Visée optique

La visée optique du Canon EOS 7D Mark II est confiée à un prisme en toit qui couvre environ 100 % du champ visé. La grossissement 1x (0,63x en équivalent 24x36) offre un véritable confort. La visée est claire, et le verre de visée est interchangeable. Comme sur le 7D ou le 5D Mark III, vous avez la possibilité d'afficher des informations en surimpression de la visée optique.

Canon 7D Mark II viseur optique test review

Comme vous pouvez le constater, l'affichage de toutes les options est... dense. Heureusement, il possible de choisir quelles informations vous souhaitez voir apparaître : niveau électronique sur 2 axes, modes d'exposition, retardateur, mode AF, balance des blancs, collimateurs AF, correction d'exposition du flash, batterie, ISO... Il ne manque pas grand-chose.

Visée directe sur écran

Comme sur le 7D ou le 5D Mark III, le nouveau reflex dispose d'un levier (avec un bouton au centre) pour passer rapidement d'une visée optique à une visée sur écran.
Le levier permet de basculer du mode photo au mode vidéo et ainsi permettre le cadrage 16/9 avant de lancer l'enregistrement vidéo.

L'affichage est fluide, couvre naturellement 100 % du champ et il est possible de simuler directement l'exposition à l'écran. Vous pouvez également afficher des grilles d'aide à la composition, un histogramme d'exposition et un niveau électronique.

Malheureusement, l'écran du 7D Mark II n'est ni tactile ni orientable, contrairement à celui du 70D. Dommage.

Autofocus en visée optique

Le 7D Mark II intègre le module AF du reflex professionnel 1D-X avec pas moins de 65 collimateurs croisés. C'est une progression impressionnante par rapport au module 19 points du précédent 7D et même par rapport au module du 5D Mark III, qui ne compte que 41 collimateurs croisés.

Canon 7D Mark II test review capteur AF

En outre, le système AF est piloté par deux processeurs de traitement des données DIGIC 6 (le dernier en date) et il est épaulé par la nouvelle cellule qui dispose désormais de 150 000 pixels (sensible dans l'infrarouge). Elle permet une reconnaissance des visages et des couleurs même en visée optique. Cette fonction, qui porte le doux nom de EOS iTR (pour Intelligent Tracking and Recognition) AF System. Sur ce point, le 7D Mark II fait mieux que le reflex pro 1D-X qui ne dispose "que" de 100 000 pixels.

Et ce n'est pas le seul sur lequel le 7D Mk2 dépasse son grand frère. En effet, le collimateur central du reflex APS-C est sensible jusqu'à -3 IL. Jusqu'à présent, seul le 6D le proposait. Autre caractéristique de ce collimateur central : il est également sensible pour des optiques ouvrant à f/8 (f/5,6 + doubleur par exemple).

Canon 7D Mark II test review module autofocus

Bien que très large, la couverture AF manque un peu de hauteur. Mais ce sont surtout les paramétrages du module AF qui sont impressionnants et identiques à ceux du 1D-X. Le 7D Mark II devient ainsi un excellent complément du 1D-X, le photographe pouvant passer de l'un à l'autre tout en retrouvant l'intégralité de ses réglages. Le menu AF ne comporte pas moins de 5 onglets. Les paramètres sont nombreux et il faut un peu se plonger dans la documentation pour profiter de toutes ces avancées.

Canon 7D Mark II menu AFVous pouvez utiliser 1 seul collimateur AF ou travailler avec différentes tailles de groupes de collimateurs. Vous pouvez également choisir différents scénarios autofocus (sujet en mouvement rapide, sujet arrivant dans la direction du photographe, changements rapides de sens...) avec la possibilité de régler la sensibilité et l'accélération du suivi, ainsi que le changement automatique des collimateurs.

Tous ces paramètres demandent un peu de pratique, mais en prenant le temps, il est possible de configurer le 7D Mark II pour que celui-ci réponde à la plupart des situations que vous pouvez rencontrer.

Autofocus en visée directe sur écran

Le Canon EOS 7D Mark II embarque un capteur CMOS Hybrid de 20,2 Mpx permettant un autofocus par corrélation de phase Dual Pixel AF II.

En effet, chaque pixel du capteur est subdivisé en 2 sous-pixels qui permet de créer une image A et une image B. Les deux sous-pixels sont regroupés au moment de la prise de vue pour créer l'image finale. Au moment de la recherche du point, la parallaxe entre l'image A et B est calculée pour piloter rapidement le mouvement des lentilles dans l'objectif.



Sur le papier, cette technologie est attrayante, mais nous savons d'expérience que, parfois, le résultat n'est pas à la hauteur. Ainsi, le 650D de Canon ou le Fujifilm X100S ne sont pas les appareils les plus rapides ; ils disposent pourtant d'une technologie d'autofocus par corrélation de phase sur le capteur principal. Seul Nikon, avec le Nikon 1, est arrivé à rendre vraiment rapide l'utilisation d'un tel système sur un petit capteur 1". De plus, les autres constructeurs ont toujours utilisé un nombre limité de photodiodes pour le système AF, les données manquantes pour l"acquisition photo étant généralement interpolées. 

Avec ce nouveau capteur Dual Pixel AF, Canon accroît considérablement à la fois le nombre de photodiodes dédiées au système AF, mais aussi la surface couverte : 80 % du capteur. En outre, lors de la captation des données pour la photo, aucune information n'est manquante !

Dernier point important : le système autofocus du 7D Mark II opère uniquement par corrélation de phase. Les autres solutions, généralement dites hybrides, associent un système par corrélation de phase pour dégrossir la mise au point et un système par détection de contraste pour affiner le point. 

Canon 70D couverture AF 80%

La surface AF utilisable représente environ 80 % du capteur. Au-delà de l'autofocus, cette technologie ouvre de nouvelles perspectives. En effet, s'il est possible d'enregistrer deux signaux pour une seule photodiode, nous attendons de Canon un mode HDR beaucoup plus performant, puisque le capteur peut à la fois enregistrer les informations pour les hautes et les basses lumières (la définition étant alors moindre), comme le proposait Fujifilm avec ses capteurs Super CCD.

Notez que pour le mode vidéo, Canon propose certains réglages permettant d'ajuster la réactivité de la recherche du point avant et pendant le filmage. En effet, en vidéo, la mise au point doit être moins "brusque" qu'en photo.

L'autofocus par corrélation de phase sur l'imageur principal du Canon 7D Mark II a par ailleurs quelques avantages intéressants :
  • - aucun problème de front ou back focus : la mise au point se réalise sur le capteur lui-même ; c'est la fin du micro-ajustement : alléluia !
  • - pas d'effet de pompage : l'appareil sait dans quelle direction il faut faire la mise au point ;
  • - une reconnaissance des visages sur l'ensemble du champ couvert : idéal pour le suivi d'une personne, notamment en vidéo ;
  • - pas de limitation d'ouverture : le système en visée directe sur écran devrait fonctionner même avec des ouvertures supérieures à f/8 ou f/11 ;
  • - l'utilisation d'une optique STM n'est plus obligatoire, puisque les optiques STM (STepping Motor) sont avant tout conçues pour l'utilisation d'un autofocus par contraste qui, habituellement, "pompe".

Attention, le système Dual Pixel AF n'est pas la panacée. Ainsi, il reste toujours plus lent que le système "classique" en visée optique. Pour l'instant, pour la photo sportive, la méthode traditionnelle est la seule réellement utilisable.

En somme, Canon conserve une longueur d'avance sur la concurrence en visée sur écran. Sans atteindre la réactivité des meilleurs modules AF par détection de contraste proposés par certains COI Panasonic (G6, GH3) ou Olympus (EM-5, E-P5...), le Canon EOS 7D Mark II se montre bien plus efficace que la plupart des reflex, notamment en vidéo.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation