Laurent Baheux, portrait

"Inspiré par la nature depuis 1970" comme il le dit lui-même, Laurent Baheux fait des grands espaces préservés le terrain de chasse de ses noirs et blancs puissants.

Focus­ Numérique – En feuilletant votre portfolio, une image m'a particulièrement frappée, c'est celle d'un zèbre vu du dos. Sa queue fouette l'air et il semble qu'il va ruer dans quelques secondes ! On n'a jamais vu un zèbre comme ça !

Laurent Baheux – Ah oui ! C'était en 2008 en Afrique du Sud ! J'étais dans un parc, une réserve naturelle... dans une zone donc dédiée à la vie sauvage. Parfois, je passe mes journées avec un même animal et là, comme souvent, rien n'a été prémédité. Ça s'est trouvé comme ça... comme les hasards des rencontres. En fait, là, il se tend de cette façon car il devient très attentif à son environnement ; il tente de sentir la présence de prédateurs. À ce moment, il est dans la survie !

Crédit photo : Laurent Baheux

Je ne fais pas de post-production très spectaculaire. Juste un peu au niveau des noirs pour les rendre un peu plus profonds. Et j’ai décidé d’un recadrage au format carré. C'est tout. Quant aux caractéristiques techniques de l'image, les voici : 1/1000 s à f/10, ISO 400, Nikon D4, 600 mm f/4.

Focus­ Numérique – Et pour vous, quelle est l'image qui vous est particulièrement importante ?

Crédit photo : Laurent Baheux
Tribute to Ansel Adams, Snake River, Grand Teton National Park, Wyoming, USA 2014. © Laurent Baheux

Laurent Baheux – C'est celle que j'ai souhaité être un hommage à Ansel Adams (A Tribute To Ansel Adams, Snake River). J'ai toujours été un grand fan de ce photographe. Pas uniquement grâce à ces images, mais aussi parce que c'était un photographe engagé. Engagé dans la protection de l'environnement et des grands espaces. Alors, quand j'ai commencé ma série "America", j'ai voulu refaire la photo qui était un de ses classiques dans son travail. Et cela a été un peu compliqué. Même si le paysage n'a pas changé, la végétation a eu le temps de beaucoup pousser entre 1942 et aujourd'hui ! Pour retrouver le même point de vue, il a fallu que je crapahute dans la montagne pour finalement grimper dans un arbre et prendre la photo ! (1/500 s à f/8, ISO 200, Nikon D800, 24-120 mm f/4).

Focus­ Numérique – Cette image est issue de votre dernière série consacrée à l'Amérique. Comment est né ce projet ?

Crédit photo : Laurent Baheux
Half Dome, Yosemite National Park, California, USA 2014. © Laurent Baheux

Laurent Baheux – Je fonctionne beaucoup à l'envie ! Et l'Afrique comme l'Amérique ont toujours été des rêves de gosses pour moi ! Ce qui me frappe en Amérique, c'est le contraste qu'il y a entre les grandes mégalopoles et ces immenses espaces préservés que sont les réserves ou les parcs naturels ! Ce sont des endroits totalement vierges... Alors au départ, cette série, c'était pour le plaisir. Ce n'est pas un travail de commande, même si par la suite mon éditeur [Yellow Korner, NDLR] a choisi de publier un portfolio et un livre de ces images. L'avantage, c'est que je n'ai pas eu de pression pour travailler... J'ai beaucoup collaboré pour la presse sportive où il y a beaucoup de contraintes ; là, c'était la liberté totale ! C'est un luxe incroyable !

Crédit photo Laurent Baheux
Zabriskie Point, Death Valley National Park, USA 2014. © Laurent Baheux

Focus­ Numérique – Enfin, quelle est la photo au sommet de votre panthéon photographique ?

Laurent Maheux – C'est difficile... Disons que c'est une œuvre plutôt qu'une seule image. Celle de Salgado, car il a eu la faculté de retranscrire dans ses photos la puissance des paysages qu'il a photographiés. Et ça, c'est extraordinaire ! Tout, de la prise de vue à la composition, est capturé avec force ! Et puis, comme Ansel Adams, j'aime l'engagement de Salgado pour l'environnement. Il a entièrement replanté les terrains de son enfance, où il n'y avait plus grand­-chose qui poussait. Si je dois quand même choisir une seule image, ce serait une issue de la série sur la mine de Serra Pelada, au Brésil [publiée en 1986, NDLR]. La mine devient une fourmilière d'êtres humains dans un décor inhumain...

Crédit photo : Laurent Baheux
Rhinos Quartet, Kenya, 2013. © Laurent Baheux ­

> Le site de Laurent Baheux
> Laurent Baheux sur Twitter
> Laurent Baheux sur Instagram

> Tous nos portfolios

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation