Le portrait en extérieur est pour beaucoup de photographes l’occasion de réaliser de magnifiques
images sans les contraintes financières d’un studio ou du matériel d’éclairage. L’exercice, toutefois, est loin d'être exempt de difficultés : lumière changeante, contraintes météorologiques, difficultés à trouver des lieux de prise de vue, etc. Dans cette série d’articles, je vous propose d’explorer par l’exemple tous les "petits trucs" que j’emploie pour réaliser mes photos.

Nous verrons dans ce premier volet comment gérer la lumière naturelle et ses aléas ; viendront ensuite comment choisir et utiliser son matériel pour travailler la lumière, comment utiliser des flashs en extérieur, comment diriger son modèle et l’intégrer dans son environnement ; enfin, nous terminerons par quelques conseils sur la manière de trouver un modèle et organiser sa séance de portraits en extérieur.

La lumière naturelle en photographie

En photographie, la lumière naturelle est définie par opposition à la lumière artificielle. Dans la grande majorité des cas, il s’agira de la lumière du soleil, mais nous verrons qu'elle peut être influencée par de nombreux paramètres et prendre des formes très différentes.

Dans ce premier article, nous allons donc voir comment choisir le lieu et l’heure de la prise de vue en fonction du type d’image que l’on veut réaliser, et quelles techniques permettent de limiter la part d’aléatoire dans la réalisation de nos clichés.

La puissance du soleil varie en fonction de l'heure de la journée

L'une des caractéristiques de la lumière naturelle est qu'elle est à la fois changeante et difficilement prévisible.

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec le temps de pose
Un modèle expérimenté pourra rester parfaitement immobile durant quelques secondes, vous permettant de jouer avec la vitesse d'obturation.

Le soleil est une source très puissante, mais dont l’intensité va évidemment varier au cours de la journée. Elle sera à son minimum à l’aube, augmentera jusqu’aux alentours de midi (lorsque le soleil est à son zénith) puis diminuera de nouveau progressivement jusqu’au coucher.

Il faut donc le prendre en compte au moment de choisir la sensibilité ISO de son boîtier. En effet, je conseille d’utiliser cette variable d’ajustement : elle modifie moins le rendu global de l’image que l’ouverture du diaphragme (qui va influer sur la profondeur de champ) ou la vitesse d’obturation (qui peut occasionner des flous de bougé). Évidemment, la montée en ISO s’accompagnera d’une augmentation du bruit, mais dans la plupart des cas la luminosité sera suffisante pour ne pas dépasser les 800 ISO, valeur aujourd’hui plutôt bien gérée par les appareils modernes.

Attention à la température de couleur

La température de couleur va également évoluer au cours de la journée : entre 4 000 degrés Kelvin (K) et 6 000 K pour un ciel dégagé. Plus chaude au moment du lever et du coucher du soleil, la lumière refroidit progressivement jusqu’au zénith, avant de se réchauffer de nouveau.

Il faut donc régler sa balance des blancs en fonction. Ayez toutefois conscience que psychologiquement, on s’attend à ce qu’un coucher ou un lever de soleil soit "chaleureux". On a donc toujours tendance à "sous-corriger" la balance des blancs pour conserver cette ambiance.

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle, la température de couleur
Sous-corriger la température de couleur d'un coucher de soleil permet de conserver une ambiance chaleureuse.
Ici, 6 000 K, 5 000 K et 4 000 K.


Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle, la température de couleurTutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle, la température de couleur

L'orientation de la lumière en fonction de l'heure de la journée

L’heure influe également sur la nature même de la lumière, puisque, vous vous en doutez, le soleil se déplace au cours de la journée. Rasante à son lever et son coucher, la lumière devient presque verticale, très dure et très contrastée au moment du zénith.

La lumière de midi est beaucoup plus difficile à travailler : sa direction écrase les volumes, sa dureté produit des zones de surexposition ou de sous-exposition, et ce, même avec les capteurs modernes.

À l’inverse, les lumières rasantes font ressortir les textures et les volumes, et offrent souvent une gradation de couleur très esthétique. Je privilégie donc ces heures lors de mes prises de vue.

Je suis néanmoins parfois obligé de shooter au soleil de midi, voire toute la journée. Dans ce cas, je m'arrange pour trouver une zone ombragée, ou encore mieux, une zone où la lumière va filtrer à travers des branches, une construction ou du verre. Ce sera l’occasion de jouer avec cette lumière, ou même de créer des effets puissants sans aucune post-production.

Vérifier la météo

Ces premières considérations s'appliquent à la lumière par temps dégagé et ensoleillé. Mais la météo va parfois nous gratifier d’un gros passage nuageux, voire d’un ciel totalement couvert.

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle
Ici, la lumière filtrant à travers la barrière donne un effet intéressant sur le visage du modèle.

Connaître la météo, à défaut de la programmer, permet d’anticiper le rendu qu’auront les images et, parfois, d’organiser sa séance de manière plus efficace. Si de nombreuses applications de smartphone permettent aujourd’hui d’avoir une bonne idée de l’évolution de la couverture nuageuse, du sens du vent ou de l’humidité, les informations les plus fiables que je connaisse viennent d’un site internet dédié à l’agriculture : www.pleinchamp.com. Malheureusement, le service météo nécessite un abonnement payant, mais de nombreuses sociétés de production audiovisuelle y ont recours pour assurer leurs plannings de tournage.

Évidemment, un ciel couvert ou nuageux n’est pas synonyme de mauvaise photo ! Il faut juste remarquer qu’un ciel couvert va produire une lumière beaucoup plus douce et ainsi aplatir les volumes du sujet que l’on photographie. En effet, les nuages diffusent les rayons du soleil, un peu comme une toile diffusante adoucit la lumière sortant d’une boîte à lumière. Cela peut être très utile lorsque l’on effectue ses prises de vue en pleine journée, par exemple.

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle
La différence entre ces deux images prises avec les mêmes réglages ?
Un nuage qui a masqué le soleil lors de la première.

À noter également : les zones d’ombres sont toujours des zones plus "froides" que les zones ensoleillées. C’est donc également le cas lorsque le ciel est couvert. Il faudra parfois monter la balance des blancs à 7 000 K ou plus pour corriger la température de couleur.

Dernière remarque : la lumière d’un ciel couvert ou ombragé va avoir tendance à produire des images aux couleurs moins saturées que celle d’un ciel dégagé.

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle
Un temps nuageux donne une lumière très douce, proche de ce que l'on peut obtenir avec une boîte à lumière.
La baisse de la saturation est contrebalancée par les lèvres rouges.

Choisir le bon lieu

Maintenant que nous savons un peu plus sur la lumière, nous pouvons nous pencher sur l’autre élément fondamental lors d’un portrait extérieur : le lieu.

En effet, lorsque l’on prépare une séance de portrait en extérieur, il est important d’effectuer un ou plusieurs repérages. Il ne s’agit pas seulement de repérer des décors ou des arrière-plans, mais également de voir comment la lumière va évoluer au fil de la journée. Certains axes seront exploitables le matin, d’autre seront mieux mis en valeur le soir. Enfin, on pourra en profiter pour repérer des zones où photographier lorsque le soleil sera à son zénith.

Cela implique d’emporter toujours avec soi un accessoire qui peut paraître dérisoire, mais qui va vite se révéler indispensable : une boussole. J’en ai personnellement une sur moi en permanence, et lorsque je me promène et repère des endroits, je note directement l’orientation des espaces qui me sautent aux yeux. Je prends également des photos avec mon smartphone, et de nombreuses applications permettent de géolocaliser les images afin d’établir une carte des endroits intéressants.

Tutoriel Le Portrait en extérieur 1, jouer avec la lumière naturelle
Ces images ont été prises au même endroit, au même moment.
Mais en choisissant son axe par rapport à la lumière, on obtient des rendus très différents.

Si j’ai parlé de faire plusieurs repérages, c’est aussi parce qu’un même lieu peut être totalement transformé par les conditions climatiques !

Enfin, pour terminer cet article, j’aimerais m’arrêter sur un type de décor un peu particulier, mais que j’affectionne énormément : c’est celui des environnements urbains ultramodernes, comme on peut en observer à la Défense. Ce n’est pas tant pour l’ambiance futuriste qui s’en dégage que j’aime y emmener mes modèles, mais pour les incroyables jeux de lumières que permettent les façades de verre. Elles démultiplient les rayons lumineux, voire les teintent légèrement parfois, donnant à vos portraits en extérieur le rendu d’une vraie mise en scène de studio !

Notre dossier
> Le portrait en extérieur 1 : gérer la lumière naturelle et le lieu
> Le portrait en extérieur 2 : travailler sa lumière
> Le portrait en extérieur 3 : utiliser des flashs
> Le portrait en extérieur 4 : diriger un modèle dans un environnement
> Le portrait en extérieur 5 : organiser sa séance en équipe

> Tous nos tutoriels "En pratique"

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation