Panasonic G7 recommandé

Après une semaine passée avec le boîtier et nos tests en labo, difficile de ne pas recommander le Panasonic Lumix G7. C'est une excellente option face aux boîtiers reflex traditionnels comme le Nikon D5500 ou le Canon 760D

Nous l'avons vu, le G7 est bien construit : il offre une prise en main agréable, un écran LCD orientable et tactile, un viseur électronique spacieux, deux molettes de réglages, un autofocus rapide dans la plupart des circonstances, le Wi-Fi intégré, une rafale avec suivi autofocus à 6 i/s, une bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 ISO et un mode vidéo robuste et disponible en 4K. Une fiche technique en béton armé et une réalisation à la hauteur — de quoi s’enthousiasmer rapidement, donc.

Tout est parfait, alors ? Pas tout à fait, mais les critiques à l'encontre du G7 sont pour certaines anecdotiques. Ainsi, nous regrettons l'absence de charge par une prise micro-USB, l'impossibilité de connecter un casque pour la vidéo ou la stabilisation qui dépend uniquement des optiques montées sur le boîtier.

Le Panasonic G7 reçoit donc un recommandé.

Points forts

Points faibles

Écran LCD tactile et orientable (rotule)

Pas de recharge par micro-USB !

Viseur électronique spacieux

Pas de stabilisation mécanique par déplacement du capteur

Bonne qualité d'image jusqu'à 3200 ISO

Ergonomie discutable et commandes un peu petites

Mode vidéo complet et performant : 4K, styles d'image, autofocus...

Pas de prise casque

Boîtier agréable à utiliser

Interface graphique un peu vieillote, dense et complexe

Double molette de réglage

Pas de puce NFC pour la connexion Wi-Fi

Nombreuses possibilités de personnalisation

Pas de puce GPS intégrée

Fonctionnement totalement silencieux avec l'obturateur électronique

 

Autofocus vif, boîtier globalement réactif

 

Possibilité de déplacer la mise au point sur l'écran LCD quand on utilise le viseur

 

Rafale à 6 i/s avec suivi autofocus

 

Wi-Fi pour faciliter le partage des images

 

Mode 4K photo en mode rafale intéressant

 

Large gamme d'optiques : Panasonic, Olympus, fabricants tiers

 

Assez bonne autonomie de la batterie (500 vues environ)

 


Face à la concurrence

Sony Alpha 6000

sony A6000


Le Sony A6000 est un très sérieux concurrent du Panasonic G7. Intégrant un capteur APS-C de 24 Mpx largement plus précis que les 16 Mpx du boîtier Micro 4/3, il est doté d'atouts intéressants : un menu mieux organisé, un mode rafale à 11 i/s, un système autofocus à 179 points avec détection du sujet, un mode vidéo en HDTV 1080p 60 ips. L'Alpha 6000 est en outre plus petit et plus léger.

Le G7, plus récent, dispose à son tour de quelques avantages sur son concurrent, à commencer par un mode vidéo plus complet et intégrant l'enregistrement en 4K Télé. Le viseur électronique est également plus spacieux et l'écran LCD, à la fois orientable et tactile, une fonctionnalité qui fait défaut à l'Alpha 6000. En mode photo et en mode simple, l'autofocus du G7 est un peu plus rapide que celui de l'A6000, mais ce dernier reprend la main en mode suivi AF sur des sujets en mouvement, avec son système à corrélation de phase intégré dans le capteur. Le parc d'optiques est en revanche plus conséquent pour le G7 : 108 modèles disponibles en Micro 4/3, contre 62 optiques en monture Sony E.

> Test Sony A6000


Nikon D5500
Nikon D5500 test


Avec le D5500, Nikon propose un reflex (visée optique) très compact pour tenter de contrer les assauts répétés des compacts à objectifs interchangeables (COI). La visée optique du reflex reste plus précise et fluide, mais elle est moins spacieuse et propose beaucoup moins d'informations à la prise de vue (pas d'histogramme d'exposition, par exemple). Au niveau du capteur, le D5500 est équipé d'un modèle APS-C de 24 Mpx qui gère mieux la montée en sensibilité jusqu'à 6 400 ISO. Le reflex offre également un large écran LCD monté sur rotule et tactile, comme le G7.

Au niveau de la mise au point, les deux boîtiers sont foncièrement différents. Rapide et réactif en suivi autofocus en visée optique, le système de mise au point en visée sur écran du D5500 s'avère très lent et peu utilisable. À l'inverse, le G7 est très rapide en visée sur écran, mais se montre un peu moins bon en suivi de sujet. Enfin, le D5500 propose une autonomie largement supérieure à celle du G7.

De son côté, le COI de Panasonic propose un boîtier plus petit et plus léger avec un mode vidéo plus complet et plus performant (vidéo 4K Télé). La visée électronique est un peu moins précise, mais le viseur, plus spacieux, affiche 100 % du cadre de visée (contre 95 % pour le D5500). Le G7 propose une cadence rafale à 6 i/s avec suivi autofocus (contre 5 sur le D5500) et peut grimper à 8 i/s avec la mise au point bloquée. Avec un obturateur électronique, le G7 est silencieux et autorise un temps de pose au 1/16 000 s.

> Test Nikon D5500

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation