Test labo

Nous avons testé le nouveau mode 40 Mpx du nouvel Olympus OM-D EM-5 Mark II. En effet, malgré son capteur de 16 Mpx, l'appareil est capable de produire des photos en JPEG de près de 40 Mpx (7296 x 5472 px). Le boîtier tire parti du système de stabilisation 5 axes embarqué sur le capteur, et donc de ses possibilités de déplacement, pour proposer une fonction "multi-shots".

La chose n'est pas si farfelue que ça. On trouve le même stratagème chez Hasselblad, dont plusieurs boîtiers moyen format (H5D-200c MS et H4D-200 MS) sont capables de produire des images de 200 Mpx à partir de capteurs de 50 Mpx. Là encore, en déplaçant le capteur entre plusieurs expositions d'une même scène, recombinées en bout de course en une même photo.

techno olympus multi shot

L'appareil réalise une série de 8 photos, chacune prise à une position différente du capteur. Ces 8 images sont ensuite recombinées par le processeur pour générer un seul fichier en 7296 x 5472 px. Bien entendu, ce mode nécessite deux choses : le sujet doit être parfaitement immobile (nature morte uniquement) et l'appareil, totalement stable (trépied obligatoire, l'appareil refusant tout simplement de déclencher s'il est en mouvement). Il est possible de paramétrer un délai de latence au moment du déclenchement pour dissiper les vibrations engendrées par l'action du déclencheur. La manipulation totale prend entre 3 et 4 secondes : il ne faut pas être pressé !

Étrangement, avec ce mode de prise de vue qui est bien caché dans les différentes options d'acquisition du boîtier, il est impossible de dépasser les f/8, probablement à cause de la diffraction. Difficile de savoir quelle est la cuisine interne du boîtier pour la combinaison des 8 fichiers (128 millions de pixels à traiter).

La notion de piqué est assez délicate. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil et la taille de son capteur. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'Olympus OM-D E-M5 Mark II dispose d'une définition de 4640 x 3472 px. Chaque pixel mesure donc 3,7 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 ! Donc techniquement, aucun problème de diffraction.




> Téléchargez les fichiers originaux

olympus om-D E-M5 Mark 2 mode 40 millions de pixels

Les résultats obtenus sont assez bons. Le piqué est globalement assez élevé et la configuration donne le meilleur d'elle même à f/2,8 et f/4. Cependant, on note un manque d'homogénéité entre le centre et les bords de l'image. Pour comparer visuellement des choses comparables, nous avons décidé de confronter l'EM-5 Mark II au dernier Sigma DP1 Quattro en mode 39 Mpx, au Nikon D810 (36 Mpx) et à un dos moyen format Phase One IQ250.

On remarque que le mode multishot de l'OM-D EM-5 Mark II est finalement au niveau de ce que l'on peut obtenir avec un Nikon D810, mais en dessous de ce que peut proposer un dos moyen format ou le dernier Sigma DP1 Quattro. N'oublions pas que ces trois appareils de comparaison ne fonctionnent pas en multishot et qu'ils sont donc beaucoup plus polyvalents.

Olympus OM-D E-M5 Mark 2
Extrait à 100 % d'un JPEG de l'Olympus OM-D E-M5 Mark II (sortie d'appareil multishot).

Sigma DP1 Quattro
Extrait à 100 % d'un JPEG du Sigma DP1 Quattro (sortie d'appareil 39 Mpx).

Nikon D810
Extrait à 100 % d'un JPEG du Nikon D810 (sortie d'appareil).

Phase One IQ 250
Extrait à 100 % d'un JPEG du Phase One IQ250.

Au final , on peut conclure que la fonction multishot que propose l'OM-D E-M5 avec ses JPEG de 40 Mpx est plutôt intéressante. La qualité d'image produite est clairement au rendez-vous, même si elle n'est pas parfaite (manque d'homogénéité) et encore loin de ce que l'on peut obtenir avec un dos moyen format à définition plus ou moins équivalente. En revanche, on peut objectivement la mettre au même niveau que ce que peut produire un Nikon D810, c'est-à-dire un reflex professionnel avec un capteur 24 x 36 mm de 36 Mpx. Un très bon point pour l'E-M5 Mk II, donc !

Attention cependant aux contraintes liées à ce mode d'utilisation : trépied, sujet fixe, sans dépasser f/8 et avec une prise de vue en plusieurs secondes. Ceci le restreint donc à des situations de prises de vues bien particulières, voire assez rares.

Le cas du RAW

En mode RAW + JPEG et multishot, vous obtenez 3 fichiers différents :
  • - un fichier JPEG de 40 Mpx,
  • - un fichier RAW ORI,
  • - un fichier RAW "multishot" ORF de 64 Mo.

Pour l'instant, le fichier ORF multishot n'est pas pris en compte par les logiciels de développement, pas plus, étonnamment, que le fichier RAW "classique" qui pourtant porte une extension originale : ORI.

Nous avons toutefois réussi à ouvrir un fichier RAW de 100 Mo avec un logiciel spécialisé afin de reconstituer la matrice et voir un peu les entrailles de l'image. Naturellement, il s'agit d'un développement expérimental sans courbe de rendu ou gestion des couleurs. Le fichier fait bien 9280 x 6938 px, soit 64 Mpx. En outre, Olympus précise clairement que tous ces pixels ne seront pas exploités et que même avec le plug-in Photoshop, la définition de l'image finale sera de 40 Mpx, les données supplémentaires servant à la réduction du bruit électronique, au piqué, au rendu des couleurs...

Toutefois, si vous souhaitez "voir" une image de 64 Mpx produite par un E-M5 II vous pouvez télécharger :
- le fichier brut ORF,
- le fichier brut développé de manière expérimentale et enregistré en JPEG (9280 x 6938 px),
- le fichier JPEG de 40 Mpx généré par l'E-M5 II.
 
Olympus E-M5 2 image en 64 Mpx exemple
Collector : une image en 9280 x 6938 px provenant d'un E-M5 II (RAW multishot dématricé en mode sauvage).

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation