Le Nikon D810 propose un nouveau mode d'exposition qui pondère les hautes lumières, un genre de mode à priorité haute lumière que l'on retrouve déjà sur certains boîtiers et notamment les Olympus depuis de nombreuses années. Ici, l'appareil analyse la scène et effectue une pondération sur les hautes lumières visibles. Ce mode est particulièrement efficace sur les sujets clairs qui se détachent bien sur un fond très sombre : une mariée par exemple, ou encore un artiste durant un concert ou un spectacle. Les quelques essais que nous avons réalisés montrent que ce mode donne de bons résultats dans ces conditions.

Le D810 propose un bracketing d'exposition sur 9 vues (pas de 0,5 ou 1 IL), ce qui est assez confortable. Il offre également un intervallomètre ainsi qu'une fonction pour réaliser de petits films accélérés à partir de photos.

Latitude d'exposition

Le capteur du D810 encaisse correctement les sous- ou surexpositions. Toutefois, lors d'un bracketing d'exposition sur +/-4 IL, nous n'avons pas pu restaurer les hautes lumières jusqu'à +2 IL avec DxO Optics Pro 9 : les hautes lumières sont déjà écrêtées et il est impossible de recouvrer tous les détails. Dans les basses lumières et à 64 ISO, il est beaucoup plus facile de les récupérer sans faire monter le bruit, et ce, jusqu'à -4 IL. On est dans un cas assez classique, le D810 ne présentant pas de résultats extraordinaires.

Nikon D810 latitude d'exposition
Fichiers développés à l'aide de DxO Optics Pro 9.

Dynamique

Le D810 ne change pas particulièrement la donne au niveau de la dynamique du capteur. On notera juste qu'à 64 ISO, DxOMark mesure 14,76 IL, un record. Pour le reste, la courbe est pratiquement identique à celle du D800E, voire inférieure dans les bas ISO. Mais c'est sans doute le capteur offrant l'une des meilleures dynamiques du moment.
Nikon D810

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation