision visuelle et déstabilisent l'ensemble. Du coup, les autres défauts de la photo apparaissent : mur en parpaing peu esthétique à droite, zone trop éclairée sur le bois de la porte... Dommage. Il y avait là matière à réaliser une belle image.

Finissons donc sur un conseil générique...

Les photos présentées ici portent toutes un défaut récurrent : celui d'un message non maîtrisé. La plupart du temps, il s'agit simplement d'un problème de composition ou de placement. Vous devez tourner autour de votre sujet, vous interroger sur l'angle choisi : "Ai-je fait le bon choix de cadrage ?"  "Est-ce que tous les éléments qui rentrent dans ma composition la servent ?" Le monde et chacun des éléments qui le composent préexistent dans notre acte photographique. Faire le choix de cadrer, puis de déclencher, c'est donc "organiser le désordre"...

À très vite pour notre prochaine thématique mensuelle !

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation