Le gif, cette entité abstraite des années 1990, va bientôt devenir un vilain souvenir que nous n'aurons à apprécier que sur les tumblr sobrement intitulés "Ma vie de [... insérer ici un métier quelconque justifiant que vous alimentiez un tumblr au lieu de bosser]" (non je ne juge pas, j'adore vraiment les gifs sur ce genre de tumblr).

En effet, un successeur est sur le point d'évincer ce pilier de l'internet. Peut-être n'avez-vous que peu entendu parler du cinémagraphe, pourtant toute la sphère hipster ne jure plus que par lui. Et pour cause. Ce gif des années 2010 est un tantinet plus élaboré que son ancêtre décrépit.

Au commencement...

Pour le bout d'histoire, le cinémagraphe a été crée en 2011 par deux amis, Kevin Burg et Jamie Beck. Le premier est photographe, et le second, spécialiste de l'animation.

Les deux compères ont élaboré la technique à l'occasion de la Fashionweek 2011, pour mettre un peu de relief dans cette multitude de clichés de tops portant de coûteux vêtements de créateurs. Idée qui s'est rapidement étendue à d'autres compositions n'ayant rien à voir avec la mode. Cela dit, un point commun réunit les cinémagraphes de tous horizons : un petit air désuet à souhait, obtenu à l'aide de réglages de niveaux de couleurs ou de filtres Instagram. C'est la petite touche hipster du cinémagraphe. Cela dit, rien ne vous empêche de piétiner ces conventions et de faire dans le brut de décoffrage (qui suis-je pour juger vos pulsions artistiques, je vous le demande !).

Il serait donc intéressant de connaître le secret d'un cinémagraphe réussi. Et croyez-moi, ce n'est pas inutile de le savoir.

La pratique

Pour commencer, voyons quels vont être les ingrédients indispensables à la réussite de ce tutoriel.
Il vous faut d'abord un bon appareil. Idéalement un reflex, avec une grande ouverture et un mode vidéo. Le but de la manœuvre est d'obtenir avant tout de belles compositions photographiques. Et nous le savons, jouer avec la profondeur de champ est un atout non négligeable.

Le deuxième ingrédient indispensable, en dehors de votre talent, est un logiciel fort connu de chacun d'entre vous : Photoshop. Bien sûr, il existe différentes façons de réaliser cette image animée sous Photoshop. Ici, nous verrons la plus simple et sans doute la plus efficace.

Étape 1 : la composition

C'est sans doute l'étape qui vous prendra le plus de temps. Afin de vous épargner quelques déconvenues, je vais tenter de vous donner un maximum de conseils avisés pour que vous ne vous trouviez pas confrontés à la frustration de la séquence vidéo inexploitable.

Tout d'abord, en plus de votre matériel de base, ne négligez pas l'utilité d'un trépied ou d'un monopode. Pour obtenir une photo sans mouvement, il est essentiel que votre vidéo ait toujours le même cadre immuable. Ensuite, il faut penser composition.

Cadrez bien votre image (nous savons que nos lecteurs sont déjà d'excellents photographes, néanmoins, pour vos portraits, si vous avez besoin d'un coup de pouce pour le cadrage, ce tutoriel est là pour ça...).

Pensez également que le sujet dont vous allez isoler le mouvement ne doit pas interférer avec d'autres. Exemple : le mouvement d'une voiture ne doit pas interférer avec un piéton lui aussi en mouvement sur le trottoir, vous risqueriez de vous retrouver avec une tête flottant dans les airs. C'est gênant. Une scène facilement composée avec un mouvement répétitif et prévisible est un bon choix (des escalators ou un métro qui arrive par exemple). N'oubliez pas que l'une des caractéristiques du cinémagraphe est de répéter un mouvement de façon fluide.

N'hésitez pas non plus à prendre une vidéo un peu plus longue que nécessaire, vous pourrez couper votre séquence comme bon vous semble par la suite.

En bref, isolez votre sujet, utilisez un trépied, sélectionnez pour débuter un mouvement répétitif et facile à lier, et surtout, n'hésitez pas à filmer plus que nécessaire.

Étape 2 : l'importation

Depuis la version Photoshop CS5 Extended, il est possible d'importer une séquence vidéo dans le célèbre logiciel de retouche photo. Deux façons de procéder existent. La plus simple consiste à ouvrir un fichier vidéo, en utilisant simplement Fichier > Ouvrir.


Ouverture de fichier vidéo sous Photoshop, capture d'écran

Une autre solution consiste à décomposer chaque image de votre séquence en la plaçant dans un calque. C'est d'une précision mathématique et cela pourrait être utile pour les images complexes telles que les feuilles tombant dans le vent. Pour cela, allez dans le menu Fichier > Importation > Images vidéos dans des calques.

Ouvrir un fichier vidéo dans Photoshop avec le système de découpage par image

Les étapes suivantes sont similaires pour les deux types d'ouverture de fichier.

Étape 3 : la sélection de votre séquence

Posons les bases. À ce stade des réjouissances, vous avez une séquence animée. Or ce que nous voulons au terme de ce tutoriel, c'est une image fixe contenant un mouvement isolé.

D'abord, choisissez savamment la longueur et le contenu de votre séquence. Pour ce tutoriel, nous avons choisi le mouvement du thé versé dans une tasse. L'écueil à éviter dans ce cas est le mouvement malencontreux de la théière. Il est donc judicieux, si vous le pouvez, de l'éliminer de votre séquence.

Pour cela, il vous suffit de raccourcir votre séquence en plaçant le curseur en fin de vidéo. L'indicateur qui apparaît est signalé en rouge dans la capture ci-dessous. Il vous suffit ensuite de le faire glisser vers la gauche votre séquence. Idem si vous partez du début de la vidéo.

Éditer la longueur d'une vidéo sur Photoshop, capture d'écran
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)

Étape 4 : la sélection de votre mouvement

C'est l'étape cruciale. La sélection du mouvement n'est pas en soi une étape compliquée, elle nécessite juste quelque peu de précision.

Pour cela il vous suffit de créer un calque que vous placerez au-dessus du groupe vidéo, et de peindre à l'aide du pinceau et d'une couleur quelconque tout le mouvement que vous voulez suivre tout au long de la vidéo. Peignez, avancez la séquence. Peignez, avancez la séquence, etc. Utilisez un pinceau à bord doux : le tracé, flouté sur les côtés permet une meilleure transition entre l'image fixe et le mouvement vidéo.

Créer un cinémagraphe sur Photoshop, la sélection du mouvement à conserver, capture d'écran

Étape 5 : la création de l'image fixe

Masquez le calque mouvement en cliquant sur l'œil situé à gauche du calque dans la palette de calques. Une fois ce calque masqué, à l'aide des commandes Shift, Maj et Cmd sur Mac, ou Ctrl, Alt et Windows sur PC, créez un nouveau calque à partir d'une capture de la vidéo. Ce calque, nommé en principe "Calque 3", est donc une image fixe issue de la vidéo.

Jusqu'ici tout le monde suit ? Bien, dans ce cas, on continue. Pour ceux qui traînent, c'est mal, tapez-vous sur les doigts, je ne peux pas le faire pour vous.

Étape 6 : la sélection de pixels

Créer un cinémagraphe sur Photoshop : sélectionner les pixels, capture d'écranLaissez le calque 3 à sa place et rendez de nouveau visible le calque 2 (celui sur lequel vous avez peint le mouvement).

Vérifiez que tout est bien peint et faites un clic droit. Cliquez sur la commande "Sélectionner les pixels" : la couleur disparaît et laisse apparaître une sélection. Il vous suffit ensuite de cliquer sur le calque 3 (l'image fixe) et de créer un masque de fusion grâce à la commande située en bas de la liste des calques (en rouge sur l'image ci-contre).

En principe, le masque créé devrait être à dominante noire et la sélection, indiquée en blanc. Ce n'est pas ce que nous voulons. Pour inverser, il vous suffit de faire cmd+I sur Mac, ou ctrl+I sur PC.

Vous verrez ainsi apparaître le masque de fusion avec la sélection de pixels faite sur le calque 2. Le monde est bien fait, non ?

Cette sélection faite, vous pouvez donc vous débarrasser du calque 2 qui ne sert plus à rien. Vous touchez au but. Quelle bonne nouvelle !

Étape 7 : les détails

Si vous appuyez sur le bouton lecture et si votre sélection est bien faite, vous devriez avoir obtenu un cinémagraphe exploitable. Il ne reste plus qu'à ajouter, si vous le souhaitez, quelques effets.

Pour cela, vous pouvez ajouter grâce au petit bouton pile à droite de la commande "Masque de fusion" des calques de réglages divers et variés. Jouez sur les niveaux, les couleurs ou les contrastes.

Une précision néanmoins : si vous possédez la suite Nik Collection ou d'autres plug-ins de filtres pré-installés, ils ne seront pas exploitables tels quels. En effet, pour appliquer ces filtres, une image est créée à partir du calque que vous utiliserez, ce qui rendra du coup votre cinémagraphe inopérant.
Deux solutions s'offrent alors à vous.
Premièrement, transformer votre séquence en objet dynamique afin d'appliquer un filtre à toute la vidéo. Contraignant et générateur de bugs sur Photoshop — je rappelle que ce n'est pas Premiere que nous utilisons. Deuxième solution, utiliser un filtre, n'en faire qu'à votre tête, mais là encore, utilisez un masque de fusion sur le filtre pour rendre visible le mouvement que vous vouliez mettre en évidence. Ou diminuez l'opacité du filtre. C'est selon.

Par exemple, pour ce premier cinémagraphe (du métro), j'ai diminué l'opacité du filtre. Pour le suivant, j'ai gommé le filtre à l'endroit du mouvement du thé versé dans la tasse.

Résultat final de ces deux expériences menées à la rédaction :

• le métro, lancé à pleine vitesse...

Vu du métro, cinémagraphe signé Focus Numérique

• ... et la théière sans fond.

La théière sans fond, cinémagraphe signé Focus Numérique

N'hésitez pas à nous envoyer les vôtres !

> Le site Cinemagraphs

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation