Nous poursuivons aujourd’hui notre série consacrée au portrait en extérieur. Après
avoir vu il y a deux semaines comment gérer les contraintes en termes de météo, de lieu et d’horaire, nous nous penchons maintenant sur les outils à notre disposition pour retravailler et sculpter la lumière naturelle. En effet, s’il est impossible de commander au soleil, certaines techniques permettent à un photographe expérimenté de tirer parti de (presque) toutes les situations.

Choisir un réflecteur

Le premier outil, le plus évident et le plus connu, est bien sûr le réflecteur. Il s’agit d’une surface réfléchissante permettant de renvoyer une partie de la lumière dans une direction donnée. Sous cette définition vague se cachent de nombreux objets permettant d'obtenir des rendus différents.

Cela peut paraître évident, mais les réflecteurs ne font que refléter une lumière existante. Ils peuvent parfois en modifier la nature, notamment la température de couleur ou la dureté, mais ils restent des "sources secondaires" nécessitant une source principale. Leur effet sera donc différent dans le cas d’un ciel couvert ou dégagé, d’une lumière rasante ou proche de l’axe optique, le matin ou en pleine journée.

Les réflecteurs que l’on trouve dans le commerce sont constitués d’une armature sur laquelle une surface réfléchissante est tendue. Les formes varient, du disque pliable à armature en plastique souple au rectangle à armature en aluminium démontable, en passant par le triangle avec poignée intégrée.

portrait en extérieur
Différents réflecteurs à armature souple.

portrait en extérieur

Réflecteur à armature rigide.
portrait en extérieur
Réflecteur triangulaire à poignée, de Lastolite.

Formes et tailles

La forme du réflecteur va avoir une influence assez faible sur la lumière produite : tout au plus risque-t-on d’en remarquer le reflet dans l’œil du modèle. Ces différentes formes sont plutôt liées à des contraintes de maniabilité, chaque constructeur proposant sa solution pour allier légèreté, rigidité et transportabilité.

La taille aura par contre une forte influence. En effet, plus un réflecteur sera grand, plus la quantité de lumière réfléchie sera importante (pour un même revêtement). Nous allons ainsi privilégier un petit réflecteur léger et facile à manipuler lors d’un portrait rapproché, et opter pour une énorme voile de bateau pour déboucher des groupes de personnages. Dans ce dernier cas, il faudra se méfier du vent qui aura tôt fait de faire tomber votre matériel, voire de le traîner au sol sur plusieurs centaines de mètres au gré d’une bourrasque...

Types de revêtements

Vous aurez vite constaté que les réflecteurs existent dans plusieurs revêtements. Nous pouvons classer ces derniers en 3 familles, qui possèdent de nombreuses variantes, gradations, voire combinaisons plus ou moins heureuses : les blancs, les argentés et les dorés.

portrait en extérieur
Portrait sans réflecteur.

Les revêtements blancs produisent la réflexion la plus douce et diffuse, mais au détriment de la quantité. Ils vous donneront les rendus les plus naturels et ne modifient pas la température de
couleur. Leur zone de réflexion, très diffuse, est la plus large pour une taille donnée. À noter : il
existe des réflecteurs blancs semi-translucides qui renvoient une proportion de lumière encore plus
faible, mais nous y reviendrons dans la deuxième partie de cet article.

portrait en extérieur
Portrait avec un réflecteur blanc.

Les revêtements argentés produisent une lumière plus dure et directive, et renvoient une plus grande quantité de lumière que les blancs. Il existe des variantes plus ou moins lisses, une surface dépolie adoucissant notablement la lumière réfléchie. La zone de réflexion sera en général plus étroite qu’avec un réflecteur blanc, cette différence étant bien sûr atténuée par une surface dépolie. La température de couleur de la lumière réfléchie a tendance à être légèrement plus froide que la lumière incidente, ce qui peut être un atout lorsque l’on cherche à déboucher un contre-jour, mais nous y reviendrons.

portrait en extérieur
Portrait avec un réflecteur argenté.

Enfin, les revêtements dorés partagent la plupart de leurs caractéristiques avec les réflecteurs argentés, si ce n’est que la température de couleur de la lumière réfléchie deviendra clairement plus chaude. Les gradations les plus saturées peuvent carrément basculer la balance des blancs sur un réglage de type "tungstène" (3 200 K), ce qui les rend difficile à utiliser.

Personnellement, je ne m’en sers que dans un seul cas : lors d’un portrait en intérieur, lorsque je mélange de la lumière continue de type tungstène et que je dois déboucher une zone avec une fenêtre d’où filtre une lumière naturelle (balancée, elle, à 5 600 K). Ce revêtement permet d’équilibrer les deux températures de couleur en réglant son appareil sur une balance des blancs tungstène (3 200 K).

portrait en extérieur
Portrait avec réflecteur doré.

Parmi les variantes de ces 3 familles de revêtements, citons pour l’anecdote les différents "zébrés", mi-argent mi-doré ou mi-argent mi-blanc, censés proposer des effets plus ou moins tranchés. Cela peut parfois paraître un peu "gadget" et je ne peux que vous inviter à les tester vous-même pour trouver ceux qui vous semble les plus utiles compte tenu de votre pratique.

On trouve également aujourd’hui des réflecteurs "tout-en-un" avec différents systèmes de revêtement interchangeables. Ce genre de produit est idéal pour commencer à s’équiper sans se ruiner et tester ainsi les différents rendus.

Les autres solutions

Le réflecteur n’est pas l’accessoire photo le plus onéreux, toutefois il est également possible d’utiliser des ustensiles variés à la place de ceux que l’on trouve dans le commerce, avec des effets parfois inédits.

Le moins cher et le plus simple est la grande feuille de carton plume blanc, que l'on peut trouver dans tous les magasins de loisirs créatifs à un prix très abordable. Son intérêt est que l’on peut facilement coller dessus d’autres types de revêtement, comme une couverture de survie ou du papier aluminium, voire le repeindre en argent ou en doré.

Pour de plus grandes surfaces, on remplacera le carton plume par des plaques de polystyrène expansé (cette technique est d’ailleurs très utilisée en studio photo et l’on va en général peindre l’une des faces en noir pour pouvoir l’utiliser comme coupe-flux). J’ai également déjà vu un photographe se bricoler un réflecteur de 100 x 200 cm en tendant une couverture de survie sur un cadre constitué de tuyaux de plomberie de PVC (malheureusement, son montage n’a pas survécu à une bourrasque malveillante).

Si ces bricolages sont des solutions alternatives peu coûteuses au matériel photographique, certains permettent d’obtenir des rendus très différents. C’est par exemple le cas des différents morceaux de miroir ou de verre, boules à facettes, tissus à sequin… la liste est longue et ne souffre de limite que votre propre curiosité et imagination.

portrait en extérieur
En utilisant un miroir de 20 x 30 cm, on obtient un débouchage très dur qui peut rappeler un contre de studio !

portrait en extérieur

portrait en extérieur
Un morceau de verre épais utilisé comme réflecteur peut aussi faire apparaître un arc-en-ciel en diffractant la lumière dans ce portrait en extérieur.

Bien utiliser le réflecteur

Maintenant que vous avez choisi votre réflecteur, voyons comme le placer et l’utiliser.

De nombreux photographes débutants dirigent la surface réfléchissante vers le modèle, or c’est oublier que le réflecteur ne produit aucune lumière : il ne fait que refléter une source. Ainsi, pour bien positionner un réflecteur, il faut visualiser l’angle antre la source principale (disons le soleil) et le sujet à éclairer, puis orienter le réflecteur au milieu de cet angle :

portrait en extérieur

portrait en extérieur
Nous voyons sur ces deux schémas que pour réfléchir la lumière, il ne faut pas orienter le réflecteur vers le modèle.

Pour faire tenir votre réflecteur, 4 choix s’offrent à vous : le tenir vous-même à bout de bras d’une main et l’appareil de l’autre (à moins que vous n’ayez posé le boîtier sur un trépied), le faire tenir par votre modèle (possible uniquement si vous réalisez un portrait serré), le faire tenir par une tierce personne (assistant, maquilleur, coiffeur, styliste) ou utiliser un pied d’éclairage.

Évidemment, les deux premières solutions foisonnent d’inconvénients tellement évidents que je ne vais pas les énumérer ici. Toutefois, vous constaterez que c’est lorsque l’on doit faire tenir son réflecteur sur un pied dans la position que l’on aura déterminée que l’on prend conscience de l’utilité d’une poignée ou
d’une structure rigide...

Lorsque l’on veut déboucher une ombre ou adoucir une lumière, il s’agit très souvent de conserver du naturel dans l’image, mais en retrouvant un peu de détails dans les zones les moins éclairées. J’utilise pour ma part plutôt des réflecteurs d’un diamètre de 60 cm ou plus, avec des surfaces blanches si je peux me rapprocher (plan serré), ou des surfaces argentées si je dois m’éloigner du sujet.

Mais un réflecteur peut aussi servir à déboucher un contre-jour. Le but sera de laisser le soleil devenir une lumière de contre, et de fortement ré-éclairer grâce au réflecteur. Il faut donc utiliser un réflecteur puissant : grand et au revêtement argenté. Attention à la position de ce dernier : si pour déboucher une ombre, nous allons le plus souvent incliner le réflecteur vers le haut, ici il faudra au contraire le placer en hauteur et l’incliner vers le bas afin de conserver une direction naturelle de la lumière (c’est-à-dire avoir des ombres sur le bas du visage). De plus, nous avons vu qu’un réflecteur argent pouvait refroidir la lumière réfléchie. En adaptant sa balance des blancs, on peut obtenir un découpage de la silhouette un peu plus chaud que l’éclairage de la face, ce qui produit une ambiance intéressante.

portrait en extérieur
On voit ici comment utiliser un grand réflecteur argent au lever du soleil pour déboucher un contre-jour.

portrait en extérieur

On peut enfin utiliser un ou plusieurs réflecteurs pour créer des sources supplémentaires et par exemple simuler un "contre". Ici, un petit réflecteur argent peu dépoli (pour avoir une lumière très dirigée) ou un miroir seront parfaits.

portrait en extérieur

portrait en extérieur

Utiliser un diffuseur

Nous avions mentionné plus haut que certains réflecteurs sont translucides et laissent donc passer une partie de la lumière. Ceux-ci ne servent pas uniquement à ne renvoyer qu’une très faible proportion de la lumière incidente : on peut aussi les utiliser comme diffuseurs.

Ici, il s’agit d’intercaler notre outil entre la lumière principale (le soleil) et le sujet. La lumière deviendra
beaucoup plus diffuse, les ombres et les volumes seront moins marqués. Cela peut notamment être très utile lorsque l’on shoote au moment du zénith, avec une lumière très dure en douche.

Le principal problème, lorsque l’on utilise ces diffuseurs en extérieur, est que le soleil étant très éloigné du sujet et éclairant une très grande surface, la zone de diffusion produite est limitée. À moins d’utiliser d’énormes cadres de diffusion avec des toiles de plusieurs mètres de côté, on ne pourra souvent ne l’utiliser que dans le cadre d’un portrait serré.

portrait en extérieur

portrait en extérieur
Le diffuseur permet d'adoucir la lumière. Cela se voit notamment sur les ombres portées au niveau du cou, du nez et des pommettes.

Comme pour les réflecteurs, il existe des dizaines de matériaux différents pour diffuser la lumière : du calque, du spun (fibre non tissée), des grillages (qui ont la bonne idée de ne pas se transformer en deltaplanes au premier coup de vent)... On retrouve la plupart de ces surfaces en rouleaux de différentes largeurs pour les monter à la demande sur des cadres de diffusion.

Réflecteurs et diffuseurs peuvent être combinés, pour ainsi retravailler profondément la lumière ambiante. Ainsi, vous allez pouvoir optimiser votre journée de prise de vue et mettre à profit ces outils pour améliorer vos images.

Notre dossier
> Le portrait en extérieur 1 : gérer la lumière naturelle et le lieu
> Le portrait en extérieur 2 : travailler sa lumière
> Le portrait en extérieur 3 : utiliser des flashs
> Le portrait en extérieur 4 : diriger un modèle dans un environnement
> Le portrait en extérieur 5 : organiser sa séance en équipe

> Tous nos tutoriels "En pratique"

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation