Le Canon 5Ds R présente peu d'innovation au niveau du boîtier lui-même. Pour son nouveau fer de lance, Canon a repris la base du 5D Mark III (présenté en 2012). Certains peuvent s'en étonner et attendaient un boîtier "plus" professionnel qui reprendrait le châssis d'un EOS-1D X : il n'en est rien.

Canon 5DSR test review face sans optique

Ergonomie

Il y a peu de différences, donc, entre le 5D Mark III et le nouveau 5Ds R. La prise en main du boîtier est franche et les finitions inspirent confiance. Le reflex n'est pas réellement "tropicalisé", mais il est renforcé avec des joints d'étanchéité au niveau des zones sensibles (molettes, commandes, écran...).

Le dessus

La disposition des commandes sur le dessus de l'appareil change peu. Vous retrouverez le barillet pour le choix du mode d'exposition sur l'épaule gauche qui permet de sélectionner rapidement le mode P,S,A,M, les modes personnalisés (C1, C2 et C3), le mode Bulb (B) et un mode automatique A+ qui peut toujours dépanner.
Vous noterez toutefois la présence d'une commande de déverrouillage au centre du barillet. Tout comme le Mark III, le 5Ds R dispose d'un levier pour la mise sous tension de l'appareil. Personnellement, je continue à préférer le système avec une couronne autour du déclencheur qui permet de mettre l'appareil sous tension avec une seule main.

Sur l'autre épaule, la répartition des touches est identique à celle du 5D Mark III : une rangée de 4 commandes le long de l'écran LCD, donnant accès à 2 fonctions chacune. La touche personnalisable M-fn est toujours présente entre le déclencheur et le molette avant. Par défaut, elle est dédiée à la sélection du mode pour les collimateurs AF.
Canon 5DSR test review prise en mains dessus appareil
Pour l’anecdote, les inscriptions sérigraphiées sur l'avant de l'écran LCD monochrome sont inversées par rapport au 5D Mark III (Drive/AF au lieu de AF/Drive, par exemple). Les fonctionnalités restent les mêmes.

L'arrière

Le dos de l'appareil est lui aussi identique à celui du 5D Mark III : un basculeur photo/vidéo pour la visée directe sur écran et une touche Q (Quick) pour accéder au résumé des options de prise de vue sur l'écran arrière. Nous retrouvons toujours la grande et très agréable roue codeuse ainsi qu'un joystick. Notez que la roue codeuse est sensible à la pression, ce qui permet d'effectuer certains réglages de manière silencieuse. Les vidéastes apprécieront particulièrement cette possibilité.

Sur la gauche, vous trouverez en haut les touches Menu et Info. La loupe est accessible via une seule commande associée à la molette. Une commande pour noter les images fait également son apparition, et le bouton pour le style d'image accueille désormais en plus les modes HDR et exposition multiple.

Notez que le 5Ds R ne propose toujours pas de détecteur de présence. Pour éteindre l'écran par exemple, il faut impérativement appuyer à mi-course sur le déclencheur.

Canon 5DSR test review ergonomie dos

Menus

Le Canon 5Ds R reprend les menus du 5D Mark III. Assez bien organisés, ils se répartissent dans une série d'onglets regroupant les principales options, et désormais une partie réservée aux réglages de l'autofocus.

De même, toutes les options pour la vidéo sont regroupées dans des menus spécifiques une fois l'appareil en mode vidéo. Si les deux univers photo et vidéo se côtoient, ils n'interfèrent pas. Un choix plutôt judicieux.

Les réglages les moins utilisés trouvent leur place dans un onglet spécifique (C.Fn : Custom Fonction). Vous pouvez naturellement créer votre propre menu avec les options que vous utilisez le plus souvent. En outre, une aide contextuelle bienvenue apporte souvent des explications sur les différentes options.

Canon 5DSR menus test review
À gauche, l'interface graphique du Quick Menu. 
À droite, un onglet AF regroupe tous les réglages pour personnaliser le système autofocus.

Par la touche Q, on accède au Quick Menu qui récapitule les principaux réglages pour la prise de vue. Il suffit de sélectionner les options à l'aide du joystick pour faire varier les valeurs à l'aide de la roue codeuse ou de la molette avant : simple, pratique et rapide. Un regret toutefois : en l'absence d'écran monté sur rotule, il est regrettable que Canon ne propose pas une rotation des menus et des images lorsque l'appareil est en mode portrait.

Bon point, on peut désormais personnaliser l'affichage du menu Q avec les options souhaitées.

Canon 5DSR test review personnalisation menus
À gauche, le menu classique info rapide (Quick Menu) ; à droite, la possibilité de le personnaliser.

En mode lecture, le 5Ds R propose toutes les options habituelles — lecture, zoom, données sur la prise de vue, développement du fichier RAW, protection des images, recadrage, correction des couleurs, notation... — et, surtout, vous pouvez désormais afficher deux vues côte à côte. Cette option, apparue il y a quelques années sur les reflex Olympus (mais qu'on ne retrouve étonnamment pas sur les Pen ou les OM-D), reste très pratique pour comparer des images et faire un editing rapide. Dommage qu'il ne soit pas encore possible de synchroniser le grossissement sur les deux images pour une comparaison encore plus immédiate.

Canon 5DSR comparaison images en mode lecture

Canon 5DSR test review développement fichiers bruts en interne

Enfin, vous pouvez développer vos fichiers bruts directement dans l'appareil en jouant sur plusieurs paramètres.

Qualité de l'écran LCD

Le Canon 5Ds R est équipé d'un écran LCD de 8,1 cm affichant 1 036 800 points, soit un affichage de 720 x 480 pixels avec un ratio d'image en 3:2 identique à celui des images.

Les clichés occupent donc tout l'espace de l'écran, contrairement au format 4:3 que l'on trouve sur la majorité des reflex. En visée directe, la surface d'affichage est également plus large et, au final, l'image est plus détaillée. Toujours en visée directe, le boîtier offre un grossissement de 5x ou 10x, soit un rapport supérieur au rapport 1:1 (1 pixel pour 1 pixel). L'affichage, précis et très fluide quelles que soient les conditions lumineuses, se révèle très agréable à l'usage.

Visée

Optique

Le 5Ds R dispose d'un viseur optique en prisme en toit. Celui-ci couvre environ 100 % du champ photographié et le grossissement est de 0,7x (en équivalent 24x36). Il intègre également un système d'affichage d'information par surimpression (collimateurs AF, quadrillage d'aide à la composition, zones de cadrage...). Le verre de visée n'est pas interchangeable (stigmomètre, par exemple).

Canon 5DSR visée optique

Comme vous pouvez le constater, l'affichage de toutes les options est... dense. Heureusement, il possible de choisir quelles informations vous souhaitez voir apparaître : niveau électronique sur 2 axes, modes d'exposition, retardateur, mode AF, balance des blancs, collimateurs AF, correction d'exposition du flash, batterie, ISO... : il ne manque pas grand-chose.

Sur écran

Le 5Ds R dispose d'une commande pour passer rapidement de la visée optique à la visée sur écran. Cette touche est sertie d'un levier qui fait basculer du mode photo au mode vidéo avec les ratios adéquats (3:2 / 16:9).

L'affichage, fluide, couvre naturellement 100 % du champ et il est possible de simuler directement l'exposition à l'écran. Vous pouvez également afficher des grilles d'aide à la composition, un histogramme d'exposition et un niveau électronique.

Malheureusement, l'écran du 5Ds R n'est ni tactile ni orientable, contrairement à celui du 70D. Dommage.

Mise au point et réactivité

Mise au point manuelle

En visée optique, la mise au point s'effectue... à l’œil, donc. Vous disposez également d'un télémètre électronique (point de confirmation).

En visée vidéo, point de focus peaking, mais vous pouvez zoomer jusqu'à 16x dans l'image afin de bien vérifier la netteté avec une bonne restitution des détails.

Autofocus

Le 5Ds R intègre le module AF du reflex professionnel1D-X offrant 65 collimateurs croisés et une plage de fonctionnement de -2 à 18 IL. En outre, le système AF est piloté par deux processeurs de traitement des données DIGIC 6 (le dernier en date) et il est épaulé par une nouvelle cellule. Sensible dans l'infrarouge, elle dispose désormais de 150 000 px, contre 100 000 px pour le reflex pro 1D-X. La cellule assure une reconnaissance des visages et des couleurs même en visée optique, cette fonction portant le doux nom d'EOS ITR AF System (ITR pour Intelligent Tracking and Recognition).

Mais ce sont surtout les paramétrages du module AF (identiques à ceux du 1D-X) qui sont impressionnants. Le menu AF ne comporte pas moins de 5 onglets. Les paramètres sont nombreux et il faut se plonger un peu dans la documentation pour profiter de toutes ces avancées.
Vous pouvez utiliser 1 seul collimateur AF ou travailler avec différentes tailles de groupes de collimateurs. Vous pouvez également choisir différents scénarios autofocus (sujet en mouvement rapide, sujet arrivant dans la direction du photographe, changements rapides de sens...) avec la possibilité de régler la sensibilité et l'accélération du suivi, ainsi que le changement automatique des collimateurs.

Tous ces paramètres requièrent un peu de pratique, mais en y consacrant le temps nécessaire, vous pouvez configurer le 5Ds R pour qu'il réponde à la plupart des situations que vous pouvez rencontrer.

En visée sur écran, le reflex 24x36 utilise un système autofocus par détection de contraste sur environ 50 % du champ couvert. Celui-ci s'avère encore assez lent et difficile à utiliser dans le cadre d'une utilisation photographique classique.

Suivi autofocus

Pour notre test autofocus, nous avons utilisé le 5Ds R avec le Canon 24-70 mm f/2,8 sur un David qui avance vers nous à une allure normale. Le boîtier est naturellement positionné en mode Ai Servo et nous avons utilisé le collimateur central. La cadence rafale est en mode H à 5 i/s.

Après plusieurs essais, nous sommes un peu déçus : sur notre série, nous avons eu un taux de déchet important, proche de 50 %. Étonnant.

Canon 5DSR rafale

Canon 5DSR test rafale 5 ips

Alimentation, mémoire

Batterie

L'EOS 5Ds R est équipé d'une batterie LP-E6N (1 865 mAh / 7,2 V) d'une puissance de 14 Wh. Canon annonce environ 700 vue d'autonomie.

Lors de nos tests, nous avons réussi à déclencher plus de 600 fois avec quelques minutes de vidéo. L'autonomie est donc en baisse par rapport au 5D Mark III qui atteint facilement 900 à 1 000 déclenchements par charge.

Test Canon 5Ds R batterie

Pour améliorer l'autonomie du reflex, vous pouvez utiliser un grip ou poignée d'alimentation. Il s'agit de la BG-E11, introduite avec le 5D Mark III. La poignée permet de loger deux batteries LP-E6 ou d'utiliser des piles au format AA en cas d'urgence. Elle possède également un contrôleur (joystick) et un rappel de commandes (AF, mémorisation d'exposition, choix collimateurs et déclencheur).

Canon 5DSR test review grip bg-e11
La poignée d'alimentation BG-E11 compatible avec le Canon 5Ds R et 5D Mark III.

Le reflex est livré un chargeur de batterie LC-E6E intégrant différents témoins de charge (0, 50, 75 et 100 %).
Canon 5DSR test review chargeur de batterie

Emplacements mémoire

Le 5Ds R dispose de deux emplacements pour des cartes mémoires au format SD et CF. Il supporte parfaitement la dernière norme de transfert UDMA 7 pour les cartes Compact Flash, ainsi que la norme UHS-I pour les cartes SD. L'emplacement SD accepte les cartes Eye-Fi (Wi-Fi), l'absence de puce intégrée peut ainsi être contournée.

Le choix de deux formats de cartes différents est discutable : certains apprécient, d'autres rechignent à les utiliser. Il est possible de configurer les deux emplacements pour fonctionner en mode débordement (dès qu'une carte est pleine, l'autre est utilisée), en mode séparé (vous pouvez enregistrer des formats différents des images sur les deux cartes) ou en mode duplication (pour faire une sauvegarde des images).

Canon 5DSR cartes mémoire

Connexions

Côté connectique, le 5Ds R joue le classicisme avec :
- une entrée micro stéréo mini-jack (3,5 mm),
- une prise synchro flash,
- une connexion pour une télécommande filaire,
- une sortie USB 3.0 (enfin !!),
- une sortie HDMI.

L'arrivée d'un connecteur USB 3.0 est une bonne nouvelle (les fichiers sont vraiment volumineux), mais se fait au détriment de la sortie casque... Voilà qui est bien dommage pour les vidéastes.

Toujours en ce qui concerne le mode vidéo, il est dommage que le 5Ds R n'intègre pas de sortie HDMI non compressée (Canon doit pourtant gérer aussi une gamme de caméras cinéma ?), contrairement au Nikon D800. En outre, le 5Ds R ne propose pas de transmetteur intégré pour gérer les flashes distants sans fil, contrairement au 7D II. La raison ? D'après Canon, la fabrication tout temps du boîtier... Enfin, le reflex ne propose pas non plus de puce Wi-Fi pour transmettre les images sur un ordinateur sans fil. Pour cela, il faudra s'équiper de l'onéreux (presque 600 €) et imposant module WFT-E7 qui, certes, intègre une batterie LP-E6.

Canon 5DSR connexions

Déclenchement silencieux

Pour un reflex 24x36, le 5Ds R n'est pas un boîtier bruyant. Il dispose de plus d'un mode prise de vue silencieuse. Dans ce dernier mode, les mouvements du miroir sont amortis et le bruit, beaucoup plus feutré. Un second mode permet de bloquer le fonctionnement de l'appareil tant que le déclencheur est enfoncé.

Canon 5DSR son déclenchement

Logiciels

Le Canon EOS 5Ds R est livré avec une impressionnante suite de logiciels pour traiter ses fichiers (à noter : la liste ci-dessous n'est valable que pour l'environnement Windows)...

  • Digital Photo Professional (DPP), un logiciel complet pour développer ses fichiers bruts (le format "raw" n'est pas ouvert chez Canon) ; il est ici livré en version 4.2.32 pour prendre en compte les nouveaux formats de CR2 ;
  • Picture Style Editor, un logiciel pour créer ses propres styles d'images ;
  • EOS Lens Registration ;
  • et enfin EOS Utility en version 3, incluant WFT Utility, un logiciel pour transmettre les fichiers par liaison Wi-Fi, et EOS Capture, un logiciel pour piloter votre appareil à distance (dans un studio par exemple).

Grâce à EOS Utility, vous pourrez piloter le 5Ds R en mode connecté avec une visualisation directe sur un écran d'ordinateur : idéal pour un travail en studio.

Canon 5DSR test review eos utility

Quant à Picture Style Editor, il vous propose de définir rapidement des styles d'images sur votre ordinateur, en jouant avec différents paramètres ou une courbe de valeurs, et d'enregistrer ces réglages personnalisés dans votre boîtier.

Canon 5DSR test review picture style editor

Pour les fichiers bruts

Bon point, Canon livre une solution complète et efficace pour le traitement des fichiers bruts : Digital Photo Professional. Outre les options classiques de "dérawtisation", le logiciel offre également le traitement des aberrations chromatiques et des distorsions des optiques. La nouvelle version est numérotée 3.14.40.

Notez qu'une toute nouvelle version 4 est également disponible. Cette nouvelle mouture n'est pas une révolution en soi, mais elle propose un nouvel habillage graphique remis au goût du jour et le regroupement de certaines fonctionnalités (vérification rapide, pilotage via un ordinateur).

Canon 5DSR test review logiciels DPP4
Canon DPP 4, un outil gratuit pour développer ses fichiers bruts.

Vous disposez même d'une vue pour comparer facilement deux images, avant et après retouche. Sans un catalogueur, DPP permet de réaliser rapidement un choix d'images avec des outils adaptés : rejet, étoiles, drapeaux.

Canon 5DSR test review DPP 4
Des outils de comparaison et notation dans DPP 4.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation