Le Mans est un carrefour historique souvent méconnu du public. On en entend finalement peu parler, et pourtant : les événements s'y multiplient la ville bourdonne d’une vie culturelle extrêmement riche. La saison estivale s’annonce d'ailleurs chargée avec de nombreuses manifestations prévues.

L’une d’elles, Terres, exposition de photographies installée à l’Abbaye de l’Épau du 17 mai au 2 novembre 2014, a retenu notre attention.
Ni une ni deux, nous avons donc sauté dans un train pour voir de quoi il retourne.

Cette année, le thème de la terre est à l’honneur. Et sous toutes ses formes. Les œuvres de six photographes sont en effet exposées dans les jardins de l’abbaye, le long d'un parcours verdoyant, reposant et paisible.

Quatre d'entre eux présentent leurs paysages, tous plus étonnants les uns que les autres, et deux ont tiré le portrait de nos équidés et bovins.

George Steinmetz, photographe américain de presque 60 ans, a ainsi entrepris d’immortaliser le plus grand nombre de déserts extrêmes dans le monde.
Disposés dans l'allée principale menant à l'abbaye, ce sont les premiers clichés que le visiteur pourra admirer.



Le circuit se poursuit avec le travail de Sarah Martinet, jeune photographe française excellant dans la pose longue et le travail du noir et blanc. Ce procédé, qui séduit aujourd’hui de nombreux photographes amateurs ou expérimentés, est ici très bien mené. Habitant près de Montpellier, Sarah Martinet a parcouru les étangs de sa région et figé l’écoulement du temps, non seulement à travers un temps de pose accru, mais aussi en concentrant son regard sur divers objets abandonnés au gré des courants.



Le parcours autour de l’imposant édifice mène ensuite à un vieil arbre noueux sur lequel sont fixées les photographies de Jean-Léo Dugast. C’est à la fois dans la volonté de sensibiliser des foules et par amour pour les chevaux de trait que Jean-Léo Dugast a choisi de présenter les clichés de ces équidés parfois indispensables à l’exploitation des terres. Le photographe, présent à l’inauguration, met en avant la beauté de ces animaux presque oubliés des Français, et leur importance dans la conservation de la nature. Jean-Léo Dugast a suivi ces aides précieux aux quatre coins de l'Europe et du monde. Ce sont les chevaux de trait de la région utilisés pour le débardage (c'est-à-dire le transport du bois coupé en forêt) qui sont cependant mis en lumière dans l'exposition.

Jean-Léo Dugast, photographies à l'abbaye de l'Epau

Le cinquième artiste, Pierrot Men, est un photographe malgache et c'est cette fois la terre en tant que matériau qu'il met en avant dans son travail. Il dirige le plus gros laboratoire photo de la ville de Fianarantsoa et a proposé un projet rendant hommage aux briquetiers de son pays qui construisent murs et maisons en travaillant la brique à la main. À mi-chemin entre le photoreportage et la photographie d’art, Pierrot Men montre, à travers une dizaine de clichés noir et blanc, le quotidien de ces hommes, femmes et enfants qui travaillent d’arrache-pied, du soir au matin.



Le parcours se termine enfin par les œuvres de deux artistes aux approches bien différentes. D’un côté, on découvre les paysages aériens presque irréels de Nicolas Lenartowski, qui a survolé les Pays de la Loire en avion pour saisir les formes mystérieuses du fleuve. De l’autre, on fait connaissance avec les bovins immortalisés par Ursula Böhmer, photographe berlinoise qui a parcouru les quatre coins de l’Europe pour passer quelques instants avec les vaches typiques de chaque pays. Un voyage léger et étonnant sur le bovin, bien souvent ignoré.

Nicolas Lenartowski Dérives à fleur de Loire Ursula Böhmer all laidies

Avec cette exposition, la ville du Mans a su organiser un événement atypique et détonnant qui mérite clairement le détour., d'autant qu'elle est accueillie dans une superbe abbaye cistercienne.
Et si l’envie vous en prenait, sachez que le vieux Mans est un lieu chargé d’histoire à visiter également.



Terres
Du 17 mai au 2 novembre 2014
Parcours photographique à l'Abbaye de l'Épau

Abbaye de l’Épau
Route de Changé
72530 Yvré-l'Évêque
> S'y rendre : plan et itinéraire

Horaires
De mai à octobre :
Tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 18h
De novembre à décembre :
Du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 17h

Tarifs
Plein tarif : 2,30 €
Tarif réduit : 1,50 €
À partir du 1er juillet 2014 :
• gratuit pour les personnes à mobilité réduite ;
• gratuit pour les enfants de moins de 8 ans.

> Le site de l'Abbaye de l'Épau

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation