Leica Q (Typ 116) : les meilleures offres
Marchand Stock Prix €
Fnac✔4200,00Voir l'offre  

Leica Q test review vue de face

Gabarit

Voilà, le Sony RX1 n'est plus le seul compact à capteur 24x36. Il est désormais rejoint par le Leica Q (Typ 116). Dans cette catégorie d'appareils photo, l'encombrement et le poids sont des éléments importants.  

  Leica Q Sony RX1
Largeur 130 mm 113 mm
Hauteur 80 mm 65 mm
Profondeur 93 mm 70 mm
poids 653 g 482 g

Globalement, le RX1 de Sony est plus compact et plus léger. Le Leica est effectivement un peu plus imposant et lourd. La construction du modèle allemand semble également un cran au-dessus en termes de qualité. Je précise "semble", car il faut voir l'évolution de la carrosserie dans le temps et il est délicat d'émettre un avis après seulement quelques jours passés avec le Leica Q. Son revêtement strié paraît  de fait assez résistant, mais son dos lisse accuse déjà quelques égratignures.

Si le boîtier est assez compact, l'optique, elle, est plutôt volumineuse (comme l'est aussi le 35 mm f/2 du Sony). Le Leica Summilux 28 mm est certes lumineux (f/1,7), mais assez proéminent — 4,5 cm environ de fût pour un diamètre de 6 cm environ : une belle bête ! À sa décharge, il est stabilisé. Une première chez Leica, et sans doute un transfert de technologie issue de son partenaire Panasonic. Pour l'anecdote, la batterie utilisée par le Leica Q est identique à celle utilisée par le GH2 et le tout récent G7 de Panasonic.

Ergonomie

Le Sony RX1 et le Leica Q (Typ 116) présentent tous deux des lignes relativement épurées et une absence notable de poignée. Sur le Sony, il y a bien une partie caoutchoutée qui aide à la préhension, mais le Leica Q est quant à lui très lisse, et du coup un peu glissant. Heureusement, une belle encoche ménagée au dos pour le pouce permet cependant bien tenir le boîtier sans avoir une crampe aux doigts au bout de quelques minutes. La finition est de haute volée, avec un capot usiné dans un bloc d'aluminium, le corps du boîtier étant fait d'un alliage de magnésium et le lettrage blanc, gravé au laser.

L'avant du Leica Q est d'une superbe sobriété, avec une belle texture striée du plus bel effet qu'aucun élément ne vient perturber. Nous pourrons seulement regretter l'absence d'une commande personnalisable à l'avant.

Le dessus de l'appareil, lui aussi assez épuré, offre le strict minimum au niveau des commandes. Sur l'épaule droite, vous trouverez un barillet pour la sélection du temps d'obturation, le déclencheur avec une couronne pour la mise sous tension et le choix de la motorisation, ainsi qu'une molette de réglage. Vous l'aurez constaté, l'obturation semble limitée au 1/2 000 s. En pratique il n'en est rien, puisque cette limite n'est valable que pour l'obturation mécanique : le mode électronique, lui, grimpe aisément à 1/16 000 s, le tout dans un silence religieux ! La commande rouge sert à activer l'enregistrement vidéo. La griffe porte-accessoire peut notamment recevoir un flash, mais n'intègre malheureusement aucun connecteur électronique pour assurer une communication avec le boîtier.
Leica Q test review vue de dessus

Le dos du boîtier est également assez dépouillé. Vous noterez la présence d'un bel oculaire, sur lequel nous reviendrons lorsque nous évoquerons la visée.

Leica Q test review dos
La commande sous la molette des temps d'obturation permet d'afficher à l'écran (et dans le viseur) différents cadres équivalant à 35 et 50 mm. Dans ces deux cas, si les JPEG sont bien recadrés à la volée (15 Mpx pour le 35 mm et 8 Mpx pour le 50 mm), le DNG, lui, enregistre bien toutes les données pour un éventuel recadrage ultérieur. Il sera intéressant de voir si Lightroom (livré en standard) proposera de recadrer directement les images selon les données Exif.

Notez qu'il est possible d'attribuer d'autres fonctions à cette commande : zoom électronique et mémorisation de l'exposition ou du point (il faut maintenir une pression sur la commande).

Leica Q cadre de visée 35 mm
Le cadre de visée équivalent 35 mm.

Leica Q cadre de visée 50 mm
Le cadre de visée équivalent 50 mm.

À gauche de l'écran sont alignés différents boutons, notamment une touche FN personnalisable. Il suffit de la maintenir appuyée pour afficher la liste des options.

Sur la droite, vous trouverez un trèfle de sélection et une touche centrale. Cette commande ne dispose d'aucune sérigraphie explicative. Pour autant, il n'est pas possible de personnaliser les actions liées aux différentes flèches : elles ne servent pour le moment qu'à déplacer la zone de mise au point. Dans une prochaine mise à jour peut-être ? Espérons-le, car en ce domaine, les boîtiers Sony excellent.

Enfin, la touche centrale permet de commuter les affichages : mode photo 3/2, mode vidéo en 16/9, aide à la composition (grille, niveau électronique sur un seul axe...) ou de se concentrer sur le cadre.

Le mode visée sans autre information que la grille de composition et le collimateur AF à gauche. À droite, la visée avec toutes les informations : mode AF, correction d'exposition, autonomie...

Un petit regret ? Oui : l'absence de rétroéclairage des commandes. En pleine obscurité, les touches étant identiques, il n'est pas facile de s'y retrouver.

Visée

Viseur électronique

Ce viseur électronique est une très belle surprise. En effet, il s'agit du premier modèle à dépasser la définition désormais classique de 2,36 millions de points (1 024 x 768 px, soit XGA) des appareils photo haut de gamme. Le viseur du Q n'affiche pas moins de 3,68 millions de points, selon la fiche technique. Dans un ratio 4/3, sa définition devrait être de 1 280 x 960 px ; il ne s'agit donc pas du viseur aperçu au CP+ 2015, affichant en SXGA+ (soit 1 400 x 1 050 px), mais sans doute d'une déclinaison.

Leica Q viseur électronique

Quoi qu'il en soit, la visée se révèle plus fine et plus précise que celle du Sony A7 par exemple. Sur certaines scènes détaillées (arbres, gravier...), le viseur du COI de Sony avait tendance à vibrer, ce qui n'est pas le cas avec le Leica Q. Le contraste est bon et la dynamique, de bon aloi, mais elle est encore en dessous de ce que propose un viseur optique classique.

En basse lumière, l'affichage patine un peu et le Leica Q est "sauvé" par l'optique très lumineuse qui limite la montée du grain.

L'oculaire est vaste et son ovale lui confère une certaine singularité.Malgré son étonnant format, le dégagement oculaire est assez agréable pour les porteurs de lunettes. Un réglage dioptrique est proposé et un détecteur de présence active le viseur à l'approche du visage.

Écran LCD

Côté dalle LCD, Leica a malheureusement opté pour un écran fixe. S'il n'est pas plus brillant qu'un autre, il se révèle, comme trop souvent, peu utilisable en plein soleil. La dalle, tactile, n'est que partiellement utilisée. On peut activer une option pour choisir rapidement au doigt la zone de mise au point (avec aussi la possibilité de déclencher), mais il n'est pas possible de jouer sur certains paramètres pour aller plus vite. Mode de mesure d'exposition, motorisation, qualité des images... : rien n'est accessible. Il en va de même avec les menus, qu'il faudra impérativement parcourir à l'aide des flèches du joypad.

Menus et interface

Contrairement au Leica T, le Q conserve une interface linéaire et assez classique, malgré la présence d'un écran tactile multipoint. Vous ne retrouverez donc pas l'écran avec les différentes tuiles pour accéder aux réglages qui fait la singularité du T.

Interface Leica T
L'interface graphique et tactile du Leica T.

Optique

C'est bien sûr, avec le capteur 24x36, c'est la pièce maîtresse du Leica Q. Pour de nombreux photographes, les optiques Leica sont synonymes d'exception. Un savoir-faire que l'opticien allemand peaufine depuis maintenant plus de 100 ans.

Et il faut bien avouer, l'optique 28 mm f/1,7 Summilux ASPH du Leica Q est superbe à de nombreux égards. Elle est stabilisée, fruit sans doute du partenariat entre Leica et Panasonic qui maîtrise cette technologie depuis des années. La bague de diaphragme crantée se manipule avec une grande facilité. Pour passer d'un mode autofocus à une mise au point manuelle, il suffit de déverrouiller la bague au niveau de l'ergot et du point. C'est simple et rapide. La manipulation de l'optique est un véritable plaisir, le mouvement, juste parfait, ni trop fluide, ni trop dur.

Vous noterez l'échelle des distances gravée sur le fût de l'objectif avec, cerise sur le gâteau, un mécanisme qui vient remplacer les indications quand vous basculez en mode macro. C'est beau, et c'est pratique ! En mode macro, la distance minimale de mise au point est de 17 cm.

Test Leica Q optique position macro ou non
Lors passage du mode macro au mode "normal" (et inversement), l'échelle des distanceS s'adapte dans un mouvement fluide. Superbe.

Enfin, pour ne rien gâcher, le pare-soleil (qui se visse) est en métal.

Autonomie, mémoire

Le Leica Q utilise une batterIe Li-Ion de 8,7 W.h (7,2 V pour 1 200 mAh) qui, on le disait, équipe déjà certains COI Panasonic (GH2, G7...). Lors de nos essais, la batterie c'est correctement comportée avec une autonomie oscillant, selon l'utilisation, entre 300 et 500 vues, ce qui est très honorable.
Leica Q test review batterie
Au niveau des supports mémoire, le Q prend en charge les cartes SD, SDHC et SDCX. La notice ne fait pas mention de la prise en charge des dernières normes de transfert UHS-I ou UHS-II. Dommage.

Connectique

Au niveau de la connectique, le Leica Q fait figure de parent pauvre. Vous trouverez bien un connecteur micro-USB pour le transfert des images, mais à la norme USB 2.0. Plus rageant, il ne peut apparemment pas recharger la batterie !
Vous trouverez également une sortie HDMI, mais elle n'autorise pas l'enregistrement sur un support externe. Les prises micro et casque répondent également aux abonnées absents. Ce nouveau compact n'est clairement pas orienté vidéo. Leica Q test review connexions

Tout comme les Leica C et T, le Q est équipé d'une puce Wi-Fi pour la prise de contrôle à distance sans fil. Il est en outre muni d'une puce NFC pour faciliter la configuration. On peut également afficher un QR code sur l'écran afin, là encore, d'automatiser l'appairage. 

Une fois l'application Leica Q téléchargée (iOS et Android), vous pourrez prendre la main sur le compact, régler différents paramètres (ouverture, temps de pose, ISO, correction exposition, balance des blancs, cadre de visée...), effectuer la mise au point sur l'écran et déclencher à la fois le mode photo et le mode vidéo.

Test Leica Q connexion Wi-Fi application

Bruit au déclenchement

Bon point, le Leica Q est un appareil très silencieux. Même en utilisant l'obturateur mécanique (probablement un obturateur central), le cliquetis est très discret. L'obturateur électronique est quant à lui quasiment inaudible dans une ambiance sonore classique.

test Leica Q face sans paresoleil

Logiciel

Le Leica Q (Typ 116)  est livré avec une version d'Adobe Photoshop Lightroom. Pour l'instant nous n'avons pas confirmation qu'il s'agisse de la dernière version du logiciel de développement des fichiers brut, estampillée 6. Toutefois, même en version 5, ce logiciel est l'un des plus complets actuellement sur le marché et donc un excellent choix pour à la fois gérer une photothèque, améliorer ses clichés et les partager (impression, galerie web...).

Leica Q (Typ 116) : les meilleures offres
Marchand Stock Prix €
Fnac✔4200,00Voir l'offre  
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation