En 2008, Canon et son reflex, le 5D Mark II, révolutionnait le monde du cinéma en proposant une alternative bon marché avec dans ses possibilités l'enregistrement vidéo à 25 images/seconde sur un grand capteur CMOS full frame photo.

Le film et l'appareil photo qui a révolutionné la production indépendante

Le marqueur culturel et artistique le plus recherché par les cinéastes indépendants est la faible profondeur de champ, ce qui permet de jouer avec les zones floues plus ou moins douces (le fameux effet de bokeh). Un article pourrait être dédié au décryptage complet du « look » visuel typique cinéma, par opposition au « look » typique vidéo (que l'on pourrait qualifier de « téloche »).

À l'époque le 5D Mark II est devenu le roi du flou pour le cinéma indépendant, et son micrologiciel additionnel « Magiclantern » lui apportait en paramétrages une partie des réglages qui lui manquait d'origine pour pratiquer plus sérieusement le mode vidéo (assistants électroniques à la mise au point et à l'exposition par exemple). Mais le choix d'acheter une caméra ne se fait pas exclusivement sur ses performances techniques et d'autres paramètres sont à prendre en compte comme :

- L’ergonomie : poids, accès aux fonctions principales sans entrer dans le menu via des boutons et  molettes (exposition, mise au point, balance des blancs, ISO, cadence, réglage du niveau audio d'entrée...), l'utilisation à l'épaule, design et facteur d'encombrement (form factor)
- la connectique : XLR, alimentation phantom 48V, HD SDI, HDMI, sortie casque...
- La qualité du codec d'enregistrement : 4:2:2, 10 bits...
- La cadence des images pour le ralenti : 50P, 100P, 200P...
- L’écran LCD, viseur
- la poignée réglable
- l'assistance électronique à vitesse variable du zoom
- l'assistance à l'exposition et à la mise au point...

et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'un Canon 5D Mark II (autant que ses petits camarades d'ailleurs) n'est pas ergonomique/pratique et ressemble à une usine à gaz dès lors que l'on veut le professionnaliser en mode vidéo.

La série C pour Cinéma (C100, C300, C500) de Canon vient prendre la suite de ce reflex champion de la vidéo, en améliorant principalement l'ergonomie (prise en main, boutons assignables, viseur, poignée...) les codecs (Mpeg2 4:2:2 pour les C300 et C500) et les réglages dédiés à la vidéo (Gammas, Gamut, cadences...). Le petit dernier vient de subir une évolution et s'appelle désormais Canon C100 Mark II : L'intention de Canon : Ajouter les automatismes électroniques des petits caméscopes (exposition, mise au point, gammas...) à un grand capteur Super35mm cinéma d'entrée de gamme.


La Canon C100 Mark II est donc l'évolution de la première version du C100, avec au menu :

- Capteur S35mm CMOS (24,6x13,8 mm) en définition 3840x2160 (8 millions de photosites) pour un enregistrement vidéo en HD 1920x1080 (2 millions de pixels)
- Nouveau processeur Digic DV4
- Large écran LCD OLED orientable
- Viseur orientable
- contrôle du menu par Jog (mini joystick)
- micro audio interne pour capture des ambiances
- Sortie HDMI prévue pour enregistrement externe en 1920x1080 4:2:2 8 bits avec gestion des LUTs / USB + TC
- Autofocus Dual Pixel plus rapide
- Monture optique Canon EF
- Objectifs EF de Canon et les optiques 4K de la série EF Cinéma
- Gris neutres optiques intégrés (-2/-4/-6)
- ISO de 320 à 102400 avec sensibilité nominale à 850 ISO
- Cadence image jusqu'à 50P (ou 60P en mode US) pour ralentis (à 50% de la vitesse en lecture à 25P)
- Continous REC sur les cartes SD
- Gammas Canon LOG (CINEMA) et WIDE DR (hypergamma avec dynamique étendue)
- Assistants à la mise au point (color peaking) et à l'exposition (zébra, oscilloscope)
- Enregistrement en AVCHD ou MP4 jusqu'à 35 Mbps limité en interne en 4:2:0 en 8 bits sur cartes SD/SDHC/SDXC
      - AVCHD: MPEG-4 AVC/H.264 28/ 24 /17 Mbps 1920 X 1080; 7 Mbps VBR ( 1440 x 1080). 8 bits VBR/4:2:0
      - Mp4: AVC/H.264 35/24/17 Mbps 1920 X 1080. 4Mbps 1280 X 720,3Mbps 640 X 360. 8 bits VBR/4:2:0
- Wifi pour contrôle (pilotage et monitoring) + transfert FTP
- GPS en option
- Télécommande de contrôle en option RC-V100
- Entrées XLR Audio avec +48V / Molette pour réglage niveau audio
- Bouton permettant de passer du mode CAMERA au mode LECTEUR (MEDIA)
- Prix public : 5200 € TTC

La C100 Mark II a plusieurs cibles :

- le film de mariage
- le film institutionnel (corporate pour les intimes)
- le court métrage
- les pubs low cost (TV, internet)
- le documentaire
- Les news

2 slots SD pour des supports économiques

FACE A LA CONCURRENCE

Comme cette caméra a pour but de remplacer les reflex souvent peu adaptés aux besoins des opérateurs vidéo habitués aux caméscopes, je ne mets pas le Panasonic GH4 et le Sony A7S dans la même catégorie, même si certains utilisateurs vont opter pour ces deux derniers modèles à cause de leurs petits prix et de leurs très bonnes performances (en ajoutant le 4K ce que le C100 MarkII ne fait pas).
Dans le grand public, on trouve chez Sony plusieurs produits comme les VG10, VG30 et surtout la VG900 qui dispose d'un capteur 24x36 et d'une monture E (2800 €).

SONY NEX-VG900

En terme de prix et de public, elle se positionne plutôt face à blackmagic et ses caméras d'entrée de gamme en monture EF :

- Blackmagic Pocket cinema camera (760 €) + speedbooster EF (800 €)
- Blackmagic cinema camera (1900 €) + speedbooster EF (800 €)
- Blackmagic cinema camera 4K EF (2200 €)

Ces derniers n'offrant pas réellement une ergonomie de caméscope vidéo, et l'URSA étant beaucoup plus massive et destinée aux tournages en intérieur, la cible « j'allume et je tourne » n'est pas tout à fait la même que la C100.
Il reste quelques caméras à capteur S35mm semi-pro à objectifs interchangeables qui pourraient répondre à ce besoin :

- JVC GY-LS300CHE Super 35mm en 4K (3900 €) monture micro 4/3+ metabones EF (400 €)
- SONY FS100EK Super35mm en HD (3800 €) avec monture E + metabones EF (400 €)

LS300 de JVC et FS100EK de SONY : des caméscopes vidéo à grand capteur

Voilà la difficulté de l'acheteur: trouver un mouton à 5 pattes qui allie tournage en solo, rapidité/facilité d’exécution et esthétique cinéma. Il semble bien que, sur ce créneau, la Canon C100 Mark II soit totalement dans son élément, à un prix légèrement supérieur à ses quelques concurrentes.

En règle générale, la version C100 Mk II s'adresse aux utilisateurs indépendants qui vont pouvoir l'acheter, alors que ses deux grandes sœurs la C300 et la C500 vont plutôt se retrouver chez les loueurs avec des optiques plus haut de gamme cinéma. La C100 Mk II, dans une économie low cost, s'utilise donc principalement avec des optiques photos EF pour ceux qui vont investir dans quelques optiques prêtes à tous les cas de figure.

Dans un budget supérieur, la polyvalente Sony FS7 en monture E ou en monture Canon EF via un adaptateur est une concurrente haut de gamme, mais se retrouve plutôt face à une C300 ou d'une C500.

Autour de la caméra

Depuis leurs sorties, le look du boîtier de la série C tout en hauteur reste déconcertant (aussi design qu'une boite de lait). La prise en main via la poignée est aisée, encore faut il avoir de bons poignets.

Difficile de soutenir physiquement une journée de tournage à bout de bras...

Bien que la C100 Mk II intègre une poignée ergonomique orientable, je ne me vois pas partir filmer un documentaire sans l'accessoiriser pour la mettre sur l'épaule (pourquoi ne pas l'avoir prévu comme sur la Sony FS7 très bien pensée) ; même si elle n'est pas très lourde, au bout d'un moment ça commence à peser ; il faudra donc rajouter une crosse d'épaule et une poignée en plus pour pouvoir tenir une journée complète de tournage sans tendinite au poignet, avec le budget supplémentaire qu'il faut ajouter.

Accessoire: Rig C-Shooter pour C100 à l'épaule

L'utilisation des molettes, des nombreux boutons, du viseur, et écran LCD orientable est très agréable. Le diaphragme se fait via la molette se trouvant sur la poignée droite. On peut demander une mesure automatique en temps voulu par des « push » auto ponctuels (IRIS ou AF).

Les 3 gris neutres intégrés sont un très bon point (-2 diaphs/-4/-6).

La monture optique étant une Canon EF, on peut utiliser toutes les optiques Canon photo EF (avec automatismes et stabilisation), ainsi que la gamme Cinéma (sans automatisme) et broadcast (vérifiez néanmoins la compatibilité avec l'assistance électronique de la gamma broadcast pour éviter toute mauvaise surprise). Avec de nombreux adaptateurs, vous pouvez utiliser n'importe quelle optique qui couvre la surface APS-C ou cinéma Super35mm.

La C100 Mk II, ,avec une optique Prime cinema 50mm, un Nikkor 50mm et le zoom 18-135 de Canon

Le présent test a été fait avec les optiques suivantes :

- Zoom Canon photo 18-135 EF-S
- Prime Canon 50mm Cinema
- Adaptateur Nikon F- Canon EF et Nikon 50 mm

Note sur la fixation de la caméra : il vaut mieux utiliser une semelle supplémentaire ou une crosse d'épaule fixée sur le pied pour pouvoir équilibrer cette caméra en fonction de l'optique utilisée.

L'écran LCD est de bonne taille, et de qualité correcte (je n'ai pas été impressionné par le rendu de l'image). Mais la position des boutons de balance des blancs et Custom Picture, derrière l'écran qui peut les occulter, auraient pu être positionnés ailleurs.

Les MENUS


Affichage dans l'écran LCD : infos générale image et son / zebra / color peaking en rouge (yeux)

Deux menus coexistent sur cette caméra :

Le menu principal (touche menu) : les paramétrages fonctionnels que l'on peut appeler « OPERATION » (codecs, cadences...)
le menu des profils de l'image (bouton Custom Picture) : c'est le menu que l'on peut appeler PAINT, qui sculpte l'image (Gamma, gamut, detail, skin detail...)

Pour régler l'affichage (informations à l'écran : cadence, balance des blancs, ISO, zébra, peaking...), allons dans le menu principal.
MENU Principal (Bouton « MENU » sur l'écran LCD)




C'est dans ce menu que vous trouverez tous les réglages vidéos habituels pour gérer le fonctionnement de votre C100 Mk II :

- Zebra, Peaking
- Container et paramétrage du codec : AVCHD ou MP4
- Affichage LCD (info paramétrage, inversion de l'image), sortie HDMI
- Cadence d'image (jusqu'à 50P), ralenti
- Timecode
- ISO/Gain
etc...

Très bon point : les assistants de mise au point (color peaking et zoom numérique dans l'image) et d'exposition (zébra) sont au rendez-vous ; à quand l'affichage simple en pourcentage au centre de l'écran pour indiquer le niveau du signal de luminance ?

Autre point fort : un bouton WFM (wavefrom) affiche successivement oscilloscope et vecteurscope dans l'écran LCD pour ceux qui veulent surveiller précisément leur exposition.

WFM : Waveform pour afficher l'oscilloscope en bas à droite

Si vous désirez paramétrer la qualité de l'image, il faut sortir du Menu principal et aller dans le menu Custom Picture.

MENU Custom Picture (bouton Custom PICT. Sur le coté gauche)



- Choix du profile (mémoire) en preset ou user (personnalisable)
- choix de la courbe de Gamma (contraste)
- Choix du Matriçage (saturation des couleurs)
- Niveau de la réduction de bruit (Noise Reduction)
- Black Gamma, Pedestal, Knee, detail...

3 grands réglages d'image (preset) sont possibles, en alliant courbe de gamma et matrix :

- EOS standard (contrasté et saturé comme un DSLR)
- Wide DR (légèrement décontrasté et désaturé, comme un hypergamma)
- CINEMA (Canon LOG, désaturé et décontrasté)

En mode CINEMA, la caméra bascule en LOG et des LUTs sont applicables sur l'image de contrôle.

Préférez le réglage WIDE DR (Gamma et Matrix) au Canon LOG

Depuis la sortie de cette gamme de caméras, Canon a probablement raté l'occasion de prendre l'avantage vis-à-vis de la concurrence en limitant l'enregistrement interne (cela va de soi avec la C100, moins avec les deux autres modèles, le nouveau C300 Mark II corrigeant le tir) et la sortie HDMI à seulement 8 bits (dommage de ne pas permettre cette option qui offre une deuxième vie en achetant un recorder externe genre Atomos ou Convergent Design) ; dans ces conditions, la courbe LOG de canon (qui n'est pas une courbe LOG comme les autres, comme on le verra en la comparant à celle de Blackmagic, mais qui compresse surtout les hautes lumières) a beaucoup moins de sens que la courbe d'hyper Gamma WIDE DR, dont nous retrouvons l'équivalent chez SONY ou chez Panasonic avec le CINELIKE.

Possibilité d'agir sur le profil de la courbe de Gamma dans le Custom Picture

Comme la C100 Mark II est limité en interne et en externe (HDMI) à une quantification sur 8 bits, je vous invite à ne pas utiliser la courbe Canon LOG et à lui préférer le réglage WIDE DR qui ne demande pas d'étalonnage obligatoire.

Pour ceux qui voudraient un éclaircissement sur les courbes de Gammas et le LOG, voir notre article sur le sujet.

Le présent test va explorer les performances techniques du C100 Mk II, face à un reflex  Canon 50D en mode vidéo et à une Blackmagic Pocket Cinema Camera.
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation