Propice à la créativité et à la flânerie photographique, la photographie de nuit permet de faire facilement des photos originales, à condition d’avoir quelques bases techniques. En hiver, il est plus facile de la pratiquer, car la nuit tombe rapidement. Voici comment réussir votre première sortie "photo de nuit".

Préparer son matériel photo

La première chose à faire pour réussir ses photographies nocturnes est d’investir dans un bon trépied. Il doit être en adéquation avec le poids de votre appareil photo. Vous pouvez bien évidemment vous en dispenser à l'occasion en posant votre appareil à même le sol, sur un muret ou sur un banc.

Il est tout à fait possible de réaliser de bonnes photographies sans trépied, nous le verrons, mais le trépied apporte plus de confort. Les trépieds de table ou de petite taille doivent être utilisés à leur déploiement minimum pour assurer une bonne stabilité.

Tutoriel, La Photographie de nuit, matériel compact, COI et trépied
Avec un compact et un trépied de voyage, l’encombrement est minimum pour une balade photographique nocturne.

Le deuxième accessoire recommandé pour ce type de sortie photo est une seconde batterie. En effet, le froid de l’hiver fait diminuer plus rapidement le niveau de charge de la batterie. Pensez à la glisser dans votre poche, bien au chaud, prête à être changée.

Reste à savoir quel type d’appareil photo emporter. Un reflex numérique ou un hybride offrent de multiples possibilités de réglages et mon premier choix se portait naturellement sur eux. Cependant, les compacts experts étant de plus en plus perfectionnés, ils sont devenus intéressants, car leur encombrement minime permet d’utiliser un trépied de faible poids ce qui, pour une promenade photographique, apporte un confort non négligeable. De plus, leurs optiques souvent lumineuses en font des compagnons idéaux.

Le troisième accessoire indispensable, que ce soit pour votre reflex, votre hybride ou votre COI, est en effet tout naturellement l’objectif. Suivant le type de photographie que vous voulez réaliser, vous choisirez un objectif lumineux avec une grande ouverture ; si vous n’en possédez pas, pas de panique, le zoom acheté avec votre appareil pourra convenir si vous suivez mes conseils !

Paysage urbain

Pour cet exercice, pas besoin d’un objectif lumineux : le zoom de votre kit suffira amplement. Pour commencer, si vous êtes débutant, vous allez sélectionner le mode "Priorité ouverture" (A) et régler votre diaphragme sur f/8. Cela vous permettra d’avoir une zone de netteté suffisamment étendue. Suivant le sujet, vous pouvez aussi commencer à f/16 : à vous de régler en fonction de la profondeur de champ désirée.

Pour les plus aguerris, utilisez le mode manuel, choisissez votre diaphragme puis votre vitesse.
Pour éclaircir ou assombrir votre photo, augmentez le temps de pose ou raccourcissez-le. À noter : l’influence du diaphragme sur un compact ou un bridge ne va pas être aussi flagrante que sur un reflex.
En effet, plus le capteur est petit, plus la profondeur de champ va être étendue. Le réglage de la vitesse, quant à lui, sera identique d’un modèle à l’autre.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec le mode manuel, vous pouvez utiliser conjointement la priorité ouverture et le correcteur d’exposition. D’un simple geste vers le plus, vous éclaircirez votre photo ; vers le moins, vous l’assombrirez.

Si vous possédez un compact expert, vous pouvez commencer avec une ouverture de f/5,6 : la profondeur de champ sera à peu de choses près la même qu'à f/8, mais vous gagnerez un temps de pose plus court.

Utilisez la position grand-angle de votre zoom pour photographier un paysage urbain. Pour mettre toutes les chances de votre côté, pensez à enregistrer vos photos en RAW. Ce format vous facilitera la tâche pour corriger la balance des blancs de lieux éclairés par plusieurs sources lumineuses, et vous permettra également de peaufiner plus facilement l’exposition de votre image en post-production.

En photo de nuit on a souvent tendance à penser qu’il faut augmenter la sensibilité. C'est vrai si on n’utilise pas de trépied. Avec un trépied et pour gagner en netteté, sélectionnez la sensibilité la plus basse de votre appareil photo : entre 100 et 200 ISO.

Ensuite il ne vous reste plus qu’à déclencher ! Mais il est préférable de ne pas déclencher l’appareil photo en appuyant sur le déclencheur, comme vous le feriez pour une photographie en plein jour. La moindre vibration produisant une photo floue, le déclencheur à distance ou le retardateur sont indispensables.

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy
Nantes de nuit, Priorité Ouverture, f/5,6, 6 secondes, 200 ISO. © Jérôme Geoffroy

Pour la photographie ci-dessus, j’ai utilisé un compact expert avec l’équivalent d’une focale de 24 mm, sensibilité à 200 ISO, sur trépied, avec un temps de pause de 6 secondes.

J’ai recadré en panoramique pour donner plus de dynamisme à mon image. J’ai ensuite ajusté mon exposition avec le logiciel Lightroom en réglant les hautes lumières et en éclaircissant les ombres. Pour plus de caractère, j’ai augmenté la vibrance.

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy
© Jérôme Geoffroy

Pour la photographie ci-dessus, j’ai utilisé un reflex numérique entrée de gamme avec un zoom 18-70 mm ; la sensibilité a été ajustée à son minimum, 100 ISO, et la vitesse d’obturation a été choisie automatiquement par le reflex : 30 secondes.

La photographie de nuit sans pied... c’est le pied !

Ce qui me plaît le plus dans la photographie de nuit, c’est de me déplacer sans contrainte et donc de ne pas utiliser un trépied ; je suis ainsi plus créatif. La technologie actuelle des capteurs numériques nous permet de capturer des images autrefois impossibles à réaliser. Photographier comme en plein jour en utilisant des sensibilités jusqu'à 100 000 ISO n’est plus de la science-fiction. Les appareils photo sont désormais souvent capables d’afficher des sensibilités de 6 400, 12 000, voire 25 000 ISO.

C’est une autre façon d’envisager la photo de nuit. Les hautes sensibilités permettent de photographier la nuit sans contrainte et si votre appareil ne se débrouille pas correctement en haute sensibilité, photographiez avec un objectif lumineux. Vous baissez ainsi la sensibilité en gagnant en vitesse et vous pouvez faire des photographies créatives en utilisant le bokeh de l’objectif.

Réglages du boîtier

Nous avons maintenant la possibilité de jouer avec les réglages de la sensibilité comme du diaphragme et de la vitesse. Nous allons utiliser cette nouvelle force pour la photographie de nuit sans trépied, ce qui va nous offrir une liberté sans égale.

Vous allez pouvoir choisir la vitesse qui vous convient, ainsi que le diaphragme idéal pour votre prise de vue. Tout d’abord, il vous faut mettre votre appareil photo en mode manuel, puis il vous faut régler la sensibilité en mode automatique.

Tutoriel, La Photographie de nuit, réglage de la sensibilité en mode auto, capture d'écran

Choisissez sur votre appareil photo le mode "sensibilité auto". Celle-ci s’adaptera alors au diaphragme choisi, ainsi qu'à la vitesse, tout en tenant compte de la luminosité de la scène.

La sensibilité fera le rôle d’ajustement de l’exposition. Vous pouvez, si vous avez peur d’utiliser une trop haute sensibilité, faire des ajustements de réglages sur votre appareil photo.

Certains boîtiers peuvent être limités à une certaine sensibilité. Si vous connaissez bien votre appareil photo, vous pouvez donc le limiter à sa sensibilité maximale avant dégradation de la qualité, ou au contraire ne lui donner aucune limite pour justement la dépasser et tester votre appareil dans ses plus hautes sensibilités.

Tutoriel 'Photographier de nuit', tests de la haute sensibilité ISO, capture d'écran
Pourquoi ne pas utiliser votre séance photo de nuit pour tester les limites de votre appareil photo ?

Mais attention, tous les appareils photo ne sont pas logés à la même enseigne : certains peuvent ne pas avoir de mode "sensibilité auto" en mode manuel (vous l'utiliserez alors dans des modes plus classiques comme la priorité diaphragme et vitesse). D’autres peuvent ne pas proposer de régler la limite maximale de la sensibilité ; vous pouvez vous reporter à nos tests de montée ISO et de gestion du bruit électronique pour connaître la sensibilité à ne pas dépasser.

Inspirations

Vous l'avez compris : bien que j'aie insisté plus haut sur son utilité, je pratique de préférence la photographie de nuit sans pied photo. J’aime être aux aguets et photographier une forme, une couleur qui m’attire.

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy
Pour cette photographie, j’avais mon appareil photo en main, j’ai vu un bus arriver. Sans cadrer, instinctivement, j’ai déclenché… La vitesse d’obturation de 1 seconde m’a permis d’avoir cette traînée lumineuse. © Jérôme Geoffroy

J’aime me balader et faire confiance au hasard : la nuit est magique, les vitrines de magasins prennent une autre dimension, les lumières deviennent de belles taches photogéniques. Et en cherchant des fonds propices à un bel arrière-plan flou, le sujet principal peut devenir ce flou artistique.

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy
Les mannequins de vitrine font des sujets intéressants en pleine nuit. © Jérôme Geoffroy

Sur le plan technique, pour obtenir un beau bokeh, il faut se concentrer sur un sujet proche et choisir un arrière-plan lumineux éloigné. C’est une gymnastique visuelle intéressante, car inhabituelle ! Pour réussir ce type de photographie, il vous faut absolument un objectif lumineux, de type 50 mm ou 85 mm f/1,4 ou f/1,8. Un appareil photo plein format accentuera le flou d’arrière-plan, mais avec un appareil photo APS-C et un objectif abordable comme le 50 mm f1,8, on peut déjà s’amuser.

Pour la série de photos ci-dessous, j’ai utilisé un 58 mm f/1,4 et un reflex plein format. J’ai choisi un diaphragme entre f/1,4 et f/2,8 pour avoir l’effet escompté. L’idée était ici de faire ressortir la forme ronde du diaphragme et de jouer avec un sujet qui s’y prêtait.

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy

Tutoriel, La Photographie de nuit, exemple, photo Jérôme Geoffroy
© Jérôme Geoffroy.

EN Conclusion

La photo de nuit est un domaine vaste, dont quelques facettes seulement ont été abordées ici. Vous pouvez prolonger votre lecture par nos tutoriels sur l’astrophotographie, le lightpainting ou les poses très longues... Mais vous pouvez aussi (et surtout !) sortir de chez vous et vous dire : "Pourquoi ne pas faire de la photo de nuit ce soir ?"

> La galerie Flickr de Jérôme Geoffroy

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation