Une bonne souris pour travailler longtemps, toute une journée, doit être à la fois confortable, précise, et sans chercher la constellation, quand même dotée de quelques boutons et d'une molette.

Malheureusement, Apple a raté le coche avec ses souris certes jolies, mais plates, lourdes, inconfortables sur le long terme, propices aux douleurs carpiennes et bien trop pauvres en boutons. N'en déplaise aux "Applemaniaques" les plus fervents, une bonne souris, aujourd'hui, est une souris de PC, fonctionnant au besoin sur Mac (sans y perdre ses options dans ce cas).

Qu'est-ce qui fait une bonne souris ?

Deux souris Apple et PC, de profil

La souris est en réalité un objet bien plus technique qu'il y paraît au premier abord. Capteur, contrôleur, transmetteur, canal d'échange, driver... Les constructeurs jouent sur de multiples tableaux avec à la clé des souris de précision et de qualité vraiment variables d'un modèle à l'autre. Petit décryptage de leurs fiches et des principaux points d'ergonomie pour mieux comprendre.

La fréquence d'échange, ou "vitesse de transmission" : visez une souris 500 Hz minimum

Les souris envoient leur position à l'ordinateur de 125 à 1 000 fois par seconde. En fonction de cette fréquence, rapportée en hertz (Hz), elles découpent le chemin suivi par le curseur en 125 ou 1 000 tronçons successifs par seconde. Voici ce que ça donne si on regarde à la loupe le parcours reçu par l'ordinateur, quand on compare ce que lui adresseraient deux souris, une 125 et une 500 Hz, dans le même laps de temps :

Précision de la trajectoire d'une souris en fonction de sa fréquence, schéma

Quand la souris 125 Hz a envoyé 2 positions, la 500 Hz en est déjà à 5 adressées et reçues par l'ordinateur. Une 1 000 Hz, elle, en serait à 10.

En théorie donc, plus la cadence d'échange sera élevée, plus la souris sera précise dans le chemin parcouru et interprété par l'ordinateur. Hélas, il y a une forte contrepartie à payer. Monter très haut en fréquence peut littéralement mettre à genoux l'ordinateur, qui peine à supporter des cadences aussi rapides : cet échange peut aller jusqu'à monopoliser à lui seul 60 % des ressources du processeur. C'est cher payer le surcroît de précision ! C'est pourquoi les constructeurs de souris prennent le soin de laisser les utilisateurs fixer eux-mêmes la cadence qu'ils veulent. Nous vous recommandons de rester sur 500 Hz, ce qui est d'expérience un excellent compromis précision / ressources de l'ordinateur monopolisées.

Paramétrage de la souris Razer Imperator, par le pilote
À droite, le driver de la Razer Imperator propose d'ajuster librement la "fréquence de scrutation" : 125, 500 ou 1 000 Hz.

Les souris ne précisant pas leur cadence d'échange sont toutes, sans exception, des 125 Hz. En particulier, donc, toutes celles d'Apple.

Perçoit-on une vraie différence entre une 125 et une 500 Hz ? Oui, répondront les plus exigeants. Non, diront beaucoup d'autres dans un premier temps. Sauf qu'à l'usage, on se rend compte quand même que ces souris sont plus précises que les autres, et il devient difficile de faire machine arrière quand on a goûté à cette nouvelle qualité.

Avec ou sans fil ?

Pour réduire leur consommation d'énergie, les souris sans fil redescendent en cadence à 125 Hz. D'où, entre autres, leur réputation de moindre précision. Autre défaut du sans-fil : il faut gérer des batteries dont l'autonomie varie de 1 semaine à 6 mois suivant les modèles. Verdict donc : avec fil !

Le problème du design

On arrive là où le bât blesse : étrangement, aucun constructeur ne s'est encore dit qu'une BONNE souris pouvait séduire un public autre que des joueurs, qu'ils supposent adolescents et dotés d'un goût pour le moins douteux. Les meilleures souris ont de ce fait des looks agressifs, des formes souvent bizarroïdes — parce que "original", c'est mieux —, des Leds atroces, des logos lumineux, des boutons en quantité délirante...

Souris, les détails gamers

Malheureusement, une souris 500 ou 1 000 Hz avec allure sobre, élégante, épurée, aussi fou que ce soit, ça n'existe pas ! Profitons-en pour passer un appel direct aux constructeurs, Logitech, Razer et SteelSeries en particulier : rendez-vous compte que les joueurs ne sont pas les seuls à vouloir de bonnes souris. Pensez à un public plus large, plus "adulte", en recherche de plus de sobriété !

La sélection Focus Numérique

S'il est un laboratoire en pointe sur les tests de souris et qui les voit toutes défiler, c'est bien celui des Numériques. Avec leur experte en la matière, Jessica Richard, nous avons retenu les 4 meilleures souris1 pour photographes et graphistes.

Excellentes, mais avantage Razer côté look



La G500s est une formidable souris, mais quelle allure décevante ! Elle a néanmoins pour elle une prise en main particulièrement confortable (pour les droitiers seulement !), un revêtement doux, un poids ajustable suivant le goût de chacun et une molette qu'on peut choisir avec ou sans cran, à nouveau suivant sa préférence. Enfin, Logitech propose des drivers PC et Mac.

La Razer Imperator est bien plus sobre, d'autant que le logo arrière et la molette s'éteignent via le driver (on apprécie !). Le port de main est haut, la robe noir mat est élégante et, détail très sympathique — pour les droitiers surtout —, les boutons placés sur le flanc gauche peuvent avancer ou reculer, selon la préférence de l'utilisateur. Elle n'exprime toutefois tout son potentiel que sur PC.

Ces deux souris sont équipées de câbles tressés, plus robustes que les autres.

De bonnes souris blanches (et presque aussi douées)



La Kana est élégante, sobre, ambidextre, 1 000 Hz. Son point faible : le capteur est de type Led au lieu de laser, ce qui impose d'utiliser un tapis de souris. Moins sensibles aux réflexions de matière, les capteurs laser peuvent fonctionner tels quels sur à peu près tous les supports : bois, tablette de train... Pas les Leds. À savoir également : il s'agit d'une souris très légère, de 78 g seulement. Il en est qui les préfèrent plus lourdes (les rivales sont plutôt aux alentour des 100 g). Drivers disponibles : Win, Mac OS.

Sur la Roccat, il faut forcément composer avec le tigre aux longues dents dessiné à l'arrière de la souris. Dommage. Autre défaut : sa forme très marquée interdit son usage aux gauchers, qui peuvent composer avec les autres souris précédemment citées. Hormis cela, c'est une très bonne souris, précise. Drivers disponibles : Windows, Linux.


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation