5 questions, un photographe

Richard Bord ne s'attendait pas à une vie de photographe professionnel. Pourtant, il touche désormais à de nombreux thèmes : sports extrêmes, mode et beauté, packshots et même vidéo. Polyvalent, sportif et passionné, il s'est pris d'intérêt pour l'objet photographique avant de l'utiliser pour diversifier son activité professionnelle d'origine : le design.

C'est durant son cursus en design industriel à Toulon que Richard Bord a découvert la pratique photographique avec son premier appareil, un Olympus OM-10 sympathiquement offert par son oncle. Pris de passion, il ne délaissera plus la photo, jusqu'à son entrée dans la vie active.

À 32 ans maintenant, la photo est pour lui bien plus qu'un hobby : alternant entre mode, sport et studio, il en a fait depuis plusieurs années son métier principal.

© Richard Bord
© Richard Bord

[1]

Focus numérique – Comment es-tu arrivé dans ce milieu et que penses-tu du métier ?

Richard Bord – Ça m’est arrivé un peu tardivement. À la base je suis designer, j’ai fait des études de design industriel. Je m'intéressais déjà à cette époque à la photo, mais juste « comme ça ». J’aimais bien. À l’école de design, on a eu des cours de photo, ils étaient parmi mes préférés. J’étais l'un des seuls de la promo à passer du temps au labo, à développer mes tirages. Cette période a fait naître chez moi une vraie passion pour la photographie. En plus des cours, en parallèle, j’ai appris les rudiments de la photo avec une vieillerie offerte, un Olympus OM-10, que j’adore et que j’ai toujours d'ailleurs.

À la fin de mon cursus scolaire, je ne pensais pas du tout devenir photographe et encore moins en vivre. J’étais sûr d’être designer, un métier que j’adore, et très varié. Malheureusement pour moi, à cette époque, je n’ai pas réussi à trouver de boulot. Sans réseau particulier, sans grosse dose d'insolence ou à moins d'être un cador, difficile de percer. Évidemment, je n'étais rien de tout cela.

Par hasard, mon premier travail a été pour Vélo vert, un magazine de VTT qui existe depuis 20 ans maintenant en France. Ils avaient besoin d’un coup de main pour monter et prendre en photo des vélos. Totalement imprévu donc, mais ce fut ma première expérience en studio et de fil en aiguille, j’ai commencé à faire des reportages photographiques, de l'image en extérieur et même à écrire des tests. Un milieu que je n'ai jamais quitté depuis.

Le milieu de la photo et du design sont pour moi deux milieux proches ; chacun offre la possibilité d’avoir des approches très variées. Surtout quand tu es freelance et que tu navigues entre de nombreuses commandes différentes : sports extrêmes, portraits, packshots, Fashion Week, vidéos, photoreportage, c'est diversifié. La mode est un secteur que j'aborde plus doucement. J'apprends encore en tant qu'assistant auprès de photographes spécialisés. L'univers de la mode et du reportage n'ont pas du tout les mêmes codes et habitudes. En studio, il faut diriger son modèle, être aussi à l'aise qu'on le met à l'aise. Je suis assez timide, du coup l'univers du reportage me convient totalement : je suis caché derrière mon appareil et je capture des instants.


© Richard Bord

© Richard Bord

© Richard Bord

[2]

Focus numérique – Quel matériel utilises-tu ?

Richard Bord – Après l'Olympus OM-10, je suis rapidement passé sur un Canon 20D qui m'a servi pour mes premiers reportages. Puis est venu le 7D, qui me sert actuellement de backup, alors que le 5D MkIII est devenu mon boîtier principal. Sur la Fashion Week, j'ai pu pratiquer plusieurs jours le 1Dx, sans doute mon prochain achat : toujours deux boîtiers sur moi ! [ndlr : il l'a acheté depuis.]

© Richard Bord

[3]

Focus numérique – Qu'est-ce qui t'intéresse dans l'acte photographique ?

Richard Bord – La capture de l'instant unique ! D'où mon attachement pour le photoreportage. En studio, il est toujours possible de recommencer, corriger, essayer... tu contrôles tout, alors qu'en reportage, non. C'est un véritable challenge.

Bien sûr, quand tu pars avec un rider en montagne, il y a des moments où tu peux le guider, poser tes flashs et reprendre la main sur le cadre. Mais tu restes dépendant des ses déplacements, de la météo, etc. Et puis sur un événement sportif, aucun retour en arrière n'est possible.

© Richard Bord
© Richard Bord

[4]

Focus numérique – Quel est le photographe incontournable pour toi, du moment, ta source d'inspiration ?

Richard Bord – Difficile de choisir. Je n'ai pas forcément une énorme culture photographique. J'en regarde beaucoup, tout le temps, depuis des années. Certains photographes m'ont plus marqué que d'autres, dans des styles bien particuliers, comme la génération N&B du XXe siècle qui a laissé des traces dans toute la photo contemporaine : Doisneau, Ronis...

Mais mes influences finalement, je vais surtout les chercher dans mon entourage professionnel direct, les gens avec qui je travaille. Pas forcément pour "mimétiser" leur style, mais je me prends régulièrement des claques en observant leurs œuvres, et ça enrichit mon approche.

Beaucoup de photographes m'inspirent, que ce soit sur le papier ou le web, mais finalement ce sont ceux que j'ai eu la chance de côtoyer ou avec qui j'ai pu travailler, comme Stéphane Candé ou Dom Daher qui sont là depuis plus de 20 ans, ou d'autres, qui sont arrivés en même temps que moi dans le métier, comme Jérémy Bernard, Tristan Shu ou encore Vince Perraud, Dimitri Coste ou en mode Quentin Caffier.

Du moment qu'il y a une recherche d'esthétisme, ça me parle. J'ai encore beaucoup à découvrir !
 
© Richard Bord

[5]

Focus numérique – Quel est ton prochain projet ?

Richard Bord – J'aimerais en avoir... mais je n'ai pas le temps. Depuis deux ans déjà je cherche à développer mes projets, mais avec l'accumulation de clients, commandes et travaux variés, je n'ai pas vraiment de disponibilité pour des projets personnels pour l'instant.

Il y en a un qui me tient tout de même à cœur, un travail sur le long terme : photographier des artisans, tous ces métiers d'art, manuels. Mon grand-père que j'admire énormément travaille encore le bois (93 ans), il m'a beaucoup influencé. J'ai déjà fait quelques essais sur le sujet, mais sans trop développer. De toute façon, il ne s'agit pas d'une série courte, mais vraiment d'un travail de fond.

> www.richardbord.com

© Richard Bord

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation