Prise en main

La caméra Digital Bolex D16  est vendue en version couleur ou noir & blanc ; dans le cadre de notre mois noir & blanc, c'est cette dernière que nous avons testée. Nous la comparerons avec la petite Blackmagic Pocket Camera qui semble être sa concurrente la plus directe.

Comme les autres D16, la Digital Bolex D16M Monochrome a un look très particulier qui la démarque de la concurrence :

Test Bolex D16 Monochrome, image 14

Elle se présente avec :
  • - une poignée amovible à l'ancienne "Original D16 Pistol Grip" (incluse) ;
  • - une optique C-Mount comme sur les Bolex film ;
  • - un écran LCD sur le dessus ;
  • - 2 griffes porte-accessoires, une sur le dessus et une sur le côté gauche, pour monter un micro et un viseur par exemple ;


La Bolex D16M en kit : optique, boîtier et poignée.

ainsi que, sur le côté gauche :
  • - 2 entrées XLR alimentées ;
  • - 1 prise pour l'alimentation électrique ;
  • - 1 sortie HDMI, non exploitable en enregistrement externe de qualité ;

Test Bolex D16 Monochrom

et sur le côté droit :
  • - 2 molettes assignables ;
  • - 2 potentiomètres pour le réglage du niveau audio.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 10

Les molettes assignables peuvent piloter par exemple la valeur des ISO, ou encore la vitesse d'obturation et quelques autres options, lorsque la caméra n'enregistre pas (les molettes sont alors inactives).

L'écran LCD sur le dessus de la caméra se veut inclinable, mais, en réalité, durant un tournage en conditions normales d'utilisation, il n'est quasiment pas utilisable tant il est mal disposé.

Test Bolex D16 Monochrome, image 3 Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 9

Bolex D16M test review

Optiques

Une série de 3 optiques fixes (10, 18, 38 mm) en monture C est proposée sur leur site, mais avec ouverture fixe f/4 (vous ne pouvez pas fermer l'optique), ce qui est quand même assez contraignant.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 5

Il est possible de trouver des optiques en monture C de qualité, comme l'Angénieux 12-120 mm qui m'a accompagné lors de ce test.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 47
Test avec Angénieux 12-120 mm.

Écran

Comme évoqué plus haut, l'écran LCD standard étant inutilisable par sa qualité et sa position, il faudra penser à équiper la Bolex D16M avec un viseur électronique ou un écran LCD connecté à sa sortie HDMI limité à 30p ou 60p pour l'instant.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 15
DP4 SmallHD : 599 $
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 17
Blackmagic Video Assist : 465 €

Menus et interface

Le menu de la Bolex D16M est très simple et pourrait se limiter à la définition, aux ISO, au nombre d'images par seconde et à la balance des blancs.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 11, écran LCDTest Digital Bolex D16M Monochrome, image 44, menu

L'affichage écran est plutôt complet.
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 18
Écran LCD d'exploitation.

Gestion des médias

Là où ça se corse rapidement, c'est la gestion des médias. Tout d'abord la caméra peut enregistrer soit sur le SSD interne, soit sur 2 cartes CF à l'arrière de la machine, cachées derrière une trappe. J'ai essayé plusieurs cartes CF sans arriver ni à les formater ni à les faire reconnaître par la D16M. De plus, l'entrée des cartes dans les fentes s'est avérée difficile, au point de se demander si elles étaient faites pour ça...

Test Bolex D16M test review cartes
Les deux emplacements CF de la Digital Bolex D16M.

Donc bascule vers le disque SSD. Et c'est là que l'on découvre qu'il est formaté dans le format de Mac OS, soit en HFS, et qu'un PC sous Windows ne pourra pas le lire, à moins d'installer le logiciel adéquat : soit Paragon HFS for Windows (payant) soit HFS explorer (gratuit).

Il faut ensuite décharger chaque fichier RAW, qui pèse environ 3,2 Mo/image, à 25 images/seconde, soit un débit RAW de 80 Mo/s (ou encore 640 Mbps) plus le son.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 16
Les fichiers RAW .dng originaux et les fichiers TIFF convertis pour ingest.

Autre surprise : les fichiers RAW noir & blanc (sans passage par les filtres organisés en mosaïque de Bayer) n'ont été ni reconnus ni lus par DaVinci Resolve ou Premiere Pro CS. Pour ce test, il a donc fallu donc convertir 30 000 fichiers, en TIFF 16 bits pour ne pas perdre de qualité.

Fichiers RAW

Faisons un petit tour dans les entrailles du fichier RAW de la D16M pour en explorer les détails.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 42
Analyse du fichier RAW : la D16M propose un fichier dont la répartition binaire est optimale (bit allocation), de 0 à 4 075 nuances en 12 bits.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 43
Chaque valeur dans le fichier RAW 12 bits est utilisée, contrairement à la BMPCC.

Comparons-la à la petite Blackmagic Pocket Cinema Camera pour la même image en RAW 12 bits :

BMPCC RAW Digital Bolex D16M
environ 1 300 valeurs réelles de gris
(réparties sur une mosaïque de Bayer)
2 150 valeurs réelles de gris
(sans mosaïque de Bayer)

La petite BlackmagicDesign Pocket Cinema Camera semble être la parfaite concurrente de la Digital Bolex D16. Lorsque cela sera nécessaire, nous comparerons donc leur rendu.

Tests intérieurs

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 8 Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 6

Dynamique

Pour débuter nos test avec la Dgital Bolex D16M, voyons comment elle encaisse la surexposition et la sous-exposition avec notre test de keylight et sa correction à 0 (gain) avec DaVinci Resolve.

Résultat @ 400 ISO Exposition et étalonnage de correction
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 19 +4 diaphs = plus de matière pour la dynamique
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 20 +3
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 21 +2 : début de la latitude (récupération de toute la matière dans l'image) = 4 % de bruit sur le gris moyen
 
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 22 +1
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 23 KL = 2 % de bruit sur le gris moyen
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 29 -1
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 28 -2
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 27 -3 : 4 % de bruit sur le gris moyen
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 26 -4 : 17 % de bruit sur le gris moyen.
Le bruit bascule sur ce diaph-là en dépassant les 10 %.

Les spécifications techniques de la D16M Monochrome vantent une dynamique de 13 stops (12 pour la version couleur). Notre test, quant ) lui, révèle une latitude de travail de +2/-3 diaphs, soit environ 6/7 diaphragmes.

Qualité de l'optique

Testons maintenant la qualité de l'optique de série fixe Prime vendue sur le site de Digital Bolex, comparée au 12-120 Angénieux en monture C Bolex pour le 16 mm.

38 mm Prime Zoom Angénieux 12-120 mm
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 32 Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 33
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 34 Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 35

L'optique série Prime proposée sur leur site s'en tire très bien par rapport à notre zoom de référence Angénieux. La seule problématique est l'ouverture fixe à f/4 !

Gestion du bruit électronique

Regardons maintenant de près le niveau de bruit à la sensibilité maximale de la caméra, c'est-à-dire 800 ISO.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 45, bruit à 800 ISO
800 ISO
Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 46
Niveau de bruit sur le gris moyen Kodak : 7 %

Le niveau de bruit à 800 ISO paraît énorme : 7 % ! Par comparaison, l'équivalent d'un tel niveau de bruit est obtenu sur un caméscope comme le Canon C100 Mark II à 32 000 ISO !

Mais la différence peut provenir de différents paramètres : la D16M peut ne pas utiliser de réducteur de bruit intensif. En outre, le bruit vidéo est moins gênant en noir & blanc : il devient "artistique" et constitue un marqueur culturel dans l'esthétique de l'image noir & blanc. Il peut donc ici paradoxalement se montrer positif.

On pouvait par ailleurs regretter que la caméra soit si limitée en termes de haute sensibilité, mais vu le niveau de bruit à 800 ISO, peut-être est-ce là un impératif dicté par la difficile gestion du bruit électronique.

Exposition partielle

Généralement, l'intérêt du capteur CCD est dans le Global Shutter, donc dans l'absence d'exposition partielle. Voyons comment réagit la D16M au stroboscope.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 41, exposition partielle

L'image apparaît dans sa totalité : pas d'exposition partielle — c'est un bon point !

Tests extérieurs

Pour les tests en extérieur, j'ai emporté à la fois la D16M et la BMPCC, et partagé le zoom Angénieux entre les deux belles.
Les images de la BMPCC seront basculées en noir et blanc à l'étalonnage pour comparaison, sachant qu'elle part avec le désavantage de la mosaïque de Bayer (induisant théoriquement une baisse du piqué et de la sensibilité).

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 12, dispositif du comparatif D16M vs Blackmagic Design Pocket Cinema Camera

Tout d'abord un petit panoramique avec les deux :



Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 36

On remarque que la D16M semble offrir légèrement plus de matière dans le sol que la BMPCC. Cette sensation est confirmée en étalonnage. C'est le point positif de cette caméra. La dynamique semble proche.

Grosse différence entre les deux : il n'y a aucun assistant électronique sur la D16M pour savoir si on a le point et si l'exposition est correcte. De plus, en plein soleil, son écran LCD s'avère inutilisable.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 38 Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 39
Digital Bolex D16M + Angénieux 12-120 mm.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 37 Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 40, comparaison, BMPCC
BMPCC + Angénieux 12-120 mm : la petite BMPCC résiste bien au noir et blanc de la D16M.
En termes de piqué, léger avantage à la D16M sur la BMPCC.


Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 49, image test



Mais dans certaines conditions de fort éclairage, la D16M réagit très bizarrement. Dans ce plan par exemple, elle crée un effet très prononcé de smear (phénomène dû à une source de lumière trop forte et créant une bande verticale de largeur variable dans l'image), et un blooming étonnant (éblouissement des cellules du capteur causé par la forte luminosité) qui "dégueule" sur les pixels avoisinants.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 24, effet de blooming

J'ai retrouvé fréquemment cet effet de smear très désagréable qui rappelle les caméras CCD de télévision.

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 25, effet de smear

Plus étonnant encore : sur l'un des panoramiques, le smear se comporte comme dans un effet de rolling shutter, c'est-à-dire que l'effet de smear apparaît en diagonale dans l'image à mesure que l'on balaye l'horizon...

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 30, effet de smear

Bref, si vous avez des sources de lumière dans votre cadre, bienvenue à smear land !

Test Digital Bolex D16M Monochrome, image 31, effet de smear
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation