Canon EOS 400D


Écran LCD

L’écran LCD du 400D est une belle pièce qui occupe une grande partie de l’arrière du boîtier. Grosso modo, l’écran LCD monochrome, encore présent sur le 350D, disparaît au profit d’un unique écran couleur (6,35 cm de diagonale) qui permet d’afficher plus d’informations, de manière plus lisible. Les caractères (en noir sur fond blanc) sont ainsi plus gros et plus contrastés et le confort s’en trouve considérablement amélioré. Les principaux paramètres de la prise de vue sont affichés en permanence à l’arrière : vitesse d’obturation, ouverture, sensibilité, mode d’exposition, correction d’exposition, balance des blancs, mesure de la lumière, mode autofocus, rafale, qualité d’enregistrement, collimateur autofocus, batterie, nombre de vues, son. Contrairement à l’Alpha 100, l’affichage ne bascule pas en fonction de l’orientation de l’appareil. Un défaut minime, la taille importante des caractères permet de lire les indications dans la plupart des situations.


L’écran LCD affiche les principaux paramètres de prise de vue. Les plus pinailleurs rétorqueront que l’afficheur LCD monochrome est plus discret pour des photographies de spectacle. Sur l’EOS 400D, comme sur tous les autres Canon, la molette de réglage est située en arrière du déclencheur.

Si le principe d’affichage arrière est une idée très séduisante, Canon n’a pas suffisamment développé le concept. Si la vitesse et l’ouverture se règlent facilement via la molette, la modification des autres paramètres (sensibilité, balance des blancs, mesure de la lumière, espace colorimétrique…) nécessitent encore un détour par les menus. Il aurait été intéressant de pouvoir naviguer sur l’écran afin de sélectionner la fonction à modifier comme le fait merveilleusement l’E-500 et le dernier E-400 d’Olympus. Ne boudons pas notre plaisir, car les nouveaux menus sont à la fois plus dépouillés et beaucoup plus compréhensibles. Avec 230 000 pixels, l’écran LCD est plutôt bien détaillé et offre un angle de vision particulièrement large. La présence d’un histogramme RVB (en supplément de l’histogramme d’exposition) est une excellente nouvelle qui permet de vérifier au mieux la saturation des couleurs. Un élément important pour savoir si les hautes lumières sont récupérables ou non.

Balance des blancs

Canon EOS 400D

Le 400D dispose d’un bracketing sur la balance des blancs qui permet de réaliser trois vues successives avec différentes balances des blancs. Une méthode qui nécessite une carte mémoire confortable pour des résultats pas forcément convaincants. Le mode Raw est sans doute plus intéressant, puisqu’il permet de s’affranchir complètement de la balance des blancs (celle-ci s’effectuant sur l’ordinateur). Vous pouvez également définir le décalage de balance des blancs en déplaçant un repère sur l’axe vert – magenta et/ou bleu – ambre pour modifier la température des couleurs. Bien sûr, le 400D intègre les blancs pré-réglés (auto, jour, ombres, nuageux, tungstène, lumière blanche, Flash, personnalisé). Globalement, la balance des blancs est plutôt correcte.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation