Chez Focus Numérique, nous aimons la photo. Vous le savez, nous sommes d'intrépides testeurs et mettons notre vie en danger pour vous rapporter les clichés les plus ébouriffants. Pour ce tutoriel, nous avons choisi de vous éblouir avec le lightpainting.

Nous avons conscience qu'en ces temps estivaux, le soleil ne se couche que très tard, ce qui nous arrange pour les barbecues tardifs et les petits diabolos fraise en terrasse, mais qui dessert quelque peu la cause du lightpainting. Qui aurait envie d'attendre d'interminables heures avant de voir le soleil se coucher pour faire de belles photos dans le noir le plus total ? Estimez-vous heureux : il vaut mieux l'attendre en terrasse qu'emmitouflé dans un énorme manteau couplé à un bonnet géant, une écharpe monstrueuse, le tout ne laissant dépasser que vos petits yeux rougis par le froid.

Petite définition du lightpainting

Le premier lightpainting, Étienne-Jules Marey et Georges Demeny
Le tout premier "lightpainting",
par Étienne-Jules Marey & Georges Demeny
Avant de vous envoyer dans la nuit noire, il serait bon de savoir où nous mettons les pieds. Il y a 125 ans, des scientifiques et amateurs photographes se sont posé la même question — oui, le tout premier lightpainting recensé date de 1889.

Comprenons-nous. À une époque ou la photographie était encore très mystérieuse et les techniques de prise de vues, longues et fastidieuses, cela semble presque logique que quelqu'un ait craqué et gigoté avec une lanterne sur un cliché. Les Anglais, ces petits malins, ont donc nommé la technique "lightpainting", littéralement "peinture de lumière" (aucune blague contenant les termes "Cindy Sander" ne sera acceptée dans cet article). Man Ray lui-même lui a donné ses lettres de noblesse (nous parlons bien sûr du lightpainting, pas de Cindy Sander).

Il faut savoir que le lightpainting regroupe beaucoup de pratiques. L'éclairage d'une scène, le dessin, parfois même l'impression d'images entières, mais ceci est une autre histoire (et un autre budget aussi, sans doute).

La technique qui nous intéresse aujourd'hui consiste à écrire, ou dessiner avec une loupiote et un appareil photo. Oui, voilà qui est inattendu comme liste de courses.

Réglages

Tout d’abord, l’appareil photo. Dans l’idéal, un bon boîtier qui vous permet de jouer sur les temps de pose est un bon début.
  • Temps de pose : prévoyez des poses de plus de 30 secondes (au minimum 20). Un mode « Bulb » pourrait s’avérer utile, que dis-je, indispensable.
  • Optique : privilégiez la large focale. Car, oui, il est fort probable que vous expérimentiez en extérieur, aussi mieux vaut avoir un grand-angle. Vous me remercierez. Allez écrire un mot armé d'un 135 mm...
  • Sensibilité ISO : Il est généralement de bon ton d’opter pour une faible sensibilité. Entre 100 et 400 ISO, au vu du temps de pose extrêmement long, toute la lumière nécessaire sera imprimée sur le capteur sans aller jusqu'à une sensibilité de 999 999 999 999 ISO. Soyons raisonnables.
  • Ouverture : il n’y a pas de règle particulière. On conseille bien sûr des objectifs assez lumineux, soyons sérieux, c’est tout de même la nuit. Cela dit, ouvrir à  f/5,6 reste dans le domaine du possible, voire du courant. Le choix que vous ferez repose ensuite sur la profondeur de champ que vous souhaitez obtenir.
  • L'accessoire bonus : pour la pose, un trépied solide sera indispensable, ainsi qu’une télécommande pour éviter tout flou de bougé.

Ensuite, vous vous en doutez, il va vous falloir de la lumière. Lorsque l'on fait du lightdrawing (ou "dessin de lumière", petit nom plus précis du lightpainting), tout est bon à prendre. Les petites lampes LED, le flash de votre smartphone, un sabre laser, une gosse lampe torche, enfin n'importe quoi produisant une lumière continue. Vous pouvez utiliser des lampes de couleur, mettre des filtres sur vos sources lumineuses, etc. Toute idée est bonne à essayer.

N’hésitez donc pas à accumuler guirlandes lumineuses, porte-clefs laser, petites (et grosses) lampes torches, baguettes magiques lumineuses, light markers, bougies magiques à effet étincelles et autres joyeusetés lumineuses. Et cela fait un paquet de matériel à transporter. Si, croyez-moi.

Choix de la scène

Dans un monde parfait et idyllique, il faudrait que vous puissiez disposer d’un panorama plongé dans l’obscurité totale. Or nous nous doutons bien que bon nombre de citadins n’ont pas cette opportunité au bas de chez eux. Mais même un éclairage urbain pourra convenir pour tenter d’éclairer une scène au lightpainting.

Une fois le lieu idéal déniché, il faut mettre en place votre matériel : fixer l'appareil sur trépied, régler les paramètres de prise de vue et brancher la télécommande.

Cela fait, il est important de savoir deux choses : en fonction de l'intensité de votre éclairage, vous devrez peut être écrire dos à l'appareil (si votre lampe éclaire trop fortement, la photo sera cramée), ensuite il vous faudra être en permanence en mouvement, sous peine d'apparaître sur le cliché sous forme de trace (ce qui serait fort moche, vous en conviendrez).

Résultats

Concrètement, le lightdrawing donne d'assez bons résultats assez rapidement. Et quoi qu'il arrive, on obtient toujours quelque chose.

Lightpainting Focus, extérieur nuit
Soyons chauvins. Photo réalisée à f/5,6 pendant 25 secondes, ISO 200 18 mm Canon 550D.
Les gros pieds d'un individu sont cachés dans cette scène, saurez-vous les retrouver ?

Ici, nous sommes dans le cas de la forme (plus ou moins) improbable. Nous avons choisi d'écrire un mot grâce au puissant éclairage d'un smartphone. Notons que l'on obtient un bon résultat en pointant la lumière vers l'appareil photo.

Plus abstrait, si vous ne savez pas quoi écrire, vous pouvez également dessiner des formes au hasard. Parfois les résultats sont intéressants.

Lightpainting abstrait, cage d'escalier, intérieur nuit
Photographie abstraite désapprouvée par la voisine de droite. 17 s, f/8 et ISO 200.

Comme vous pouvez le constater, le lightpainting est une technique de photographie simple et peu coûteuse. Elle se réalise facilement avec un matériel assez accessible et modulable à loisir : rien ne vous empêche d'utiliser des filtres colorés, de grandes lampes torches, de toutes petites LED, de grands projecteurs... À vous de jouer, et n'hésitez pas à nous envoyer vos photos !

> Tous nos articles "En pratique"

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation