Au final, j'éprouve de la déception après cette rencontre avec un certain fantasme du cinéma léger, appuyée par l'esthétique du noir & blanc. À près de 4 000 $, la Digital Bolex D16M (Monochrome) n'est pas le rêve attendu. À côté d'elle, la petite BMPCC à moins de 1 000 € reste proche en termes de piqué, avec une carrosserie certes un peu moins ergonomique, en terme de connectiques notamment (XLR, alimentation...), mais qui, une fois accessoirisée, reste dans la compétition des petites caméras.

Test de la Digital Bolex D16M Monochrome, avis final

Cette D16M est pour moi une sortie ratée : celle du rêve d'une caméra simple comme les Super8 ou Super16 d'antan, qui nous aurait rendu les tournages en solo faciles et légers, pour un petit prix. La D16M présente trop d'aspects négatifs comparés à ses aspects positifs pour avoir envie de partir en tournage seul avec cette Bolex nouvelle génération.

Points forts

Points faibles

Look vintage réussi

Ergonomie à revoir (écran LCD, manivelles, potentiomètres...)

Bonne dynamique / matières dans les détails

Aucun assistant électronique à la mise au point et à l'exposition

Légèreté

Ventilateur bruyant

 

Lecteur de carte CF caractériel

 

Chauffe rapidement

 

Format du disque SSD en HFS uniquement (Mac OS X)

 

Écran LCD de bien piètre qualité : l'achat d'un écran supplémentaire est obligatoire.

 

Pas de microphone intégré pour un son témoin

 

Ouverture fixe (f/4) da la gamme d'optiques Prime

 

Sortie HDMI à 30 ips seulement

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation