Nouvel autofocus et plus de modularité

L'une des nouveautés les plus marquantes du boîtier XF est sans doute le nouveau module autofocus baptisé HAP pour Honeybee Autofocus Plateform (son inventeur élève également des abeilles, d'où le nom du système...). Il est totalement différent du module de mise au point présent dans la série DF et utilise un capteur de 1 Mpx pour réaliser la mise au point par corrélation de phase. Comme sur les reflex classiques, l'image est projetée sur le capteur AF par un second miroir placé derrière la partie semi-transparente du miroir principal.

Phase One XF IQ3, zone semi transparente du miroir principal
Miroir semi-transparent au centre du miroir principal pour laisser passer la lumière servant à l'autofocus.

La lumière est ensuite séparée en deux zones projetées sur le capteur AF. La bonne distance de mise au point est déterminée quand les deux images projetées sont identiques.

Phase One XF IQ3 second miroir
Second miroir présent derrière le miroir principal pour orienter la lumière sur le capteur AF.

Naturellement, toutes ces mesures demandent une bonne partie de calcul et nous avons pu voir les premiers prototypes de module AF en taille "non définitive" !

Phase One XF IQ3 module AF
Prototype du moteur électronique du module AF des nouveaux Phase One XF.

Une fois au point, les ingénieurs et les designeurs ont beaucoup travaillé sur la réduction de l'électronique. Au final, les équipes de Phase One ont développé la nouvelle génération XF sur plus de 5 ans.

Si le module AF a été complètement repensé, il n'en reste pas moins monopoint. Le 645Z, qui dispose d'un autofocus à 27 points, a défini un nouveau standard pour le moyen format et la gamme XF n'arrive malheureusement pas à l'égaler. Attention, nous parlons ici du nombre de points autofocus et de la liberté de choisir la zone de netteté sans recadrage. Car même sur le 645Z, le module autofocus, hérité des reflex APS-C de la marque, reste très centré. Tant que les moyens formats utiliseront une visée optique, il sera difficile d'obtenir une couverture AF plus importante, la taille du miroir secondaire limitant l'étendue de la mesure AF.

Zone AF Pentax 645Z
Collimateurs AF du Pentax 645Z.

En termes de réactivité, le boîtier XF s'est montré beaucoup plus rapide que la précédente mouture DF. Voilà qui devrait ravir les photographes de mode, beaucoup plus "pressés" que les photographes de paysage. Toutefois, une zone contrastée est préférable, l'autofocus ayant tendance à patiner sur des surfaces très sombres. La sensibilité du module AF n'est d'ailleurs pas indiquée, ce dernier utilisant une large surface de mesure, contrairement aux capteurs traditionnels en ligne des reflex. Impossible de mesurer sur le papier, donc.

Il est possible d'utiliser deux zones autofocus : une large et un mode spot. Ce dernier se révèle plus rapide et plus précis.

Visée interchangeable

L'autre point attendu concerne la visée. Le nouveau système XF est (enfin) modulaire. Vous pouvez donc utiliser différents viseurs optiques, notamment des viseurs au niveau de la taille. Voilà qui devrait faire taire les réfractaires aux systèmes fermés.

La visée est claire, spacieuse et confortable. Toutefois, il manque un élément important : sa délimitation. En effet, si vous travaillez avec le dos de 50 Mpx, celui-ci ne couvre pas la surface visée (44 x 33 mm contre 53,7 x 40,4 mm pour les capteurs 60 et 80 Mpx) et vous n'avez aucune indication pour vous aider ! Difficile de cadrer correctement donc. Il faudrait, comme sur certains reflex actuels, utiliser un affichage LCD pour limiter le cadre de visée à la volée. Nous regrettons également que le viseur n'affiche pas plus d'informations, contrairement à ce que propose le Pentax 645Z.

Phase One XF IQ3 visée interchangeable
La visée est désormais interchangeable sur le Phase One XF.

Une interface tactile et personnalisable

Phase One a également travaillé sur l'ergonomie du boîtier et introduit un système à 3 molettes de réglage que vous pouvez affecter à la sensibilité ISO, l'ouverture et la vitesse pour un mode manuel parfaitement exploitable. 4 commandes sont également personnalisables et le boîtier ne comporte d'ailleurs aucune sérigraphie : c'est à vous de définir son fonctionnement.

Cerise sur le gâteau, l'écran LCD placé sur la poignée est tactile. Vous pouvez, du doigt, régler l'ouverture la sensibilité ISO, la mesure d'exposition ou la motorisation. Pratique. Dommage que le menu de l'appareil ne soit pas tactile lui aussi. Le dos numérique intègre lui aussi un écran LCD (couleur) tactile, ce qui facilite grandement l'utilisation des menus (ici tactiles).

Phase One XF IQ3 sismographe
Parmi les nouveautés, la présence d'un sismographe intégré qui permet de vérifier les vibrations de l'appareil.

Au dos de l'appareil, l'écran permet d'afficher de nombreuses informations concernant la mise au point (masque de netteté), l'exposition avec différentes alertes et notamment la possibilité d'afficher les parties "brûlées" (clippées) des images RAW (et non sur les 256 valeurs des JPEG), un histogramme d'exposition, un niveau électronique ou la possibilité de zoomer.

Autre point important, Phase One dispose désormais d'un système d'exploitation plus facile à mettre à jour. De nombreuses mises à jour du firmware (micrologiciel) sont prévues pour à la fois corriger les bogues, mais aussi apporter de nouvelles fonctionnalités. Ainsi, le mode de bracketing d'exposition devrait très rapidement "gagner" la possibilité de décaler complètement l'exposition des différentes prises pour ne pas avoir une symétrie parfaite d'exposition. Des possibilités de focus stacking (empilement de vues réalisées à différentes distances de mise au point pour augmenter la profondeur de champ) sont également envisagées. Toujours dans les possibilités de personnalisation, il sera possible de définir finement la mise au point à l'hyperfocale selon les objectifs utilisés.

Phase One XF IQ3 format

Visée écran et vidéo : rien de nouveau

Nous attendions beaucoup de Phase One au niveau de la visée sur écran. Las, le format XF n'apporte pas de nouveauté. Il est possible de travailler en visée sur écran, mais vous ne disposez d'aucun assistant de mise au point (tel le focus peaking) et le mode autofocus n'existe tout simplement pas.

Aucun mode vidéo n'est prévu. Impossible donc d'enregistrer le moindre clip ou la moindre séquence animée. Les responsables de Phase One nous indiquent que les capteurs utilisés actuellement n'ont pas la capacité suffisante pour produire des vidéos de qualité. Le débat est clos et pour l'instant, ces possibilités sont réservées au Pentax 645Z et au Leica S qui, lui, pourra enregistrer en 4K.

Flash et batteries

Nous avons apprécié la possibilité de piloter des flashs Profoto directement depuis le boîtier. Mais là encore nous attendons un peu plus de la part de Phase One, notamment la possibilité de régler finement différentes torches depuis l'appareil. Pour l'instant, le système XF semble ne piloter que le déclenchement de flashs en mode automatique TTL.

Les équipes de Phase One annoncent également avoir travaillé sur l'autonomie des batteries. Ainsi, les deux modèles de 3 400 mAh permettent d'alimenter simultanément le boîtier et le dos. En mode connecté (FireWire), le cordon fournira désormais l'électricité nécessaire au fonctionnement du dos et du boîtier : plus besoin de changer la batterie du boîtier alors que le dos est alimenté. Mais le fait que Phase One fournisse 4 batteries laisse à penser que l'autonomie n'est pas le fort du boîtier.

"Nouveau" dos

Le système XF arrive avec 3 nouveaux dos numériques IQ3. Ceux-ci se déclinent en 50 (CMOS), 60 et 80 Mpx (CCD). Ceux qui attendaient une définition en 100 Mpx en seront pour leurs frais. Ces dos ressemblent finalement aux précédents ; Phase One affirme seulement qu'ils sont désormais plus rapides en termes de transferts de données en USB 3.0 et FireWire.
PhaseOne XF et CaptureOne Pro 8

Pour le reste, rien ne change ou presque. La sensibilité est toujours limitée à 6 400 ISO pour le CMOS, 800 ISO pour les CCD, et le mode rafale plafonne à moins de 2 ips pour la version CMOS et moins de 1 ips pour les CCD.

Parc optique

L'une des forces du système moyen format Phase One réside dans le parc optique. Si le constructeur danois développe ses propres optiques, Schneider Kreuznach propose également une belle série d'optiques à obturation centrale (synchro flash au 1/1 600 s contre 1/125 s pour les obturateurs plan focal).

PhaseOne XF parc d'optiques
Deux optiques accompagnent la présentation du format XF : un 35 mm f/3,5 LS (5 500 €) et un 120 mm f/4 Macro (5 500 €). Ces optiques ont fait la réputation de la marque et sont sans doute actuellement ce qui se fait de mieux pour le moyen format.

Phase One indique par ailleurs que certaines de ses optiques offrent déjà une résolution suffisante pour des capteurs à 100 Mpx. Voilà qui pourrait rassurer les futurs acheteurs et donner quelques indications sur les futurs dos numériques.

Un autre élément participe à la qualité des images "Phase One" : le logiciel de développement des fichiers brut Capture One. Celui-ci passe pour l'occasion en version 8.3 et peut piloter les dos en Wi-Fi. Ce logiciel offre l'un des meilleurs dématriçages actuellement sur le marché. Il est en outre compatible avec de nombreux reflex.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation