Écran LCD

Le Sony Alpha 6000 est équipé d'un écran LCD de 7,5 cm affichant 921 000 points pour un ratio d'affichage en 16:9. Le capteur APS-C respectant un ratio en 3:2, la visée en photo fait apparaître des bordures noires sur l'écran et semble donc plus petite que sur d'autres écrans (habituellement en 3:2). Seul le mode vidéo s'affiche sur l'intégralité de l'écran.

L'écran s'oriente vers le haut sur 90° et vers le bas sur 45°. Il n'est malheureusement pas tactile et il est surtout encore très brillant et inutilisable en plein soleil.

Sony Alpha 6000 test review écran inclinable

À moins d'être en mode S, l'affichage saccade en basse lumière afin d'assurer une bonne luminosité. Bon point, il est possible d'afficher une simulation de l'exposition : vous pouvez observer en direct l'effet de l'ouverture, de la vitesse et de la sensibilité ISO sur vos images avant de déclencher.

Il est possible d'afficher quelques assistants comme un zébra d'exposition (qui débute malheureusement à 70 %), un focus peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés), des grilles d'aide à la composition et, dans un mode plus dépouillé, un histogramme d'exposition. Mais nous l'avons déjà mentionné : mal placé, en bas et à gauche, il disparaît dès que l'on change un paramètre pour modifier l'exposition.

Viseur électronique

La visée électronique de l'Alpha 6000 est sans doute l'un des points les plus décevants du boîtier. En effet, Sony a choisi de reconduire une dalle en 1 440 000 points, soit une définition en 800 x 600 pixels. Nous sommes loin des dalles haut de gamme qui équipent les X-T1 de Fujifilm ou l'EM-1 d'Olympus. Ironiquement, les viseurs électroniques des Nex-6 / Nex-7 que l'Alpha 6000 remplace affichaient également plus de points !

Le grossissement est également une partie de la visée. Ici, il est de 0,7x en équivalent 24x36. Un grossissement important donc, largement supérieur aux viseurs optiques des reflex à prix équivalent, mais qui reste là aussi inférieur à celui des X-T1 (0,77x), EM-1 (0,74x) ou même Nex-7 (0,73x).
Le constructeur est toutefois limité par la définition de la dalle. Avec un grossissement de 0,7x, la trame d'affichage est déjà facilement visible : il n'est guère recommandé de grossir davantage l'affichage.

L’œilleton n'est pas très confortable pour les porteurs de lunettes (trop rigide et glissant) et le dégagement oculaire est tout juste suffisant.

Sony Alpha 6000 test review viseur électronique

L'affichage est, comme sur l'écran, fluide dans la plupart des situations, avec une granulation présente en basse lumière et un ralentissement du rafraîchissement. Le passage d'un environnement sombre à un environnement très lumineux (et inversement) se fait assez rapidement, mais peut représenter une contrainte pour qui vient d'un reflex à visée optique. L'affichage demeure assez contrasté avec des noirs assez vite bouchés et des hautes lumières sans détail.

Notez que si l'écran affiche en 16:9, le viseur électronique, lui, affiche en 4:3 ! La cohérence n'est pas de mise sur l'Alpha 6000...

Mise au point

Mode manuel

L'Alpha 6000 propose plusieurs options pour vous aider à la mise au point manuelle. La première est assez classique : la loupe. Elle grossit l'affichage afin de mieux apprécier la mise au point. Deux grossissements sont disponibles : x5,9 et x11,7. Vous avez la possibilité d'utiliser un système de peaking affichant des pixels colorés (plusieurs couleurs disponibles) autour des objets nets.

Sony Alpha 6000 test review mise au point manuelle

Autofocus

Le boîtier arrive avec un nouveau capteur équipé d'un système autofocus hybride à corrélation de phase sur 179 points (contre 99 sur le Nex-6) et détection de contraste (25 points). Le système autofocus global couvre environ 90 % du capteur.

5 modes sont désormais disponibles :
  • – AF-S (single),
  • – AF-C (continu),
  • – AF-A (automatique : l'appareil est par défaut en mode AF-S et bascule en AF-C si le sujet se déplace),
  • – DMF (Direct MF : mise au point automatique avec retouche manuelle du point)
  • – et MF (mise au point manuelle).

Sony Alpha 6000 test review autofocus

Au niveau des collimateurs, vous pouvez choisir entre un point central, une mise au point sur 25 zones, des zones larges et un point flexible. Malheureusement, l'écran n'étant pas tactile, il faudra déplacer les points à l'aide de la croix de sélection.

Le suivi autofocus est relativement performant et il vous permettra facilement de suivre un sujet se déplaçant latéralement. Avec un sujet qui s'approche, l'Alpha 6000 est plus à la peine et le taux de déchet est assez important notamment à plus de 10 ips. Le suivi est bien réalisé, mais les images manquent souvent de mordant ou sont totalement floues (avec le 16-50 et le 16-70 mm compatibles avec l'autofocus hybride). Au final et sur une dizaine de photos, seulement la moitié est réellement exploitable à 100%. Le taux augmente un peu pour des tirages de plus petites tailles.

Le nouveau système de Sony améliore donc le suivi autofocus, mais celui-ci reste encore en retrait des systèmes Micro 4/3 haut de gamme Panasonic ou Olympus.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation