La suite de logiciels Nikon — qui comprend Nikon Transfert (pour gérer le téléchargement des images sur un ordinateur avec certaines options : copie de sauvegarde, insertion de données IPTC, de mots clés ou des informations sur le copyright), Movie Creator, Short Movie Creator pour réaliser un montage vidéo, Picture Control Utility 2 et ViewNX 2 — est toujours disponible.

Le changement de logiciel chez Nikon est assez notable pour les fichiers bruts : exit CaptureNX2. Il faudra désormais compter sur CaptureNX-D, déclinaison pour Nikon du logiciel Silkypix déjà utilisé par Pentax ou Panasonic. Avantage certain, il est gratuit.
Cette décision intervient après le rachat par Google de NikSoftware en septembre 2012. Adieu donc les U-Point de CaptureNX. Ce dernier était certes payant et cher, mais il présentait une singularité par rapport à la concurrence. Aujourd'hui, avec NX-D, Nikon propose enfin un logiciel pour exploiter correctement ses fichiers bruts, mais l'interface "à la Silkypix" n'est pas la plus moderne qui soit.

Nikon D750 test logiciel Capture NX-D

Cependant, avec un peu d'entraînement, il possible de traiter correctement ses images, le logiciel proposant la plupart des réglages courants.

Par défaut, Nikon ne livre pas de solution pour travailler en mode connecté. Il faudra donc dépenser 200 € supplémentaires pour "s'offrir" Nikon Camera Control Pro 2 ou utiliser un logiciel capable d'une telle fonctionnalité, comme Capture One Pro.

Il est vraiment dommage que Nikon ne livre pas une solution complète avec ses boîtiers pour traiter ses images ou utiliser toutes les fonctionnalités en mode connecté. On rêve d'un partenariat avec Phase One (Capture One) ou Adobe (Lightroom) pour faciliter le travail des professionnels.

Bon point, Nikon propose Picture Control Utility (dans sa version 2) qui prend désormais en compte la clarté. Pour mémoire, ce logiciel permet de définir rapidement des styles d'images sur son ordinateur en jouant avec différents paramètres ou une courbe de valeurs, et d'enregistrer dans son boîtier des réglages personnalisés.

D750 : logiciels, Picture Control Utility 2, capture d'écran

Wi-Fi

Alléluia ! Un reflex Nikon est enfin équipé d'une puce Wi-Fi en interne. Exit donc les petits modules à ajouter (et acheter) sur la prise USB. Las, l'intégration est assez minimaliste. Le D750 ne peut se connecter qu'à un appareil mobile et il n'est pas possible de rejoindre un réseau Wi-Fi existant pour un pilotage distant sans fil à partir d'un ordinateur. Vous ne pouvez pas non plus envoyer vos images directement sur un ordinateur relié à un réseau Wi-Fi. Impossible donc pendant un événement d'envoyer les images pour une projection en direct. Le partage des images se fait à partir de l'application mobile.

Nikon application wi-fiNikon application wi-fi
L'application Nikon Wireless Mobile Utility.

En mode télécommande, les réglages sont également très limités, voire inexistants. Dommage. Dans ce domaine Nikon doit vraiment progresser. Plus étrange, la connexion Wi-Fi du D750 est ouverte. Entendez par là que vous n'avez aucun un mot de passe à saisir sur votre mobile pour vous connecter au reflex. Saisir un mot de passe sans écran tactile est certes toujours une corvée, mais ici, la connexion n'est tout simplement pas sécurisée par défaut. D'autres marques utilisent un QR Code ou une puce NFC pour appairer les appareils et apporter un minimum de confidentialité. Ici, n'importe quelle personne disposant de l'application Nikon Wireless Mobile Utility (WMU) peut se connecter à votre boîtier et télécharger vos images... Il faudra donc veiller à configurer un mot de passe avec l'application WMU dès la première utilisation.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation