Test Sigma dp3 Quattro review conclusion

Difficile de ne pas reprendre les conclusions s'appliquant aux précédents dp1 et dp2 Quattro tant les boîtiers sont similaires. Le Sigma dp3 Quattro est toujours un boîtier photo hors norme qui se singularise par son format et sa qualité d'image. Le piqué est exceptionnel et ce, jusqu'à 400 ISO.
Néanmoins le rendu des couleurs est parfois problématique. Ainsi, les nuances de vert apparaissent parfois bien ternes ou au contraire très saturées. Concernant la définition des images, il est difficile de rejoindre le discours de Sigma sur un capteur "équivalent" à un 39 Mpx. En effet, vous ne gagnerez en précision en passant en mode Super High qu'en extrapolant les images sous Photoshop. Pour nous, le dp3 Quattro est équivalent à un capteur 19 Mpx.

Dans des conditions idéales, les images délivrées par le boîtier sont vraiment extraordinaires et le dp3 Quattro, avec sa focale équivalente à 75 mm, est un vrai bonheur pour le photographe de portrait à la recherche de précision (ce qui n'est pas toujours le cas...). Le mode macro permet de descendre la mise au point à quelques centimètres du sujet pour un rapport de reproduction de 1:3.

C'est par ailleurs un compact expert séduisant. Il arbore une ligne audacieuse et sa prise en main se révèle au final assez agréable. Nous avons apprécié ce retour aux "basiques" de la photographie avec les modes PSAM, les deux molettes de réglages et les différents formats d'images (1:1 / 3:2 / 21:9...)

On pourra toujours s'interroger sur le choix des différentes focales pour la gamme dp : 28, 45 et 75 mm. Un tel choix est toujours arbitraire, mais une focale plus large (24 mm par exemple) et un équivalent 35 mm aurait été appréciés.

Pour le reste, le boîtier reste malheureusement trop en retrait par rapport à la concurrence. Ainsi, la gestion du bruit électronique montre trop rapidement ses limites. Au-delà de 800 ISO, les JPEG sont difficilement exploitables et on hésitera à dépasser 3 200 ISO, même en RAW. Le boîtier est globalement est assez lent et n'offre que le minimum syndical au niveau des fonctionnalités (pas d'écran orientable et tactile, pas de viseur intégré, pas de vidéo...). La liste des absents, malheureusement trop longue (cf. "moins" ci-dessous), cantonne le dp3 Quattro à un spectre d'utilisation assez restreint.

Si vous recherchez la meilleure image et que vous pouvez contrôler un minimum l'éclairage, le Sigma dp3 Quattro est plus que recommandable. Dans les cas inverses, il faut bien peser le bénéfice de la qualité d'image vis-à-vis des autres contraintes.

Points forts

Points faibles

Excellent piqué à 100 ISO

Très mauvaise gestion du bruit électronique au-delà de 400 ISO

Boîtier hors norme

Pas de stabilisation optique ou mécanique

Qualité de fabrication et design singulier

Pas de pose longue au-delà de 30 secondes

Interface dépouillée, personnalisable et efficace

Faible autonomie de la batterie (2 batteries livrées en standard)

Déclenchement très silencieux

Pas de vidéo

 

Autofocus très lent en basse lumière

 

Boîtier manquant globalement de réactivité

 

Dynamique limitée

 

Format RAW propriétaire et ouvert uniquement par Sigma Photo Pro

 

Pas de connexions actuelles (ni Wi-Fi ni NFC ni Bluetooth)

 

Pas de recharge par micro-USB

 

Pas de finition à l'épreuve des intempéries

 

Viseur optique en option


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation