La gamme G est importante pour Panasonic : c'est la gamme initiale par qui tout a commencé en 2008 avec le G1. L'objectif ? Concurrencer les reflex grand public avec une orientation haut de gamme. Ainsi, depuis 2008, la série G adopte un look de petit reflex, contrairement à la série GX aux modèles plus compacts comme le GX8.

Panasonic G7 test review vue de face capteur

Cette année, Panasonic présente donc le Lumix G7 qui vient remplacer le G6 vieux de 2 ans, mais conserve son capteur 4/3" de 16 Mpx. Le nouveau venu adopte un nouvel autofocus par détection de contraste épaulé par la technologie DFD (depth-by-defocus). Ce système va déterminer la distance du sujet en se basant sur les caractéristiques de l'optique et en comparant deux images aux profondeurs de champ différentes. Une sorte de palliatif à la corrélation de phase (qui sait quantifier dans quel sens il faut bouger les éléments de l'optique et de combien) ou aux AF hybrides incluant des éléments de corrélation de phase directement sur le capteur d'image.

Un boîtier bien proportionné

Ce qui surprend à la première prise en main, c'est le poids de l'appareil. Malgré sa bonne stature, le G7 "fait" léger. Sur la balance, il pèse plus de 530 g tout équipé (14-42 mm f/3,5-5,6).

Avec un capteur plus petit, il est plus facile de réaliser de petits boîtiers et Panasonic en est capable, en attestent les GM1/GM5. Mais ici, la compacité n'est pas une fin en soi et le confort de la prise en main prime. Tout en restant plus petit, le G7 se rapproche, en gabarit, des reflex D5500 chez Nikon ou 760D chez Canon. Rappelons que les optiques APS-C sont généralement plus imposantes et plus lourdes que celles pour la monture Micro 4/3.

  Panasonic G7 Nikon D5500 Canon EOS 760D
Masse (nu) 410 g 470 g 565 g
Hauteur 77 mm 70 mm 78 mm
Largeur 125 mm 124 mm 132 mm
Profondeur 77 mm 97 mm 101 mm
Taille capteur 4/3" (17,3 x 13 mm) APS-C (23,7 x 15,7 mm) APS-C (22,2 x 14,7 mm)

Le G7 est un boîtier bien proportionné. La large poignée est bien dessinée et facilite grandement la préhension de l'appareil. Le revêtement est agréable et bien agrippant. Vous tiendrez facilement et solidement le G7. En revanche, si les molettes sont larges et confortables, les touches, elles, sont à notre goût trop petites et pas assez proéminentes pour une utilisation réellement agréable.

Le niveau de finition nous laisse également un peu sur notre faim. Le G7 fait très (trop) plastique et les informations sur la plupart des commandes (molettes notamment) sont simplement sérigraphiées et non gravées. Pour l'avoir déjà vécu, dans quelques années, avec l'usure, il est possible que les informations disparaissent progressivement.

Ergonomie

Sur l'épaule gauche, vous trouverez un barillet pour la motorisation. Une bonne idée qui permet d'accéder rapidement aux différents modes : timelapse, retardateur, 4K photo, bracketing, rafale et photo simple.
Il aurait été à notre sens judicieux de placer ici le mode panoramique par balayage, mais non, il est positionné sur le barillet des modes d'exposition (PSAM, modes scènes, vidéo...) situé à l'opposé, sur l'épaule droite. Toujours à droite, vous trouverez deux molettes de réglage à l'avant et à l'arrière de la poignée. Celles-ci ne sont plus cliquables (c'est vraiment dommage), mais la molette arrière dispose d'un bouton central personnalisable, difficilement accessible toutefois. C'est également ici que vous trouverez la commande pour l'enregistrement vidéo.



Au dos, le tableau de commande est lui aussi bien chargé avec 3 touches personnalisables, le levier pour choisir le mode de mise au point et un trèfle de sélection. Vous trouverez également des commandes avec l'interface graphique sur l'écran tactile ! Cette profusion de raccourcis est à double tranchant : elle peut rassurer le photographe expert à la recherche d'un contrôle "total" sur son boîtier, comme elle peut perturber le néophyte à la recherche d'un boîtier simple et performant.

Panasonic G7 test review vue de dos

Viseur spacieux

Le G7 est équipé d'un viseur électronique assez proéminent. Là encore, il s'agit de séduire les photographes attachés à ce système de visée. Attention, contrairement aux reflex, il s'agit d'un viseur électronique. Mais pas n'importe lequel, puisque le "petit" G7 reprend la dalle Oled de son grand frère le GH4.

Vous bénéficiez donc d'un grossissement  important de 0,7x en équivalent 24x36 et d'une définition en 1 024 x 768 px (2 360 000 points) et, de ce fait, d'une visée spacieuse et précise. Ce n'est pas le meilleur viseur du moment, mais il n'en est pas loin. La dynamique est plus qu'honnête et le temps d'adaptation (fort contre-jour, différence de température de couleur...), assez court. Le plus contraignant reste la latence d'affichage lors des rafales.

Un viseur électronique permet d'afficher beaucoup plus (parfois trop...) d'informations lors de la prise de vue : histogramme d'exposition, niveau électronique (2 axes), loupe et focus peaking pour la mise au point manuelle, zébras...

Écran tactile et articulé

Le G7 est équipé d'un bel écran LCD monté sur rotule et tactile (multipoint). Ce système d'orientation nous paraît plus pratique, car il autorise des mouvements plus importants et propose une solution pour protéger l'écran en le positionnant contre le dos de l'appareil.

Panasonic G7 test review vue écran orientable

L'écran de 7,6 cm affiche 1 040 000 points dans un ratio 3:2. Ainsi, pour les photos au format 4/3, deux bandes noires sont présentes à gauche et à droite, ce qui permet d'afficher des onglets d'options rétractables. En mode vidéo, les bandes noires sont présentes en haut et en bas de l'écran.

L'écran tactile peut également être utilisé comme trackpad pour déplacer le point AF lorsque vous utilisez le viseur électronique. C'est simple et vraiment très pratique.

Autonomie et stockage

Sur le papier, Panasonic annonce 350 vues par charge de batterie (batterie Li-ion 7,2 V, 1 200 mAh, 8,7 Wh). Lors de nos tests, nous avons même un peu dépassé ce chiffre et atteint 400 vues avec quelques minutes de vidéo. L'utilisation de l'obturateur électronique économise la batterie et augmente donc considérablement son autonomie.

Il n'existe pas de poignée d'alimentation pour le G7. Panasonic livre un chargeur de batterie avec le boîtier, mais n'a toujours pas opéré changé de position quant à la charge à l'aide d'un connecteur micro-USB : cela reste malheureusement impossible, puisque la prise USB est propriétaire...

Panasonic G7 test review vue batterie

La carte mémoire vient s'insérer dans la semelle du boîtier dans le même logement que la batterie. Dommage, car si l'appareil est fixé sur un trépied, il faudra le démonter pour récupérer la carte SD.
Côté supports, le G7 prend en charge les cartes SD, SDHC et SDCX. La notice indique la prise en charge des dernières normes de transfert UHS-I et même la norme UHS-II. Bravo !

Connectique et Wi-Fi

Le G7 propose une sortie micro-HDMI (type D) non compressée , une sortie USB / AV (propriétaire) ainsi qu'une entrée mini-jack 2,5 mm pour une télécommande filaire — option assez étrange puisqu'il est possible de piloter le boîtier à distance via la connexion Wi-Fi. Nous aurions pour notre part préféré une sortie casque pour la vérification de la prise sonore associée à l'entrée micro stéréo présente sur le côté gauche de l'appareil.

Panasonic G7 test review connexions

Wi-Fi

Le G7 dispose d'une puce Wi-Fi, à la fois pour le partage des images et la télécommande à distance sans fil. De manière étonnante, le boîtier n'est par contre pas équipé d'une puce NFC qui faciliterait l'appairage avec une tablette ou un smartphone. Cependant vous pouvez directement activer la recherche du réseau sur le boîtier ou afficher un QR code pour faciliter la configuration. Rien de bien compliqué, en somme.

Panasonic G7 test review

En mode prise de vue, l'application permet de régler de nombreuses options : ouverture, vitesse, sensibilité ISO, mesure, zone autofocus, balance des blancs, qualité des images... Vous pouvez également enclencher l'enregistrement vidéo et sélectionner pendant le filmage la zone de netteté souhaitée.

Panasonic G7 test review

L'application permet également de géolocaliser les images, mais aussi de transférer les fichiers sur son smartphone, créer des compositions ou les partager par différents biais : SMS, mail, Twitter, Facebook... Bref, du tout bon de ce côté. Panasonic a même ajouté une fonctionnalité amusante : elle peut déclencher l'appareil quand votre smartphone s'agite. Idéal pour prendre des photos de personnes en train de sauter.

Panasonic G7 test review WiFi

Obturation : discrétion et pleine ouverture

Si le G7 est un boîtier assez volumineux, il n'en reste pas moins assez discret dans son fonctionnement avec son écran rotatif et la possibilité d'utiliser un obturateur électronique totalement silencieux. Cet obturateur permet un déclenchement de 1 s à 1/16 000 s. Il permet donc d'utiliser des optiques très lumineuses à pleine ouverture et en plein soleil.

La présence de l'obturateur mécanique se justifie par un temps de pose jusqu'à 60 s. Attention, l'obturation n'est pas globale, mais ligne par ligne : vous pourrez rencontrer des problèmes de rolling-shutter (déformation de l'image) sur des sujets en mouvement rapide.

Marque : Panasonic
Modèle : DMC-G7
Vitesse : 10/2000 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 17 mm, décalage expo : 0.33 IL

Télécharger le fichier raw

Exemple d'image réalisée à f1,8 en plein soleil et au 1/10 000 s.

Autre point à prendre en compte : les fichiers basculent de 12 à 10 bits quand l'obturation électronique est enclenchée. Le flash ne sera pas disponible en mode obturation électronique.

Flash

Le flash pop-up est assez classique avec un NG de 6,6 (ISO 100 en m). Vous pouvez déclencher sur le 1er ou le 2e rideau. La vitesse de synchro (obturateur mécanique) est 1/160 s.

Panasonic G7 test review flash

Modes photo

Le G7 propose une série de filtres artistiques pour agrémenter les prises de vue. Certains sont même disponibles en mode vidéo. Vous pouvez également activer un mode panoramique par balayage ou assurer un maximum de dynamique avec un mode HDR. Vous avez également la possibilité d'utiliser un intervallomètre pour réaliser des timelapses.


Marque : Panasonic
Modèle : DMC-G7
Vitesse : 10/600 s, ouverture : f/1.8
Sensibilité : 640 ISO
Focale : 17 mm, décalage expo : 0.33 IL

Télécharger le fichier raw
Exemple de photo réalisée avec le filtre "rayon de soleil".

Panasonic G7 test review panoramique par balayage
Le G7 dispose d'un mode panoramique par balayage qui fonctionne bien.

Mode 4K photo

L'une des fonctionnalités intéressantes du G7 est le mode 4K photo. Le principe ? Réaliser une vidéo en haute définition (30/25 i/s) pour en extraire les différentes images. Bon, c'est déjà possible en utilisant les fichiers vidéo 4K, alors où est l'avantage ?

Par rapport à une extraction d'image classique, il est possible de travailler avec un ratio autre que le 16:9 vidéo. Vous pouvez ainsi opter pour du 4:3, du 3:2 ou du 1:1 tout en conservant les 8 Mpx de l'image. Autre avantage : pas besoin de travailler avec des vitesses lentes, généralement inférieures au 1/120 s en vidéo. Rien ne vous empêche par exemple d'exploiter des temps de pose au-delà du 1/1 000 s pour figer des mouvements rapides, pour peu que vous ayez assez de lumière.

Notez qu'il existe trois sous-modes "Photo 4K" : 4K Burst, 4K Burst (S/S) et 4K Pre-Burst. L'AF est fonctionnel dans les deux premiers cas, mais pas dans le troisième. En "4K Burst", le G7 saisit une rafale photo tant que vous maintenez le déclencheur appuyé. En "4K Burst S/S", le G7 capture un mini-clip vidéo, qu'il faut donc lancer et couper manuellement ; libre à vous de voyager ensuite à l'intérieur. Enfin, en "4K Pre-Burst", le G7 commence à enregistrer légèrement avant que vous n'appuyiez sur le déclencheur. Attention, ce mode est très énergivore.

Le G7 peut enregistrer ces vidéos pendant plusieurs minutes, ce qui permet de filmer de longues scènes d'action et d'extraire que quelques images clefs. La sélection des images est réalisée sur le boîtier, le G7 effectuant un enregistrement JPEG supplémentaire.

Les résultats sont plutôt convaincants et 8 Mpx suffisent largement pour une impression A4. Ci-dessous, vous pouvez visualiser la vidéo 4:3 et visionner l'image JPEG extraite.


Exemple de vidéo 4K photo réalisé avec le Panasonic G7.

Panasonic G7 test review exemple photo 4K
Exemple photo 4K. Cliquez sur la vignette pour visualiser l'image en pleine définition.

Réactivité et mise au point

Le G7 est un appareil vraiment agréable à utiliser et le système autofocus par détection de contraste fonctionne vraiment bien, même en basse lumière. Panasonic annonce une sensibilité jusqu'à 4 IL en théorie. Il faut bien avouer que l'autofocus du G7 est performant même dans la pénombre.

Pour l'instant, Panasonic est le seul fabricant de COI (compacts à objectifs interchangeables) à ne pas proposer un capteur doté d'un système autofocus hybride par détection de contraste et corrélation de phase sur le capteur principal. En mode AF-S (sans suivi autofocus), le G7 rivalise ou surclasse la concurrence. C'est en suivi autofocus que des différences peuvent se faire sentir, la corrélation de phase permettant de déterminer dans quel sens réaliser la mise au point.

Le G7 dispose par ailleurs de la technologie DFD qui analyse deux images consécutives afin de déterminer également et rapidement le sens de mise au point. Attention, ce système ne fonctionne qu'avec certaines optiques Panasonic. Les optiques Olympus ne sont pas prises en compte.

En mode autofocus, vous pouvez définir la zone de netteté directement sur l'écran : un véritable confort, notamment en vidéo.

Pour la mise au point manuelle, le G7 propose quelques assistants utiles comme une loupe qui s'affiche en superposition (vous pouvez déplacer la fenêtre à l'écran) ou le focus peaking (surlignage des contours avec des pixels colorés). Ce dernier, contrairement à la loupe, fonctionne pendant l'enregistrement vidéo.

Les modes rafales tiennent également leurs promesses.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation