La foule se masse devant les portes de La Boule Noire. Il est 19h30 et dans quelques minutes, nous allons pouvoir assister au concert de BirdPen et d'Øllebirde. Grâce à l'invitation de Jérémy, chanteur de ce dernier, nous avons obtenu un pass pour réaliser les photos de son concert puis de celui de BirdPen, groupe de rock anglais composé de David Penney, membre d'Archive, et de Mike Bird. Plutôt fan d'Archive pendant des années, autant dire que je suis excité comme une majorette sur le point de supporter son équipe de base-ball fétiche. Mais ce n'est pas la seule raison : Canon vient d'annoncer la sortie de son nouvel EOS 7D Mark II et il est dans notre besace, équipé d'un Canon 70-200 mm f/2,8 IS et d'un Tamron 24-70mm f/2,8 VC.

L'appareil étant une présérie, il n'est pas équipé du firmware (micrologiciel) définitif et il nous est donc impossible de juger objectivement sa qualité d'image, même si nous savons qu'a priori peu de changements auront lieu d'ici sa sortie.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.5
Sensibilité : 16000 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


La lumière vient de s'éteindre et Øllebirde entre en scène. Rapidement, je me cale sur la dernière marche de la sensibilité native du boîtier, à savoir 16 000 ISO. Si le bruit est bien visible, surtout dans les aplats, avec une légère dérive chromatique jaune, l'image garde tout de même une belle tenue. La texture du grain reste agréable et, surtout, il est possible d'envisager une publication à cette sensibilité sans arrière-pensée.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/100 s, ouverture : f/3.5
Sensibilité : 3200 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


En revenant à une sensibilité plus raisonnable, ici à 3 200 ISO, le bruit est quasiment absent. Dans les aplats, on aperçoit une très fine granulation et quelques pixels aberrants dans les ombres, sans toutefois perturber la lecture. Pour gagner en punch sur le JPEG, il sera judicieux de désactiver la réduction du bruit et d'augmenter un peu la netteté directement sur le boîtier. Notez que les tons chair conservent une tonalité agréable, malgré une balance des blancs réglée en mode automatique et des éclairages chauds.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 5000 ISO
Focale : 120 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Nous passons au 70-200 mm f/2,8 et augmentons la sensibilité à 5 000 ISO : l'image est impeccable. Non seulement la granulation est agréable, mais de plus l'acutance à pleine ouverture au 120 mm est élevée. Malheureusement —  et nous le constaterons sur d'autres images —, notre 7D souffrait d'un léger front focus (décalage de la mise au point vers l'avant) qui sera en théorie facile à corriger grâce à la multitude des réglages disponibles dans l'onglet "Autofocus". Là aussi, en balance des blancs automatique, le rendu des couleurs est agréable et fidèle à notre souvenir perceptif.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 5000 ISO
Focale : 51 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Bien qu'en contre-jour, l'autofocus du 7D fait le point instantanément sur le sujet. On notera qu'à cette sensibilité intermédiaire de 5 000 ISO, le grain est bien présent mais finalement peu gênant pour la lecture : on distingue bien la texture du cuir sur la sangle. Enfin, la mesure de lumière évaluative TTL Dual Layer SPC sur 252 zones a bien équilibré l'ensemble de l'image, sans surexposer excessivement l'arrière-plan.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 33 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


BirdPen entre enfin en scène. La guitare de David Penney crache ses furieux riffs à la face d'un public hypnotisé ; la basse se fait de plus en plus présente et la tension monte. David hurle un "Only the name changes" avant de se lancer dans un solo digne des plus belles heures d'Archive. Je passe en mode Ai Servo et déclenche quelques rafales. Si ma série est nette, je constate une légère surexposition qu'il sera cependant facile de récupérer sur le RAW. À 6 400 ISO, le bruit de chrominance est bien présent, mais ne gâche en rien l'image. Par contre, une très légère dérive chromatique violette pointe son nez dans les ombres, mais rien de dramatique.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/3.5
Sensibilité : 1600 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


La tension retombe sur Off et je redescends à 1 600 ISO. L'occasion de constater là encore que le capteur de 20 Mpx du 7D délivre des images impeccables mais étonnamment, bien que le réducteur de bruit soit désactivé, le lissage des plus fins détails me paraît un peu excessif.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 29 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Si le terrain de jeu de la photographie de concert reste sensiblement le même, c'est au photographe de trouver des angles de vues variés. Je me décale donc sur la droite de la scène et tente une composition avec les faisceaux lumineux du spot en arrière-plan. Le suivi autofocus calé sur la case 4 de l'onglet "Autofocus", je choisis ma zone de collimateurs groupés et déclenche : le point sera fait sur le manche de guitare. Dommage.
                    
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 25600 ISO
Focale : 47 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Je profite d'un nouveau moment de tension pour tutoyer les hautes sphères de sensibilité du 7D en passant sur les modes H1 et H2, correspondant respectivement à 25 6000 ISO et 51 200 ISO. À 25 600 ISO, le bruit de luminance envahit l'image et le bruit de chrominance est très présent, mais il est encore possible d'exploiter l'image. Il faudra attendre de voir ce que des logiciels comme Lightroom ou DxO Optics Pro donneront sur le débruitage du RAW, mais pour l'heure il est possible d'exploiter l'image si on ne cherche pas la pleine page.


Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/640 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 51200 ISO
Focale : 58 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


En revanche, le résultat est nettement moins bon à 51 200 ISO. Le bruit apparaît en bandes et surtout les dérives chromatiques dénaturent l'image. Nous notons aussi une désaturation globale et une balance des blancs qui tend vers les rouges. Évidemment, cette sensibilité n'est pas recommandée par Canon puisqu'elle n'est là qu'en secours.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/400 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


On repasse au 70-200 mm et en mode Noir et blanc. L'image est contrastée et piquée, mais il aurait fallu fermer le diaphragme d'un cran et augmenter le contraste dans le réglage de tonalité.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Totalement en contre-jour, il n'aura pourtant fallu que quelques dixièmes de seconde à l'autofocus du 7D MKII pour accrocher le sujet.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 1600 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


En laissant la réduction du bruit en mode standard, le lissage est trop fort à 1 600 ISO. N'oublions pas toutefois que le firmware de notre exemplaire de test n'est pas définitif.

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.5
Sensibilité : 3200 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


En mode de mesure spot et en activant la touche AEL pour mémoriser l'exposition pour les hautes lumières, je peux décentrer mon sujet à ma guise. Notez qu'il n'est pas possible de définir le diamètre de cette zone, contrairement à ce que proposent certains Nikon concurrents.
                           
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.5
Sensibilité : 3200 ISO
Focale : 27 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw

 

Les couleurs délivrées par le 7D MkII en JPEG sont douces et agréables. Le rendu est flatteur sans excès et franchement proche de notre souvenir. Chez l'éternel concurrent, Nikon, la colorimétrie apparaît plus neutre et... un peu plus fade. Sur le JPEG s'entend.


Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 7D Mark II
Firmware Version 1.0.1
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 6400 ISO
Focale : 38 mm, décalage expo : 0 IL

Télécharger le fichier raw


Dernières lueurs avant la fin du concert. BirdPen a inondé la salle d'énergie et voir le poétique David Penney a été un réel plaisir. Le Canon 7D MkII s'est montré totalement à son aise sur ce genre d'exercice et parions que de nombreux photographes de concert se précipiteront dessus s'ils ont conservé leur vénérable 7D.

On notera trois points cependant : la très légère surexposition, le lissage un petit peu excessif autour de 1 600 ISO et le paramétrage de l'autofocus qui demeure assez compliqué. En revanche, la qualité d'image jusqu'à 16 000 ISO est très prometteuse, la vélocité de l'autofocus est surprenante et le rendu des couleurs en JPEG est particulièrement agréable.

Vous l'aurez compris, utiliser ce Canon EOS 7D Mark II a été un vrai plaisir. J'avoue néanmoins avoir été un peu perdu dans l'organisation des menus, en particulier le très dense onglet consacré à l'autofocus. Ce dernier est hérité du 1DX, et le niveau de personnalisation est tel qu'il faudrait plusieurs jours pour complètement l'appréhender. Cela n'a du reste rien d'étonnant : le 7D est un boîtier destiné aux amateurs éclairés, voire aux professionnels qui ont besoin d'un appareil capable d'enchaîner les rafales à 10 i/s, d'un autofocus véloce... et de bénéficier du crop inhérent au capteur APS-C.

Sur notre reportage, nous n'avons pas été très à l'aise avec le Tamron 24-70 mm f/2,8 car l'étendue de sa focale se transforme, équivalant 35-105 mm, et je reconnais avoir eu envie d'un peu plus de grand-angle. À n'en pas douter, les photographes qui équiperont leur 7D d'un transtandard se tourneront vers le 17-55 mm f/2,8 ou le Sigma 18-35 mm f/1,8 spécifiquement adapté au capteur du Canon.

Par ailleurs, je terminerai ce premier test terrain par un mot sur la prise en main (et c'est d'ailleurs un terme qui résume bien mon ressenti) : j'adore. En effet, nous voyons passer de nombreux boîtiers à la rédaction et j'en teste beaucoup sur le terrain. Le Canon EOS 7D Mark II s'est révélé non seulement agréable à l'usage, mais aussi pratique, logique, comme si chaque bouton ou molette tombait exactement sous le doigt. Rares sont les fois où j'ai dû ôter mon œil du viseur pour changer un réglage (hors navigation dans les menus évidemment). Enfin, le viseur 100 % avec un grossissement 1x est certainement l'un des plus agréables que j'ai utilisés. Dommage que sur un tel boîtier, les touches arrière ne soient pas rétroéclairées... Reste maintenant à voir ce que le reflex donnera au laboratoire de la rédaction.

Merci à Jérémy de Øllebirde de son invitation : www.facebook.com/ollebirde

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation