Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Le Panasonic LX100 est positionné en mode A et l'ouverture, fixée à f/5,6. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (RW2).

Les JPEG

Le Panasonic LX100 est équipé du même capteur 4/3 que le GM1. S'il s'agit bien d'un capteur de 16 Mpx, les fichiers, eux, ne font "que" 12,7 Mpx. En effet, sur le LX100, Panasonic propose différents formats d'image (1:1, 4:3, 3:2 et 16:9) tout en conservant au mieux les focales. Ainsi le grand-angle est conservé pour tous les formats sauf le 1:1, qui "transforme" l'optique en 28-88 mm. Pour cela, Panasonic est obligé d'utiliser qu'une partie du capteur et donc de diminuer la définition.

Capteur multiaspect LX100 de Panasonic

La plage de sensibilité est, en mode étendu, de 100 à 25 600 ISO. Sur le capteur, les 16 millions de photodiodes font environ 3,8 µm de côté.

Tailles de capteur des appareils photo numériques, schéma de comparaison
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Pas de surprise avec les JPEG de 100 à 800 ISO : les images sont superbes et même à 100 % sur écran, le bruit électronique est indiscernable sur les 4 clichés. Un très léger grain fait son apparition à 1 600 ISO, mais il faut pousser à 3 200 ISO pour déceler les légères dégradations dans les plus fins détails. Globalement, les images à cette sensibilité sont encore remarquablement bien conservées. Notez qu'un moutonnement plus global est visible dans les aplats noirs et que la dynamique est déjà revue à la baisse. À 6 400 ISO, le bruit électronique et son traitement sont plus visibles : le lissage est plus appuyé et le moutonnement "numérique" est plus envahissant, mais au final, l'image reste parfaitement lisible. Un bon point. Au-delà, les dégradations deviennent plus gênantes et à 12 800 ISO, nous atteignons les limites du système capteur + traitement des images. On évitera tout simplement de grimper à 25 600 ISO à moins d'être virtuose de DxO Optics Pro ou de Noise Ninja.

Panasonic LX100 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Panasonic LX100 : Réduction du bruit standard 1600-25600 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-200-400-800-1600-3200-6400-12800-25600 ISO)


Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le LX100 à quelques boîtiers référents actuels, tels le Sony RX100 Mk III (1" à 20 Mpx), le Fujifilm X20 (2/3", 12 Mpx) et le Canon G1X Mk II (1,5" à 15 Mpx).

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 1 600 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Premier constat, les différents boîtiers ont des rendus franchement... différents. Le Sony délivre des images très denses, à l'inverse du Canon G1X Mk II. Le Fujifilm X20 et le nouveau LX100 ont un rendu plus proche et plus naturel. Au niveau des détails, les 20 Mpx du Sony font également des merveilles quant il s'agit de réaliser un tirage grand format. Pour la gestion du bruit électronique, les boîtiers les plus pixelisés sont également favorisés, mais il faut bien avouer que le LX100 talonne la concurrence, voire surclasse le G1X Mark II. Le Fujifilm X20 est pénalisé à la fois par la taille de son capteur (2/3") et sa faible définition (12 Mpx).

Panasonic Lumix LX100, test review, comparaison tirage équivalent

Oscilloscope

Passons certaines images du LX100  sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

À 100 ISO, les images sont bien détaillées et la gamme de gris est bien retranscrite avec des paliers francs et des aplats uniformes. En poussant à 800 ISO, les paliers sont encore bien visibles, mais le bruit électronique vient perturber le rendu uniforme des aplats grisés. À 1 600 ISO, le bruit reste maîtrisé, mais les rendus plus denses sont moins bien lotis : le grain est plus visible et la dynamique se réduit. En atteignant 6 400 ISO, les paliers s'estompent et le grain envahit tous les niveaux de gris.

Panasonic LX100 test review bruit électronique sur gris 100 ISO
Panasonic LX100 – 100 ISO
Panasonic LX100 test review bruit gamme gris graphique 100 ISO
Panasonic LX100 test review bruit gamme gris 3200 ISO
Panasonic LX100 – 800 ISO
Panasonic LX100 test review bruit gamme gris graphique 800 ISO
Panasonic LX100 test review bruit gamme gris 1600 ISO
Panasonic LX100 – 1 600 ISO
Panasonic LX0100 test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO
Panasonic LX100 test review bruit gamme gris 6400 ISO
Panasonic LX100 – 6 400 ISO
Panasonic LX100 test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO

Fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour l'une des séries des pixels verts.

Pour cette mesure, nous utilisons la partie masquée du capteur. La courbe est assez atypique et comme nous l'avons vu sur les fichiers JPEG, le bruit électronique augmente de manière significative au-delà de 6 400 ISO.

Panasonic LX100 bruit électronique dans les fichiers bruts

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation