Après Canon et Nikon, nous poursuivons notre petit lexique des abréviations optiques avec les objectifs Fujfilm X.

Pour mieux saisir la portée de ces mystérieux sigles gravés sur les optiques, il nous faut revenir quelques instants sur l’histoire de Fujifilm.

Un peu d'histoire

Le lancement de Fujifilm dans la fabrication d’optiques et de boîtiers est assez récent (chouette, me direz-vous, ça fait moins d’optiques à voir). La firme japonaise avait au départ pour vocation de produire des films photographiques. Pendant presque 30 ans, de 1934 à 1960, elle ne s'est pas intéressée au marché des optiques. C’est en 1962 que furent créés ses premiers objectifs pour les caméras audiovisuelles. Le système Super EBC fit ensuite son apparition en 1969, toujours pour les optiques télévisuelles.

Il fallut attendre 1970 pour voir sortir le premier reflex de la marque, le Fujica ST 701. Fujifilm a ensuite calmement évolué vers le numérique pour lancer en 2000 son premier APN. En 2012 enfin, les séries X Premium furent mises sur le marché, permettant aux Japonais de renforcer la gamme d'objectifs réservés à leurs boîtiers.

Car les montures d’objectif X ne datent pas d’aujourd’hui. C'est au salon de la photo de 1979 que Fujifilm présenta sa toute nouvelle gamme de reflex argentiques équipés de nouvelles montures adaptées : les Fujica AX-1, AX-3, AX-5 et STX-1. Ils remplaçaient les appareils photo dotés d’une monture M42, globalement utilisée sur les anciens modèles.

Aujourd’hui, les appareils de la marque sont tous équipés d’une monture X et la gamme d’optique regroupe 17 objectifs répartis en deux groupes : les optiques XF et XC. Quatre nouveaux objectifs devraient venir grossir les rangs prochainement, avec un possible téléobjectif d'ici la fin de 2014 ou le début de 2015.

Notez que le savoir-faire de la marque a désormais atteint l'espace : le satellite d'observation de la Lune Selene dispose en effet d'un capteur stéréoscopique équipé de lentilles Fujinon...

Dénominations inscrites sur les objectifs

Fujifilm, gamme d'objectifs Fujinon XF Les objectifs XF. Ils ne sont pas tous marqués du petit XF rouge sur leur bague. Pourtant ils appartiennent bien à cette catégorie. La gamme XF est le haut de gamme de l’optique Fuji. Les barillets de ces optiques sont généralement en métal et les objectifs, très lumineux. Leur qualité de fabrication est également meilleure. Les lentilles à faible dispersion (ED) sont traitées pour limiter les risques d’aberrations chromatiques. Certaines sont également équipées de la technologie Linear Motor (LM).

Les objectifs XC. C’est la gamme en dessous des optiques XF. Elle comprend seulement deux objectifs : un zoom grand angle, le XC 16-50 mm f/3,5-5,6, et le téléobjectif XC 50-230 mm f/4,5-6,7. Sans aucun doute, la gamme a été conçue pour être abordable et se prêter à un usage de tous les jours.

Fujifilm, schéma de stabilisation optique
Schéma de la stabilisation optique.
Le sigle OIS (Optical Image Stabilizer) désigne la "stabilisation optique de l’image". C’est un système de capteurs gyroscopiques qui compensent les mouvements de l’objectif. Il permet ainsi de maintenir une certaine stabilité et de diminuer les effets de flous de bougé, surtout pour les photos prises à basse lumière.

Cette technologie est couplée au système LM (Linear Motor) qui, lui, au lieu de faire bouger les lentilles de haut en bas pour compenser le mouvement, les éloigne ou les rapproche d’avant en arrière pour faciliter la mise au point. Seules deux optiques de la gamme XF en sont équipées : le téléobjectif XF 55-200 mm f/3,5-4,8 et le classique XF 18-55 mm f/2,8-4.

Lentilles dites ED : c’est l’abréviation pour Extra-Low Dispersion. Les lentilles conçues avec cette technologie sont censées diminuer la dispersion de la lumière en franges colorées, donc les aberrations chromatiques. Chez Canon, on utilise pour cela de la fluorine artificielle. Chez Fujifilm, le mystère reste entier. Les lentilles ED ne sont utilisées que dans les objectifs XF.

Fujifilm, schéma des lentilles ED

HT-EBC (pour High Transmittance Electron Beam Coating) : ce sigle désigne un traitement multicouche anti-reflet propre à Fujifilm. Présent sur toutes les lentilles, il sert à améliorer la transmission de la lumière selon les longueurs d'onde et à limiter les réflexions. Il améliore ainsi le rendu des couleurs, en laissant un maximum d'informations atteindre le capteur.

R : la lettre R (pour Ring) vous informe que l’objectif dont vous disposez présente une bague d’ouverture.

Fujifilm X, schéma de déplacement ALG
Schéma de déplacement complet du bloc optique.
ALG : pour All Lens Group ou "déplacement complet des lentilles". Toutes les lentilles bougent pendant la mise au point. Quel est l'avantage ? Il n'y a pas de lentilles flottantes et la formule optique est optimisée pour cette répartition des lentilles qui ne variera pas, quels que soient les mouvements de l'ensemble durant la mise au point.

Le problème ? Lors de la mise au point, c'est donc tout le bloc optique qui se déplace : c'est plus gros et plus lourd, donc naturellement un peu plus lent. Pour l'instant, on retrouve ce type de construction optique dans le 14 mm f/2 et le 35 mm f/1,4, qui sont de fait parmi les optiques les plus lentes à la mise au point.

Enfin, parmi les derniers-nés de la marque, on trouvera trois optiques tout temps dont le sigle de reconnaissance sera WR, pour Weather Resistant (résistant aux intempéries) : un 50-140 mm f/2,8, un 16-55 mm f/2,8 OIS ainsi qu'un 18-135 mm f/3,5-5,6 OIS. C'est un bon début, et une excellente nouvelle pour s'aligner sur les derniers boîtiers résistant au crachin breton.



Dénominations annexes

Il existe également des dénominations plus succinctes figurant dans les noms de produits et désignant un caractère particulier de l’optique :

  • F souligne que vous avez affaire à un objectif Fisheye ;
  • FSW est l’abréviation pour Super Wide qui correspond aux optiques très grand angle ;
  • FW correspond à la même chose sans le super (mais c’est du grand angle quand même) ;
  • FZ désigne les objectifs zoom ;
  • FM correspond au terme macro...

... et enfin DM correspond à Dial Mode. C’est un mode présent sur la majorité des optiques et ce, depuis l’argentique. Sur le principe, le diaphragme reste à une ouverture constante le temps de la mise au point pour qu'un maximum de lumière arrive jusqu’au viseur. Au déclenchement, le diaphragme se ferme ou s’ouvre à l’ouverture demandée par le photographe, puis revient à ouverture constante une fois la photo prise.



Vous pouvez également consulter le site de Fujifilm pour connaître l'étendue de la gamme d'optiques actuelle et les modèles à venir.

> Tous nos tests optiques
> Tous nos glossaires

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation