Nikon D810 sans objectif
Le Nikon D810, un reflex au look finalement très classique.

En mai 2012, Nikon jetait un sacré pavé dans la marre en annonçant ses D800 et D800E... et leur capteur pantagruélique générant des images d'un peu plus de 36 millions de pixels. Deux ans plus tard, la gamme a droit un petit ravalement. Et c'est le D810 qui vient se placer en haut de la hiérarchie, avec au menu bon nombre de petites améliorations. Reste à savoir si cette cure de jouvence fera du D810 un "must" sur lequel il est bon de se jeter ou si, à quelques semaines d'une photokina qui s'annonce prometteuse, il vaut mieux jouer la carte de la patience. 

Les nouveautés

Commençons par les nouveautés. Au premier abord elles ne sautent pas aux yeux : Nikon n'a rien modifié ou presque sur l'extérieur du boîtier. Tout au plus remarquera-t-on que le bouton de contrôle de la mesure d'exposition est passé sur la gauche du boîtier et qu'il y remplace désormais la touche de bracketing. Cette dernière est déplacée à côté du logo de l'appareil, juste sous le bouton d'ouverture du flash. Enfin, sur le dos du boîtier, une touche " i " fait son apparition pour accéder rapidement à certains paramètres de prise de vue. Voilà pour les quelques modifications ergonomiques.
Les vraies nouveautés, on les trouvera dans les entrailles du D810.

Nikon D810 vue de dos
De l'extérieur, les modifications sont mineures...

En premier lieu, c'est le capteur qui a été amélioré. Si le D810 reste sur une même définition de 36,3 Mpx sans filtre passe-bas (comme le D800E), la sensibilité native est étendue vers le bas à 64 ISO et vers le haut à 12 800 ISO. En mode étendu, on ira de 32 ISO à 51 200 ISO. 

En cela, le capteur est aidé par l'adoption du nouveau processeur de la marque, l'Expeed 4, que l'on trouve déjà dans le D4s annoncé récemment.

Et fort logiquement, le surcroît de puissance de cette nouvelle puce permet d'améliorer également la rafale et la vidéo. La rafale passe effectivement à 5 images par seconde en mode FX, et grimpe à 7 en réduisant en mode DX avec une batterie plus puissante que celle fournie en standard.
Quant à la vidéo, toujours pas d'enregistrement 4K à signaler, mais le HDTV 1080 du D810 passe désormais en 60p. 

Nikon D810 vue de dessus

Flash pop-up, griffe porte-accessoire, écran LCD de rappel : il ne manque rien.

Les autres améliorations sont plus discrètes, mais tout aussi intéressantes.

Le D810 inaugure ainsi un nouveau mode de mesure d'exposition, le "spot auto", qui détecte les plus hautes lumières d'une scène et s'adapte automatiquement (et rapidement) aux changements — un mode présenté par Nikon comme particulièrement intéressant pour les photographes de spectacles.

Côté AF, il était prévisible que Nikon dote le D810 du nouveau mode AF groupe introduit dans le D4s. C'est chose faite, avec une détection des contrastes jusqu'à -2 IL.

Autre nouveauté transposée du D4s, le D810 voit arriver le mode S RAW et ses NEF sur 12 bits de 9 Mpx... L'évolution était déjà assez logique dans un boîtier sportif comme le D4s (les pros ont besoin d'envoyer leurs clichés immédiatement, et le S RAW peut-être une alternative intéressante au JPEG, même si ses 4 Mpx sont sans doute un peu légers...) ; elle est sans doute plus pertinente sur le D810, les photographes n'ayant pas forcément toujours besoin d'une très très haute définition même s'ils souhaitent conserver tous les avantages des fichiers bruts... Mais alors pourquoi conserver le 12 bits uniquement ?


Nikon D810 vue de côté

Prise micro, sortie casque, sortie HDMI : le D810, même s'il fait l'impasse sur la 4K, s'oriente vraiment vers la vidéo.

De même, la chambre a été repensée et compte désormais un nouvel obturateur. Toujours donné pour 200 000 cycles, ce dernier (en alliage kevlar-fibre de carbone) est pensé pour réduire les vibrations au déclenchement (et préserver au maximum la netteté de l'image). On notera que le D810 est désormais pourvu d'une fonction permettant d'activer un premier rideau électronique, réduisant là encore les micro-vibrations. A priori, et à en juger par les photos du boîtier fournies par Nikon, le nouveau mode sera un nouveau mode Qc (silencieux) accessible via le sélecteur de cadence, sur la gauche du boîtier. 

Nikon D810 capteur
Le capteur du D810 : toujours 24x36, toujours 36 Mpx, plus de filtre passe-bas et une nouvelle plage de sensibilité.

Voilà pour le gros des améliorations. On pourrait y ajouter le fait que l'écran LCD passe de 921 000 points à 1 229 000 (avec réglage possible de la colorimétrie). Le boîtier n'intègre toujours ni Wi-Fi ni GPS. Par ailleurs, Nikon ne mentionne pas si le mode silencieux (mode Q) a été amélioré pour le faire rivaliser avec celui très réussi des Canon 5D MkIII, ni même si les menus ont été modernisés et s'ils intègrent enfin un ajustement précis de l'AF sur plusieurs valeurs (indispensable pour ajuster un zoom).

Bref, des nouveautés, on en a, et de très intéressantes. Mais pas autant qu'on aurait pu en attendre... 

Nikon D810 cartes mémoire
Toujours le choix (étrange ?) d'avoir deux formats de carte dans un reflex : CF et SD.

De plus, nous l'évoquions en introduction, ce D810 arrive juste avant une édition de la photokina qui s'annonce passionnante notamment en termes de capteurs, puisque Canon semble décidé à sortir quelque chose de technologiquement nouveau. Un mouvement que l'on imagine aisément suivi par un Sony hyperactif en la matière. Bref, notre crainte est que le D810, aussi efficace soit-il, occupe les esprits pendant les mois d'été, mais qu'il soit marginalisé par les annonces de septembre. On comprend bien que Nikon soit amené à dynamiser les ventes... mais n'aurait-il pas été plus sage d'attendre un peu pour dévoiler un modèle plus en rupture avec les D800E actuels... et plus novateur ?

Prix et disponibilité

Le nouveau boîtier sera disponible le 17 juillet à un prix public d'environ 3 199 € TTC.

Nikon D810 prise en main

Caractéristiques

Capteur : CMOS ; taille : 35,9 × 24 mm.
37,09 Mpx au total pour 36,3 Mpx effectifs.
Monture : Nikon F (avec couplage AF et contacts AF)
Optique livrée /
Stabilisation : Selon les optiques
Antipoussière : Par vibration du capteur
Viseur : Optique. Prisme en toit. Couverture 100 %. Grossissement 0,7x. Dégagement oculaire 17 mm. Verre de visée BriteView de type B VIII avec délimiteurs de zone AF (possibilité d'afficher un quadrillage)
Flash : Oui, pop-up. NG de 12.
Synchro sur le premier rideau, synchro lente, synchro sur le second rideau, atténuation des yeux rouges, atténuation des yeux rouges avec synchro lente, désactivé ; synchro lente sur le second rideau, synchronisation ultra-rapide auto FP prise en charge.
Correction d'exposition -3/+1 IL.
Écran : 8 cm (3,2 pouces).
Définition : environ 1 229 000 pixels
(VGA ; 640 × RVBW × 480 = 1 228 800 pixels).
Type : moniteur TFT avec angle de vue d'environ 170°, couverture de l'image d'environ 100 % et réglage de la luminosité.
Mise au point : - En visée optique :
À détection de phase TTL par module autofocus Nikon Advanced Multi-CAM 3500FX, réglage précis,
51 points AF (avec 15 capteurs en croix ; ouverture f/8 prise en charge par 11 capteurs) et illuminateur d'assistance AF (portée d'environ 0,5 à 3 m). Entre -2 et 19 IL

- En visée écran :
AF par détection de contraste à n'importe quel endroit du cadre (l'appareil choisit automatiquement le point AF lorsque AF priorité visage ou AF suivi du sujet est sélectionné).
Modes autofocus : AF ponctuel (AF-S), AF continu (AF-C) ; suivi de mise au point automatiquement activé si le sujet est en mouvement. Mise au point manuelle (M) : possibilité d’utiliser le télémètre électronique.
Mesures d'exposition : Système TTL avec capteur RVB d’environ 91 000 photosites.
Mesure matricielle, pondérée centrale ou pondérée sur les hautes lumières : 0 à 20 IL.
Mesure spot : 2 à 20 IL.
Correction d'exposition -5 à 5 IL par incréments de 1/3, 1/2 ou 1 IL.
Bracketing 2 à 9 vues par incréments de 1/3, 1/2, 2/3 ou 1 IL ; 2 à 5 vues par incréments de 2 ou 3 IL.
Modes d'exposition : PSAM
Vitesse d'obturation : 1/8000 à 30 s par incréments de 1/3, 1/2 ou 1 IL, pose B, pose T, X250. Synchro flash au 1/250 s.
Obturateur mécanique à plan focal et translation verticale, contrôlé électroniquement ; obturation électronique au premier rideau disponible quand le mode de déclenchement "Levée du miroir" est activé.
Motorisation : - Avec accumulateurs EN-EL15 : environ 5 ips et 3 ips en mode silencieux.
- Zone d'image DX/1,2× : jusqu'à 6 ips et 3 ips en mode silencieux.
- Avec d'autres sources d'alimentation et zone d'image DX : jusqu'à 7 ips.
Sensibilité ISO : 64 à 12 800 ISO par incréments de 1/3, 1/2 ou 1 IL
Réglable sur environ 0,3, 0,5, 0,7 ou 1 IL (équivalent à 32 ISO) en dessous de 64 ISO ou environ 0,3, 0,5, 0,7, 1 ou 2 IL (équivalent à 51 200 ISO) au-dessus de 12 800 ISO.
Réglage automatique de la sensibilité disponible.
Mémoire : Cartes CompactFlash (CF) (Type I, compatibles UDMA), SD, SDHC (compatibles UHS-I) et SDXC (compatibles UHS-I).
Chaque carte peut être utilisée comme support d’enregistrement principal ou de sauvegarde, ou pour enregistrer séparément les images NEF (RAW) et JPEG ; les images peuvent être copiées entre les cartes.
Format image : - Photo :
RAW 12 ou 14 bits en 7360 x 4912 pixels.
Format RAW S en 12 bits en 3680 x 2456 pixels.
JPEG.
Formats 3:2, 5:4

- Vidéo :
(.MOV, H.264) 1920 × 1080 : 60p (progressif), 50p, 30p, 25p et 24p. 1280 x 720 : 60p et 50p.
Les cadences de prise de vue réelles pour 60p, 50p, 30p, 25p et 24p sont respectivement de 59,94, 50, 29,97, 25 et 23,976 ips ; toutes les options prennent en charge aussi bien la qualité d'image élevée que normale.
Alimentation : Li-ion EN-EL15
Poignée-alimentation MB-D12 en option avec un accumulateur Li-ion Nikon EN-EL18a ou EN-EL18 (disponible séparément), un accumulateur Li-ion Nikon EN-EL15 ou huit piles AA alcalines, Ni-MH ou lithium. Un volet du logement pour accumulateur BL-5 est requis avec des accumulateurs EN-EL18a ou EN-EL18.
Connexion : USB 3.0, HDMI type C, entrée audio (3,5 mm), sortie audio (3,5 mm), prise accessoire (9 broches).
Dimensions : 146 × 123 × 81,5 mm
Poids : 900 g
Logiciels : Suite Nikon
Dans la boîte : - Protège-moniteur BM-12,
- bouchon de boîtier BF-1B,
- accumulateur Li-ion EN-EL15 avec cache-contacts,
- chargeur d'accumulateur MH-25a (fourni avec un adaptateur de prise secteur ou un câble d'alimentation de type et de forme différents en fonction des pays),
- attache pour câble USB,
- attache pour câble HDMI,
- câble USB UC-E22,
- courroie AN-DC12
- CD d'installation de ViewNX 2.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation