Pour nos tests de la gestion du bruit électronique, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Le Nikon D5500 est positionné en mode M et l'ouverture, fixée à f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Le temps d'obturation est fixé afin d'obtenir un signal à 50 % (mesure à l'oscilloscope sur les JPEG) sur une zone de gris neutre à 18 %.

Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 % requiert le couple f/5,6 - 1/8 s pour une sensibilité de 200 ISO. Ici, le temps de pose est de  1/4 s à 100 ISO. Avec le D5500, le temps de pose nécessaire est de 1/6 s.

Pour ce test, nous avons utilisé l'objectif de kit 18-55 mm f/3,5-5,6G VR II positionné à 35 mm et ouvert à f/5,6. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Le traitement du bruit électronique (pour les JPEG) est positionné par défaut (standard).
Les images sont visibles à 100 % et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (NEF).

Le D5500 est doté d'un capteur APS-C de 24 Mpx, qui équipe déjà de nombreux reflex de la gamme Nikon comme le précédent D5300 ou le D7100. Il intègre la dernière génération de processeurs de traitement des données Expeed 4, mais officiait déjà dans le D5300. Entre les deux modèles, la gestion du bruit électronique devrait donc être assez proche.

comparaison tailles capteurs
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

La plage de sensibilité s'étend, en mode étendu, de 100 à 25 600 ISO. Sur le capteur, les 16 millions de photodiodes font environ 3,9 µm de côté.

Les JPEG

Aucun problème sur la plage 100-800 ISO. Comme pratiquement tous les boîtiers APS-C actuels, les images délivrées par le D5500 sont superbes avec une belle dynamique, un bon contraste et une absence de bruit électronique même en visualisation 100 % sur un écran HDTV 1080. Vous pourrez facilement monter jusqu'à 3 200 ISO sans la moindre inquiétude : la présence de bruit chromatique est parfaitement maîtrisée et le moutonnement caractéristique du bruit de luminance reste très doux, avec une granulation fine.

6 400 ISO est la sensibilité qu'il ne faudra pas dépasser si vous souhaitez préserver une bonne qualité d'image. Au-delà, le traitement du bruit lisse assez brutalement les images et la granulation devient vraiment plus grossière.

Nikon D5500 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Nikon D5500 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Nikon D5500 à quelques boîtiers concurrents : le D5300 chez Nikon, le Canon 700D ou le Sony Alpha 58. Certes, ces boîtiers sont vieillissants, mais la relève (Pentax K-S2, Canon 760D...) n'est pas encore disponible.

Nous comparons également les boîtiers à "tirage équivalent". Pour cela, nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont examinées à 6 400 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.


Face à ces deux concurrents, le Nikon D5500 sort vainqueur à cette sensibilité critique. Si le lissage des détails est visible pour tous les boîtiers, le rendu des valeurs sombres est bien meilleur chez Nikon : il présente une granulation beaucoup plus fine que le 700D de Canon et beaucoup moins de marbrures violettes que le Sony Alpha 58.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation