Lors de notre passage au Japon à l'occasion du CP+ 2015, nous avons eu la chance de pouvoir visiter de nombreuses usines et de rencontrer les personnes qui sont à la source de la conception et de la production du matériel dont nous parlons tous les jours. Après le tour des boutiques photo de Tokyo et la visite des usines Canon, Nikon et Fujifilm, nous nous intéressons maintenant à un opticien pur : Tamron. En effet, nous avons eu la chance de pouvoir visiter le siège de Tamron qui est aussi son centre de recherche et développement.

Tamron

Le siège de Tamron se situe en proche banlieue de Tokyo, dans la région d'Omiya, à environ 50 minutes en train du centre. Le site regroupe les ressources humaines, la direction et les départements de ventes pour les différents types de produits que propose Tamron. Il abrite également le centre de recherche et développement ainsi que des ateliers de fabrication pour leur activité de modelage de pièces plastiques.

tamron
Focus Numérique est Welcome chez Tamron !

La société Tamron est une entreprise familiale créée en 1950 sous le nom de Taisei Optical Mfg Company. Elle porte le nom de Tamron depuis 1970. Elle compte un peu plus de 2 500 employés répartis dans le monde entre le siège, les filiales et les usines. La société dispose de 6 usines : 3 au Japon, 1 en Chine et 1 au Vietnam. Ses activités se répartissent entre les objectifs pour appareil photo, les optiques infrarouges, les optiques pour caméras de surveillance, la production de lentilles, la réalisation de pièces en plastique moulé, les objectifs pour l'industrie automobile et les objectifs pour compacts et caméscopes.

Tamron
Les modules optiques vendus à des constructeurs tiers, ici pour les compacts Sony par exemple, et les pièces issues des activités de moulage plastique.

Nous avons rencontré MM. Hisaaki Nagashima (Corporate Vice-President), Haruhisa Ikemura (CSR Implementation & Administration Board), Kumiko Saito (Marketing Communication Dept.), Minoru Ando PhD (Acting General Manager Optical Design & Engineering R&D Unit), Satoshi Todani (Senior Chief Engineer Design & Engineering Dept. Imaging Products Business Unit) et Kenji Nakagawa, notre hôte et directeur marketing adjoint. Après nous avoir fait visiter leur siège, ils ont répondu à nos questions.

Focus Numérique – Quelles sont les différentes étapes à suivre dans la réalisation d'une nouvelle optique, depuis sa conception jusqu'à sa production finale ?

Tamron – Tout commence par l'élaboration du cahier des charges qui doit respecter de nombreuses contraintes aussi bien techniques — les caractéristiques et technologies embarquées dans l'objectif — que marketing — son prix de vente et donc son coût de production. Tout est étudié ; la taille, le poids, les technologies à embarquer (stabilisation optique VC, motorisation USD, etc.). Nous devons aussi, bien évidemment, prendre en compte les technologies intégrées dans les boîtiers compatibles.

tamron
Cours magistral sur la conception d'une optique chez Tamron par M. Hisaaki Nagashima, vice-président, en personne.

Une fois que le cahier des charges est bien ficelé, les équipes de notre centre de recherche et développement optique se mettent au travail. Le département "Design et Ingénierie" conçoit l'objectif en lui-même pour accueillir les différents groupes optiques et modules technologiques conçus, eux, par le département "Design et Ingénierie optiques". Les deux équipes travaillent ensemble pour trouver la meilleure solution possible.

Tamron
L'homme qui a conçu le nouveau 15-30 mm f/2,8 !

Puis vient la phase d'essai et de tests. Nous réalisons une série d'optiques sur lesquelles on effectue de nombreux tests, afin de s'assurer de la qualité et les performances. Une fois les premiers essais validés, on passe en production avec des prototypes, des produits de préproduction et les produits finaux de production.

Pendant ce temps, le département Contrôle Qualité se charge de vérifier les performances et la qualité des produits et le CSR Implementation & Administration Board [département Implémentation et administration RSE, ou Responsabilité sociétale de l'entreprise, NDLR] vérifie l'éventuelle présence de substances à impact environnemental. Toutes ces étapes se réalisent avant le lancement de la production finale.

Tamron
Vérification de la présence de substances nocives dans les produits Tamron.

Focus Numérique – Selon vous, quelles seront les tendances en termes d'innovation optique dans les années à venir : zooms avec des ouvertures constantes plus grandes que f/2,8, zooms de plus grande amplitude, miniaturisation des objectifs (lentilles diffringentes, pancakes), verres ultra haute définition ? Selon vous également, quelle a été l'innovation la plus marquante de ces cinq dernières années ?

Tamron – Nous pensons que le capteur utilisé avec la plus grande définition deviendra la référence et qu'il influera sur les capteurs plus entrée de gamme. Dans ce sens, notre priorité est d'améliorer la performance optique. En parallèle, les autres spécificités comme la taille, le poids, l'autofocus ou la stabilisation optique seront étudiées en fonction de la demande des utilisateurs.

Les appareils photo plénoptiques sont probablement la plus belle innovation de ces dernières années. Il en va de même pour les lentilles asphériques de large diamètre et le traitement fluorine.

Tamron HQ
D'anciennes optiques Tamron présentées dans leur propre musée : on adore le design !

Focus Numérique – Que pensez-vous des nouveaux Canon EOS 5Ds et de leur capteur de 50 millions de pixels ? Selon vous, les objectifs Tamron de la gamme SP seront-ils suffisamment performants pour être utilisés avec ce type de capteur ? Quid du filtre passe-bas ?

Tamron – Nous sommes persuadés que dans quelques années, les appareils embarqueront des capteurs avec des définitions encore supérieures à 50 millions de pixels. Cela va devenir de plus en plus difficile de produire des objectifs capables de s'aligner sur ces ultra hautes définitions. Nous devons donc améliorer le niveau de nos standards actuels. Nous faisons une veille constante sur l'industrie des capteurs et les futurs produits à venir. Ils ont une incidence directe sur le développement de nos prochains objectifs, qui peut s'appuyer sur notre expertise dans l'univers de la surveillance, de l'automobile et de l'infrarouge. Quoi qu'il en soit, nous ne prenons pas en compte la présence ou non d'un filtre passe-bas devant le capteur au moment de la conception d'un objectif.

Focus Numérique – C'est intéressant de voir la compétition que se livrent Tamron et Sigma depuis les deux dernières années. Nous pensons qu'à présent, vous avez l'avantage sur les zooms professionnels avec le 24-70 mm f/2,8 VC, le 70-200 mm f/2,8 VC et désormais le 15-30 mm f/2,8 VC. Cependant, nous pensons que Sigma a l'avantage au niveau des focales fixes.
On voit depuis un certain temps que Tamron propose des produits haut de gamme, conçus pour les professionnels. Seulement les professionnels utilisent beaucoup les focales fixes. Donc pouvons-nous nous attendre à voir apparaître des focales fixes Tamron ?


Tamron – Nous ne pouvons pas dévoiler le calendrier des nouveaux produits. Nous recevons beaucoup de demandes dans ce sens de nos clients et nous considérons donc cette idée.

Tamron HQ
Tamron faisait des focales fixes !

Focus Numérique – On a vu paraître un brevet Nikon pour un 24-70 mm f/2,8 équipé d'une lentille de Fresnel. Que pensez-vous de cette technologie, qui est déjà utilisée par Canon et Nikon sur des téléobjectifs ? Selon vous, une technologie de ce type peut-elle être utilisée sur des objectifs plus "standards" ?

Tamron – Nous pensons que les lentilles diffringentes ["diffractive optics"] seront très utiles pour les objectifs photo. Nous pensons également que les problématiques de poids et d'encombrement peuvent être résolues avec cette technologie. Quoi qu'il en soit, utiliser une telle technologie demande une longue réflexion avant de décider de se lancer. Cette technologie exige un haut niveau de précision sur la surface, peut causer des problèmes de flare et a un coût très élevé. En fait, nous l'utilisons déjà dans nos solutions infrarouges.

Un grand merci à Arthur Michaux de Tamron France qui a rendu possible cette visite et cette rencontre. Merci également à M. Kenji Nakagawa pour son chaleureux accueil.

Nos derniers tests Tamron :
> Test - Tamron SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD
> Test - Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD
> Test - Tamron SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USD
> Test - Tamron 28-300 mm f/3,5-6,3 Di VC PZD

Made in Japan :
> Oita, le cœur de la production Canon
> Taiwa, les lignes d'assemblage optiques de Fujifilm
> Tochigi, la production des optiques Nikon NIKKOR
> Les boutiques photo de Tokyo

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation