Présentation

Cactus, société basée à Hong Kong, réalise des produits autour des flashes de reportage (déclencheurs radio, laser, boîtes à lumière...) et des flashes cobra.

Nous avions déjà testé l'année dernière un système de déclencheur radio de flash cobra Cactus, à l'époque en version V4 qui nous avait laissé un sentiment mitigé : ergonomie décevante et qualité de fabrication discutable, entre autres. Nous nous penchons aujourd'hui sur le dernier-né de la série : la version V6, pleine de promesses !

Particularités notables de ce nouveau système Cactus V6 : un module qui peut aussi bien servir d'émetteur ou de récepteur, une gestion des fonctions TTL, un contrôle de la puissance et la compatibilité entre flashes de plusieurs marques.
Cactus V6, déclencheur radio de flash cobra

Problématique

Une écrasante majorité d'adeptes de la photo au flash ne jure que par des configurations en déporté. Le ou les flashes sont désolidarisés du boîtier et positionnés stratégiquement pour obtenir l'éclairage voulu sur la scène à photographier. Dans cette configuration, un problème se pose. Comment faire pour pouvoir synchroniser le départ des éclairs de flash au moment de la prise de vue ?

Il existe dans ce cas de nombreuses solutions dépendant du type de flash utilisé (flashes cobra ou de studio), du type de configuration (synchronisation filaire ou sans fil), de l'environnement dans lequel se trouvent les flashes (synchronisation sans fil par infrarouge ou radio) et des informations nécessaires à transmettre (mesure TTL ou manuelle).

Dans une configuration en flash cobra, le problème est moins complexe : les reflex disposent souvent d'un système de synchronisation sans fil embarqué.  Bien entendu, il faut que le ou les flashes cobra associés soient compatibles avec ce système : les flashes de reportage sont en effet synchronisés grâce au petit flash d'appoint (intégré) qui émet une salve d'éclairs codés en infrarouge afin de transmettre les informations TTL aux flashes déportés et synchroniser les éclairs. Ces systèmes sont très pratiques, car ils permettent de contrôler et doser à distance les différents flashes utilisés en mode esclave.

Par contre, cette configuration montre vite ses limites. En effet, pour que cela fonctionne, il faut que les récepteurs IR des flashes esclaves soient orientés vers le flash popup de l'appareil (sans obstacle physique entre eux) et soient à relative courte distance. Pour des configurations complexes ou en extérieur, le système capitule.

Une solution consiste à passer en filaire, mais cela nécessite autant de câbles de synchronisation que de flashes esclaves, ainsi qu'un un sabot TTL adapté pour répartir les infos envoyées depuis la griffe porte-accessoire du boîtier. De plus, la longueur des câbles devient rapidement un deuxième problème...

Une autre solution consiste à utiliser un système de synchronisation sans fil radio. Il faut alors utiliser un émetteur à monter sur la griffe porte-accessoire de l'appareil et placer des récepteurs sur chaque flash. Dans une configuration multiflash, on peut penser qu'il suffit d'avoir un seul récepteur sur un flash et que les autres se déclenchent en mode cellule. Cependant il est assez rare de trouver des modes cellule sur les flashes de reportage. On trouve des modèles basiques, uniquement pour la synchronisation, des modèles plus évolués, avec contrôle de puissance et des fonctions des flashes cobra, et enfin des modèles qui gèrent le TTL.

Prise en main

Le Cactus V6 est de loin l'un des déclencheurs flash les plus aboutis que nous ayons testés jusqu'à présent. La conception de l'objet est intelligente. On voit très bien que les ingénieurs de chez Cactus se sont posé les bonnes questions pour répondre aux attentes et aux problématiques des photographes. Ce module est pensé pour l'usage.

Pour commencer, l'idée de concevoir un seul module pouvant aussi bien servir d'émetteur à installer sur le boîtier que de récepteur à mettre au dos du flash est simplement géniale : on ne peut pas faire plus simple ! Le boîtier est du coup assez imposant mais reste compact. La qualité de fabrication semble au rendez-vous, rien à redire sur ce point — il faudra voir dans le temps. Le design est soigné et élégant : ça fait pro !

Sur le dessus, on retrouve une griffe porte-accessoire universelle (oui, le Cactus V6 est compatible avec les flashes Canon, Nikon et Pentax en TTL) en métal. Sur le dessous, un sabot pour la fixation sur l'appareil photo. Ici encore, ce sabot est en métal et dispose d'une système de verrouillage à levier : parfait. On retrouve un pas de vis pour pouvoir le fixer sur un pied d'éclairage.

Cactus V6
Le Cactus V6 : dessus.

Sur le dessus également, on dispose d'un petit écran de contrôle rétroéclairé et, à droite, des quatre boutons d'activation des 4 groupes que peut gérer le système : A, B, C et D.
L'écran de contrôle sur deux lignes aurait mérité d'être un peu plus large pour afficher les différentes informations de manière plus lisible.

Cactus V6Cactus V6
Cactus V6 : côté droit et côté gauche.

Sur le côté gauche se trouve un interrupteur pour passer du mode récepteur au mode émetteur, une prise de synchronisation filaire jack (qui peut aussi servir pour déclencher un boîtier à distance) et une prise micro-USB (pour les mises à jour de firmware) : un mini-USB, plus universel, n'aurait pas été du luxe.

Sur le côté droit, on retrouve l'emplacement pour les les deux piles AA nécessaires à son fonctionnement.

Cactus V6Cactus V6
Cactus V6 : face avant et face arrière.

Sur la face arrière du boîtier sont disposés un bouton de validation, un bouton pour accéder aux différents menus, ainsi qu'une roue de réglage cliquable dont, dans la liste des petits reproches, on peut noter la trop grande souplesse. À droite, le boîtier intègre une petite diode orange qui s'illumine pour signifier que la connexion est bien établie entre le ou les flashes et le boîtier de contrôle.

Sur la face avant, on retrouve un bouton de test symbolisé par le pictogramme d'un diaphragme et le panneau de transmission radio.

Les différents menus sont assez clairs. Ils n'utilisent pas une présentation du type "Fonction 02 : 0 ou 1" comme on peut la trouver sur un nombre important de flashes. Chaque réglage est nommé par sa fonction ce qui est un réel plus : pas la peine de se reporter sans cesse au mode d'emploi pour le paramétrage. Malheureusement, les menus sont exclusivement en anglais.

En pratique

La mise en pratique du Cactus V6 requiert un petit temps d'adaptation, mais une fois maîtrisé, il n'y a rien de plus simple à l'usage.

La première étape consiste à configurer l'émetteur à installer sur la griffe porte-accessoire de l'appareil. On choisit un canal (16 au choix) et un groupe (4 au choix).

On installe ensuite un deuxième module sur un flash que l'on configure sur le même canal et le même groupe que le transmetteur.
Pour bénéficier d'un maximum de compatibilité (en TTL notamment), on peut aller sélectionner la référence du flash utilisé dans les menus du récepteur. On retrouve la majorité des références du marché pour Canon, Nikon ou Pentax : Canon, Pentax, Nikon, Cactus, Godox, Metz, Nissin, Phottix, Sigma ou Yongnuo. La liste peut s'allonger par une mise à jour de firmware. Malheureusement, il n'y a pas de pré-programme pour Sony, Olympus, Panasonic ou Fujifilm.
Quoi qu'il en soit, il est aussi possible de faire fonctionner n'importe quel flash en manuel ou de programmer manuellement une connexion en TTL avec un flash non listé. Bien entendu la compatibilité TTL est un réel plus mais les puristes du strobisme préfèreront travailler en manuel.

Cette dernière fonction est une première sur ce genre de système. Le module Cactus V6 est capable d'apprendre à piloter un flash en TTL qu'il ne reconnaît pas par défaut. Il déclenche une série d'éclairs qui se reflètent contre un mur blanc positionné à 1 mètre à différentes puissances, et apprend à gérer la puissance du flash. Le panneau de transmission radio est donc équipé également d'une cellule ! Comble du luxe, une fois programmé le flash peut être nommé, enregistré dans le système et son profil, copié sur différents modules V6.

Une fois le flash configuré avec le V6, on peut à loisir régler sa puissance avec une précision de 1/10e d'IL. Bien entendu, il est possible d'ajouter autant de flashes que de récepteurs, à configurer sur le même groupe ou sur différents groupes. À ce moment, les corrections de puissance peuvent se faire sur l'ensemble des flashes simultanément, ou flash par flash.

Cactus V6
Le dispositif : 3 flashes sur 3 groupes sur 1 canal.

Voici, par exemple, un dispositif à sources configurées indépendamment sur 3 groupes différents : un flash Cactus (récepteur compatible avec le système V6 intégré), un Pentax AF-540 FGZ et un Godox V860 C. Toutes les images ci-dessous se réalisent directement depuis le module transmetteur sur le boîtier.

Cactus V6
Seul le flash A Godox 1/32 : le contre.

Cactus V6
Seul le flash B Pentax 1/128 : face gauche du sujet.

Cactus V6
Seul le flash C Cactus 1/16 : face droite du sujet (boîte à lumière).

Cactus V6
Le flash Cactus (C) et le Pentax (B) : les deux faces.

Cactus V6
Le flash Pentax (B) et le Godox (A) : face gauche et contre.

Cactus V6
Le flash Cactus (C) et le Godox (A) : face droite et contre.

Cactus V6
Le Cactus (C) à 1/16, le Pentax (B) à 1/128, le Godox (A) à 1/32.

Cactus V6
Les trois flashes en même temps à la même puissance : 1/1.

Enfin, pour finir en beauté, il est possible de programmer un délai afin de retarder le déclenchement du flash en fonction du premier rideau de l'obturateur, de 0,001 à 10 secondes. Notons aussi qu'il est possible de faire fonctionner un récepteur en mode cellule.

Verdict

Cactus V6
Au final, la question ne se pose même pas une seule seconde. C'est sans hésitation que nous recommandons ce système de déclencheur de flash radio. Proposé à l'unité autour des 60 €, il vous faudra au minimum investir dans deux modules pour commencer une configuration en flash déporté, sauf si vous choisissez des flashes Cactus RF60 qui intègrent directement un récepteur compatible.

Points forts

Points faibles

Qualité de construction, de finition

Écran de réglage trop petit

Conception et design

Menus en anglais

Mode TTL et apprentissage

 

Gestion de la puissance des flashes

 

Maniabilité

 

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation