Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO (Tamron 24-70 mm f/2,8 VC). Le Canon 5Ds R est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 200 ISO et une ouverture de f/5,6. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (CR2).

Les JPEG

Comme les records sont fait pour être battus, le Canon EOS 5Ds R propose le capteur 24x36 le plus défini du moment. Avec 50 Mpx, le reflex Canon prend donc la tête de la course aux pixels, devançant le Nikon D810 qui ne propose "que" 36 Mpx.

Pour obtenir cette définition sur un capteur 24x36, il faut des photodiodes d'environ 4,3 µm. Ce capteur est proposé sur deux boîtiers : le 5Ds et le 5Ds R. Ce dernier, objet de ce test, dispose d'un filtre passe-bas dont l'effet est annulé par un autre filtre : une technique qui n'est pas sans rappeler le principe utilisé par Nikon sur le D800E.

Nikon D800e filtre passe-bas annulé

Sur ce boîtier, Canon a sans doute volontairement limité la plage ISO de 100 à 6 400 ISO, extensible à 12 800 ISO (H1). On est assez loin des records dans ce domaine. Pour mémoire, l'EOS-1D X grimpe à 204 800 ISO (H2). Le surcroît de pixels (50 contre 18 Mpx) devrait toutefois permettre des tirages de taille importante sans que le bruit soit visible. C'est ce que nous allons étudier.

Sony A7 II test review taille de capteur
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Aucune inquiétude à avoir de 100 à 400 ISO : les images sont "propres", le bruit invisible, et la reproduction des détails impeccable. À 800 ISO, vous noterez à 100 % sur écran (HDTV 1080) les premiers signes de moutonnement, mais celui-ci sait se faire très discret. C'est donc un sans-faute sur la plage 100-800 ISO.

Vous noterez sur certaines zones de l'image (charte colorée, cartes de jeu, publicité Coca-Cola...) la présence de moirage. Bien visible à 100 ISO, celui-ci s'estompe logiquement avec la montée en sensibilité, le lissage et le grain venant brouiller la restitution des fins détails.

À 1 600 ISO, le grain devient nettement visible sur les aplats colorés et denses. Celui-ci est fin et plutôt agréable. Les plus fins détails commencent à se diluer, mais l'image conserve un bon niveau. Une fois de plus, nous examinons l'image à 100 % sur écran, ce qui est finalement une activité assez peu commune. On notera toutefois une baisse de la dynamique avec des zones denses assez bouchées (intérieur du ventilateur).

Le bruit monte encore d'un cran à 3 200 ISO, mais la qualité de l'image reste encore acceptable et la définition importante permet d'exploiter correctement les images dans des dimensions raisonnables.
Le passage à 6 400 ISO est un peu plus problématique : le moutonnement devient facile à mettre en évidence et la précision baisse, tout comme la dynamique. Cependant, une fois de plus, la définition de 50 Mpx permet plus facilement de travailler et d'imprimer ses images en "tirant" beaucoup moins sur les pixels. Les photodiodes étant plus petites, le bruit généré l'est également.

Canon 5DSR : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Canon 5DSR : Réduction du bruit standard 1600-12800 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800 ISO)


Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Canon 5Ds R à quelques boîtiers emblématiques actuels, tels le Nikon D810 (24x36 à 36 Mpx), l'A7S de Sony (24x36, 12 Mpx) et le Pentax 645Z, un moyen format de 50 Mpx également.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 6 400 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Le résultat est sans surprise : le nouveau reflex Canon ressort vainqueur de cette confrontation avec un grain très fin, peu coloré et une image bien détaillée.

Ses deux principaux concurrents que sont le Nikon D810 et le Pentax 645Z le talonnent. Le D810 présente un grain plus grossier, un peu moins subtil et moins élégant. Le Pentax et son capteur CMOS de 44 x 3 mm s'en sort vraiment bien également, avec une belle finesse dans le rendu de l'image.

Nous avons par ailleurs décidé d'opposer à ces amoncellements de pixels un capteur 24x36 de 12 Mpx "seulement". Le Sony A7S est clairement défavorisé par son manque de définition. Pour l'impression en 60 x 40 cm, il faut "tirer" sur les pixels. L'image manque de précision, mais le grain est peu visible.


Oscilloscope

Passons certaines images 5Ds R de Canon sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont vraiment excellentes jusqu'à 1 600 ISO avec une dégradation bien visible à 6 400 ISO. Elles restent assez facilement exploitables jusqu'à 12 800 ISO, mais la granulation est déjà très présente dans les aplats denses. Au-delà, le bruit vient consteller nos zones de gris avec un moutonnement vraiment perceptible qui dilue les plus fins détails des images.

Canon EOS 5DSR  test review bruit électronique sur gris 100 ISO
Canon 5Ds R – 100 ISO
Canon EOS 5DSR  test review bruit gamme gris graphique 100 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit électronique sur gris 1600 ISO
Canon 5Ds R – 1 600 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris 6400 ISO
Canon 5Ds R – 6 400 ISO
Canon EOS 5DSR review bruit gamme gris graphique 6400 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris 12800 ISO
Canon 5Ds R – 12 800 ISO
Canon EOS 5DSR test review bruit gamme gris graphique 12800 ISO

Les fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif. Les mesures sont effectuées (c'est le cas ici), dans la zone aveugle du capteur.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour l'une des séries des pixels verts.

Test Canon EOS 5DSR bruit électronique dans fichiers bruts

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation